Les Européens posent leurs conditions pour renouer avec la Turquie

Retrouvez l’article écrit par Gabriel Grésillon et Yves Bourdillon pour les Echos du 06 avril 2021, dans lequel le Directeur académique de la Fondation méditerranéenne d’études stratégiques, Pierre Razoux nous livre son analyse sur le jeu de la Turquie et le positionnement de son partenaire américain.

« Erdogan a compris que Washington ne lui fera plus aucun cadeau »

La rencontre entre les dirigeants de l’UE et le président turc, mardi, s’annonce délicate, selon l’historien Pierre Razoux. Le numéro un turc calme néanmoins le jeu, car il sent bien que son partenaire clé, les Etats-Unis, sera désormais moins indulgent.

Qu’attendre de la tournée des dirigeants européens en Turquie ?

Pas grand-chose, car la question est « qu’est-ce que l’Union européenne peut proposer ou imposer ? » plus que « qu’est-ce que le président turc peut offrir ? » […]

Erdogan a compris qu’il ne pourrait plus bénéficier de la complaisance de la Maison-Blanche, qu’il va devoir négocier et transiger avec une administration américaine qui ne lui fera plus aucun cadeau, à l’inverse de l’administration Trump.

[…]

Et, précisément, le régime turc actuel est un peu dans les deux camps à la fois, une démocrature, c’est-à-dire une démocratie avec des aspects fortement autoritaires.

Et que va faire Erdogan ?

Avec les tensions actuelles, les masques tombent. La Chine avance ses pions partout, y compris en Méditerranée orientale. Erdogan doit faire des choix […]

Erdogan donne des gages à Washington, via notamment la reprise des discussions avec la Grèce sur la mer Egée. Les tensions sont retombées avec Athènes et Paris et l’apaisement prévaut aussi en Libye avec la constitution d’un gouvernement de réconciliation nationale.

[…]

Son jeu peut-il diviser les Européens ?

Erdogan peut se permettre de tenir la dragée haute aux Européens, en raison du rapport de force que lui donne le fait qu’il héberge les migrants du Moyen-Orient, mais seulement dans une certaine mesure puisqu’il a aussi besoin de leurs capitaux pour financer le déficit de sa balance des paiements courants.

[…]

Sommaire