La Turquie en Syrie, Méditerranée orientale et Libye.

Multipliant en Méditerranée orientale, la Turquie déroule une partition diplomatique complexe et souvent difficile à cerner. Celle-ci repose sur un rapprochement paradoxal avec des acteurs régionaux majeurs comme la Russie ou l’Iran dont elle ne partage pas toutes les orientations stratégiques, sans abandon de son engagement dans l’OTAN, voire de sa candidature à l’Union européenne. Au-delà de son caractère téméraire, cette démarche voit Ankara recourir également à des opérations militaires répétées, à l’envoi de mercenaires, à des actes d’intimidation diverses. Cette stratégie complexe et offensive du grand écart est-elle une posture durable de puissance régionale ? Sur quels atouts repose-t-elle ? La Turquie a-t-elle les ambitions d’une autonomie revendiquée au Proche et Moyen-Orient ou prend-elle le risque d’un isolement incertain ?

Chercheurs et experts

  • Jean Marcou (FMES-Grenoble)
  • Frédéric Schneider (UTLN)
  • Fanny Coulomb (FMES-Grenoble)
  • Deniz Ünal (FMES Paris)
  • Johanna Ollier (FMES-Grenoble)
  • Gérard Groc (AMU)
  • Christian Vallar (UCA)
  • Igor Delanoé (UCA)
  • Ana Pouvreau

Sommaire