Interview Var Matin : Deux jours pour mieux comprendre le monde

En amont des RSMed, retrouvez l’interview de Pascal Ausseur parue dans Var matin.

Les 27 et 28 septembre prochains se tiendront à Toulon les premières Rencontres Stratégiques de la Méditerranée. Un événement gratuit et tout public que mérite le premier port militaire d’Europe.

La géopolitique se consomme aussi en circuit court! En matière de débat sur la marche du monde, plus besoin d’aller à Paris chercher ce que l’on peut désormais trouver dans le Var. C’est du moins le défi relevé par la Fondation méditerranéenne d’études stratégiques (FMES) et son directeur général l’amiral Pascal Ausseur, à l’origine de ces Rencontres Stratégiques. Et le pari est en passe d’être gagné. Il suffit de voir la qualité des intervenants – qu’ils soient experts en géopolitique, militaires de haut rang français et étrangers, industriels ou spécialistes en technologies de pointe – annoncés fin septembre sur les bords de la rade pour s’en convaincre.

“J’espère que les Toulonnais, les Varois profiteront de ces journées pour rencontrer les pointures qui viennent à Toulon livrer leur vision du monde”, confie Pascal Ausseur.

La guerre en Ukraine

Parmi ces personnalités, on notera la venue de l’écrivain franco-marocain Tahar Ben Jelloun, en qualité de “grand témoin”. Ou encore celle – sous réserve – d’Audrey Azoulay, ancienne ministre de la Culture et de la Communication sous François Hollande, et aujourd’hui directrice générale de l’Unesco.

Alexandra Goujon et Céline Marangé, deux spécialistes des pays de l’est que la guerre en Ukraine a mises sur le devant de la scène, seront également présentes à Toulon.

Cette guerre en Ukraine, qui a surpris tout le monde, est une alliée inattendue du rendez-vous toulonnais. En effet quelle “meilleure ambassadrice” pour intéresser le plus grand nombre aux questions stratégiques que l’offensive russe lancée il y a six mois à peine?

À ce sujet, et tout en déplorant bien sûr “le retour du tragique de la guerre en Europe”, le directeur général de la FMES déclare: “Les Rencontres stratégiques tombent à pic. Elles sont en effet une aide à la compréhension du monde tel qu’il est”.

Un même front à l’Est et au Sud

Et pour l’institut toulonnais, historiquement plutôt centré sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, on aurait tort de croire que ce qui se passe à l’est, n’impacte pas le sud.

“En réalité c’est le même front. Que ce soit en Afrique ou au Moyen-Orient, la Russie mène de plus en plus une politique d’attaque indirecte face à nous. Ce qui se passe en Ukraine n’est pas qu’un débat d’initiés. Grâce à l’incroyable résistance dont font preuve les Ukrainiens et à l’aide, au soutien, apportés par les Européens qui démontrent qu’ils savent encore souffrir pour leur liberté, ce conflit nous donne un répit, un peu de temps pour nous adapter aux changements. Nous avons la chance de vivre en démocratie, la population française doit avoir conscience des enjeux qui s’annoncent. Et ces Rencontres Stratégiques ont l’ambition d’y contribuer”. Dans une démarche de “service public” en quelque sorte.

Pour vous inscrire à ces Rencontres Stratégiques ou connaître le détail des deux journées de tables rondes, aller sur le site dédié

Les bénévoles bienvenus

Une quarantaine d’intervenants et un millier de participants sont attendus au Palais Neptune de Toulon pendant les deux jours de débats. Pour faire vivre ces premières Rencontres Stratégiques de la Méditerranée, notamment sur les réseaux sociaux, mais aussi accompagner les médias, faciliter les interviews des intervenants, ou résumer les échanges des tables rondes au travers de brèves d’articles, les organisateurs ne cachent pas qu’ils auraient bien besoin de bénévoles. Et tout particulièrement d’étudiants en communication ou en sciences politiques. À trois grosses semaines de l’événement, il n’est bien sûr pas trop tard pour faire acte de candidature, mais le temps presse quand même.

Et comme souvent, ça se passe sur internet: https://forms.gle/2N365MbQuTgm6mNi9

Sommaire