Actualités

What can we expect from Joe Biden in the Middle East and in North Africa? – by Pierre Razoux

Pierre Razoux, Academic and Research Director of the FMES Institute

ABSTRACT :
Even if his style will be more welcoming, there is no doubt that Joe Biden will be defending America’s interests first. His election is a bitter blow for Vladimir Putin, Xi Jinping, Bashar al-Assad and Recep Tayyip Erdogan. Cautious, pragmatic and realistic, and attached as he is to the Palestinian and Kurdish causes, deciphering the 46th president of the United States of America’s approach to foreign policy is not easy, and not least because his team has very contrasting views on the main issues concerning the Middle East. He has no illusions about the United States’ ability to resolve the Israeli-Palestinian conflict. His priorities for the MENA region consist of containing China and Russia’s advances, ending the policy of maximum sanctions against Iran to enable the renewal of dialogue with Teheran, distancing himself from Saudi Arabia by condemning its policy in Yemen, and reassuring America’s other regional allies in order to restore the United States’ credibility. In North Africa he seems ready to re-engage with America’s most fragile partners to prevent their total collapse, while still avoiding any direct involvement in Libya or the Sahelo-Saharan strip. Amongst those who had hoped for a Donald Trump victory (see map and table), the Israeli, Egyptian, Saudi and Emirate leaders are going to have to demonstrate goodwill to the new Democratic administration. The most complex relationship is going to be that with the Turkish president Erdogan. The latter seems aware of this, because he has been adopting a posture of de-escalation over the last few weeks.
If it is highly unlikely that Joe Biden will reach an agreement with Teheran in the short term, the new conservative team which should come to power in Iran in June 2021 could be tempted at that point to enter into a general agreement with him in order to reinvigorate their economy and avoid falling into China’s bailiwick. In the meantime, it is Qatar which stands to gain the most from Biden’s election, especially as he is not opposed to the political Islam of the Muslim Brotherhood, as long as it remains compatible with the liberal values of the United States, as long as it promotes the free market economy, democratic elections and as long as it does not question the arms deals concluded with American industry.
To anticipate the United States’ policy with regard to the Middle East and North Africa the most sensible option consists, in fine, in deciphering the foreign policy agenda of Vice President Kamala Harris, a key element in the American institutional system given the context and the age of the President.

As he becomes the 46th President of the United States of America, Joe Biden is inheriting a fragmented and volatile situation not just in the Middle East, but also in North Africa. The situation is all the more so because his predecessor seemed to have turned his back on the region, while at the same time tacitly agreeing with Vladimir Putin to divide the Middle East into two zones of influence; one (in the north) dominated by Russia and Iran, and the other (in the south) by the US and Israel. This implicit division of concerns, corresponding to his wish to reduce the United States’ military footprint and simplify the regional geopolitical equation (‘You’re either for me or against me!’) led him to condemn Iran in extreme terms and in doing so to destroy the sole diplomatic achievement of the Obama presidency, the nuclear agreement known as the JCPOA[1] – even though it meant pushing the Iranians into the arms of the Russians and the Chinese. As with many Republican presidents before him, Donald Trump continued the policy of containment with regards to Iran and its allies of convenience (Syria yesterday, Iraq, Qatar and Lebanon today) by relying on Israel and the monarchies of the Arabian Peninsula. 

Joe Biden and his close team have their work cut out to ease tensions, reassure some, restrain the ambitions of others, resume a difficult dialogue with Teheran and in doing so reduce the risks of a military escalation that deep down none of the regional actors wish to see, leading as it would to a greater fragmentation that would play into the hands of the jihadists and religious extremists. The main risk lies in an error of calculation. The challenge is all the greater because the actors in the Middle East have exported their rivalries to the Mediterranean and North Africa, whether it be those between Iran and Israel on the one hand, Saudi Arabia and the United Arab Emirates and Iran, Qatar and Turkey on the other, or again the exacerbated rivalry between the pro and anti-Muslim Brotherhood factions. As it is, any geopolitical and strategic analysis must henceforth consider the two regions of the Middle East and North Africa together, whereas once they could be treated separately.

In addition Biden’s administration comes into office at a pivotal time, marked by a move away from the west, a weakening of the influence of liberalism and multilateralism, and the rise of populism and nationalism. These tidal waves impact the Middle East and North Africa, just as the disastrous socio-economic consequences of the Covid-19 pandemic have done, isolating the countries of these two regions a little more and making them that much more vulnerable not only to the expansionist appetites of Peking, Moscow and Ankara, but also to jihadists, criminal groups and demagogues of every kind. There is however no doubt that the arrival of Jo Biden on the scene will have come as a real blow to Vladimir Putin, Xi Jinping, Recep Tayyip Erdogan and Bashar al-Assad. 

A very experienced President, whose software seems somewhat out of date

The 78 year old Joe Biden has been a member of the Senate for 36 years, has led the highly influential Committee of Foreign Relations in the US Senate and for eight years he was Vice President to Barack Obama. In all of these roles he has continuously travelled to the Middle East and North Africa, forging personal ties to many leaders of whom several are no longer on the scene. He masters his briefs, even though his principal instincts were forged in the years between 1980-2000 and are perhaps not completely in phase with the rapid changes in these two regions. Although pragmatic and realistic he remains very attached to the Palestinian cause, as with that of the Kurds, and is clearly counting on the current regimes, whatever they may be. Robert Malley, the White House Coordinator Middle East and North Africa in the Obama administration, and close to the new Secretary of State, Anthony Blinken, summarises the priorities for the new Biden team as follows:

  • “Control the coronavirus crisis;
  • Contain China without jeopardising dialogue and economic cooperation with Peking;
  • Put an end to the policy of ‘maximum sanctions’ against Iran, in order to return to the nuclear agreement (JCPOA) with an assurance that Teheran will comply with the treaty again, respect all of its commitments and will adopt a more reassuring attitude towards its neighbours; 
  • Distance itself from Saudi Arabia by stopping the policy of issuing a blank cheque for its disastrous intervention in Yemen;
  • Rejoin the Paris Agreement on climate change;
  • Reassure the traditional allies of the United States, because the loyalty and the credibility of the US are values in which he deeply believes.” [2].

Robert Malley continues by emphasising that « Joe Biden is not easy to pigeonhole in terms of foreign policy; he was in favour of the Balkan War, as he was of intervention in Iraq in 2003; but he was opposed to intervening in Libya, along with any plan to intervene in Iran; […] he doesn’t have his finger resting on the trigger; […] Joe Biden is someone who is very realistic and pragmatic. He doesn’t share the optimism and ambitious vision of Barack Obama when he started out; he will begin where Obama finished. In this respect, his politics will be more like those of the end of Obama’s second term; […] At heart, Joe Biden doesn’t harbour any great hopes for the Middle East. He doesn’t see any probable resolution of the Israeli-Palestinian conflict and will not want to devote the main effort of the United States to it.”[3]. Malley reminds us in addition that the members of the former Obama administration – who ought to find posts in the Biden administration – had, and still have, very different views on the issues in the Middle East and North Africa.[4]

In his memoirs Barack Obama stressed Joe Biden’s caution, recalling the crisis meeting at which he ordered the raid on Abbottabad to eliminate Osama Bin Laden: “Joe (Biden) also weighed in against the raid, arguing that given the enormous consequences of failure, I should defer any decision. […] I also knew that Joe, like Gates, had been in Washington during Desert One (the fiasco of the American raid in April 1980, designed to free US hostages taken in Iran). I imagined he had strong memories of the time: the grieving families, the blow to American prestige, the recrimination and the portrayal of Jimmy Carter as both reckless and weak minded in authorizing the mission” [5].

As part of the Democratic establishment formed by liberal ideals Biden is not opposed to the political Islam of the Muslim Brotherhood, as long as it remains compatible with his vision and his values especially human rights, and as long as it promotes the free-market economy, democratic elections and doesn’t call into question arms contracts agreed with American industry.  If in addition he has an aim of returning troops to their barracks, then so much the better for a whole generation of Democratic politicians marked by the film Midnight Express[6].

A fairly predictable roadmap

Even if the style will be more welcoming, there is no doubt that Joe Biden will be defending American interests first and foremost. In the Middle East, if one applies Robert Malley’s diagnosis, confirmed by Anthony Blinken’s utterances, it is probable that his administration will look to slow down and if possible counter Russian and Chinese expansion, to protect trade routes and the straits if these were to be threatened, while controlling the chokepoints of the flow of hydrocarbons towards China in order to convince it that an all-out economic war against the United States – a fortiori a direct military confrontation – would be lost from the outset. The struggle against Islamic terrorism will continue, concentrating on IS and Al Qaeda and no longer on those movements close to Iran described as ‘terrorists’ by Mike Pompeo.

Contrary to Donald Trump, Biden will seek to re-engage with most of the regional actors abandoned by his predecessor, so that the US can reclaim its role of a legitimate and indispensable actor in both the diplomatic and economic fields. Everything indicates that he will solidly support the moderate monarchies in the Arabian Peninsula, that he will help to stabilise Lebanon to prevent it from ending up totally in Iran’s pocket and that he will seek to maintain US influence in Iraq. Very attached to form, he will adapt the style of his foreign policy by reassuring his traditional allies and by reverting to greater multilateralism, giving greater prominence to human rights. The Syrian regime can expect little from him during his mandate.

As far as Palestine is concerned, Robert Malley believes that “the new American administration will abandon the Trump peace plan, will adopt a more critical attitude towards Israeli settlements on the West Bank, will restart negotiations with the Palestinian Authority and will renew economic support for the Palestinians.”[7] Nevertheless, it is very unlikely to reverse the decisions to transfer the US embassy to Jerusalem, to recognise Israel’s annexation of the Golan Heights (which affects Syria and not the Palestinians), or decisions on the supply of arms to Israel and the presence of American radar stations and anti-missile bases on Israeli territory. Joe Biden knows that he has to make goodwill gestures to the Israeli government in order for the Israelis to swallow the pill of US re-engagement with Iran. His priority will in fact remain the issue of Iran, that he links to the security of the Gulf and the Levant. He will do everything to ease the restart of bilateral negotiations with Iran, all the while encouraging Saudi Arabia and the UAE to renew a dialogue with Teheran, all with the aim of reducing regional tensions and facilitating the return of the US to an improved nuclear agreement (JCPOA).

With regard to the Kurds, it would appear logical that Biden, who never accepted Donald Trump’s abandonment of the Syrian PYD, will do the minimum necessary to allow the Syrian Kurds a breathing space and allow them to continue resisting both the Turkish army and the Syrian regime. This will in no sense provide a long-term solution for their future, but it will allow them to gain a little time.

In North Africa, the Biden administration appears to want to re-engage with the most fragile states to prevent their collapse in the face of Jihadist assaults, faced with the incompetence of certain leaders, or to prevent them from falling under the influence of Moscow or Peking. It would appear probable that the administration will put pressure on them to control the variations in the price of oil more effectively and if possible to build up a share of their energy industries. There seems little desire to become involved in Libya, with the same going for any involvement in the Sahel-Saharan region, even though the new administration will quite certainly continue its logistical support for the international forces deployed in the region.[8]  

Those who welcome Joe Biden’s arrival in power

Joe Biden knows that a number of the leaders in the Middle East and North Africa were fervently hoping for a Donald Trump victory and did all that they could to help his campaign as the map and table below demonstrate. On the other hand, he also knows that other leaders, on whom he will be able to rely, were hoping for his victory, for various reasons: some to renew bilateral discussions allowing agreement on a new strategic balance of power (Iran); others who are looking for American reassurances (Tunisia, Lebanon, Jordan, Kuwait, Oman); still others who wish to return to the previous state of affairs (Qatar, Iraq, the Palestinian Authority). Libya and Yemen which remain firmly fragmented, are special cases because their leaders, or those who would aspire to become leaders, share different views. The Yemeni leaders agree nonetheless that Biden remains the best placed to put the necessary pressure on the Saudi leaders to abandon their military intervention in Yemen, an intervention that appears daily more unpopular in Congress.

The accompanying map and table below demonstrate the very different perceptions between the  pro-Biden and the pro-Trump camps, but also between those who are favourable to, or hostile to the presence of the American military in the region, such that it is impossible to simplify things by using criteria such as governance  (dictatorships vs more open regimes, monarchies vs republics) or the status of privileged allies (Turkey, a NATO member, hostile to both Biden and the American military presence in its own sphere of interest). There are no clear fault lines. The regional organisations, whether it be the Arab League, the Gulf Cooperation Council, or the Arab Maghreb Union are themselves equally deeply divided on these issues and will be of no help to Arab leaders looking to develop a coherent line in regard to the new US administration. The recent normalisation of diplomatic relations between several states (the UAE, Bahrein, Morocco, Sudan) with Israel only reinforce the picture of an Arab world more divided than ever. Even if the Arab leaders who recognised Israel at the end of 2020 all supported Donald Trump, Joe Biden’s team will rejoice in the fact of this normalising of diplomatic relations which, from his point of view go in the direction of an easing in regional tensions.[9]

Table of Middle East and North African leaders and their attitudes to Joe Biden

The most enthusiastic appear to be the Iranians who are interpreting the arrival of the Biden administration as putting an end to the risk of direct military confrontation, but especially as giving them the chance to conclude a global deal that would allow them to consolidate their gains in the Middle East, even if it means giving up their long term nuclear military ambitions and normalising diplomatic relations with Saudi Arabia and the UAE once the US has returned to the JCPOA and has lifted the sanctions that have so heavily handicapped the Iranian economy. This is however far from a done deal because Congress, no matter its colour, is structurally hostile to the Iranian regime just like a majority of the American population, still haunted by successive hostage crises and explaining why Barack Obama would have preferred not to submit the JCPOA to Capitol Hill. Even with a Democratic majority, it is unlikely that Congress will push through the Iranian deal at a time when it is focussed on matters of internal American politics. Different lobbies (neo-conservative, Israeli, Emirate, Saudi, Greek[10]) are preparing to fight against any approach from Washington to Teheran. In Israel, Benjamin Netanyahu has declared that he will remain the final authority as far as the issue of Iran is concerned, an indication that he will not feel restrained by America’s return to the JCPOA and that he will retain his freedom of action, including military action, in anything to do with Iran.  

As the skilled negotiators that they are, the Iranian authorities are blowing hot and cold, allowing their parliament to pass a bill called ‘A strategic plan of action for lifting sanctions and for the protection of the rights of the Iranian nation’ which makes conditions for the restart of negotiations with the US considerably harder and puts pressure on the White House by fixing 21 February 2021 as the deadline for allowing the inspectors of the IAEA access to certain Iranian nuclear installations, while they are significantly increasing the quantity of uranium that can be enriched up to 20% purity. Mohammed Javad Zarif, the Iranian minster of Foreign Affairs, declared a few days before Joe Biden’s swearing in: “The return of the United States to the JCPOA is not enough at this present time. The aim of the JCPOA was the lifting of sanctions […] If the United States are saying today that they will return to the JCPOA, that means nothing to us. Sanctions must be lifted before anything else […] our banking relationships must be returned to normal and the agreements that we signed put in place […] At a later date the matter of compensation will have to be discussed.” [11] However he has overcalculated the possibility of new conditions being presented by the members of the JCPOA on the lifting of sanctions: “Nobody has the right to do that. The JCPOA is an agreement on nuclear power and has nothing to do with ballistic missiles”[12]: Mohammad Ghalibaf, the Speaker of the Iranian parliament and a putative candidate for the presidential elections of 2021, repeated that “all the articles of law concerning the Strategic Action Plan for lifting sanctions and the protection of the rights of the Iranian nation were reversible in the event of a complete lifting of sanctions” [13], with the implication that everything is reversible if an agreement can be reached.  

Increasing the pressure on Joe Biden but also on President Rouhani by indicating that an agreement seems very unlikely in the short term, the Supreme Leader Ali Khamenei is serving notice to all parties that any possible agreement will not be concluded until after the Iranian presidential elections of 18 June 2021. The main issue of all this is not to find out if the winner of the election will be a reformer or a conservative, because all the indications are that it will be a staunch conservative, rather the question is whether he will be a former soldier from the Iranian Revolutionary Guard, someone from the clergy, or else a ‘civilian’ politician with a reputation for sound economic management. For the moment it appears as if all options are on the table and the winner, whoever he is, will without doubt have a freer hand to negotiate with Washington since the conservative block will trust him and not accuse him of trying to sell off Iran’s interests. As so often in history it is those leaders who appear the most intransigent who end up by concluding a peace deal, because the bottom line is that a deal between Washington and Teheran would look as much to finding a negotiated solution to the question of the nuclear deal as it would to burying the hatchet. We can therefore expect nothing of significance before the end of 2021 at the earliest. If push comes to shove, the new Iranian team would probably choose to go for a nuclear military capacity and to move even closer to Moscow and Peking, strengthening Russia and China’s posture in the Middle East as Albert Wolf of John Hopkins University notes.[14]

In the Persian Gulf, there is no doubt that it is Qatar that will profit most from Joe Biden’s election since he does not just wish to see an easing of the tensions between the Arab monarchies and Iran, but also between the reigning families themselves. The Saudi leaders were well aware of this when they agreed a public reconciliation with Qatar at the plenary session of the Gulf Cooperation Council at Al-Ula on 5 January 2021, to the great displeasure of the Emirate Sheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan who hadn’t made the journey to the meeting.[15] The Emir of Qatar Tamim al-Thani, who knows he can now count on the support of the US as well as that of Iran and Turkey, will be able to get on with organising his 2022 World Cup finals with peace of mind, whereas the Emirate leaders are in danger of running into problems for the rollout of their World Expo 2021 should tensions with Iran rise. In the medium-term Qatar will probably have to choose between Saudi Arabia and Turkey, because it will be difficult to manage both in the longer term. For Tamim al-Thani the essential thing is to retain the support of the United States and that of Iran, which he needs to guarantee the security of his emirate and its economic and diplomatic development. He is no doubt hoping to play a major role in the negotiations between the Americans and the Iranians, in the knowledge that he has credibility in both camps.[16]

The newly designated leaders of Kuwait and Oman welcomed Biden’s victory because like them, he is calling for good relations between both sides of the Gulf. Older, and for the moment lacking legitimacy, they have internal problems to face and don’t seem in a position to make an impact on the international scene.   

In Iraq, if Prime Minister Mustafa al-Kadhimi wants a continuation of the American military and diplomatic presence, if only to counterbalance the Iranian presence in his country, his opponents, as with the Shiite militias orchestrated by Teheran, are acting behind the scenes to weaken the credibility of the US and force them to leave Iraq. Biden’s arrival might offer some respite to the Iraqi Prime Minister who is supported by a part of the Sunni political class, but it is highly unlikely that the Democratic administration will be able to reverse the disastrous image that the United States suffers from in Iraq. In the long term, the fate of the American presence in Iraq appears sealed.  

In the Levant, King Abdullah II of Jordan, the president of the Palestinian Authority, Mahmoud Abbas, and the Lebanese president, Michel Aoun, are all the more openly delighted at the election of Joe Biden because they feared that they would be the victims of Jared Kushner’s peace plan, the famous ‘deal of the century’. Greatly weakened within the Gaza Strip, Mahmoud Abbas is hoping for a return to the previous status quo (the two-state solution and a ‘fair’ mediation from the US) which would allow him to hold on a little longer with the backing of his supporters, because of the lack of any credible options[17], even though Iran seems to be strengthening its hold in the Gaza Strip, increasing its means of deterrence vis à vis Israel.[18]

In North Africa the arrival of a Democratic team openly promoting America’s liberal values, in particular the right to self-determination, development aid, multilateralism and protection of the environment and on top of all this, without negative prejudices in regard to Political Islam, can only make its aged leaders, stunned by Donald Trump’s cynicism, his unpredictability and his brutality, heartily rejoice. Their internal difficulties nonetheless limit their margins of manoeuvre within the region. Notwithstanding the above, the Algerian and Moroccan leaders have reservations regarding the Biden team’s goodwill towards the Muslim Brotherhood.  

Those who are going to have make goodwill gestures to the new American President

The first to have reacted is the Israeli Premier Benjamin Netanyahu who knows he has four difficult years ahead, if he can manage to remain in power, because he gave his unconditional support to Donald Trump. Like many Israelis he sees the election of Joe Biden as a step backwards.[19] He nonetheless called Biden a few hours after the latter had declared victory to congratulate him, to emphasise the long-lasting nature of their relationship, and to acknowledge him as a friend of Israel’s. Since then, he has kept a low profile and concentrated on his own political survival and the negotiations to improve relations with other Arab countries. It appears as if he has delegated communication with the US to his close entourage. Tzachi Hanegbi, Minister of Settlement Affairs, speaking in the name of the Israeli government stated on 13 January 2021: “The most important thing is to convince the new American administration not to repeat the errors of the Obama administration, which is to say appeasement of the Iranians.”[20] In parallel, and to remain in the new Democratic administration’s good books, Eli Cohen, the Minister of Intelligence, leaked a note which envisaged a possible normalisation of diplomatic relations with Qatar, stipulating that “The importance of Qatar for the Jewish state lies in its capacity to build a network of contacts with the Muslim Brotherhood […] Good relations with Qatar could be an important factor in stabilising the situation in the Gaza Strip and in contributing to an easing of existing tensions with Turkey.” [21]

The Saudi and UAE leaders also know that they are also going to have to demonstrate goodwill if they do not wish to be completely marginalised.  The first signs of this have not been long in coming, as discussions in Congress questioning the delivery of F35 stealth fighters to the UAE bear witness. Normalising diplomatic relations with Qatar is a first step; others will no doubt be needed, probably with regard to Yemen, Iran, Pakistan and China if the discontent in the White House is to be diminished.  

There is no doubt that the very pragmatic President Sisi will also know that he has to demonstrate goodwill to the new occupant of the White House, to remind him of the strategic importance of Egypt, guardian of the Suez Canal and a country that is still very influential in the Arab world, within the American geopolitical equation.  In North Africa the King of Morocco is already regretting Donald Trump’s departure, whose administration firmly supported Rabat’s position on the Western Sahara while also helping with the maintenance of his army’s operational capabilities. He remains however one of the guardians of the Straits of Gibraltar, the US’s main supplier of phosphates and a symbolic actor in the American strategy of normalising diplomatic relations with the Arab countries. If he remains cautious, he will probably not have to suffer any criticism from the Democratic Party, but he knows he will probably have to make moves towards those Islamist parties that are close to the movement of the Muslim Brotherhood. Which is not necessarily good news for the Europeans.

There is no doubt that the most complicated relationship will be that with President Erdogan. There has been no shortage of subjects for dispute recently: the conflict in Syria and Turkish aggression against the Kurdish PYD, American protection for the opposition leader  Fethullah Gülen, the tit for tat imprisonment of Pastor Andrew Brunson in Turkey, the Jamal Khashoggi affair which has put the United States at odds with Saudi Arabia, the Turkish purchase of Russian S-400 antimissile systems leading to the freezing of the F-35 contract, the crisis in Libya, and tensions in the Aegean Sea and the Eastern Mediterranean. Mike Pompeo openly criticised President Erdogan’s disruptive attitude at the meeting of NATO Ministers of Foreign Affairs in Brussels on 01 December 2020. Recep Tayyip Erdogan knows he needs America’s support to counter Russia’s growing economic, energy and strategic influence in Turkey. The Turkish President also knows that Joe Biden owes a lot to the Greek lobby that has supported him throughout his long political career. But he is also aware that the new American President remains favourable to the concept of a ‘moderate, democratic Islam’, a concept that the AKP knows how to sell skilfully to US Democratic elites.  As Robert Malley points out, “Joe Biden enjoys good relationships with Erdogan; this goes back to his vice-presidency when Obama delegated him to serve as the interlocuter with the Turkish president. So he will try to show greater solidarity with the Syrian Kurds than Trump did, which will complicate his relationship with Turkey,  while at the same time he will be looking for an entente with Erdogan (…) Turkey’s aggressive regional policy today has given rise to debate at the very heart of the Biden team;  on the one hand there are the hardliners, very critical of Turkey, and on the other those who believe that the US cannot allow itself to become involved in a major crisis with this important NATO ally. Both of these instincts are to be found in Joe Biden.[22] For American strategists, Turkey remains above all else NATO’s southern shield against Russia and Iran, and probably against China in the near future. They also know that they not only need the radar station at their base at Kürecik as part of their anti-ballistic missile defence framework, but also the airbase at Incirlik where a stockpile of B-61 nuclear bombs is supposed to be, a part of NATO’s nuclear deterrence plan. Turkey’s strategic position and its capacity to weaken European cohesion are enough reason to justify support for Ankara, even if Erdogan regularly questions the long-term existence of the US presence at their Incirlik base. This support for Erdogan could nonetheless alter if the left wing of the Democratic Party came to power.  

The importance of understanding Kamala Harris

Given the equal balance of the parties in the Senate (50-50) which gives the vice president the casting vote, but also the age and uncertain health of Joe Biden, who pushes her to the front and repeatedly states that he will only seek one term of office, Kamala Harris is obviously a key piece in the American institutional game. This is equally true in the area of foreign policy where she assists and supports the President, and in the Senate, where she can support or obstruct any agreements negotiated by the administration. Her key role would apply all the more so if events were to propel her to the presidency of the United States of America. It is therefore crucial to understand her position on the main issues in the Middle East and the Mediterranean rim. To date, and if one refers to her statements during the presidential campaign, this brilliant 56 year old attorney has demonstrated unequivocal support for Israel[23], while at the same time declaring that she “believes in the value of each individual Palestinian and each individual Israeli[24]. Up to the present moment Kamala Harris has made very few statements of her views on geopolitical matters, emphasising instead her progressive nature, her commitment to human rights and minorities but also her closeness to Barack Obama. Her notable term on the Senate Intelligence Committee gives one to understand that she has nonetheless taken a close interest in the most sensitive international matters. If we are to predict the policies of the United States in the medium term with regards to the Middle East and North Africa, the most sensible course of action consists therefore of understanding Vice President Kamala Harris’ real foreign policy agenda. Researchers and analysts can start on that immediately, in the hopes that she is well protected by the Secret Service.


[1] Joint Comprehensive Plan of Action, the agreement on the Iranian nuclear programme, signed in Vienna on 14th July 2015 between Teheran and the 5 permanent members of the UN Security Council, supported by Germany and the European Union and re-establishing Iran in the community of nations.

[2] Robert Malley, interviewed by Armin Arefi in Le Point, November 13, 2020.

[3] Ibid.

[4] Consulting the report “Ten conflicts to watch in 2021” by the International Crisis Group (ICG) think tank led by Robert Malley during Trump’s term of office, also sheds an interesting light on the priorities for Joe Biden’s term of office, since it cites Afghanistan, Ethiopia-Eritrea, the Sahelo-Saharan strip, Venezuela, Libya, Somalia, Yemen, USA-Iran relations, Russia-Turkey relationships and tensions due to climate change.

[5] Barack Obama, A Promised Land, Penguin/Viking, 2020, p. 686.

[6] As related to the author of this article by many American experts.

[7] Interview with Robert Malley by Armin Arefi, Le Point, op. cit.

[8] The intervention in Libya and its disastrous consequences have remained a nightmare for many responsible Democrats.

[9] Even if these normalisations of relations could ultimately increase the tensions between Israel and Iran through proxy wars, whether in the Persian Gulf, the Red Sea; or the Western Sahara since King Mohammed VI made it a condition of his acceptance of normalising relations with Israel that the US should recognise Western Sahara as part of Morocco, thus deciding against the Polisario Front supported by Algeria and Iran.   

[10] Traditionally close to Iran, Greece, panicked by Turkey’s aggressivity and its ambitions, has recently sought closer relations with Israel and the UAE, not just on economic and energy matters but also militarily and strategically.

[11] Official Iraniansite Khamenei.ir, January 10, 2021.

[12] Ibid.

[13] Ibid.

[14] Albert Wolf, “Why hasn’t anyone attacked Iran’s nuclear sites?”, Perspectives Paper n° 1878, BESA Center, January 11, 2021.

[15] Armin Arefi, “Pourquoi l’Arabie saoudite et le Qatar enterrent la hache de guerre”, Le Point, January 5, 2021.

[16] As reflected in the laudatory message tweeted in English by Mohammed Javad Zarif on January 5, 2021: “Congratulations to Qatar for the success of its brave resistance to pressure & extortion”.

[17] Thierry Oberlé, “Mohammed Dahlan, un Palestinien dans l’ombre de l’accord Israël-Emirats”, Le Figaro, August 18, 2020; the Emirate leaders were counting on a second term for Donald Trump so that they could place their man – Mohammed Dahlan – at the head of the Palestinian Authority; this option now appears excluded.

[18] As demonstrated by the organization of a major exercise in the Gaza Strip on December 29, 2020 in which members of the Iranian special forces were advising Hamas fighters; I24 News, December 31, 2020.

[19] Alex Joffé, “The Swamp Returns to Washington”, Perspectives Paper n° 1868, BESA Center, January 5, 2021.

[20] I24 News, January 13, 2021.

[21] I24 News, January 13, 2021.

[22] Interview with Armin Arefi, Le Point, op. cit.

[23] Ali Harb, “Kamala Harris pledges unconditional support for Israel”, Middle East Eye, August 27, 2020.

[24] The Arab American News & I24 News, November 6, 2020.

[INTERVIEW] Investiture Biden : un démarrage moins facile que prévu pour la nouvelle diplomatie américaine

Pierre Razoux est cité par Virginie Robert des Échos dans son article sur les difficultés et défis pour l’administration Biden qui entre en fonction.

« Changement de ton mais pas forcément d’objectifs. La Chine va rester la question centrale de la politique étrangère des États-Unis. Les débuts de la nouvelle administration seront plus compliqués que prévu en raison d’une image ternie de la démocratie américaine et de liens moins faciles à réparer qu’il n’y paraît avec les alliés. »

Thierry Garcin – Les Européens et le nouveau président américain

Dans ce nouvel épisode de la Boussole stratégique, nous avons le plaisir de recevoir Thierry Garcin qui décrypte pour l’institut FMES les enjeux pour l’Union européenne de l’élection de Joe Biden.

Politologue, directeur de recherche et enseignant en relations internationales, Thierry Garcin est également un homme de radio. Il a produit et animé pendant plus de trente ans l’émission « Les enjeux internationaux » sur France culture. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Une géopolitique de l’Arctique et plus récemment La Fragmentation du monde. La puissance dans les relations internationales chez Economica en 2018. Sa compréhension intime des enjeux géopolitiques lui permet d’analyser des sujets clés telle que l’élection de Joe Biden et ses conséquences en Europe.

Cliquez ici pour écouter ce podcast

Qu’attendre de Joe Biden au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ? – par Pierre Razoux

Qu’attendre de Joe Biden au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ? – par Pierre Razoux

Pierre Razoux, directeur académique et de la recherche de l’Institut FMES

RÉSUMÉ :

Même si son style sera plus avenant, nul doute que Joe Biden défendra les seuls intérêts américains. Son élection est un coup dur pour Vladimir Poutine, Xi-Jing Ping, Bachar el-Assad et Recep Tayyip Erdogan. Prudent, pragmatique et réaliste, le 46e président des États-Unis d’Amérique, attaché aux causes palestinienne et kurde, n’est pas facile à décrypter en matière de politique étrangère d’autant que son équipe a des avis très contrastés sur les principaux dossiers liés au Moyen-Orient. Il reste sans illusion sur la capacité des États-Unis à résoudre le conflit israélo-palestinien. Ses priorités à l’égard de la région ANMO devraient consister à endiguer la progression de la Chine et de la Russie, à mettre un terme à la politique de sanctions maximales contre l’Iran afin de renouer le dialogue avec Téhéran, à prendre ses distances avec l’Arabie saoudite en condamnant sa politique au Yémen, et à rassurer leurs autres alliés régionaux pour restaurer la crédibilité des États-Unis. En Afrique du Nord, il semble prêt à réengager ses partenaires les plus fragiles pour éviter qu’ils ne s’effondrent, sans toutefois s’impliquer directement en Libye, pas plus que dans la Bande Sahélo-Saharienne. Parmi ceux qui espéraient la victoire de Donald Trump (voir carte et schéma), les dirigeants israélien, égyptien, saoudien et émirien vont devoir donner des gages à la nouvelle administration démocrate. C’est avec le président turc Erdogan que les relations vont être les plus complexes. Ce dernier en semble conscient, puisqu’il affiche une posture de désescalade depuis quelques semaines.

S’il est très improbable que Joe Biden trouve un accord avec Téhéran à court terme, la nouvelle équipe conservatrice qui devrait l’emporter en Iran en juin 2021 pourrait être tentée de s’entendre ensuite avec lui sur un accord global, pour relancer l’économie et ne pas tomber sous la coupe de la Chine. En attendant, c’est le Qatar qui profite le plus de l’élection de Joe Biden, d’autant que ce dernier n’est pas opposé à l’Islam politique des Frères musulmans, tant que celui-ci reste compatible avec les valeurs libérales des États-Unis, tant qu’il promeut l’économie de marché, des élections démocratiques et qu’il ne remet pas en cause les contrats d’armement conclus avec l’industrie américaine.

Pour anticiper la politique des États-Unis en direction du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, l’option la plus raisonnable consiste in fine à décrypter l’agenda de politique étrangère de la vice-Présidente Kamala Harris, pièce maîtresse du dispositif institutionnel américain compte tenu du contexte et de l’âge du Président.

En devenant le 46e président des États-Unis d’Amérique, Joseph Biden hérite d’une situation volatile et fragmentée au Moyen-Orient, mais aussi en Afrique du Nord. Elle l’est d’autant plus que son prédécesseur semble s’en être détournée tout en s’entendant tacitement avec Vladimir Poutine pour diviser le Moyen-Orient en deux zones d’influence, l’une (au nord) dominée par la Russie et l’Iran, et l’autre (au sud) par les États-Unis et Israël. Cette division implicite des tâches, correspondant à sa volonté de diminuer l’empreinte militaire américaine et simplifier l’équation géopolitique régionale (« vous êtes pour moi ou contre moi ! »), l’a amené à stigmatiser à l’extrême l’Iran, détruisant par là-même le seul acquis diplomatique de la période Obama – l’accord nucléaire connu sous l’acronyme de JCPOA[1] – quitte à pousser les dirigeants iraniens dans les bras des Russes et des Chinois. Comme nombre de présidents républicains avant lui, Donald Trump a fait prévaloir la logique d’endiguement à l’encontre de l’Iran et de ses alliés de circonstances (Syrie hier, Irak, Qatar et Liban aujourd’hui) en s’appuyant sur Israël et les monarchies de la péninsule Arabique.

Joe Biden et son équipe rapprochée auront donc du pain sur la planche pour apaiser les tensions, rassurer les uns, restreindre les ambitions des autres, renouer un dialogue difficile avec Téhéran et limiter par là même les risques d’escalade militaire qu’au fond aucun des grands acteurs ne souhaite, puisqu’elle ne pourrait qu’aboutir à une plus grande fragmentation qui ferait le jeu des djihadistes et des extrémistes religieux. Le risque principal relève en fait de l’erreur de calcul. Le défi est d’autant plus grand que les acteurs du Moyen-Orient ont exporté leurs rivalités en Méditerranée et en Afrique du Nord, qu’il s’agisse de celles opposant l’Iran à Israël d’une part, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis à l’Iran, au Qatar et à la Turquie d’autre part, ou bien encore de la rivalité exacerbée entre pro et anti-Frères musulmans. De fait, toute analyse géopolitique et stratégique implique désormais de considérer simultanément les deux espaces nord-africain et moyen-oriental, là où ils pouvaient être décryptés séparément auparavant.  

L’administration Biden arrive en outre aux affaires dans une période charnière marquée par la désoccidentalisation du monde, l’affaiblissement du libéralisme et du multilatéralisme, et la montée des populismes comme des nationalismes. Ces lames de fond touchent le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, tout comme les conséquences socio-économiques désastreuses de la crise de la covid-19 qui isolent un peu plus les pays de ces deux régions, les rendant plus vulnérables aux appétits de Pékin, Moscou et Ankara, mais aussi des djihadistes, des groupes mafieux et des démagogues de tous acabits. Nul doute cependant que l’arrivée de Joe Biden constitue un coup dur pour Vladimir Poutine, Xi-Jing Ping, Recep Tayyip Erdogan et Bachar el-Assad.

Un Président très expérimenté, dont le logiciel paraît quelque peu daté

Âgé de 78 ans, Joe Biden a siégé au Sénat pendant 36 ans, a dirigé le très influent comité des affaires étrangères de la chambre haute du Congrès et a été pendant huit ans vice-Président de Barack Obama. Dans toutes ses fonctions, il n’a cessé de voyager au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, nouant des liens personnels avec de nombreux dirigeants dont plusieurs ont disparu aujourd’hui. Il maîtrise à l’évidence les dossiers, même si ses principales intuitions ont été forgées dans les années 1980-2000 et ne sont peut-être plus totalement en phase avec l’évolution rapide de ces deux régions. Bien que pragmatique et réaliste, il reste très attaché à la cause palestinienne, tout comme à la cause kurde, et mise clairement sur les régimes en place, quels qu’ils soient. Robert Malley, coordinateur de la Maison-Blanche pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sous l’administration Obama, proche du nouveau secrétaire d’État Anthony Blinken, résume ainsi les dossiers prioritaires pour la nouvelle équipe Biden :

  • « Gérer la crise du coronavirus ;
  • Endiguer la Chine sans compromettre le dialogue et la coopération économique avec Pékin ;
  • Mettre un terme à la politique de « sanctions maximales » contre l’Iran pour revenir dans l’accord nucléaire (JCPOA) en s’assurant que Téhéran se remettra en conformité avec le traité, respectera l’intégralité de ses engagements et adoptera une attitude plus rassurante vis-à-vis de ses voisins ;
  • Prendre ses distances avec l’Arabie saoudite en arrêtant la politique du chèque en blanc quant à son intervention calamiteuse au Yémen ;
  • Revenir dans l’accord de Paris sur le changement climatique ;
  • Rassurer les alliés traditionnels des États-Unis car la crédibilité des États-Unis et la loyauté sont des valeurs auxquelles il croit profondément » [2].

Robert Malley poursuit en soulignant que « Joe Biden n’est pas facile à caser en matière de politique étrangère : il était favorable à la guerre des Balkans tout comme à l’intervention en Irak en 2003, mais il était opposé à l’intervention en Libye, de même qu’à tout projet d’intervention contre l’Iran ; […] Il n’a pas la main sur la gâchette ; […] Joe Biden est quelqu’un de très réaliste et de pragmatique. Il ne partage pas l’optimisme et la vision ambitieuse de Barack Obama à ses débuts. Il commencera là où Obama avait terminé. Dans ce sens-là, sa politique ressemblera plus à celle de la fin du second mandat Obama ; […] Au fond, Joe Biden ne fonde pas de grands espoirs sur le dossier du Proche-Orient. Il ne voit pas la résolution du conflit israélo-palestinien comme étant probable, et ne voudra pas y consacrer les efforts prioritaires des États-Unis »[3]. Il rappelle en outre que les membres de l’ancienne administration Obama – qui devraient retrouver un poste dans l’administration Biden – avaient et ont toujours des avis très contrastés sur les dossiers liés au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord[4].

Dans ses mémoires, Barack Obama insiste sur la prudence de Joe Biden en se remémorant la réunion de crise au cours de laquelle il a ordonné le raid sur Abbottabad visant à éliminer Oussama Ben Laden : « Joe (Biden) lui aussi s’est prononcé contre l’option du raid, au motif que le risque d’échec était trop élevé. […] Je savais que, tout comme Gates, il travaillait déjà à Washington pendant l’échec de Desert One (fiasco du raid américain visant à libérer les otages retenus en Iran en avril 1980). Il en gardait certainement de vifs souvenirs : douleur des familles, coup porté au prestige des États-Unis et défaite de Jimmy Carter »[5].

Comme une partie de l’establishment démocrate façonné par l’idéal libéral, Joe Biden n’est pas opposé à l’Islam politique des Frères musulmans, tant que celui-ci reste compatible avec sa vision et ses valeurs, notamment les droits de l’Homme, tant qu’il promeut l’économie de marché, des élections démocratiques et qu’il ne remet pas en cause les contrats d’armement conclus avec l’industrie américaine. Si en prime il vise à renvoyer les militaires dans leurs casernes, c’est encore mieux pour toute la génération de responsables démocrates marquée par le film Midnight Express[6].

Une feuille de route assez prévisible

Même si le style sera plus avenant, nul doute que Joe Biden défendra les seuls intérêts américains. Au Moyen-Orient, si l’on applique la grille de lecture fournie par Robert Malley, confirmée par les déclarations d’Anthony Blinken, il est probable que son administration visera à freiner et si possible contrer l’expansion russe et chinoise, à protéger les routes maritimes et les détroits si ceux-ci venaient à être menacés, tout en contrôlant les points de passage obligés des flux d’hydrocarbures alimentant la Chine pour la convaincre du fait qu’une guerre économique sévère avec les États-Unis – a fortiori un affrontement militaire direct – serait perdu d’avance. La lutte contre le djihadisme se poursuivra en se concentrant sur Daech et Al Qaïda, et non plus sur les mouvements proches de l’Iran qualifiés de « terroristes » par Mike Pompeo.

Contrairement à Donald Trump, Joe Biden cherchera à réengager la plupart des acteurs abandonnés par son prédécesseur pour redonner aux États-Unis leur rôle d’acteur légitime et incontournable, tant sur le plan diplomatique qu’économique. Tout indique qu’il soutiendra fermement les monarchies modérées de la Péninsule arabique, qu’il contribuera à stabiliser le Liban pour éviter que celui-ci ne bascule totalement dans l’escarcelle iranienne et qu’il cherchera à se maintenir en Irak. Très attaché à la forme, il adaptera le style de sa politique étrangère en rassurant ses alliés traditionnels et en revenant à davantage de multilatéralisme en accordant davantage d’importance aux droits de l’Homme. Le régime syrien n’a donc rien à espérer sous son mandat.

Sur le dossier palestinien, Robert Malley estime que « la nouvelle administration américaine abandonnera le plan de paix de Trump, adoptera une attitude plus dure envers les colonies israéliennes en Cisjordanie, reprendra les relations avec l’Autorité palestinienne et relancera l’aide économique aux Palestiniens »[7]. Néanmoins, elle ne reviendra très probablement pas sur le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, sur la reconnaissance de l’annexion du Golan (qui concerne la Syrie et non pas les Palestiniens), sur la fourniture d’armements à Israël et sur la présence de bases radars et de missiles antimissiles américains sur le territoire israélien. Joe Biden sait qu’il devra donner des gages au pouvoir israélien pour lui faire avaler la pilule du réengagement avec l’Iran. Sa priorité reste en effet le dossier iranien qu’il lie à la sécurité du Golfe et du Levant. Il fera tout pour favoriser la reprise de négociations bilatérales avec l’Iran, tout en incitant l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis à renouer le dialogue avec Téhéran, de manière à atténuer les tensions régionales et faciliter le retour des États-Unis dans un accord nucléaire amélioré (JCPOA).

Sur le dossier kurde, il serait logique que Joe Biden, qui n’a jamais accepté le lâchage du PYD syrien par Donald Trump, fasse le minimum nécessaire pour donner de l’air aux Kurdes syriens et leur permettre de résister à la fois contre l’armée turque et le régime syrien. Cela ne solutionnera en rien leur avenir, mais cela leur permettra de gagner un peu de temps.

En Afrique du Nord, l’administration Biden semble vouloir réengager les pays les plus fragiles pour éviter qu’ils ne s’effondrent face aux coups des djihadistes, face à l’incurie de certains dirigeants, ou qu’ils ne tombent sous la coupe de Moscou et de Pékin. Il paraît probable qu’elle exerce des pressions sur eux pour contrôler plus efficacement la variation des prix pétroliers et prendre si possible des parts dans leur industrie énergétique. Elle semble peu désireuse de s’impliquer en Libye, tout comme dans la bande sahélo-saharienne, même si elle poursuivra très certainement son soutien logistique aux forces internationales déployées sur zone[8].  

Ceux qui se réjouissent de l’arrivée au pouvoir de Joe Biden

Joe Biden sait qu’une partie des dirigeants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord souhaitait ardemment la victoire de Donald Trump et a tout fait pour favoriser sa campagne, comme en témoignent la carte et le tableau ci-dessous. Il sait en revanche que d’autres dirigeants, sur lesquels il va pouvoir s’appuyer, espéraient sa propre victoire, pour des raisons multiples : certains pour renouer un dialogue bilatéral permettant de s’entendre sur de nouveaux équilibres stratégiques (Iran) ; d’autres pour obtenir des réassurances américaines (Tunisie, Liban, Jordanie, Koweït, Oman) ; d’autres encore pour revenir à la situation ante (Qatar, Irak, Autorité palestinienne). La Libye et le Yémen, durablement fragmentés, sont des cas particuliers puisque leurs dirigeants ou ceux qui aspirent à le devenir ne sont pas tous sur la même ligne. Les dirigeants yéménites sont néanmoins d’accord sur le fait que Joe Biden reste le mieux placé pour exercer les pressions nécessaires sur les dirigeants saoudiens afin qu’ils renoncent à leur intervention militaire au Yémen, celle-ci apparaissant chaque jour un peu plus impopulaire au Congrès.

La carte et le tableau qui suivent témoignent de perceptions très diverses entre pro-Biden et pro-Trump, mais aussi entre ceux qui sont favorables ou hostiles à la présence militaire américaine dans la région, qu’il n’est pas possible de simplifier par des critères tels que la gouvernance (dictatures vs régimes plus ouverts, monarchies vs républiques) ou le statut d’allié privilégié (la Turquie, membre de l’OTAN, hostile à la fois à Joe Biden et à la présence militaire américaine dans sa sphère d’intérêts). Il n’y a pas de lignes de fracture claires. Les organisations régionales, qu’il s’agisse de la Ligue arabe, du Conseil de coopération du Golfe ou de l’Union du Maghreb arabe sont elles aussi profondément divisées sur ces perceptions et ne seront d’aucun secours aux dirigeants arabes pour leur permettre de faire émerger une ligne cohérente à l’égard de la nouvelle administration américaine. Les récentes normalisations de plusieurs États (Émirats arabes unis, Bahreïn, Maroc, Soudan) avec Israël ne font que renforcer l’impression d’un monde arabe plus fragmenté que jamais. Même si les dirigeants arabes qui ont reconnu Israël fin 2020 soutenaient tous Donald Trump, l’équipe de Joe Biden se réjouit de ces normalisations qui, de son point de vue, vont dans le sens d’un apaisement des tensions régionales[9].

Sociogramme des dirigeants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord vis-à-vis de Joe Biden

Les plus enthousiastes semblent être les Iraniens qui interprètent l’arrivée de l’administration Biden comme la fin du risque de confrontation militaire directe, mais surtout comme l’opportunité de conclure un accord global leur permettant de sécuriser leurs gains au Moyen-Orient, quitte à renoncer durablement à leurs ambitions nucléaires militaires et à normaliser leurs relations avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, une fois que les États-Unis seront revenus dans le JCPOA et auront fait tomber les sanctions qui handicapent très lourdement l’économie iranienne. C’est toutefois loin d’être gagné car le Congrès, quelle que soit sa couleur, est structurellement hostile au régime iranien tout comme une majorité de la population américaine toujours hantée par les crises successives des otages, expliquant que Barack Obama ait préféré ne pas soumettre le JCPOA au Capitole. Même à majorité démocrate, il est peu probable que le Congrès fasse le forcing sur le dossier iranien, à l’heure où il est concentré sur les affres de la politique intérieure américaine. Différents lobbys (néoconservateurs, israéliens, émiriens, saoudiens, grecs[10]) se mobilisent pour contrer préventivement toute ouverture de Washington en direction de Téhéran. En Israël, Benjamin Netanyahou a déclaré qu’il resterait l’autorité ultime pour s’occuper du dossier iranien, indiquant par là-même qu’il ne se sentirait pas lié par le retour des États-Unis dans le JCPOA et qu’il conservait sa liberté d’action, y compris militaire, à l’encontre de l’Iran. 

En négociatrices habiles, les autorités iraniennes soufflent pour leur part le chaud et le froid, laissant leur Parlement adopter une loi intitulée « Plan d’action stratégique pour la levée des sanctions et la protection des droits de la nation iranienne » qui durcit considérablement les conditions de reprise des négociations avec les États-Unis et met la pression sur la Maison Blanche en fixant au 21 février 2021 la limitation d’accès des inspecteurs de l’AIEA à certaines installations nucléaires iraniennes, tout en augmentant sensiblement la quantité d’uranium susceptible d’être enrichi à 20 %. Mohammed Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, a déclaré quelques jours avant la prestation de serment de Joe Biden : « Le retour des États-Unis au JCPOA n’est pas suffisant en ce moment. L’objectif du JCPOA était la levée des sanctions […] Aujourd’hui, si les États-Unis disent oralement qu’ils reviennent au sein du JCPOA, cela ne nous apportera rien. Il faut que les sanctions soient d’abord levées […] Il faut que nos relations bancaires reviennent à la normale et que les accords que nous avons signés avec différentes entreprises soient mis en œuvre […] Il faudra aussi discuter plus tard du dédommagement »[11] ; il a surrenchéri sur la possibilité de la présentation de nouvelles conditions par les parties du JCPOA pour la levée des sanctions : « Personne n’a le droit de faire une telle chose. Le JCPOA est un accord sur le nucléaire et n’a aucun lien avec la question balistique »[12]Mohammed Qalibaf, président du Parlement et candidat putatif à l’élection présidentielle de juin 2021, a rappelé pour sa part que « tous les articles de la loi sur le Plan d’action stratégique pour la levée des sanctions et la protection des droits de la nation iranienne étaient réversibles en cas d’entente sur la levée complète des sanctions »[13], sous-entendant que tout était réversible si l’on parvenait à s’entendre.

En accroissant la pression sur Joe Biden mais aussi sur le président Rohani de telle manière qu’un accord semble très improbable à court terme, le guide suprême Ali Khamenei signifie aux uns et aux autres qu’un éventuel accord ne pourra être conclu qu’après l’élection présidentielle iranienne du 18 juin 2021. L’enjeu de celle-ci n’est pas de savoir si c’est un réformateur ou un conservateur qui va l’emporter, car tout indique que ce sera un conservateur bon teint, mais si ce sera un ancien militaire issu du corps des gardiens de la révolution, une personnalité issue du clergé ou bien un politicien « civil » réputé pour sa bonne gestion des affaires économiques. Pour l’instant, toutes les options semblent sur la table et le vainqueur, quel qu’il soit, aura sans doute les mains plus libres pour négocier avec Washington, puisque le bloc conservateur lui fera confiance et ne lui reprochera pas de brader les intérêts de l’Iran. Comme souvent dans l’histoire, ce sont les dirigeants qui paraissent intransigeants qui finissent par conclure un accord de paix, car au fond, une entente entre Washington et Téhéran viserait tout autant à trouver une sortie négociée à la question de l’accord nucléaire qu’à enterrer la hache de guerre. Rien ne devrait donc déboucher d’ici fin 2021 au mieux. À défaut, la nouvelle équipe iranienne choisirait probablement d’acquérir la capacité nucléaire militaire et de se rapprocher encore davantage de Moscou et Pékin, renforçant la posture de la Russie et de la Chine au Moyen-Orient comme le souligne Albert Wolf de l’université John Hopkins[14].

Dans le golfe Persique, c’est sans doute le Qatar qui profite le plus de l’élection de Joe Biden puisque ce dernier souhaite l’apaisement des tensions entre les monarchies arabes et l’Iran, mais aussi entre les familles régnantes elles-mêmes. Les dirigeants saoudiens ne s’y sont pas trompés en acceptant une réconciliation de façade avec le Qatar lors de la réunion plénière du Conseil de Coopération du Golfe d’Al-Ula, le 5 janvier 2021, au grand dam de l’Émirien Mohammed ben Zayed al-Nahyane qui n’a pas fait le déplacement[15]. L’émir du Qatar Tamim al-Thani, qui sait pouvoir compter désormais sur la bienveillance des États-Unis en plus de celle de l’Iran et de la Turquie, va pouvoir organiser sereinement sa coupe du monde de football en 2022, là où les dirigeants émiriens risquent de se faire du souci pour le bon déroulé de leur exposition universelle de 2021 en cas d’aggravation des tensions avec l’Iran. À moyen terme, le Qatar devra probablement choisir entre l’Arabie saoudite et la Turquie, car il lui sera difficile de ménager durablement l’un et l’autre. Pour lui, l’essentiel reste finalement de conserver le soutien des États-Unis et de l’Iran dont il a besoin pour garantir sa sécurité et le développement économique et diplomatique de son émirat. Il espère sans doute jouer un rôle majeur dans les négociations entre Américains et Iraniens, sachant qu’il reste crédible des deux côtés[16].

Les dirigeants fraichement désignés du Koweït et du sultanat d’Oman se réjouissent de la victoire de Joe Biden puisqu’il appelle comme eux à de bonnes relations entre les deux rives du Golfe. Âgés et manquant pour l’instant de légitimité, ils font face à des difficultés intérieures et ne semblent pas en mesure de peser sur la scène internationale. 

En Irak, si le Premier ministre Moustafa al-Kazimi souhaite le maintien de la présence militaire et diplomatique américaine, ne serait-ce que pour équilibrer la présence iranienne sur place, ses opposants, tout comme les milices chiites instrumentalisées par Téhéran, agissent en sous-main pour saper la crédibilité des États-Unis et les contraindre à quitter le pays. L’arrivée de Joe Biden peut offrir un répit au Premier ministre irakien soutenu par une partie de la classe politique sunnite, mais il est très improbable que l’administration démocrate parvienne à renverser l’image catastrophique dont souffrent les États-Unis dans le pays. À long terme, le sort de la présence américaine en Irak paraît donc scellé.   

Au Levant, le roi Abdallah II de Jordanie, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le président libanais Michel Aoun se réjouissent d’autant plus ouvertement de l’élection de Joe Biden qu’ils craignaient de faire les frais du fameux « Plan de paix du siècle » de Jared Kushner. Très affaibli sur la scène intérieure, Mahmoud Abbas espère un retour au statu quo ante (solution à deux États et médiation « juste » des États-Unis) qui lui permette de durer encore un peu en s’appuyant sur ses affidés, par défaut d’option de recours crédible[17], alors même que l’Iran semble renforcer son emprise dans la bande de Gaza pour accroître sa capacité de dissuasion envers Israël[18].

En Afrique du Nord, l’arrivée d’une équipe démocrate promouvant ouvertement les valeurs libérales de l’Amérique, tout particulièrement le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, l’aide au développement, le multilatéralisme et la défense de l’environnement, de surcroît sans préjugés négatifs à l’encontre de l’Islam politique, ne peut que réjouir des dirigeants cacochymes tétanisés par le cynisme, l’imprévisibilité et la brutalité de Donald Trump. Les difficultés intérieures limitent toutefois leurs marges de manœuvre sur la scène régionale. Les dirigeants algériens et marocains sont néanmoins réservés quant à la bienveillance de l’équipe Biden à l’égard des Frères musulmans.

Ceux qui vont devoir donner des gages au nouveau président américain

Le premier à avoir réagi est le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou qui sait qu’il va faire face à quatre années difficiles s’il parvient à se maintenir au pouvoir, car il a soutenu sans nuance la candidature de Donald Trump. Comme de nombreux Israéliens, il estime que la victoire de Joe Biden représente un retour en arrière[19]. Il ne l’en a pas moins appelé quelques heures après la proclamation de sa victoire pour le féliciter, souligner l’ancienneté de leur relation et reconnaître en lui un ami d’Israël. Depuis, il fait profil bas et se concentre sur sa survie politique et sur les négociations de normalisation avec d’autres pays arabes. Il semble avoir délégué la communication avec les États-Unis à sa garde rapprochée. Tzachi Hanegbi, ministre des implantations (colonies) parlant au nom du gouvernement israélien, a ainsi déclaré le 13 janvier 2021 : « Le plus important est de convaincre la nouvelle administration américaine de ne pas répéter les erreurs de l’administration Obama, à savoir apaiser les Iraniens »[20]. Parallèlement et pour se ménager les bonnes grâces de la nouvelle administration démocrate, Eli Cohen, ministre du renseignement, a fait fuiter une note envisageant une possible normalisation avec le Qatar stipulant que « l’importance du Qatar pour l’État hébreu réside dans sa capacité à bâtir un réseau de contacts avec les Frères musulmans […] Les relations avec le Qatar peuvent être un facteur de stabilisation dans la bande de Gaza et contribuer à atténuer les tensions existantes avec la Turquie »[21].

Les dirigeants saoudiens et émiriens savent eux aussi qu’ils vont devoir donner des gages s’ils ne veulent pas être complètement marginalisés. Les premiers signaux n’ont pas tardé, comme en témoignent les discussions au Congrès pour remettre en cause la livraison de chasseurs bombardiers furtifs F-35 aux Émirats arabes unis. L’accord de normalisation avec le Qatar est un premier pas ; il en faudra sans doute d’autres, probablement sur les dossiers yéménite, iranien, pakistanais et chinois, pour atténuer les foudres de la Maison Blanche.

Nul doute que le président Sissi, très pragmatique, saura lui aussi donner des gages au nouveau maître de la Maison-Blanche pour lui rappeler l’importance stratégique de l’Égypte, gardienne du canal de Suez et pays toujours très influent au sein du monde arabe, dans l’équation géopolitique américaine. En Afrique du Nord, le roi du Maroc regrette déjà le départ de Donald Trump dont l’administration aura soutenu fermement Rabat sur le dossier du Sahara occidental, tout en contribuant au maintien des capacités opérationnelles de son armée. Mais il reste l’un des gardiens du détroit de Gibraltar, le principal fournisseur des États-Unis en phosphate et un acteur symbolique pour la stratégie américaine de normalisation entre Israël et les pays arabes. S’il reste prudent, il devrait ne pas subir les critiques du parti démocrate, mais il sait qu’il lui faudra probablement donner des gages aux partis islamistes proches de la mouvance des Frères musulmans. Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les Européens.

C’est en définitive avec le président Erdogan que la relation sera probablement la plus compliquée. Les sujets de dispute n’ont pas manqué récemment : conflit en Syrie et agression turque contre le PYD kurde, protection américaine à l’opposant Fethullah Gülen, emprisonnement en retour du pasteur Andrew Brunson en Turquie, affaire Jamal Khashoggi mettant les États-Unis en porte-à-faux avec l’Arabie saoudite, achat turc de systèmes antimissile S-400 russes entraînant le gel du contrat F-35, crise en Libye, tensions en mer Egée et en Méditerranée orientale. Mike Pompeo a ouvertement mis en cause l’attitude perturbatrice du président Erdogan lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN à Bruxelles, le 1er décembre 2020. Recep Tayyip Erdogan sait qu’il a besoin du soutien des États-Unis pour contrecarrer l’influence économique, énergétique et stratégique croissante de la Russie en Turquie. Le président turc sait aussi que Joe Biden doit beaucoup au lobby grec qui l’a soutenu sans faillir tout au long de sa longue carrière politique. Mais il est conscient du fait que le nouveau président américain reste favorable au concept d’un « Islam modéré démocratique », tel que celui dont l’AKP turc sait habilement faire la promotion auprès des élites démocrates américaines. Comme le rappelle Robert Malley, « Joe Biden entretient de bonnes relations avec Erdogan ; cela date de sa vice-présidence lorsqu’il avait été mandaté par Obama pour servir d’interlocuteur avec le président turc. Ainsi, il va essayer de se montrer plus solidaire avec les Kurdes syriens que ne l’a été Trump, ce qui va compliquer sa relation avec la Turquie, tout en cherchant une entente avec Erdogan (…) La politique régionale agressive de la Turquie aujourd’hui suscite des débats au sein même de l’équipe Biden ; il y a d’un côté les durs, très critiques vis-à-vis de la Turquie, et d’un autre côté, ceux qui pensent que les États-Unis ne peuvent se permettre de crise majeure avec cet allié important de l’OTAN. Ces deux instincts se retrouvent chez Joe Biden »[22]. Car pour les stratèges américains, la Turquie demeure d’abord et avant tout le bouclier Sud de l’OTAN face à la Russie et l’Iran, et demain probablement face à la Chine. Ils savent aussi qu’ils ont besoin des installations radar de leur base de Kürecik dans le cadre de leur défense antimissile, mais aussi de la base aérienne d’Incirlik sur laquelle un lot de bombes atomiques B-61 est censé être stocké dans le cadre des plans de dissuasion nucléaire de l’OTAN. Le positionnement stratégique de la Turquie et sa capacité à affaiblir la cohésion européenne suffisent à justifier leur soutien à Ankara, même si Erdogan questionne régulièrement la pérennité de la présence américaine sur la base d’Incirlik. Ce soutien pourrait toutefois évoluer si l’aile gauche du parti démocrate arrivait au pouvoir.

De la nécessité de décrypter Kamala Harris

Compte tenu du rapport de forces équilibré au Sénat (50-50) qui confère au vice-Président le rôle d’arbitre, mais aussi de l’âge et de l’état de santé incertain de Joe Biden qui la met en avant et répète qu’il ne fera qu’un seul mandat, Kamala Harris s’impose comme une pièce maîtresse du jeu institutionnel américain. C’est également vrai sur les dossiers de politique étrangère puisqu’elle seconde le Président et peut appuyer ou faire obstacle au Sénat à d’éventuels accords négociés par l’administration. Ce le sera a fortiori si les évènements venaient à la propulser à la présidence des États-Unis d’Amérique. Il est donc crucial de connaître son positionnement sur les grands dossiers du Moyen-Orient et du bassin méditerranéen. A ce jour et si l’on se réfère à ses déclarations durant la campagne présidentielle, cette brillante juriste de 56 ans affiche un soutien sans faille à Israël[23], tout en déclarant « croire en la valeur de chaque Palestinien et de chaque Israélien »[24]. Jusqu’à présent, Kamala Harris ne s’est que très peu exprimée sur les sujets géopolitiques tout en insistant sur son tempérament progressiste, son attachement aux droits de l’Homme et des minorités, mais aussi sa proximité avec Barack Obama. Son passage remarqué à la commission du renseignement du Sénat laisse toutefois penser qu’elle s’est intéressée de près aux dossiers internationaux les plus sensibles.

Pour anticiper à moyen terme la politique des États-Unis en direction du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, l’option la plus raisonnable consiste donc à décrypter l’agenda réel de politique étrangère de la vice-Présidente Kamala Harris. Les chercheurs et les analystes peuvent d’emblée s’y mettre, en espérant que celle-ci sera bien protégée par le Secret Service.

 


[1] Joint Comprehensive Plan of Action, accord sur le programme nucléaire iranien signé à Vienne le 14 juillet 2015 entre Téhéran et les 5 membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, plus l’Allemagne, appuyés par l’Union européenne, réintégrant l’Iran dans le concert des Nations.

[2] Robert Malley, interviewé par Armin Arefi pour Le Point, 13 novembre 2020.

[3] Ibidem.

[4] La consultation du rapport « Ten conflicts to watch in 2021 » du think tank International Crisis Group (ICG) dirigé par Robert Malley pendant le mandat Trump, donne également un éclairage intéressant sur les priorités du mandat de Joe Biden, puisqu’il cite l’Afghanistan, l’Éthiopie-Érythrée, la Bande Sahélo-Saharienne, le Venezuela, la Libye, la Somalie, le Yémen, la relation USA-Iran, la relation Russie-Turquie et les tensions liées aux dérèglements climatiques.

[5] Barack Obama, Une terre promise, Fayard, 2020, pp. 813-814.

[6] Comme l’ont rappelé à l’auteur de cet article de nombreux experts américains.

[7] Interview de Robert Malley par Armin Arefi, Le Point, op. cit.

[8] L’intervention en Libye et ses conséquences désastreuses restent un cauchemar pour de très nombreux responsables démocrates.

[9] Même si ces normalisations peuvent déboucher au bout du compte sur un regain de tensions entre Israël et l’Iran par conflits interposés, que ce soit dans le Golfe persique, en mer Rouge ou au Sahara occidental puisque le roi Mohammed VI a conditionné sa normalisation avec Israël à la reconnaissance par les États-Unis de la « marocanité » de ce territoire dont le Front Polisario, soutenu par l’Algérie et l’Iran, réclame l’indépendance.

[10] Traditionnellement proche de l’Iran, la Grèce, paniquée par l’agressivité et les ambitions de la Turquie, s’est récemment rapprochée d’Israël et des Émirats arabes unis, tant sur les plans économiques et énergétiques, que militaires et stratégiques.

[11] Site officiel iranien Khamenei.ir, 10 janvier 2021.

[12] Ibidem.

[13] Ibidem.

[14] Albert Wolf, « Why hasn’t anyone attacked Iran’s nuclear sites? », Perspectives Paper n° 1878, BESA Center, 11 janvier 2021.

[15] Armin Arefi, « Pourquoi l’Arabie saoudite et le Qatar enterrent la hache de guerre », Le Point, 5 janvier 2021.

[16] Comme en témoignent les propos élogieux de Mohammed Javad Zarif qui a tweeté en anglais le 5 janvier 2021 le message suivant : « Congratulations to Qatar for the success of its brave resistance to pressure & extortion ».

[17] Thierry Oberlé, « Mohammed Dahlan, un Palestinien dans l’ombre de l’accord Israël-Émirats », Le Figaro, 18 août 2020 ; les dirigeants émiriens comptaient sur un second mandat de Donald Trump pour placer leur homme – Mohammed Dahlan – à la tête de l’autorité palestinienne ; cette option semble aujourd’hui écartée.

[18] Comme en témoigne l’organisation sur place, le 29 décembre 2020, d’un exercice majeur qui aurait vu des membres des forces spéciales iraniennes conseiller les combattants du Hamas ; I24 News, 31 décembre 2020.

[19] Alex Joffé, « Le marais retourne à Washington », Perspectives Paper n° 1868, BESA Center, 5 janvier 2021.

[20] I24 News, 13 janvier 2021.

[21] I24 News, 13 janvier 2021.

[22] Interview avec Armin Arefi, Le Point, op. cit.

[23] Ali Harb, « Kamala Harris pledges unconditional support for Israel », Middle East Eye, 27 août 2020.

[24] The Arab American News & I24 News, 6 novembre 2020.

 

Opening webinar of the 1st 5+5 Mediterranean strategic studies – A launching that opens up very good prospects!

The context is not favorable for meetings! This is the least we can say at a time when the key words “curfew” or “confinement” are spreading almost everywhere in Europe and around the world. This is undoubtedly one of the most devastating effects of the COVID-19 crisis in the field of social relations. Everyone experiences it more or less well on a daily basis. But it is also a real difficulty regarding international relations, and we should not underestimate its scope. These relations are more necessary than ever in a restless world where even the largest democracies are faltering. We therefore have to  debate. We have to exchange. We have to know how to listen and hear the others. For nothing can ever replace the exchanges that take place around a table where everyone can carefully observe the reaction of their interlocutors by speaking “right in the eyes”. In a world where relationships are strained, any approach that favors debate and concertation is therefore welcome, and alternative solutions that allow this must be sought.

This first “5+5 Mediterranean strategic studies” consists of an introductory webinar held on Monday, January 11. It will be followed by two one-week seminars, the first one on the North shore in France and the second one on the South shore in Mauritania. The face-to-face sequence will take place as soon as the constraints are loosened. 

This introductory webinar was a great success! All the countries proposed auditors apart at this stage from Algeria. Beyond the introductory speech pronounced by the Vice-Admiral (ret) Pascal Ausseur, Director General of the FMES Institute, and the presentation of the session’s program by its director, Air Force General (ret) Patrick Lefebvre, an intervention by Pr. Pierre Razoux, Academic and Research Director of the Institute, set the scene.

He was anxious to describe the Mediterranean area and the Middle East as it is and not as one would like it to be. A language of trueness that paved the way for questions. The first debates, which only involved the participants’ opinion, illustrated the variety of points of view and the relevance of allowing exchanges, however contradictory they might be. These open and informal debates encourage mutual knowledge, and beyond the differences, which have their raison d’être, the identification of convergent points for these ten countries facing a shared reality and common challenges (health crisis, environmental crisis, radicalism, migration, terrorism, power games, …). It is this approach which, combined with meetings, visits and team work, will create a long-lasting network of young leaders who will be able to better understand the differences and the proximities of the citizens of the Western Mediterranean. This kind of meeting makes it possible and we firmly intend to anchor it in the long term.

This introductory webinar is therefore the first step in a journey that is now taking shape in concrete terms. In direct contact with the auditors, we will announce them the study theme in early April. This theme will therefore be that of the 1st 5+5 Mediterranean strategic studies. A thoughtful idea that is taking shape today! And as Antoine de Saint-Exupéry would put it: “Who am I if I don’t participate?”.

Lancement de la 1ère Session méditerranéenne des hautes études stratégiques en format 5+5. Une première qui ouvre de très belles perspectives !

Le contexte n’est pas favorable aux rencontres ! C’est le moins que l’on puisse dire à l’heure où les maîtres mots sont presque partout en Europe et dans le monde le couvre-feu ou le confinement. C’est sans doute l’un des effets les plus dévastateurs de la crise du COVID 19 dans le champ des relations sociales. Chacun le vit plus ou moins bien au quotidien. Mais c’est aussi, il ne faut pas en sous-estimer la portée, une vraie difficulté dans le champ des relations internationales. Or ces relations sont plus que jamais nécessaires dans un monde agité où même les plus grandes démocraties vacillent. Il faut donc débattre. Il faut échanger. Il faut savoir écouter et entendre les autres. Car en effet, rien ne remplace jamais les échanges réalisés autour d’une table où chacun peut observer attentivement la réaction de ses interlocuteurs en se parlant « droit dans les yeux ». Dans un monde où les relations sont tendues, toute démarche privilégiant le débat et la concertation est donc la bienvenue, et par défaut, les alternatives qui le permettent doivent être recherchées.

C’est pour cette raison que l’institut FMES a organisé, pour la première fois dans son histoire, une session de formation et d’échanges rassemblant des jeunes diplômés, civils et militaires, des pays du 5+5. Cette initiative avait été proposée lors du Sommet « des deux rives » organisé à Marseille en juin 2019. Elle a été immédiatement soutenue par le ministère de l’Europe et des affaires étrangères et par la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Cette première « session méditerranéenne des hautes études stratégiques en format 5+5 » est constituée d’un webinaire introductif qui a eu lieu le lundi 11 janvier qui sera suivi de deux séminaires d’une semaine, le premier sur la rive Nord en France et le Second au Sud en Mauritanie. La séquence présentielle sera réalisée dès que l’étau des contraintes sera desserré. 

Et ce fut une belle réussite ! Tous les pays ont présenté des auditeurs à l’exception, à ce stade, de l’Algérie. Au-delà du propos introductif du vice-amiral d’escadre (2s) Pascal Ausseur, directeur général de l’institut, et de la présentation du programme de la session par son directeur le général de corps aérien Patrick Lefebvre, une intervention de monsieur Pierre Razoux, directeur académique et de la recherche de l’institut, a planté le décor. Il a tenu à décrire l’espace méditerranéen et le Moyen-Orient tel qu’il est et non pas tel que l’on voudrait qu’il soit. Un langage de vérité qui a ouvert l’espace aux questions. Les premiers débats, qui n’engageaient que les participants, ont illustré la variété des points de vue et l’intérêt de permettre des échanges, aussi contradictoires soient-il. Ces débats ouverts et informels favorisent une connaissance mutuelle et au-delà des différences, qui ont leur raison-d’être, l’identification des points de convergence pour ces dix pays confrontés à une réalité et à des défis communs (crise sanitaire, crise environnementale, radicalisme, migrations, terrorisme, jeux des puissances, …). C’est cette approche qui, associée à des rencontres, des visites et travaux en commun, créera dans la durée un réseau de jeunes responsables qui seront en mesure de mieux comprendre les différences et les proximités des citoyens de l’espace ouest-méditerranéen. Ce type de rencontre le permet et nous comptons bien l’installer dans la durée.

Ce webinaire introductif est donc la première étape d’un parcours qui désormais se dessine concrètement. En liaison directe avec les auditeurs, nous leur communiquerons le thème d’étude au début du mois d’avril. Ce thème sera donc celui de la 1ère session méditerranéenne des hautes études stratégiques en format 5+5. C’est une belle idée qui prend forme aujourd’hui ! Et comme l’écrirait Antoine de Saint-Exupéry : « qui suis-je si je ne participe pas ? ».

 

 

Tom Haristias – Changement climatique et enjeux environnementaux

Dans ce nouvel épisode de la Boussole stratégique, nous vous proposons d’analyser les enjeux énergétiques et le changement climatique. Ce thème fait écho au thème d’étude des 31ème Sessions méditerranéennes des hautes études stratégiques qui rédigent un rapport sur “les conséquences géopolitiques des enjeux environnementaux en Méditerranée”.

Nous recevons à cette occasion Tom Haristias. Tom Haristias est chargé de mission « sécurité climatique » à la Direction générale des relations internationales (DGRIS) et de la stratégie du Ministère des Armées, au sein du service des affaires de sécurité internationale (ASI). Il pilote notamment l’Observatoire géopolitique des enjeux du changement climatique en termes de sécurité et de défense.

Cliquez ici pour écouter ce podcast

[INTERVIEW] Dans le Golfe, une réconciliation dictée par la raison

Pierre Razoux est interviewé par Anne-Bénédicte Hoffner du journal La Croix qui se penche dans cet article sur le rapprochement vraisemblable entre le Qatar et les autres monarchies du Golfe.

« Depuis l’élection de Joe Biden à la Maison-Blanche, l’Arabie saoudite et surtout les Émirats arabes unis, principaux artisans du blocus contre Doha, ont conscience qu’il leur faut soigner leur crédibilité vis- à-vis de leur allié américain. »

[INTERVIEW] Le Spectacle du Monde – n°634

Avec Tom Tugendhat, Agnès Boschet, Son Excellence François Chih-Chung Wu, Pascal Ausseur, Franck DeCloquement, Olivier de Maison Rouge et Jean Philippe Montias

Dossier coordonné par Antoine Colonna

Xi Jinping va-t-il trop vite ? Va-t-il trop loin ? C’est la question qui est devenue inévitable avec la crise de la Covid-19, dans laquelle la responsabilité de la Chine a alimenté bien des polémiques. Tant et si bien que le combat déclenché par Donald Trump, seul contre Pékin pour préserver la domination américaine, a été, dans une certaine mesure, rejoint par les autres Occidentaux. Il est justifié par les situations particulières de Hong-Kong et des Ouïghours. Les Anglo-saxons d’abord, puis l’Europe et la France ont commencé à renoncer à l’idée que la loi du marché viendrait à bout de l’autoritarisme chinois. Ils ont aussi commencé à comprendre à quel point nous sommes devenus dépendants de l’“usine-monde”, que ce soit pour de simples masques de protection ou des avancées technologiques comme la 5G. Une dépendance structurelle qui pèse de plus en plus sur nos souverainetés et peut nous empêcher de nous opposer aux appétits manifestes de l’Empereur rouge. Vue de France, la Chine n’a pas le monopole des dangers qui pèsent sur notre indépendance, les technologies chinoises sont, pour l’instant, nettement moins omniprésentes et intrusives que celles de l’Amérique. Mais son déploiement militaire en Asie-Pacifique, ses investissements massifs partout en Europe, la structuration de la dette africaine, sont autant de dossiers sur lesquels nous devons nous montrer plus attentifs.

Lire l’interview de Pascal Ausseur dans ce numéro

Une armée numérique : une fausse bonne idée – par le général de corps aérien (2s) Patrick Lefebvre

Au moment où les conflits armés se caractérisent par un très net durcissement des engagements, il est intéressant de pousser la réflexion relative au modèle d’armée recherché. Ce modèle a souvent suscité des questionnements, notamment lors des ajustements répétés des lois de finances qui en conditionnent l’accès. Les lois de finances témoignent d’ailleurs de la bonne exécution de la loi de programmation militaire. Évidemment, le pourcentage du produit intérieur qui s’y consacre aujourd’hui, affiché à 2%, rassure sur le niveau de prise de conscience des enjeux de défense et de sécurité. Il ne garantit pas pour autant la réalisation d’un modèle qu’il faut ajuster en permanence. D’ailleurs, cette donnée ne reste qu’un indicateur dont il faut se rappeler la valeur relative. Ainsi, la croissance mondiale continue depuis le début du 21ème siècle explique le paradoxe qu’en 2018, les dépenses de défense atteignent en valeur absolue un niveau record tout en se situant en part du PIB à un niveau historiquement bas.

Un monde plus dangereux où les rapports de force subsistent

Au-delà des chiffres, une vérité s’impose. Le monde n’est pas moins dangereux. L’incertitude et l’imprévisibilité des événements architecturent une posture de plus en plus difficile à tenir pour les instruments de défense et de sécurité. Cette posture s’étend d’ailleurs à bien d’autres domaines comme en témoigne la crise sanitaire actuelle. Tout près de nous, la Méditerranée, l’Afrique du Nord, le Sahel, le Proche et le Moyen-Orient ainsi que l’Asie centrale soulignent d’indéniables facteurs d’instabilité. Le risque de prolifération nucléaire est avéré. Le poids relatif des mers, de l’espace et du cyber, les « espaces communs » ne cessent d’augmenter dans les enjeux de sécurité. Le continuum de sécurité entre la sécurité intérieure et extérieure s’affirme plus que jamais. Le terrorisme, l’internationalisation des militants extrémistes dans les affaires intérieures des États ne peuvent être sous-estimés. Ce constat peut paraître pessimiste mais il convient d’être lucide sur les enjeux de sécurité auxquels nous serons très probablement confrontés. Un autre constat s’impose. Il est souvent rappelé par les grands responsables du ministère des armées. La contraction des formats nous amène aujourd’hui à la masse critique de l’outil de défense. Naturellement, la performance des équipements a substantiellement accru celle des capacités. Il faut comprendre la capacité comme étant la résultante des technologies de l’équipement, d’un savoir-faire spécifique et de la préparation du personnel qui en assure la mise en œuvre. Pour autant, à la masse critique, cette performance globale pourrait ne pas suffire. Incontestablement, dans tout conflit, le rapport de force quantitatif reste un élément clé de l’avantage potentiel de la force armée engagée. Pour mémoire, l’armée de l’air russe affiche plus de mille avions de combat allant du Mig 29 au Sukhoï 35 omnirôle au moment où nous comptons quelques 220 avions de combat.  Au-delà des écarts technologiques entre les équipements, il est évident que le rapport de force quantitatif ne nous serait pas favorable. Or, dans les conflits à venir où s’imbriquent des puissances, cet élément doit être pris en compte.

La technologie peut nous être favorable

Il est aussi vrai qu’il faut naturellement miser sur les évolutions technologiques pour démultiplier la puissance pour que cette masse critique ne devienne pas sous-critique. J’exclus de cette analyse le rôle clé de la dissuasion qui reste l’assurance vie de notre nation. Ce sujet ne devrait donc pas faire débat. D’autant que l’invention d’une arme est irréversible, la désinventer ne s’est jamais vu dans l’histoire. À court terme, les armes hypervéloces, à énergie dirigée ou autres ne seront que des compléments facilitant la pénétration des défenses adverses dont il est clair qu’elles s’organisent. Elles augmenteront d’ailleurs substantiellement le coût des opérations et pourraient contraindre davantage les formats. C’est un fait, les fameuses bulles A2AD[1] sont très largement mises sur le devant de la scène. Elles imposeront de revisiter les mécanismes d’acquisition de la supériorité en général et ceux de la supériorité aérienne en particulier. Pour cette dernière, la réelle mise en œuvre remonte à la guerre du Golfe où l’armée irakienne avait été élevée, à tort, au troisième rang mondial.

Depuis des années, c’est un fait, les évolutions technologiques, notamment numériques, bousculent les processus traditionnels des chaînes de décisions. L’accroissement exponentiel des données, la capacité de les analyser et de les traiter modifie l’agilité décisionnelle liée à ces processus. Car, il n’y a pas si longtemps, il était encore possible de procéder à plusieurs itérations sur une boucle décisionnelle qu’elle qu’en soit la forme. L’arme aérienne s’appuie toujours sur la boucle de John Boyd, dite OODA pour observation – orientation – décision – action, qui n’échappe pas à cette contraction temporelle. Et lorsqu’il n’y a plus qu’une itération possible, une itération humaine, le risque associé à la décision est plus fort. Il faut donc se faire aider. En la matière, la révolution numérique est en marche et peut concourir à cette aide. L’utilisation d’algorithmes, l’introduction de l’intelligence artificielle comptent parmi les moyens d’accompagnement probablement indispensables au profit d’une véritable agilité décisionnelle. C’est elle qui donnera l’avantage pour acquérir au plus vite la supériorité opérationnelle recherchée.   

Le numérique n’est pas une fin en soi mais il change la perception des espaces de bataille

Un deuxième constat s’impose. Au plan militaire, il faut privilégier une approche globale dans la conduite des opérations. Ceci vaut pour les lignes d’opérations bien sûr mais cela s ’applique à la dimension spatio-temporelle. La ségrégation des espaces ne peut plus obéir aux règles classiques. Les espaces maritimes jusqu’aux fonds marins, les espaces aériens endo et exo-atmosphériques et les espaces terrestres sont plus que jamais liés. Là encore, la révolution numérique exerce un effet de continuum faisant prévaloir les espaces communs. Elle avait déjà en d’autres temps modifié les manières d’opérer à partir d’opérations dites réseaux centrées avec de nombreuses réflexions sur ce que les Anglo-saxons appelaient le Network Centric Warfare (NCW). La distribution des données, à partir de ces réseaux, visait à optimiser les effets militaires recherchés. Ces opérations réseaux centrées ont modifié en profondeur l’utilisation et l’emploi des effecteurs. Elles ont structuré la dimension interarmées. Elles ont permis de changer le tempo des opérations. Ainsi, encore assez récemment en Afghanistan, l’armée de l’air américaine réalisait des appuis aux forces terrestres en moins de 15 minutes. Elle déclarait d’ailleurs pouvoir passer en dessous du « single digit » c’est-à-dire moins de 10 minutes. Ce n’est pas seulement lié aux performances de l’arme aérienne. C’est avant tout le résultat de la combinaison des capacités et les liaisons établies entre elles. Ces principes ont permis d’accepter un rapport de force parfois défavorable en volume parce que les gains acquis dans les processus de décision et la performance du ciblage en temps contraint (Time Sensitive Target) donnaient un avantage décisif pour les armées modernes et donc plutôt occidentales ou anglo-saxonnes. Cet apport des nouvelles technologies d’information et de communication, car c’est bien de cela dont il s’agit, a largement concouru à consolider l’efficacité opérationnelle d’une force terrestre, maritime ou aérienne. Elle a permis d’offrir une situation tactique partagée (situation awareness). Enfin, elle a optimisé la collaboration des capacités, la synchronisation des efforts induisant une optimisation de la durabilité du commandement. Dans les années 1990, la doctrine militaire américaine relative aux opérations réseaux centrées était pionnière. L’objectif était bien de relier les différentes composantes d’armée entre elles. Aujourd’hui, l’explosion quantitative des données consolide cette démarche. Sans contester la spécificité des milieux, les chaînes de commandement doivent intégrer ce facteur. Les niveaux stratégiques et opératifs en particulier ne peuvent l’ignorer. Il en va de leur agilité décisionnelle. Cette explosion quantitative pose question en matière de sécurité et de stockage. Sans doute faudra-t-il s’appuyer sur un cloud de combat qui réduira encore davantage la ségrégation des espaces.

Pour ancrer la stratégie de digitalisation, le département de la défense américaine a publié en 2019 la doctrine qui lui est associée fixant quatre priorités majeures. La cybersécurité, l’intelligence artificielle, le cloud et le C3 (commandement, contrôle et communication) en constituent les piliers fondamentaux. Ils doivent concourir à l’innovation, à l’accroissement de l’efficacité opérationnelle et augmenter la résilience et l’agilité des postures de défense. Au-delà bien sûr, la nécessité de disposer d’une main d’œuvre numérique s’impose. Au regard des évolutions technologiques de ce domaine, le défi RH est sans doute le volet le plus lourd dans la déclinaison de cette stratégie. L’importance des défis à relever dans le champ numérique est telle que la création au sein même du département de la défense d’un responsable chargé de sa mise en œuvre souligne le caractère fondamental accordé à ce domaine. 

Mais il ne s’agit pas pour autant de créer une armée numérique. Il s’agit avant tout de garantir une cohérence opérationnelle globale au moment où toutes les composantes d’armée utilisent des systèmes numériques communs et très élaborés dont certains restent vulnérables aux multiples menaces dont celles liées aux attaques cybernétiques.

En France, pour répondre à ce besoin de modernisation et de cohérence, la création de l’agence du numérique de défense (AND) le 1er décembre 2020 traduit aussi cette volonté de conduire des projets numériques complexes dont la vocation est bien d’accroitre la résilience de nos systèmes et leur performance à des fins opérationnelles. Florence Parly, ministre des Armées indique d’ailleurs que « le numérique occupe une place croissante au cœur des capacités opérationnelles et fonctionnelles du ministère des Armées. Ce sont plusieurs milliers d’agents civils et militaires et près de 1500 systèmes d’information et de communication qui concourent directement ou indirectement aux missions du ministère. Il était urgent de simplifier notre manière de faire pour une meilleure efficacité opérationnelle. Le ministère des Armées est pionnier en la matière et entend bien le rester. Plus que jamais, un numérique solide, fiable et efficace est un gage de résilience ».

Nos organisations doivent se transformer mais pas nécessairement disparaître

Cette démarche est évidemment nécessaire et indispensable. Sans doute faudra-t-il veiller à cette cohérence nécessaire entre les armées en laissant à chacune d’entre elles les marges de manœuvre qui s’imposent compte tenu des spécificités des milieux. Car si des similitudes existent, les systèmes de commandements restent, par nature, différents même si la ségrégation des espaces ne doit plus être celle que nous avons connue jusqu’alors. Il ne faudrait pas interarmiser à l’excès en imposant un commandement opérationnel où le numérique serait le facteur dominant. Le numérique n’est qu’un démultiplicateur de force permettant la contraction des cycles opérationnels dans les différents milieux. Ce n’est qu’un moyen qui imposera de repenser le rôle et la place des opérateurs dans la gestion des moyens qui seront de plus en plus autonomes. Ces opérateurs resteront cependant dépendants de leur milieux respectifs. Il est important de préciser ce point car trop souvent, par simplification, la création d’une structure unique semble répondre à tous les besoins alors qu’il n’en est rien. Il faudra optimiser et garantir la transversalité numérique dont auront besoin les différentes composantes de forces, terrestres, maritimes et aériennes jusqu’aux forces spéciales. Repenser la ségrégation des espaces revient à considérer le cyberespace comme étant l’espace commun aux trois milieux traditionnels.  

Au bilan, il faut réfléchir dès maintenant en urgence aux options à retenir pour le stockage des données et à leur protection. Aujourd’hui, nous enregistrons un retard dans ce domaine où les acteurs civils mettent en avant des centres de stockage souverains. La dualité civil-militaire prend ici un sens particulier et il faut sans doute s’inspirer de certaines solutions sans nécessairement les prendre en l’état. Les data center ou le cloud souverains s’imposeront donc pour garantir un niveau de protection suffisant. Mais il faudra aussi protéger les interconnexions entre les systèmes ou les plateformes collaboratives. Pour garantir la supériorité opérationnelle, il faudra donc maîtriser la robotique, l’intelligence artificielle, l’internet of things, le big et la fast data. N’oublions pas aujourd’hui que les objets connectés se comptent en milliard et que cette croissance est quasi exponentielle.

Un point d’arrêt à la contraction de nos formats

A ce stade, il est impossible de conclure sur les perspectives de cette révolution numérique qui n’en est qu’à ses débuts. Il ne s’agirait que d’une conclusion partielle. Une conviction s’impose, celle d’un monde qui est probablement plus dangereux. Les signaux reçus le démontrent assez facilement. Pour l’institut FMES, qui centre ses réflexions sur le bassin méditerranéen et le Moyen-Orient, nous les communiquons et fournissons, avec la publication d’analyses, le champ des possibles. Avec la révolution numérique en marche, ce monde plus dangereux se combine à un environnement opérationnel pervasif ou ubiquitaire. Les experts mettent souvent en avant ce changement de paradigme opérationnel. L’interconnexion démultipliée des capteurs ou effecteurs contribuent à cet état de fait. Il faut cependant conserver à l’esprit, qu’au-delà des couches logicielles ou applicatives des systèmes numériques, une couche physique subsiste, notamment celle des câbles sous-marins, des satellites ou microsatellites en orbite basse et des infrastructures nécessaires aux routeurs, serveurs et espaces de stockage. Il faudra en garantir l’efficacité en les protégeant. Une nouvelle posture de défense imposera que le rapport de force nous soit favorable. En substance, cette révolution des affaires militaires en cours doit éviter à tout prix une nouvelle contraction des formats de nos forces armées ! Enfin, nous utiliserons de plus en plus le numérique sans pour autant créer une armée numérique et c’est exactement là où la fiction, qui la met parfois en avant, ne rejoint pas la réalité.


[1] A2AD : Anti Access Aera Denial – Déni d’Accès Interdiction de Zone.