Première Session méditerranéenne des hautes études stratégiques Jeunes diplômés Région Sud !

C’est une première ! Fort de son expérience avec les Sessions méditerranéennes des hautes études stratégiques (SMHES) à destination des cadres dirigeants des secteurs public et privé, l’institut FMES a lancé les SMHES Jeunes Région Sud. Cette formation allie deux domaines bien connus par l’institut FMES : les formations et l’écosystème de la Région Sud dont il est centre ressources depuis 2017.

18 jeunes issus de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur ont composé la première promotion de ces SMHES Jeunes. Ils sont jeunes actifs, étudiants en master ou doctorants au sein des universités d’Aix-Marseille, de Nice, de Toulon ou de Sciences Po Aix.

Les objectifs étaient multiples :

  • Favoriser les échanges entre les étudiants et les jeunes diplômés issus des différents établissements supérieurs ;
  • Acquérir une culture stratégique et une ouverture sur le monde ;
  • Appréhender les enjeux de défense et de sécurité de l’espace méditerranéen et moyen-oriental en devenant des citoyens engagés ;
  • Favoriser les échanges et le travail collaboratif afin de constituer un réseau diversifié de futurs responsables.

Les 18 jeunes auditeurs ont été invités à candidater en envoyant un curriculum vitae et ont été sélectionnés parmi plusieurs candidats par le conseil pédagogique composé de la direction de l’institut FMES et des SMHES.

Ils se sont donnés rendez-vous à Toulon du 21 au 25 juin pour cinq jours de formation alliant conférences-débats, visites et travaux collaboratifs sur le thème « La place de la France en Méditerranée ». Dans un monde qui change, il était important de dédier un thème à chaque journée pour permettre aux auditeurs de bénéficier d’une culture stratégique concentrant des domaines divers : économique, sociétal, environnemental, géostratégique ou historique.

La première promotion des SMHES Jeunes a accueilli le lundi 21 juin au matin Philippe Vitel, vice-président de la Région Sud pour une conférence axée sur l’économie de défense en Région. Une belle entrée en matière pour débuter l’axe économique sous un prisme défense. Cette région d’exception aux multiples facettes est en effet la première région militaire de France et la deuxième en termes d’emploi des civils de la défense. La journée s’est poursuivie à la Seyne-sur-Mer avec la visite de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la Mer, IFREMER Méditerranée. Reçus par le directeur du site, monsieur Vincent Rigaud, les auditeurs ont assisté à une présentation riche et ils ont apprécié le matériel utilisé en Méditerranée pour la recherche. Sans surprise, la Méditerranée est la mer la plus polluée au monde et les pays riverains sont soumis aux grands défis du changement climatique. Cette visite de ce site a permis une première approche à la journée environnementale et a initié la jeune génération incarnée par les auditeurs à ces enjeux majeurs. La journée s’est achevée par des travaux collaboratifs. Répartis en 4 comités, les auditeurs doivent réfléchir ensemble aux enjeux du sujet « La place de la France en Méditerranée ». Dans cet exposé, ils devront aborder les axes économique, géostratégique, culturel et environnemental.

Le lendemain, géostratégie ! Au sein de la base de défense de Toulon, anciennement appelée arsenal puis base navale, les auditeurs ont été reçus par le capitaine de vaisseau Pascal Forissier. Son intervention brillante sur les opérations françaises en Méditerranée a permis aux auditeurs de mesurer toute l’importance de la Méditerranée pour la Marine nationale. A l’issue, les auditeurs ont réalisé une visite du site et  découvert les bâtiments à quai, dont le porte-avions Charles de Gaulle. Quoi de mieux qu’un wargame pour poursuivre cette journée consacrée à la géostratégie ? Monsieur Pierre Razoux, directeur académique et de la recherche de l’institut FMES et concepteur de wargames et serious games, a proposé aux auditeurs « Suprématie 2050 ». Répartis en équipes, les auditeurs se sont mis dans la « peau » des décideurs  de la Chine, la Russie, des Etats-Unis ou de l’Union européenne pour s’octroyer le leadership mondial. Cet atelier a mis en évidence le potentiel de l’Union européenne, capable de se doter d’une stratégie ambitieuse.

La troisième journée était consacrée à l’environnement. Monsieur Matthieu Brun, responsable des études et des partenariats académiques au Club DEMETER a prononcé une conférence sur la géopolitique des ressources naturelles avec un focus intéressant sur les liens avec le pouvoir et l’alimentation. Cette conférence enrichissante et pédagogue a mis en exergue la fragilité des pays du bassin méditerranéen en matière environnementale. Stress hydrique, réchauffement climatique, sécheresse des sols, sécurité alimentaire et révolution sont autant de défis auxquels est soumis ou sera soumis à l’avenir le bassin méditerranéen. Cet exposé brillamment amené a introduit le rendez-vous des auditeurs avec l’association Sea Plastics. Lorraine, Dimitri, Manon ou encore Irène sont étudiants à l’école d’ingénieurs AgroParisTech et de passage à Toulon, la Seyne-sur-Mer et Saint Mandrier à l’occasion des journées Rades bleues. Ils consacrent leur année de césure à l’expédition océanographique en étudiant les plastiques en Méditerranée durant plusieurs mois. Au contact de ces étudiants engagés pour l’environnement, les auditeurs ont pu mesurer le danger des micro plastiques et des nano plastiques en Méditerranée pour les espèces marines mais également le fonctionnement d’une association étudiante en lien avec des laboratoires français dont l’un des rôles est également la prévention auprès d’un public large. De retour à la Maison du numérique et de l’innovation, mesdames Magali Roux et Laure Maraval de Toulon Provence Méditerranée sont venues à la rencontre des auditeurs pour prononcer une conférence sur le contrat de baie. L’occasion de mettre en évidence le rôle d’une métropole pour la préservation de l’environnement et de donner une dimension plus institutionnelle à ce sujet d’envergure majeure. Dans la métropole de Toulon, deux contrats de baie ont été mis en place : pour la rade Toulon et pour les îles d’Or au large d’Hyères. La finalité de ce contrat est d’entretenir et de préserver l’environnement tout en mettant en valeur l’écosystème littoral.

Un peu d’histoire pour la journée du jeudi 24 juin ! Chaleureusement accueillis par mesdames Christine Joly et Cristina Baron, la conservatrice du musée, les auditeurs ont découvert le Musée national de la Marine de Toulon. Avec le siège situé à Paris, ce musée compte plusieurs antennes à Brest, Port-Louis, Rochefort et Toulon. Les auditeurs ont pu analyser l’évolution de la Marine nationale depuis Louis XIV et ont pu comprendre les raisons de son implantation sur les bords de la Méditerranée, faisant de Toulon le premier port militaire d’Europe de nos jours. A l’issue, les auditeurs ont écouté le retour d’expérience précieux du général de corps aérien (2s) Patrick Lefebvre sur la gestion de crise. Le directeur des Sessions méditerranéennes de l’institut FMES a partagé son expérience au sein des instances de décisions militaires et a permis aux auditeurs de comprendre les rouages d’une décision d’importance nationale en temps de crise. La journée s’est achevée sur la Lune avec un exercice de prise de décision en groupe mené par madame Sarah Sriri, cheffe de projet analyse et stratégie et adjointe aux SMHES. Répartis en comités, les auditeurs avaient pour mission de résoudre l’exercice imaginé par la NASA dont le scénario consiste à rejoindre la fusée-mère après un alunissage précipité en classant par ordre d’importance quinze objets figurant sur une liste donnée. Les résultats individuels étant moins bons que les résultats obtenus en groupe, l’objectif de l’exercice a été prouvé : les auditeurs ont été unanimement plus efficaces en groupes que seuls.

Pour la dernière journée de cette première session jeunes, messieurs Billel Aroufoune et Michel Durampart du laboratoire IMSIC (Institut méditerranéen des sciences de l’information et de la communication) de l’université de Toulon sont venus à la rencontre des auditeurs. Au programme : conférence sur le cyberespace en Méditerranée comprenant les enjeux médiatiques et info communicationnels avec un focus sur le Liban et l’Algérie qui connaissent ces dernières années des soulèvements populaires. Ces interventions éclairantes ont permis d’appréhender sous un œil nouveau l’espace public et son prolongement au sein des réseaux sociaux numériques. Après un déjeuner au soleil au bord de la Méditerranée au Fort Saint Louis, il était l’heure de soutenir à l’oral leur thème d’étude. Tour à tour, les auditeurs répartis en comité ont donné leur vision de la place de la France en Méditerranée devant un jury composé de grands témoins de l’institut FMES, du professeur des universités monsieur Eric Moreau, de l’école d’ingénieurs SeaTech de l’université de Toulon et de monsieur Jean-Michel Laffitte de Naval Group Toulon. Plusieurs visions ont été entendues au cours de ces exposés, permettant d’avoir un débat riche.

A l’issue, les certificats de cette première promotion des Sessions méditerranéennes des hautes études stratégiques Jeunes diplômés Région Sud ont été remis. Les 18 participants sont donc les premiers alumnis d’une longue série !

Je souhaite une excellente continuation à tous nos auditeurs !

Sommaire