Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

IMPASSE OU TROMPERIE : LA RUSSIE « IMPLORE » DES NÉGOCIATIONS ET SE PRÉPARE À UNE OFFENSIVE

Pierre Razoux a été interrogé par RFI Ukraine à l’occasion du déplacement du président Volodymyr Zelensky en Europe.

L’Ukraine se prépare à une contre-offensive de la Fédération de Russie dans les semaines à venir – Poutine a ordonné la capture complète des régions de Donetsk et Louhansk. Cela a été annoncé par le secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense, Oleksiy Danilov. Dans le même temps, a-t-il dit, le Kremlin essaie de lancer le processus de négociation par le biais de divers médiateurs. 

Ils sont pressés d’avancer

La Russie est susceptible de lancer une contre-offensive dans les dix prochains jours. Cela est attesté par “des renseignements très fiables”, a déclaré le conseiller des Forces armées ukrainiennes dans une interview au “Financial Times” sous couvert d’anonymat. De hauts responsables ukrainiens, de nombreux observateurs occidentaux et les Russes eux-mêmes parlent d’une nouvelle opération offensive à grande échelle par les Russes. C’est ce que rapporte l’American Institute for the Study of War dans son dernier résumé : Le commandement militaire russe semble pressé de lancer une offensive décisive. Probablement à la veille de l’arrivée de l’aide militaire occidentale et de la saison printanière du tout-terrain en Ukraine, vers avril. L’absence de route a empêché les manœuvres mécanisées russes au printemps 2022.

Selon les renseignements ukrainiens, l’offensive commencera dans deux directions : Donetsk et Lougansk. Cependant, le Kremlin envisage peut-être une opération plus importante : Par exemple, en janvier, nous avons enregistré que la Russie prévoyait de mobiliser 300 000 à 500 000 personnes dans l’armée pour assurer des opérations offensives dans l’est et le sud de l’Ukraine au printemps et à l’été 2023. L’ordre pertinent de mobiliser 500 000 conscrits en janvier s’ajoute aux 300 000 mobilisés en octobre 2022

Yevhen Magda, directeur de l’Institute of World Politics, affirme également que les occupants pourraient lancer une offensive à l’Est. Il rappelle qu’il y a encore un an, tout a commencé avec le Donbass. La pseudo-direction de la soi-disant LDNR s’est tournée vers Poutine pour se protéger, les troupes russes sont entrées dans le territoire incontrôlé, puis, le 24 février, une invasion à grande échelle a commencé : Autrement dit, la logique ici est assez claire dans le sens où Poutine, qu’il le veuille ou non, est un politicien. Il doit également montrer son succès à son électorat. Et y compris, bien sûr, que plus il survolera souvent le territoire russe, plus il tentera de démontrer son succès sur l’Ukraine

Pierre Razoux, directeur académique de l’Institut français d’études stratégiques de la Fondation Méditerranée (Institut FMES), suggère que la contre-offensive commencera dans la partie du front où, selon les dirigeants militaires russes, les forces ukrainiennes sont les plus vulnérables : Les dirigeants russes ont de nombreuses options et ont appris de leurs échecs précédents. La chaîne de commandement russe a probablement été adaptée pour être plus réactive et flexible. Les troupes russes sont susceptibles d’attaquer là où, selon le Kremlin, les forces ukrainiennes sont les plus faibles : il pourrait s’agir du Donbass, de Kharkiv, de Kyiv (la capitale reste une cible clé), de Zaporozhye ou de Kherson.

Tout le monde est intéressé, dit Yevhen Magda, que Kyiv soit à nouveau attaquée. Cependant, selon le politologue, il ne faut pas s’attendre à une répétition des événements de l’année dernière : Si jusqu’au 24 février, les dirigeants ukrainiens croyaient en Loukachenka, maintenant il n’y a plus une telle foi. Il a été complètement détruit le 24 février 2022. Et donc supposer que les nôtres vont simplement s’asseoir et regarder les troupes russes entrer de la même manière pour la deuxième fois n’est pas un film après tout.

Le secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense, Oleksiy Danilov, a déclaré que les Russes ne pourront pas atteindre leurs objectifs sur le champ de bataille. Dans  une interview à  Radio NV, il a déclaré que c’est pour cette raison que les occupants “implorent” maintenant le début du processus de négociation : Ils prennent tout un groupe de négociateurs. Ils font maintenant beaucoup de travail avec certains groupes pour les amener à entamer des négociations. Déjà le Brésil, et quiconque n’est pas en médiation

Fin janvier, le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Serhiy Lavrov, a déclaré aux journalistes qu’il n’était pas opportun de parler de négociations avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky : « La Russie est prête à examiner des propositions sérieuses de l’Occident concernant des négociations sur la question ukrainienne, mais jusqu’à présent il n’y en a pas eu, et les Occidentaux en parlent par ruse”.

Colombes de la paix

Qui pourrait fournir une assistance de médiation à Moscou — la liste des politiciens et des pays est assez longue, car il y en a beaucoup qui sont prêts à recevoir des avantages politiques. “C’est comme un concours de beauté, vous savez, mais sans défilé de mode en maillot de bain”, pense Yevhen Magda. 

Selon le politologue, la Turquie pourrait coopérer avec la Fédération de Russie afin d’entamer des négociations. Cependant, dans le contexte d’une série de tremblements de terre puissants et de la catastrophe humanitaire qui s’est déroulée sur le territoire du pays, une telle coopération n’est pas pour le moment. Il y a d’autres candidats :  La France, parce qu’Emmanuel Macron ne cesse de parler de la nécessité d’écouter Poutine. L’Autriche. Karl Neghammer, le chancelier là-bas, a parlé du besoin et a tenté de servir de médiateur dès le printemps dernier. Il était également à Kyiv, puis à Moscou, mais d’une manière ou d’une autre, son enthousiasme a d’abord diminué. Maintenant, peut-être qu’il a repoussé. Israël, peut-être. 

L’autre jour, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il était prêt à agir en tant que médiateur si Kiev, Moscou et Washington se tournaient vers lui avec une telle demande. Netanyahu a admis que peu de temps après l’invasion à grande échelle, on lui avait officieusement demandé de servir de médiateur entre l’Ukraine et la Fédération de Russie. L’actuel dirigeant d’Israël a refusé ce rôle, car à cette époque son adversaire Naftali Bennett était au pouvoir. Il ne révèle pas non plus quelle partie s’est tournée vers lui pour obtenir de l’aide. 

Des services de médiation pour l’Ukraine et la Russie ont également été offerts par le Vatican. L’année dernière, en novembre, la publication “La Stampa” a rapporté que le territoire du Saint-Siège pourrait devenir une plate-forme neutre pour les négociations entre Kiev et Moscou. 

“La plus grande guerre du monde au XXIe siècle. Cela permettra à quelqu’un qui devient un médiateur efficace de réclamer certains dividendes politiques, ou le prix Nobel de la paix, ou autre chose », déclare Yevhen Magda.

Pierre Razoux, directeur académique de l’Institut d’études stratégiques de la Fondation méditerranéenne, estime que le bruit entourant les négociations s’apparente davantage à un outil de propagande pour saboter et réduire la volonté de l’armée ukrainienne de se battre : Mais le Kremlin semble convaincu que le temps est de son côté. Donc, à la fin, il peut attendre pour constituer ses réserves militaires et renforcer ses forces, poussant l’Ukraine à la faute, puis contre-attaquer.

Oleksiy Danilov, secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense, a adressé quatre demandes à la Russie, à la suite desquelles l’Ukraine peut rejoindre le processus de négociation :

🔻 libération de tous les territoires ukrainiens temporairement occupés ;

🔻tribunal pour les Russes qui ont déclenché la guerre et commis des crimes de guerre ;

🔻 garanties de sécurité pour l’Ukraine ;

🔻 responsabilité pour la Russie.

Danilov a souligné que l’Ukraine n’acceptera pas les termes des terroristes : Cette absurdité, qui se produit aujourd’hui, doit cesser tôt ou tard. Il faut mettre un terme à cela. Quand certains d’entre nous pensent que nous devrions être mis dans une sorte de cadre pour que nous puissions parler de quelque chose avec Poutine. Oui bien sûr. Mais d’abord, Poutine doit remplir les conditions qui existent dans notre pays. Ça marche pas sinon.

La meilleure garantie d’une paix durable sera non seulement la désoccupation complète de l’Ukraine, mais aussi la défragmentation de la Russie. Yevhen Magda, directeur de l’Institute of World Politics, le souligne : C’est un fait absolument évident. Car la Russie, si elle reste dans sa forme actuelle, voudra d’une manière ou d’une autre non seulement se venger de l’Ukraine, mais constituera également une menace pour les autres États européens. Je suppose qu’en 2023 nous en serons convaincus. Pas en Ukraine, mais sur le territoire d’autres États, en particulier le Caucase du Sud, peut-être le Kazakhstan, et peut-être d’autres États. La Russie agit de manière irrationnelle, elle essaiera donc de prouver à tout le monde qu’il faut compter avec elle

Selon Pierre Razoux, la guerre en Ukraine divise véritablement la société russe. Cependant, il semblerait qu’il fédère également une partie importante de la population autour du Kremlin : D’un côté, les gens en ont assez de cette guerre très coûteuse et inutile. D’un autre côté, les gens craignent les conséquences de la guerre, à la fois interne et externe, et espèrent que le Kremlin trouvera une baguette magique qui permettra à la Russie de gagner et de mettre fin à cette campagne impopulaire.

Selon le directeur académique de l’Institut d’études stratégiques de la Fondation méditerranéenne, il est probable que la guerre en Ukraine affaiblira davantage la position de la Russie sur la scène internationale et la rendra dépendante de la Chine. 

Partager sur les réseaux sociaux

Rejoignez-nous

La newsletter FMES

Déposez votre mail pour vous abonner à notre newsletter mensuelle
et autres mailings (conférences, formations, etc.)

La newsletter FMES

Déposez votre mail pour vous abonner à notre newsletter mensuelle
et autres mailings (conférences, formations, etc.)