Actualités

Election municipale à Istanbul : la défaite du parti d’Erdogan

Ekrem Imamoglu dimanche 23 juin.
Tous droits réservés.

Après le premier scrutin du 31 mars dernier annulé par la Haute commission électorale, les Stambouliotes se sont de nouveau rendus aux urnes dimanche 23 juin pour élire le nouveau maire d’Istanbul. Invoquant des fraudes, le parti de la justice et du développement (AKP), d’obédience islamo-conservatrice, avait en effet convaincu la commission d’invalider un résultat qui donnait le candidat de l’opposition gagnant.

Ekrem Imamoglu, candidat du Parti républicain du peuple (CHP) – plus vieux parti politique turc – a remporté l’élection municipale avec 54% des suffrages, devançant de 800 000 voix Binali Yildirim, ancien ministre issu de l’AKP soutenu par le président Recep Tayyip Erdogan. Les résultats du 31 mars donnaient une petite marge au CHP mais la victoire s’est renforcée le 23 juin.

A l’origine maire d’arrondissement, Ekrem Imamoglu a su s’imposer et rassembler l’opposition turque. Laïc, libéral et issu du centre-gauche, il a également recueilli les voix de la minorité kurde de la capitale économique. Le nouveau maire d’Istanbul a déclaré après l’annonce des résultats : « Ce n’est pas seulement un candidat, ni un parti, mais toute la Turquie qui a remporté les élections ». Il s’est par la même engagé à gouverner la ville avec « justice et amour au lieu de l’arrogance et de l’aliénation ».

Dès le résultat connu, les scènes de liesse se sont multipliées à travers les différents quartiers de la ville, la rue célébrant « le retour de la démocratie ». Cette victoire fait ainsi renaitre l’espoir chez les opposants d’Erdogan.

Après la conquête d’Ankara et de plusieurs villes importantes, cette nouvelle victoire de l’opposition dans la ville la plus riche et la plus peuplée du pays est significative alors que l’AKP régnait sur Istanbul depuis plus de 17 ans. Il s’agit aussi d’un véritable camouflet pour le chef de l’Etat turc – qui a débuté sa carrière à Istanbul en devenant maire de la ville en 1994 – qui vit là sa plus grande défaite électorale. Il avait déjà prévenu ses partisans en août 2017 sur l’importance des élections dans la capitale économique et culturelle du pays : « Si nous calons à Istanbul, nous trébucherons en Turquie. Mais si nous tenons fermement Istanbul, alors aucune force ne pourra nous détruire, ni en Turquie, ni dans le monde ». »  En somme, si « remporter Istanbul, c’est remporter la Turquie » selon lui, des questions sur le futur du président et son parti émergent.

A l’issue des résultats, le candidat de l’AKP, Binali Yildirim, a reconnu sa défaite : « Je félicite mon adversaire. Il est en tête ». Le président de la République a à son tour félicité Ekrem Imamoglu par écrit. Pour la première fois, Recep Tayyip Erdogan ne s’exprime pas en direct après une élection. Toutefois, deux jours après les résultats, Recep Tayyip Erdogan a constaté son échec : « Il est hors de question d’en vouloir à la nation ou de rejeter la faute sur elle. Nous allons examiner les raisons pour lesquelles le 31 mars et le 23 juin, nous n’avons pas réussi à convaincre notre nation. » Il a cependant rappelé que l’AKP détenait la majorité au conseil municipal d’Istanbul.

La défaite du parti présidentiel annonce une nouvelle phase de la politique turque. En gagnant la mairie d’Istanbul, Ekrem Imamoglu incarne le futur candidat de l’opposition lors des élections présidentielles de 2023. Il consacre aussi l’émergence d’une nouvelle génération d’hommes politiques se démarquant de l’AKP qui pâtit du virage autoritaire et nationaliste de son président.

Affaibli, Recep Tayyip Erdogan maintient néanmoins le cap autoritaire. Lundi 24 juin s’est ouvert le procès des 16 manifestants de Gezi de 2013. Accusés d’avoir tenté de « renverser le gouvernement » lors d’un mouvement de contestation, ils risquent la prison à perpétuité. Le procès, qui a suscité des commentaires de la part de l’Union européenne, continue de questionner la Turquie sur le respect des droits de l’homme.

Sommet des deux rives : pour une nouvelle dynamique de coopération en Méditerranée

Le président de la République Emmanuel Macron saluant le président de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur Renaud Muselier. En arrière plan, Martine Vassal, présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône et de la métropole Aix-Marseille. Tous droits réservés.

Les 23 et 24 juin 2019 s’est tenu à Marseille en Région Sud Provence-Alpes Côte d’Azur le Sommet des deux rives. Annoncée par le Président de la République en 2018 lors d’une visite à Tunis, cette rencontre a réuni les représentants et ministres des 10 pays de Méditerranée occidentale dans le format du Dialogue 5+5 (Algérie, Espagne, France, Italie, Libye, Malte, Maroc, Mauritanie, Portugal et Tunisie). Elle y a associé des représentants de la société civile, issus du monde de l’entreprise ou des milieux associatifs et universitaires. Elle visait l’objectif d’engager « une dynamique de coopération renouvelée entre les deux rives de la Méditerranée ».

Avec l’organisation de ce Sommet, la France privilégie la dimension euro-méditerranéenne et réaffirme son intérêt pour la coopération en Méditerranée occidentale. Paris développe ainsi sa diplomatie dans la mare nostrum sans utiliser les seules institutions étatiques comme relais de la coopération. A ce titre, le chef de la diplomatie française Jean-Yves le Drian a déclaré lors de l’ouverture du Sommet : « Notre priorité est de préserver et de refonder le multilatéralisme. Mais il ne saurait être que l’affaire des Etats ». Ce Sommet s’inscrit également dans un contexte où le bassin méditerranéen concentre tous les enjeux et les défis de la mondialisation en devant faire face aux risques qui y sont associés.

Le dimanche 23 juin, le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves le Drian a accueilli ses homologues du Dialogue 5+5. A l’issue de la rencontre, ils ont signé les « Engagements pour une nouvelle ambitions en Méditerranée » en soutenant des projets proposés par la société civile répondant collectivement aux nouveaux défis.

A son arrivée au Sommet pour la clôture, le lundi 24 juin, le Président de la République Emmanuel Macron a été accueilli par le président de Région Renaud Muselier et Madame Martine Vassal, présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône et de la métropole Aix-Marseille. Monsieur Renaud Muselier aime à rappeler le caractère singulier de la cité phocéenne, « véritable phare pour la Méditerranée ».   Lors de son discours, le Président français, seul chef d’Etat présent à cette rencontre compte tenu de l’actualité de certains des pays membres, a dressé la liste des menaces en Méditerranée, Il a notamment souligné le risque d’une région qui pourrait être « fracassée » notamment par les sujets migratoires, l’islam politique et la montée du populisme.

Alors qu’il était initialement prévu d’axer la rencontre autour des chefs d’Etats et de gouvernement, le Sommet des deux rives s’est finalement articulé autour de plus de cent représentants de la société civile – point d’orgue de l’événement. En avril et mai dernier, lors de cinq forums préparatoires, ces représentant ont discuté de 272 projets autour des thèmes de l’énergie, de l’éducation de la jeunesse et la mobilité, de l’économie et de la compétitivité, des médias, de la culture et du tourisme et enfin de l’environnement et du développement durable.

Les projets phares concernent la création d’un organe de presse plurilingue et d’un centre euro-arabe de la traduction, la mise en place d’un programme Erasmus méditerranéen mais également la connexion des médinas d’Afrique du Nord avec les villes. L’institut FMES a proposé dans ce cadre, en partenariat avec l’ITES, un think tank tunisien et l’UNISCI un think tank espagnol, une formation destinée aux jeunes diplômés des pays membres du 5+5.

Du côté des pays de la rive Sud, les projets adoptés lors du Sommet ont été bien accueillis. Toutefois, il s’agira – conformément à la volonté du Président Emmanuel Macron – d’établir un suivi des projets notamment en termes de financement afin de faire le point dans six mois, à l’occasion d’un nouveau Sommet.

Pour mémoire, les questions euro-méditerranéennes ont surtout émergé dans les années 1990 avec la création du processus de Barcelone, du Dialogue méditerranéen de l’OTAN et du Dialogue 5+5. La France, impliquée et investie dans chacun des trois processus, a fait de la coopération régionale l’une de ses priorités. En 2008, sous l’impulsion de la France, est née l’Union pour la Méditerranée. En dépit des bilans parfois mitigés des diverses institutions, la sécurité et la stabilité de la région demeurent prioritaires et nécessitent une coopération accrue des Etats riverains. Avec le Sommet des deux rives, le Président Emmanuel Macron espère ainsi poser les jalons d’une coopération nouvelle en Méditerranée occidentale en y associant à moyen-terme les chefs d’Etat et de gouvernement.

« Terminé barre et machines » pour la 4e Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes »

Les auditeurs de la 4e Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » autour du général de corps d’armée Patrick Destremau, directeur de l’IHEDN.

Que le temps est passé vite pour les 36 auditeurs de la 4e Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » depuis leur première escale parisienne et leur colloque d’ouverture fin septembre 2019. Leurs navigations les auront conduit le long du littoral français à Boulogne, Brest, Calais, Dunkerque, Lorient, Marseille, Nantes, Saint-Nazaire, Toulon, mais également en Europe à Bruxelles, La Haye et Rotterdam et enfin en Corée à Séoul, Inchon, Busan et Ulsan. Et c’est un peu groggy par « le mal de terre » et avec une nostalgie non feinte qu’ils se sont retrouvés le 14 juin à l’École militaire pour leur dernier séminaire.

Ils y ont tenu le traditionnel « colloque des auditeurs », présidé par le préfet Denis Robin, Secrétaire général de la mer, pour lui présenter ainsi qu’à l’amiral Christophe Prazuck, chef d’état-major de la Marine et à Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Cluster maritime français, le résultat de leurs réflexions sur les sujets qui les ont animé toute l’année. Il s’agissait des politiques et des stratégies de la France en Indo-Pacifique, vis-à-vis de ses territoires ultramarins et dans le domaine portuaire.

A l’image de l’investissement des auditeurs et de leur cohésion forgée au cours de l’année, les présentations et les débats furent particulièrement riches et intéressants entre les auditeurs et leurs invités. Parmi ces derniers étaient présents les auditeurs des anciennes sessions, qui n’étaient pas les derniers à pousser leurs successeurs dans leur retranchement.

Après les interventions du général de corps d’armée Patrick Destremau, directeur de l’IHEDN, de Frédéric Moncany et de l’amiral Christophe Prazuck, le préfet Denis Robin a clôturé le séminaire en félicitant les auditeurs pour leurs travaux puis en leur livrant ses réflexions sur les enjeux maritimes actuels et futurs de la France. Que les pistes ainsi ouvertes rassurent les futurs auditeurs : il reste du pain sur la planche pour les prochaines sessions !

C’est avec la satisfaction du devoir accompli, beaucoup de nostalgie mais la certitude de se revoir bientôt – les futures escales sont déjà programmées – que les auditeurs ont reçu leur diplôme bien mérité. Le banquet s’est terminé tard dans la nuit, rythmé par les rires et les chants de marin.

Le préfet Denis Robin, Secrétaire général de la mer, prononçant son intervention de clôture de la session.

Egypte : mort de l’ancien président Morsi

Mohamed Morsi lors d’une session du tribunal au Caire, en juin 2016. Tous droits réservés.

Lundi 17 juin 2019, l’ancien président égyptien Mohamed Morsi est décédé à l’âge de 67 ans, des suites d’une crise cardiaque alors qu’il était en audition au tribunal du Caire.

Ingénieur de formation et ancien député, il est propulsé lors de la révolte égyptienne s’inscrivant dans le printemps arabe, à la tête du Parti de la liberté et de la justice, appartenant à la mouvance des Frères musulmans. Il devient en 2012 le premier – et seul – président égyptien démocratiquement élu. Sa politique d’islamisation et sa dérive autoritaire ont suscité le rejet d’une large partie de la population qui se mobilise afin de réclamer son départ. Le président est finalement destitué en 2013 par un coup d’Etat mené par son ministre de la Défense Abdelfattah al-Sissi – devenu depuis président. Dès lors, les Frères musulmans ont été classés par l’Egypte comme « organisation terroriste » et Mohamed Morsi purgeait sa peine, condamné à la perpétuité notamment pour espionnage au profit du Qatar et du Hamas.

Depuis plusieurs années, la famille de l’ancien président et son parti politique déploraient ses conditions de détention. Sur son compte Twitter, le Parti de la liberté et de la justice « pleure le président martyr », victime d’un « meurtre à part entière ». Les ONG internationales – Human Rights Watch et Amnesty International en première ligne – avaient déjà condamné les conditions de détention et réclament désormais au pouvoir égyptien de faire la lumière sur cette mort jugée suspecte. l’Organisation des Nations unies réclame également une enquête. Dans une note à la presse, Rupert Colville, porte-parole du Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme a déclaré : « Toute mort subite en détention doit être suivie d’une enquête rapide, impartiale, approfondie et transparente menée par un organe indépendant afin de clarifier les causes du décès. »

Si son arrivée au pouvoir répondait en premier lieu aux revendications populaires, le maréchal Sissi gouverne lui aussi l’Egypte de manière autoritaire, et redoute l’instrumentalisation de la mort de l’ancien président. Mardi 18 juin, Mohamed Morsi a été enterré au Caire en toute discrétion en présence de sa famille et d’un déploiement important des forces de l’ordre. Le pouvoir égyptien veille à ce que l’ancien président ne devienne pas un martyr et que sa stèle ne devienne pas un lieu de pèlerinage. A ce titre, il a renforcé l’état d’urgence afin de parer à toute manifestation. Dans la presse égyptienne, le décès de Mohamed Morsi ne fait naturellement pas office d’événement majeur et les médias omettent d’ailleurs de mentionner son titre d’ancien chef d’Etat.

La mort de celui qui a brièvement été une des figures de l’islam politique sunnite, a entrainé une bataille de perceptions autour de son image. L’ancien président, érigé en martyr, est pleuré par ses anciens soutiens. Mort, Mohamed Morsi devient plus populaire qu’il ne l’était de son vivant.

Dans la région, les messages de soutien et de condoléances adressés au défunt président ont afflué. Sans surprise, le président turc Recep Tayyip Erdogan, allié historique du régime de Morsi qu’il percevait comme un relais de sa politique frériste a déclaré : « Je souhaite la miséricorde de Dieu à notre martyr, notre frère Morsi ». Dans la journée de mardi, une prière a été organisée en l’honneur de l’ancien chef d’Etat à Istanbul, donnant l’occasion au Président turc de dénoncer le silence de l’Occident et affirmant qu’il doutait que Mohammed Morsi soit mort de causes naturelles. Au Qatar, soutien sans faille de la Turquie, l’émir Al Thani a exprimé « son profond chagrin » tout en adressant ses « condoléances fraternelles à sa famille et au peuple égyptien ».  Dans la bande de Gaza, le Hamas a salué « la longue lutte de Morsi au service de l’Egypte et de son peuple, et principalement de la cause palestinienne ».

La disparition de l’ancien président ravive ainsi les tensions entre le caire , les Frères musulmans et leurs alliés régionaux.

Attaque de deux pétroliers en mer d’Oman : les tensions croissent entre Washington et Téhéran

 

Pétrolier en feu après une attaque le 13 juin. Tous droits réservés.

Le 13 juin, les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran ont atteint leur paroxysme après l’attaque de deux pétroliers, l’un norvégien et l’autre japonais, en mer d’Oman. Ces attaques surviennent dans un contexte de fortes tensions causées par le retrait de Washington du JCPoA (Plan d’action global commun sur le nucléaire iranien) le 8 mai 2018, mais aussi par le sabotage de quatre pétroliers le 12 mai survenus au large de Fujaïrah.

Carte montrant la localisation des attaques de pétroliers dans le golfe d’Oman. Tous droits réservés.

S’appuyant sur une vidéo de basse résolution, les Etats-Unis, soutenus par le Royaume-Uni, l’Arabie Saoudite, Israël, et l’Irak, imputent l’attaque à l’Iran. Le 13 juin 2019, le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré : « La République islamique d’Iran est responsable des attaques survenues aujourd’hui dans le golfe d’Oman. Cette déclaration est basée sur nos renseignements, les armes qui ont été utilisées, la sophistication de l’opération, les récentes attaques iraniennes similaires à celles-ci à l’encontre d’autres navires et le fait que dans la région aucun autre Etat n’a les ressources ni l’expertise nécessaires à mener à bien un tel projet ».

Cependant Téhéran nie en bloc une quelconque responsabilité. Selon le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif « le fait que les Etats-Unis se précipitent pour lancer des accusations contre l’Iran montre clairement que le groupe B [Bolton, Ben Salmane, Ben Zayed et « Bibi »] se dirige vers un plan B de sabotage de la diplomatie y compris les efforts de Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, pour couvrir le terrorisme économique mené contre l’Iran ».

Pour Nicolas Gros-Verheyde, diplômé en droit européen à l’université Paris I Panthéon Sorbonne ayant décrypté les événements, « ces vidéos ne montrent pas l’implication directe des Iraniens dans la pose des mines ou dans l’attaque contre les navires ».

La France condamne les attaques et considère que « ces incidents contribuent à alimenter les tensions déjà fortes dans la région » et « réitère son appel à l’ensemble des acteurs concernés, avec lesquels elle est en contact permanent, à la retenue et à la désescalade ». L’Union européenne, quant à elle appelle à « une enquête internationale détaillée et impartiale ». Le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Antonio Guterres s’est exprimé à son tour sur ces faits qui doivent être « établis et les responsabilités précisées ». Il poursuit : « s’il y a quelque chose que le monde ne peut pas se permettre, c’est une confrontation majeure dans la région du Golfe ». En effet, le détroit d’Ormuz, qui mène au golfe d’Oman, est un lieu hautement stratégique où circulent près de 20% du pétrole mondial et 30% du gaz naturel liquéfié. De surcroît, plus de 2 400 tankers y naviguent chaque année. Le détroit se situe également dans une zone de tension grandissante, notamment entre Sunnites et Chiites, menés par l’Arabie Saoudite et l’Iran qui veulent incarner la puissance régionale. Les Etats-Unis – allié de l’Arabie Saoudite – assurent également une forte présence militaire dans la zone afin d’assurer la libre navigation au travers le détroit.

La déstabilisation de cette région aurait donc plusieurs conséquences : la première étant la hausse du cours du baril de Brent, ce qui provoquerait une crise économique pour les pays importateurs, c’est-à-dire l’Europe et les pays asiatiques, notamment la Chine. La deuxième serait l’isolation économique de l’Iran, susceptible d’engendrer une catastrophe humanitaire. Enfin, la troisième serait une perte de patience de Téhéran qui se solderait par le non-respect des conditions posées par le JCPoA et une relance de son activité nucléaire. A ce titre, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano, a exprimé le 10 juin, son inquiétude concernant « les tensions croissantes autour de la question du nucléaire iranien ».

Quant à Washington, une crise régionale autour de la hausse du cours du pétrole ne l’affecterait que très peu, puisqu’il produit à lui seul plus de 12 millions de barils par jour grâce au pétrole de schiste, renforçant ainsi sa position de premier producteur mondial.

Le jeudi 20 juin, les tensions s’aggravent davantage lorsque Téhéran a annoncé avoir abattu un drone de l’US Navy qui aurait violé son espace aérien. Le commandement américain a confirmé tout en niant que le drone de l’US Navy survolait l’espace iranien : « CENTCOM confirme qu’un drone de la marine américaine a été abattu par un missile surface-air iranien alors qu’il évoluait dans l’espace aérien international au-dessus du détroit d’Ormuz ».

Clôture de la 29e session méditerranéenne des haute études stratégiques

La 29ème session méditerranéenne des haute études stratégiques s’est achevée le 15 juin 2019 à l’issue d’un séminaire de trois jours en région toulonnaise, marquée par les interventions du vice-amiral d’escadre Eric Chaperon et du vice-amiral d’escadre Charles-Henri de la Faverie du Ché.

Le 13 juin, l’ouverture du neuvième et dernier séminaire s’est déroulée à la salle Mozart, mise à la disposition de l’Institut FMES par la municipalité de Toulon. Le vice-amiral d’escadre Eric Chaperon, représentant militaire français auprès du Comité militaire de l’Union européenne et du Conseil de l’Atlantique Nord, y a présenté devant un parterre d’autorités civiles et militaires sa vision du rôle de l’OTAN et de l’Union européenne en Méditerranée. Il est en particulier longuement revenu sur les opérations militaires menées par les deux organisations, qui l’une comme l’autre, malgré des moyens et des ambitions différents, sont présentes sur le territoire de l’ex-Yougoslavie et déploient des forces aéromaritimes au large des côtes libyennes.

L’OTAN dirige une opération de soutien de la paix au Kosovo la Force pour le Kosovo (KFOR) – depuis le 12 juin 1999, qui « contribue à maintenir un environnement sûr et sécurisé au Kosovo et à y préserver la liberté de circulation au profit de tous ». L’Union européenne quant à elle mène une opération militaire en Bosnie-et-Herzégovine appelée « ALTHEA » afin « de jouer un rôle dissuasif […] et de contribuer à un climat de sûreté et de sécurité indispensable ». Cette mission est menée en ayant recours aux moyens et capacités communs de l’OTAN (accords « Berlin Plus »), soulignant ainsi les faiblesses de l’Union européenne sur le plan militaire. Dans le domaine maritime, l’Union européenne mène « une opération militaire de gestion de crise qui contribue à démanteler le modèle économique des réseaux de trafic de migrants et de traite des êtres humains dans la partie sud de la Méditerranée centrale », baptisée « SOPHIA » tandis que l’OTAN contribue au travers de l’opération « Sea Guardian » à la connaissance de la situation maritime et à la lutte contre le terrorisme, et participe à la constitution de capacités de sûreté maritime.

L’après-midi du 13 juin ayant été consacré à la préparation par les auditrices et auditeurs de la restitution des travaux de comités, c’est le 14 juin que le cycle de visites a repris par une découverte de l’atelier industriel de l’aéronautique (AIA) de Cuers-Pierrefeu, un des cinq ateliers du service industriel de l’aéronautique (SIAé). Créé en janvier 2008, le SIAé est un service de soutien qui relève du chef d’état-major de l’armée de l’air et qui « exécute les actions de maintenance industrielle des matériels aéronautiques dont la responsabilité lui est confiée ou dont il obtient commande ». A ce titre, l’AIA de Cuers Pierrefeu assure essentiellement la maintenance du parc aéronautique de la Marine nationale, à l’exception des Rafales, et a livré 21 aéronefs en 2018. Mais la particularité de l’AIA réside dans sa division « radômes et composites », le personnel de l’atelier concevant, réalisant et testant les radômes de tous les aéronefs militaires depuis le Mirage IV, ce qui à l’époque permettait de garantir l’autonomie stratégique de la dissuasion nucléaire. C’est en préservant cet héritage que l’AIA a fabriqué en 2018 trente-trois radômes et en a rénové 73.



A l’issue d’un rapide buffet pris au milieu des vignobles varois, les auditrices et auditeurs ont eu le privilège de visiter l’installation nucléaire de base secrète de Toulon située au cœur de la base navale de Toulon, achevant ainsi un cycle « nucléaire » débuté dans l’enceinte sécurisée de l’Unité de Propulsion Nucléaire du centre de recherche de Cadarache. Conformément à l’organisation du ministère des Armées dans les domaines de la sécurité nucléaire fixée par l’arrêté du 20 août 2015, le directeur du service de soutien de la flotte de Toulon a été désigné comme responsable d’installation par le chef d’état-major de la marine, lui-même exploitant délégué « des INBS, moyens et installations associés en service implantés à Toulon, Brest et l’île Longue ». Les auditrices et auditeurs, après avoir revêtu les tenues appropriées, ont été en mesure de constater la rigueur des dispositions prises pour « prévenir et limiter les nuisances et les risques externes résultant de l’exploitation des INBS », en matière de pollution atmosphérique comme de de pollution des eaux.

Enfin, acte final de la 29ème session, la matinée du samedi 15 juin a permis aux auditrices et auditeurs de restituer les travaux portant sur les « conséquences géopolitiques de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale ». Dans un brillant exposé à plusieurs voix devant de nombreuses autorités, s’appuyant sur leurs recherches personnelles et les nombreuses visites et interviews ayant marqué la session, ils ont déroulé trois scénarios issus de leurs réflexions prospectives, allant d’une vision optimiste permettant à tous les pays riverains de bénéficier des richesses des sous-sols marins à la montée d’un conflit ouvert, assortie de propositions permettant d’éviter cette confrontation. Le vice-amiral d’escadre Charles-Henri de la Faverie du Ché, commandant la zone maritime Méditerranée, qui avait déjà prononcé la conférence d’ouverture le samedi 20 octobre 2018, a tenu à remercier et féliciter les intervenants pour la qualité de leurs travaux, avant de partager avec eux l’option qu’il avait retenue et qu’il ne manquera pas de défendre dans les prochaines semaines.

Alors que, coïncidence des calendriers, les sept chefs d’Etats et de gouvernements des pays du sud de l’Union européenne publiaient une déclaration qui dans son paragraphe 22 affirmait « les droits souverains de la République de Chypre à explorer, exploiter et développer ses ressources naturelles au sein de sa zone économique exclusive » et s’inquiétaient des activités de forage « réelles ou potentielles » conduites par la Turquie dans cet espace, le vice-amiral (2S) Benoît Le Masne de Chermont, président de l’Institut FMES, a clos la 29ème session en remettant aux auditrices et auditeurs leur diplôme cosigné par le général de corps d’armée Patrick Destremau directeur de l’Institut des hautes études de défense nationale.

 

La République de Moldavie en pleine rupture politique dans un pays divisé

Igor Dodon à gauche et Pavel Filip à droite. Tous droits réservés.

Depuis les élections législatives du 24 février 2019, la Moldavie connaît une crise gouvernementale et parlementaire qui a atteint son paroxysme durant le weekend du 9 juin. En effet, aucune majorité n’ayant été clairement dégagée au Parlement à l’issue de ces élections, l’hémicycle est divisé entre trois grands partis : le parti des socialistes, le parti démocrate moldave (PDM) et l’Alliance ACUM composée des deux partis « Plateforme vérité et dignité » et « Parti action et solidarité ». L’incapacité parlementaire à décider de la formation d’un gouvernement avait conduit au blocage complet des institutions et poussé le président pro-russe Igor Dodon à fixer un ultimatum aux députés, leur donnant jusqu’à la mi-juin pour former un gouvernement, faute de quoi les électeurs moldaves retourneraient aux urnes.

La situation moldave incarne les tensions autour du bassin méditerranéen, tiraillée entre forces prorusses et proeuropéennes.

L’article 85-1 de la Constitution moldave prévoit en effet qu’« en cas d’impossibilité de formation du Gouvernement ou de blocage de la procédure de l’adoption des lois pendant un délai de 3 mois, le président de la République, après avoir consulté les fractions parlementaires, peut dissoudre le Parlement ». A la surprise de tous, le 8 juin, les socialistes d’Igor Dodon et l’Alliance ACUM se sont entendus sur une coalition afin de former un gouvernement inédit entre prorusses et proeuropéens, nommant Maia Sandu Premier ministre.

Le lendemain, la Cour constitutionnelle a été saisie par le PDM – parti du Premier ministre Pavel Filip – présidé par l’oligarque Vladimir Plahotniuc, l’homme fort de la République moldave, dans l’objectif de contester la formation du nouveau gouvernement. Selon le PDM, dans un argumentaire repris ultérieurement par la Cour constitutionnelle, la date butoir du 7 juin pour la formation d’un gouvernement n’avait pas été respectée. Mais, selon les partis des socialistes et de l’ACUM, le délai de formation du gouvernement courait jusqu’au 9 juin, trois mois après la confirmation des résultats officiels et non le 7 juin, trois fois trente jours après le 7 mars.

Dimanche 9 juin 2019, au motif de ne pas avoir dissous le Parlement, le président Igor Dodon a donc été démis de ses fonctions par la Cour constitutionnelle moldave, faisant du Premier ministre Pavel Filip le chef d’Etat par intérim. Celui-ci a immédiatement décider de convoquer de nouvelles élections législatives anticipées le 6 septembre. La Cour constitutionnelle a également déclaré le 10 juin l’« inconstitutionnalité du décret présidentiel du 8 juin nommant Maia Sandu en tant que Première ministre ». En réaction à cette décision, le Parlement élu a refusé la dissolution, la déclarant « d’illégale », ce que Vladimir Plahotniuc qualifie en retour de « coup d’Etat ».

Le même jour, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Pologne et la Suède ont conjointement déclaré : « dans la crise constitutionnelle actuelle, nous considérons le parlement de Moldavie comme le représentant du peuple de Moldavie et comme le lieu le plus approprié pour débattre des questions politiques, y compris les plus controversées, et nous le soutenons comme tel ». La haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Frederica Mogherini, appelle à son tour « au calme et à la retenue » et se dit prête à « travailler avec le gouvernement démocratiquement légitime ».

Le 11 juin, faisant fi de la décision de la Cour constitutionnelle, le Président Igor Dodon, a annulé le décret signé par Pavel Filip portant sur la dissolution du Parlement et l’annonce d’élections législatives anticipées au 6 septembre. Après une semaine de confusion et de tensions, le gouvernement dirigé par le PDM de Vladimir Plahotniuc a cédé le pouvoir au gouvernement de Maia Sandu. La Première ministre annonce dans un communiqué s’adressant aux citoyens moldaves que « les dirigeants de ce clan mafieux, qui ont usurpé le pouvoir et terrorisé les citoyens de la République de Moldavie pendant de nombreuses années, ont quitté le pays. Nous voulons vous assurer que le système de justice deviendra fonctionnel et indépendant ». Washington salue cette transition pacifique et se dit « prêt à travailler avec tous les Moldaves dans la construction d’un futur plus démocratique ».

La Corée accueille les auditeurs de la 4e session nationale de l’IHEDN « Enjeux et stratégies maritimes » pour leur mission de fin d’étude

Isolée du continent asiatique par une frontière extrêmement hermétique, la Corée du Sud est devenue un « Etat quasi insulaire » et a construit son développement exceptionnel sur son économie maritime constituant pour les auditeurs une destination idéale. Un programme de 6 jours particulièrement dense leur a offert l’opportunité de nombreuses visites et rencontres permettant de riches débats animés par des personnalités de très haut niveau sur des sujets maritimes variés.

Dès l’après-midi de leur arrivée, ils ont été accueillis à l’ambassade où S.E.M. Fabien Penone, ambassadeur de France en Corée du Sud, assisté de ses grands conseillers, leur a donné les principales clés de lecture pour appréhender ce pays qui connait un essor économique exceptionnel. En effet, de 3ème pays le plus pauvre du monde à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, la Corée du Sud est devenue la 11ème puissance économique mondiale. Mais quelle ne fut pas leur surprise en arrivant à l’ambassade de découvrir les photos de Cédric de Pierrepont et d’Alain Bertoncello entourées de fleurs déposées par des Coréens anonymes reconnaissants envers les deux commandos marines français qui avaient donné leur vie pour la libération d’otages parmi lesquels une Sud-Coréenne.

Le général de corps d’armée Patrick Destremau, directeur de l’IHEDN, le vice-amiral d’escadre (2s) Gérard Valin, responsable des sessions nationales « Enjeux et stratégies maritimes » de l’IHEDN, et le général de brigade Guillaume Grimaux, commandant de la Gendarmerie maritime, devant l’ambassade de France en Corée du Sud, où des fleurs ont été déposées à la mémoire de Cédric de Pierrepont et d’Alain Bertoncello.

Intervention de S.E.M. Fabien Penone devant les auditeurs et des personnalités sud-coréennes.

Le lendemain, les auditeurs ont eu d’abord l’occasion d’aborder les grands enjeux de sécurité maritime auxquels sont confrontés la Corée du Sud avec Patrick Defranoux, président de Thales Korea, et avec le président et des chercheurs du Korea Institute for Maritime Strategy (KIMS), partenaire de l’institut FMES qui apporte son expertise maritime à l’IHEDN pour la session nationale « Enjeux et stratégies maritimes ».

L’après-midi fut consacrée à des rencontres plus institutionnelles, au ministère de la Défense nationale d’abord, puis à l’Assemblée nationale, où M. Song Yong-Gil, député sud-coréen, leur a présenté les grands enjeux de la réunification entre les deux Corées.

À l’Assemblée nationale avec le député SONG Yong-Gil

Le mercredi, un dernier passage à l’ambassade de France a permis aux auditeurs d’échanger avec S.E. M. Park Heung-Kyeong, ambassadeur pour les Affaires arctiques de la République de Corée et avec des représentants du ministère des Océans et des Pêches coréen. Ils purent ainsi poser de nombreuses questions sur les ambitions de la Corée du Sud en Arctique – qui a obtenu le statut d’observateur du Conseil de l’Arctique en 2013 – et sur la politique qu’elle conduit pour rendre ses ports plus attractifs face à la forte concurrence de ses voisins.

S.E. M. Park Heung-Kyeong, ambassadeur pour les Affaires arctiques de la République de Corée

Les auditeurs sont ensuite partis à la découverte du port d’Incheon où ils ont visité le KGC Tae Pung Yang VIII 3008, frégate de 3000 tonnes, l’un des fleurons des garde-côtes sud-coréens qui jouent un rôle majeur dans cette Nation maritime par excellence.

La 4e Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » à bord du KGC Tae Pung Yang VIII 3008

Le jeudi, après une soirée passée à découvrir les spécialités culinaires de Séoul, capitale réputée pour sa cuisine de rue (street food), la session s’est rendue à l’état-major de la seconde flotte, stationné à Pyeongtaek. Les auditeurs furent d’abord accueillis par le directeur du musée des Incidents des îles du Nord-Ouest, où leur furent ensuite présentés les enjeux de mémoire liés à l’incident de Baengnyeong, autrement dit le naufrage en 2010 d’une corvette de la Marine coréenne, le Cheonan, torpillée par la Corée du Nord, causant la mort de 46 marins. Ensuite, rejoints par le commandant de la seconde flotte, Coréens et Français réunis par une même émotion, ont respecté une minute de silence à la mémoire de ces marins, au pied de l’épave du Cheonan, renflouée, rénovée et exposée au public au sein de la base navale.

Les auditeurs devant l’épave du Cheonan

Ensuite, les auditeurs ont été reçus de façon particulièrement chaleureuse et professionnelle par la Korea National Defense University (KNDU) dont la fanfare a accueilli les auditeurs à leur arrivée. Cette université de grande renommée est un partenaire de choix pour l’IHEDN qui a signé avec elle un accord de coopération en 2017. L’après-midi, consacrée à un séminaire conjoint entre les deux instituts, a permis des échanges et des débats très riches sur des sujets stratégiques aussi variés que l’influence croissante de la Chine sur la scène internationale – notamment à travers la « Belt Road Initiative » (BRI) – ou les enjeux de sécurité maritime contemporains au premier rang desquels le climat et la protection de la biodiversité marine.

Accueil en fanfare à la Korea National Defense University (KNDU)

Échange de cadeaux avec le général de corps d’armée LEE Seok Gu, président de la KNDU

Les auditeurs à la Korean National Defense University (KNDU)

Cap ensuite au sud-est vers le cœur de l’industrie maritime coréenne pour atteindre Ulsan, ville côtière profondément marquée par l’industrie navale, et profiter d’une nuit bien méritée après un long trajet en bus à travers la campagne coréenne.

Le programme du vendredi fut aussi dense que celui des jours précédents. Dès potron-minet, les auditeurs furent accueillis par le général Ha dans les superbes locaux des garde-côtes du port de la ville équipés de système de contrôle particulièrement modernes, performants et – petite satisfaction – de fabrication française.  Quatrième port au monde pour le transport de liquide, avec 200 millions de tonnes de transits annuels, Ulsan abrite également une construction navale florissante. Le trafic maritime y croît donc sans trêve d’année en année comme le rôle des Garde-Côtes.

La 4e Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » chez les Garde-Côtes d’Ulsan

Toujours à Ulsan, les auditeurs se sont ensuite rendus chez Hyundai Heavy Industries, plus grand constructeur naval au monde, chantiers duquel sont lancés près de 50 navires par an. Cette fulgurante réussite industrielle qui a transformé un village de pêcheur en épicentre du monde maritime depuis 1972, est due à la puissance du groupe Hyundai, l’un des « Chaebol » (grand conglomérat industriel familial) sud-coréens, qui a su intégrer les différentes filiales de son groupe pour maximiser l’efficience de son chantier naval, tout en offrant des solutions globales aux clients du groupe. Hyundai Heavy Industries espère ainsi conserver sa position de chef de file international de la construction navale, en se concentrant notamment sur le lancement de navires et plates-formes à haute valeur technologique. Au cours de cette visite, les auditeurs ont pu apprécier la démesure de ce chantier avec ses quatre kilomètres de quais, ses dizaines de portiques monumentaux capables de soulever les blocs qui, une fois soudés par les 10 000 ouvriers du site, permettent l’assemblage des navires.

Les auditeurs chez Hyundai Heavy Industries, premier chantier naval du monde

La session s’est ensuite dirigée vers Busan, deuxième ville du pays, impressionnante par son étendue, et le contraste flagrant entre la verticalité de ses nombreuses tours et son riche front de mer, où se mêlent plages, ports de pêche, de plaisance et port industriel.

Les auditeurs se sont d’abord rendus au commandement de la Marine de la République Sud-coréenne (« ROK Fleet »), où le vice-amiral Hwang, directeur du centre des opérations maritimes a donné une dimension toute particulière à cette rencontre par sa présentation des enjeux de cette Marine, régulièrement confrontée à des offensives de la part de son voisin du Nord, qui dispose d’un spectre capacitaire étendu, et participe à de nombreux exercices internationaux. Avec ses 70 aéronefs, 140 bâtiments de surface et 10 sous-marins, elle représente d’ailleurs un allié de poids pour la France en Asie. Au point que nos marines ont effectué onze exercices conjoints d’interaction (« Passex ») depuis 2002.

 Avec le vice-amiral Hwang devant le « ROK Fleet » Command

Toujours à Busan, les auditeurs se sont rendus au cimetière du mémorial des Nations unies en Corée, seul cimetière de l’ONU au monde. Ils y ont déposé une gerbe devant le monument dédié aux soldats français du Bataillon de Corée morts lors de la guerre de Corée (1950-1953), en leur hommage, mais aussi en mémoire de Cédric de Pierrepont et d’Alain Bertoncello. Ils eurent ensuite le grand honneur de participer à la cérémonie des couleurs.

Dépôt de gerbe et Marseillaise a capella au monument dédié aux soldats français

 Cérémonie des couleurs au cimetière de la guerre de Corée avec les soldats de l’ONU

Enfin, avant de rentrer à Séoul par le KTX, dérivé du TGV français, les auditeurs ont eu le temps de découvrir le marché aux poissons de Busan, le plus grand de Corée du Sud, pour y faire des découvertes surprenantes et des dégustations pour le moins exotiques…

Plus culturel, le samedi n’en a pas été moins riche et émouvant. En effet, les auditeurs se sont d’abord rendus au Mémorial de la guerre de Corée pour un dépôt de gerbe et un ultime hommage à nos soldats morts pour la France. A 10 000 km des Invalides ont été lues par l’un des leurs les paroles du chant entonné par le commando Hubert lors de la cérémonie en mémoire de Cédric de Pierrepont et d’Alain Bertoncello avant que la Marseillaise ne retentisse à nouveau en plein centre de Séoul sous le regard admiratif de Coréens chez qui le devoir de mémoire est profondément ancré.

Dépôt de gerbe et Marseillaise a capella devant la stèle des soldats du Bataillon de Corée français mort pour la France  

Après la visite de ce mémorial impressionnant puis de celle du palais royal de Gyeongbokgung cœur de l’âme coréenne, et du quartier d’Insadong particulièrement animé, cette mission s’est conclue par un dîner traditionnel coréen. Ce fut l’occasion pour les auditeurs de remercier l’attaché de défense, le colonel David Johan, et son adjoint, le premier-maître Brenier, pour leur investissement dans la réussite de cette mission en Corée qui fut à la fois dense, riche et passionnante.

Mali : les conflits interethniques se multiplient

 

Le village de Sobane dans le centre du Mali, le 11 juin 2019. Tous droits réservés.

Dimanche 10 juin, un massacre visant des civils au Mali aurait causé la mort d’au moins 95 personnes selon un bilan provisoire. Il s’agit principalement de Dogon, habitants du village de Sobane, dans la région de Mopti au centre du pays. Toutefois, mardi 11 juin, le bilan a été revu à la baisse à l’issue d’une mission d’enquête. Selon le gouvernement, 35 personnes dont 24 enfants ont en réalité perdu la vie. En sus d’avoir causé la mort d’une trentaine de personnes, les assaillants – dont 6 ont été interpellés, 2 d’entre eux par la MINUSMA – ont procédé à de multiples incendies.

Le dossier malien est devenu un sujet de préoccupation majeure avec la multiplication des massacres intercommunautaires. La vague de meurtres s’étant déroulée le 10 juin contre les Dogon – dans une région particulièrement touristique – se rapproche de celle du 23 mars dernier à Ogossagou à l’encontre des Peuls.

La situation brûlante suscite l’inquiétude de la population. Le blogueur malien Adam Thiam déplore « une morgue à ciel ouvert » dans cette région du monde « qui brûle ». Le gouvernement s’inquiète également à juste titre de l’escalade des tensions. Le Premier ministre Boubou Cissé a déclaré : « Toutes ces victimes de l’horreur et de la barbarie nous rappellent la responsabilité qui nous incombe, en tant que dirigeants, de renforcer et d’accélérer les efforts sécuritaires, économiques et politiques entrepris en faveur de la paix et de la réconciliation. » Sur le même ton, le président Ibrahim Boubacar Keïta a dénoncé à la télévision nationale « un carnage » et a appelé à des « retrouvailles » qui « seules vont nous permettre de rebondir et permettre à notre nation de survivre ».

Toutefois, si plusieurs habitants de Sobane ont imputé l’attaque à des Peuls originaires de villages voisins et appartenant à des groupes djihadistes, la situation malienne ne s’explique pas seulement par des considérations communautaires. Il ne faudrait en effet pas omettre la capacité de nuisance des djihadistes dans la région, qui tirent profit des tensions en tentant de recruter des Peuls dans leurs groupes. Ils favorisent alors les stéréotypes autour de la violence concernant ce groupe ethnique.

La question malienne s’étend en dehors des frontières du pays et préoccupe la communauté internationale. Lundi 11 juin 2019, le Secrétaire général des Nations unies et la Mission des Nations unies au Mali (MINUSMA) ont « vivement condamné » le massacre. Tandis que le chef de la MINUSMA Mahamat Saleh Annadif a appelé à « un sursaut national », Antonio Guterres s’est dit « outré » et appelle les autorités maliennes « à enquêter rapidement (…) et à traduire les responsables en justice ». Alors que la situation est à déplorer dans le pays, la MINUSMA pour qui « le seuil de l’intolérable est atteint » est amenée à prendre « toute sa part de responsabilité ». La veille, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini s’est exprimée sur les massacres au Mali et au Burkina Faso : «ces exactions contre des populations peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité ». L’UE affiche son soutien à ces pays du Sahel pour « contribuer à la paix, la sécurité et la satisfaction des besoins des populations ». Quant à la France, le ministère des Affaires étrangères « condamne avec la plus grande fermeté les violences d’une ampleur particulièrement préoccupante ».

Le massacre de Sobane a conduit le pays à décréter un deuil national de 3 jours en hommage aux victimes et à émettre ses premières sanctions. L’une d’entre elles concerne la révocation du gouverneur de la région de Mopti, en tant que représentant exécutif.

Le Mali connait actuellement l’un des pires conflits ethniques de la planète. La série d’événements tragiques perce à jour l’incapacité des forces armées maliennes à protéger leurs ressortissants et accroit le ressentiment des Maliens envers les forces étrangères présentes sur le pays, en particulier la MINUSMA. Pourtant, face à la demande du ministre malien des Affaires étrangères d’une présence renforcée de l’ONU dans le centre du pays, la communauté onusienne considère que la MINUSMA ne peut être une force d’interposition et que la sécurité intérieure du pays incombe en premier lieu aux forces maliennes.

Regain de tensions autour des gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale

Le président turc Recep Tayyip Erdogan. Tous droits réservés.

 

La découverte de gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale a accru les tensions dans la région. Les réserves gazières au large de l’île de Chypre suscitent l’ire de la Turquie, qui occupe le nord de l’île depuis 1974 par le biais de la République turque de Chypre nord, non reconnue par la communauté internationale, et qui s’oppose à l’exploitation par la République de Chypre de ces gisements et revendique son droit de jouir des ressources sous prétexte d’en faire bénéficier la communauté chypriote turque.

Le 7 juin, le ministère des Affaires étrangères chypriote a publié une synthèse du différend opposant Nicosie et Ankara sur les délimitations des zones maritimes. Le même jour, Hami Aksoy, porte-parole du ministère des Affaires étrangères a réagi , évoquant les concessions accordées par Nicosie à « certaines compagnies pétrolières » : « Cet accord est un exemple concret de la poursuite par les Chypriotes grecs de la violation des droits des Chypriotes turcs jouissant des mêmes droits sur les ressources naturelles de l’île (…). Ceci est inacceptable pour la Turquie et la République turque de Chypre nord ». Sans surprise, Ankara, soutient la RTCN et revendique ses droits sur l’île : « L’Administration chypriote grecque du sud de Chypre et les sociétés internationales qui traitent avec elle ne peuvent ignorer le fait que les Chypriotes turcs sont copropriétaires de l’île et qu’ils ont des droits égaux sur les ressources pétrolières et gazières de l’île. » Et Ankara de menacer : « la Turquie ne laissera personne enfreindre les droits des Chypriotes turcs ». Les déclarations du ministère des Affaires étrangères font écho aux propos tenus par le Président Recep Tayyip Erdogan : « Nous ne ferons aucune concession de ces droits au profit des parties n’étant nullement concernées. Nous sommes déterminés à protéger jusqu’au bout les droits de nos congénères turcs, et surtout de nos frères Chypriotes turcs, dans les zones économiques exclusives ». Ankara alerte la communauté internationale : Chypre n’hésiterait pas « à risquer de manière irresponsable la sécurité et la stabilité de la Méditerranée orientale en méconnaissant les droits inhérents des Chypriotes turcs », Nicosie rejetant selon les Turcs « toutes les propositions de coopération et la poursuite des activités unilatérales » en dépit des avertissements.

Toutefois, la Turquie, si elle se montre agressive, est isolée sur la question chypriote à l’échelle internationale. Le 6 juin dernier, le Président chypriote Nicos Anastasiades a rencontré le secrétaire d’Etat américain Matthew Palmer afin d’évoquer les relations bilatérales et le problème chypriote. Les Etats-Unis se sont montrés « profondément concernés par les déclarations de la Turquie » et ont « pleinement reconnu la souveraineté de la République de Chypre d’explorer et d’exploiter ses ressources naturelles ».

Malgré les menaces d’Ankara, les compagnies pétrolières acceptent d’explorer les eaux chypriotes. Parmi elles, l’américaine ExxonMobil, la française Total ou encore l’italienne Eni. De plus, l’île, qui bénéficie du soutien de l’UE et des puissances occidentales, espère mettre un terme aux activités de forage turques. Nicosie a ainsi émis des mandats d’arrêt à l’encontre de l’équipage du navire de forage turc Fatih et de Turkish Petroleum. En réponse, Hami Aksoy a déclaré le 10 juin : « L’administration chypriote grecque ne peut pas engager une telle action en justice sur la base d’une prétendue loi nationale, pour une zone maritime revendiquée unilatéralement qui n’est pas délimitée conformément au droit international. Ceci est également incompatible avec le droit international. » Alors qu’elle invoque son interprétation du droit international et des zones économiques exclusives, la Turquie n’est pas signataire de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, adoptée en 1982 à Montego Bay.

Si tout oppose les deux structures étatiques, République de Chypre et RTCN, les populations chypriotes grecs et turcs aspirent à davantage de dialogue.