G5 Sahel – l’incontournable Barkhane !

Tous droits réservés

Jean-Philippe PIERRE, Docteur en Géographie-géopolitique
Directeur recherche et relations académiques à l’Institut FMES

Le 17 décembre dernier, le général mauritanien Mohamed Znagui Sid Ahmed Ely, chef du département de défense et sécurité du G5 Sahel, confiait au journal Le Point que « sans la France, la situation dans la région serait bien pire ». Pourtant, nous assistons à une montée du sentiment antifrançais au sein des populations de la bande sahélo-saharienne.

Pour rappel, en janvier 2013, c’est bien à la demande des autorités maliennes que le président Hollande a engagé l’Armée française dans l’Opération Serval, pour arrêter l’avancée en direction de Bamako des forces djihadistes, sécuriser la capitale du Mali et permettre au pays de recouvrer son intégrité territoriale. Les troupes maliennes qui s’opposaient déjà depuis une année aux rebelles Touaregs du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et au mouvement salafiste Ansar Dine, alliés à d’autres mouvements islamistes ne pouvaient plus en effet ni repousser, ni même contenir leur offensive, balayées dans l’Azawad et dans une grande partie nord du pays, ces dernières, en débâcle ne pouvaient plus garantir la sécurité de la capitale. C’est dans ce contexte que sont intervenues les forces françaises offrant aux Maliens l’opportunité de se réorganiser politiquement et militairement.

Le 1er Aout 2014, l’opération est étendue pour lutter contre les groupes armés salafistes djihadistes dans toute la région du Sahel. Elle prend le nom d’opération Barkhane.

En parallèle de l’opération Serval, l’Union Européenne déclenche la mission de formation de l’Union Européenne au Mali, (EUTM Mali – European Union Training Mission in Mali), pour permettre le rétablissement des capacités militaires et de commandement de l’armée malienne.

L’accident impliquant deux hélicoptères des forces françaises qui a causé la perte de 13 soldats en soirée le 25 novembre dernier a donné lieu à de nombreuses interrogations sur cet engagement de la France au Sahel. Accusées de « néocolonialisme », hier accueillies en sauveurs, les forces françaises sont de plus en plus critiquées. Et si ces qualificatifs de néocolonialisme, de djihadisme, de salafisme n’étaient que les faux nez d’une réalité moins manichéenne et moins honorable ?

*
* *

Il est légitime de s’interroger sur les raisons réelles de l’engagement de l’armée française au Sahel.

Cette région, lieu d’échange et de commerce depuis toujours offre aujourd’hui les mêmes avantages à l’Europe que les confins militaires d’autres époques. L’engagement français au sahel est la garantie de disposer d’une profondeur stratégique suffisante pour se prémunir des menaces les plus importantes du moment. Les nouvelles routes des trafics s’y croisent.

Venant du Sud, de l’Afrique sub-saharienne, des milliers de jeunes gens, migrants économiques sont les victimes d’une part de l’illusion d’un mieux vivre ailleurs, un ailleurs dans lequel il n’y a pas de place pour tout le monde et d’autre part, victimes des passeurs, nouveaux pachas de la traite des hommes.

Plus importante route du trafic de stupéfiants depuis que les Etats-Unis ont renforcé leur soutien à leurs voisins dans la lutte contre le narcotrafic, la voie africaine est devenue le chemin le plus sûr pour approvisionner l’Europe.

Nous pouvons également parler du trafic d’armes issus des stocks de Mouammar Kadhafi, mais également en provenance des nombreux conflits qui ont touché les rives de la Méditerranée et l’Afrique ces dernières années.

La main d’œuvre ne manque pas non plus dans cette région. Les enfants soldats des conflits de l’Ouest africain (souvent bannis) on grandit, mais ils restent des mercenaires prêts à épouser toutes les causes pour peu qu’ils puissent en vivre. La menace terroriste a plongé toute la région du Nord de la Mauritanie et du Mali dans la précarité. Autrefois, le tourisme d’aventure porté entre autres par le Paris-Dakar avait permis de créer de l’activité économique dans ces régions, de Nouadhibou à Zouerate en passant par Atar et Chinguetti. Maintenant, les familles laissent partir leurs fils avec des groupes armés qui sillonnent les villages et recrutent les jeunes garçons pour l’équivalent de 50 000 euros. Faute d’activité, les hommes vivent de rançonnage. Les coupeurs de route à temps partiel pour arrondir les fins de mois deviennent, faute de « clients » des djihadistes de circonstance. Enfin, les opposants de tout poil aux pouvoirs en place (Touaregs, Maures, Peuls…) viennent opportunément grossir les rangs de ceux qui pourraient faire tomber les hommes des capitales.

Il semble ainsi que les intérêts économiques de la région qui pèse moins de 0,25% du commerce extérieur de la France et extrait moins 5% de la production mondiale d’Uranium ne soient que très secondaires. Les accusations de néo colonialisme ne sont donc proférées que pour désigner un responsable autre que les pouvoirs africains incapables de se remettre en question et de prendre leur avenir en main malgré par exemple les 9 milliards d’euros de l’APD (Aide publique au développement) octroyés entre autres par la France en 2018 (0,43 % du PIB ). Face à ce genre d’accusation il faut notamment réfléchir à quels intérêts elles peuvent servir. Le président Macron, lors de la réunion de Pau le 13 janvier à clairement posé cette question aux chefs d’états du G5 en interpellant le président malien : « j’entends beaucoup de gens, dans votre pays, qui disent tout et n’importe quoi. Demandez-vous par qui ils sont payés ! Demandez-vous quels intérêts ils servent ! Moi, j’ai mon idée… ». Les concurrents de la France sont nombreux au Sahel, qu’il s’agisse de groupes terroristes ou de concurrents commerciaux, l’engagement français ne répond pas forcément à leurs agendas ou leurs objectifs.

 

Djihadisme, de quoi parle-t-on ?

La littérature récente, produite par ceux qui ont vraiment lu et étudié le Coran et les hadits met en évidence une crise profonde de l’Islam. L’absence de leadership légitime et d’un ijtihâd sincère a semé au sein des communautés les ferments de la déliquescence de la seconde religion la plus pratiquée dans le monde. Ainsi, chacun, sans même disposer des outils spirituels et intellectuels susceptibles de lui permettre de se forger de solides convictions, se revendique plus croyant que son voisin. La lecture simpliste de certaines sourates telle que « Vous êtes le meilleur peuple, suscité pour le bien de l’humanité ; vous enjoignez ce qui est bien, vous interdisez le mal, et vous croyez en Allāh. Et si les Gens du Livre avaient cru, cela aurait été meilleur pour eux. Certains d’entre eux sont croyants, mais la plupart d’entre eux sont des pervers. » (Coran, 3-111) incite donc à se revendiquer d’une pratique la plus authentique afin de prendre l’ascendant sur le mécréant. D’autres versets tels que : « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et Son messager ont interdit et qui ne suivent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent l’impôt de la capitation et qu’ils se soumettent et s’humilient » (Coran, 9-29), encrés dans les esprits de gens simples, par des prédicateurs haineux, sont de véritables blanc-seing. Ils peuvent ainsi asseoir leur domination sans la moindre retenue pour déverser leur rancœur et compenser leurs frustrations.

Selon ce principe, les djihadistes en question ne sont donc pas des croyants de conviction mais plutôt des croyants de circonstance dont l’objectif est de renforcer leur appartenance au groupe et justifier leurs actes. Il est plus simple lorsque l’on est inculte et dans l’incapacité de changer son quotidien par un travail long et contraignant de sanctionner l’autre, de le tenir pour responsable de ses maux, de le dominer.

La foi est donc un prétexte mais en aucun cas une finalité. Il est vrai que le coran offre des pistes d’organisation de la société. Par exemple, la sourate numéro 2, Al baqara présente la plupart des codes de conduite qui guident la vie des musulmans. Mais cette organisation de la société sans effort d’adaptation ne permet pas d’organiser la vie de la cité au XXIème siècle. Les villes et villages qui se sont retrouvés sous la gouvernance de groupes terroristes tels que daesh en ont fait la difficile expérience. Incapables de produire, ces groupes ne fonctionnent que selon un système de prédation, levée d’impôts sur les non croyants, esclavage, vente des ressources naturelles. Une fois que l’ensemble de ces ressources est exploité, il ne reste rien. C’est un peu le principe du nomadisme qui se déplace de pâture en pâture au gré des saisons. A l’image des nomades, ces groupes ont besoin sans cesse de nouveaux espaces pour pouvoir exister. Le djihadisme sahélien n’est donc que l’expression de ce besoin de territoire pour survivre et non un idéal religieux. La composition de ces groupes majoritairement nomades de culture ou de circonstance (anciens enfants soldats, mercenaires libyens…) en est la preuve.

Le Sahel, espace d’échange et de nomadisme est l’incubateur de philosophies moins nobles que la religion. C’est là également que les deux grandes tendances de l’islam sunnite se livrent une guerre d’influence pour s’imposer tant vis-à-vis des musulmans que pour peser vis-à-vis des occidentaux. Les Frères Musulmans tout d’abord, cela fait des années qu’ils occupent le terrain. Utilisant la situation d’échec des états post-coloniaux, les idéologues des Frères Musulmans proposent un projet global de régénération de la communauté musulmane contre l’occidentalisation de la société. Appuyée financièrement par le Qatar et politiquement par les turcs, l’organisation a su mobiliser de larges couches de population, en leur offrant un réseau caritatif et une utopie de rédemption. Face à eux, les salafistes, soutenus par l’Arabie Saoudite et les EAU entretiennent eux aussi leurs réseaux d’influence. En plus de soutenir des groupes armés, ces deux courants de l’Islam sunnite contribuent également à fractionner les sociétés. Les premiers conquièrent le pouvoir par « le bas », ils réislamisent l’individu, la famille, le quartier. Le second s’adresse aux élites, il soutient les projets économiques qui bénéficient essentiellement aux castes dirigeantes. Le sunnisme évolue en plein paradoxe, au nom de l’Oumma, la communauté des musulmans, chacun s’efforce de diviser pour s’imposer. C’est une situation ubuesque que connait l’Islam depuis ses origines mais qui aujourd’hui dépasse le simple conflit tribal en contaminant l’ensemble du Sahel.

 

Confins militaires ou cheval de Troie !

C’est un fait ! La France est durablement engagée au Sahel. L’annonce du président Macron de l’envoi de 220 soldats supplémentaires pour renforcer l’opération Barkhane montre effectivement qu’il est plus dangereux de se retirer que de maintenir une présence active.

Se résigner et se retirer aurait un double effet catastrophique. Tout d’abord, ce serait reconnaître que quelques bandes armées peuvent mettre en échec une armée puissante et organisée. La qualité des forces françaises ne saurait être mise en cause. Les difficultés qu’elles surmontent au quotidien sont nombreuses : immensité du théâtre des opérations, compromissions des populations, incurie des politiques locaux… La France est seule pour défendre les intérêts d’une Europe qui peut-être par méconnaissance de la région ou par frilosité refuse de voir la menace qui est en train de se structurer. Un retrait autoriserait également la mise en place d’une zone grise où pourraient se côtoyer sans limites, les activités les plus toxiques telles que trafics de drogues, d’armes, d’êtres humains et y proliférer des idéologies mortifères. Tout cela, serait installé sur les rives du plus grand et plus complexe espace frontalier : la mer Méditerranée. La bande Sahélienne pourrait donc être le cheval de Troie qui précipiterait par effet contaminant une grande partie de l’Europe dans une période d’instabilité durable.

Aussi, même s’il est peu probable que le président français du moment ait totalement apprécié cette dimension lors du lancement de l’opération Serval, il semble essentiel pour l’avenir de l’Europe et de l’Afrique du Nord et de l’Ouest de considérer le Sahel comme un confins militaire qu’il faut stabiliser, sécuriser et développer pour éviter qu’il ne sombre. Cette nécessaire profondeur stratégique à un coût que la France à elle seule n’a pas les moyens d’assumer. Seule, elle est exposée aux accusations de néocolonialisme, seule, elle ne peut peser de manière significative que militairement. L’échec en matière de développement des états locaux est le premier ferment de leur instabilité. Faute d’une action réelle et volontariste des européens, 2020 risque d’être une année charnière au cours de laquelle la situation leur échappera totalement.
Le temps presse, les acteurs du désordre islamiste sont à l’œuvre et gagnent du terrain. Cela ne signifie pas que la situation soit désespérée, mais il est certain que l’Union Européenne risque de se retrouver dans l’incapacité de peser de quelque manière que ce soit dans la région et donc, de limiter les effets néfastes qu’elle pourrait avoir à son encontre.

En effet, d’autres acteurs s’implantent ou se sont implantés au sahel. Il s’agit en particulier de la Chine, des USA et de la Russie.
Les Chinois investissent régulièrement en Afrique du Nord et au Sahel dans le cadre de leur quête en matière premières et pour garantir des débouchées commerciales à leurs nouvelles routes de la soie. Parmi les dix plus gros bénéficiaires des IDE chinois ces vingt dernières années , figurent le Mali, La Mauritanie, le Nigéria, le Niger et Burkina-Faso. L’intervention en Libye le 25 novembre 2011 de la frégate Xushou et l’organisation d’un pont aérien pour évacuer leurs quelques 35 000 ressortissants a fait prendre conscience aux décideurs chinois qu’il fallait développer un volet sécuritaire pour garantir leurs investissements dans cette région. La Chine s’investit dans les actions de maintien de la paix en Afrique, en 2012 par exemple, le président Hu Jintao à lancé l’initiative on China-Africa Coopérative Partnership for Peace and Security. Au Mali, lors de l’été 2013, la MINUSMA a bénéficié d’un renfort de 400 soldats et ingénieurs chinois. Elle y a également multiplié ses ventes d’armes par dix entre 2006 et 2016. La société Norinco, entreprise publique d’armement, s’est progressivement substituée aux anciens pourvoyeurs d’armes en provenance de l’ex URSS. De ce fait, elle prend en charge la formation technique des cadres de la plupart des armées africaines ce qui lui garantit une influence durable au sein des Etats-Majors.

Les USA, bien qu’ils semblent militairement moins présents en Afrique de l’Ouest et au Sahel du fait de leur choix « d’empreinte légère », symbolisée par l’installation de nénuphars (lily pads) – c’est le nom que donne le Pentagone aux mini-bases américaines que l’on trouve notamment du golfe de Guinée à la Corne de l’Afrique – restent particulièrement influents sur les plans économique et social. L’Africa Grouth and Opportunity Act (AGOA), adopté en 2000 dans le cadre du trade and Developpment Act a permis d’établir des liens privilégiés avec les économies Africaines. Leur offrant des débouchées non ou peu taxées sur les marchés américains en échange de quoi, les entreprises d’extraction minières ou d’énergies fossiles ont bénéficié d’une plus grande complaisance dans l’attribution des concessions et des zones de prospection. Les églises évangéliques américaines réparties aux limites de cette région et dans les grands villes, contribuent à donner une image favorable des actions américaines. Les œuvres qu’elles conduisent en faveur de l’enfance ou de la santé se substituent aux systèmes locaux défaillants. Ces nouvelles églises jouent sur l’effervescence affective et l’oralité et, ainsi, servent de lien social. Leur implication auprès des populations contribue à donner un apriori plutôt favorable vis-à-vis des américains. Cet apriori positif se dégrade fortement dans les sociétés majoritairement musulmanes.

Enfin, la Russie effectue dans la région un retour discret mais bien réel. Le 26 juin dernier, en marge du salon « ARMY 2019 » de Moscou, la Russie et le Mali ont officialisé la signature d’un accord de défense. Cet accord porterait sur la formation de spécialistes militaires et la coopération dans les opérations de maintien de la paix et la lutte contre le terrorisme. Ces derniers mois, des hommes du groupe Wagner, société militaire privée russe qui s’est illustrée notamment en Syrie, ont commencé à évoluer au sahel. Dans cette région, la guérilla islamiste est devenue un véritable business pour les sociétés militaires privées. Certains pays et organisations dont l’ONU font appel à elles pour la collecte d’informations ou l’évacuation médicalisée. Mais la présence la plus significative de ces groupes est observée au plus près des zones de combat. Le 29 novembre dernier, le journal Le Monde ou le 22 décembre, Challenges rapportaient l’inquiétude des américains de la présence de soldats russes dans les rangs des forces du Gal Khalifa Haftar. Dernièrement, un groupe appelé « les patriotes du mali » aurait même recueilli 8 millions de signatures en faveur du départ des forces françaises et d’une coopération militaire avec la Russie.

*
* *

Il est donc illusoire d’imaginer que les seules forces françaises qui n’agissent que dans un cadre légal aient les moyens à elles seules de stabiliser cette région qui devrait passer de 135 millions de personnes en 2015 à 330 millions en 2050 si les taux de natalité actuels se maintiennent.

Les dirigeants des états sahéliens (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso, Mauritanie) sont dans l’incapacité de se mobiliser contre les menaces qui pèsent sur la région sans une aide ou un mentoring non seulement militaire, mais également dans tous les domaines de la gestion d’un Etat.

Le rejet de la présence des forces françaises au Mali mérite également d’être analysé plus finement. En effet, il est fortement médiatisé et très relayé par la presse notamment anglo-saxonne qui saisit toutes les occasions pour les interpréter et les analyser comme des retours à la Françafrique ou un nouveau néocolonialisme français. La presse française contribue également à amplifier ce phénomène, prenons le simple exemple de la manifestation de Bamako le Vendredi 10 janvier : « le drapeau français brûle sous les cris de près de 1 000 personnes rassemblées à l’appel d’organisations de la société civile et de personnalités politiques pour demander le départ de l’opération « Barkhane » et des forces internationales de leur pays ». Le choix même du vocabulaire – près de 1000 personnes – montre clairement l’intention d’amplifier l’évènement.

Il est donc urgent, comme l’a souligné le président Français à Pau que chacun assume sa part de responsabilité dans la région. Les habitants eux-mêmes doivent faire des choix clairs entre développement ou statuquo. Les Nations Unis et l’Union Africaine doivent revoir les concepts d’emploi de leurs forces. La communauté internationale au premier rang de laquelle l’Union Européenne doit prendre conscience que laisser le Sahel dans cette situation aura des effets bien plus dangereux à court et moyen terme. Ces idéologies prédatrices au nom desquelles les pseudo jihadistes se battent ne se contenteront pas du Sahel. Vides de projets et incapables de construire, leur survie dépend de leur capacité à s’étendre sur le plan territorial.

La chine, les USA ou la Russie n’apporteront pas de solution durable dans la région. La préservation de leurs intérêts (mercantiles et géopolitiques) n’est pas compatible avec une aide au développement réelle des pays partenaires. Il est vrai qu’ils ont les moyens financiers et matériels d’imposer un climat sécuritaire autour de leurs emprises et de leurs axes de communication. En revanche, le développement, véritable clé de voute d’une sortie de crise dans la région ne fait pas partie des modes d’action déployés jusque-là.

Les uns comme les autres ne sentant pas leurs territoires menacés directement par un enkystement des crises africaines n’ont pas d’intérêt particulier à contribuer au développement synonyme de hausse des coûts de main d’œuvre, de hausse des impôts et taxes et de limitation des activités par des règlementations plus strictes. Leur laisser le champ libre, c’est accepter qu’ils ne fassent que déplacer le problème dans le temps. Seule une politique éclairée visant à permettre un développement réel de ces régions est la garantie d’un apaisement durable.

Dans un récent entretien entre le Général Bruno Clément-Bollée, ancien directeur de la coopération de sécurité et de défense au ministère des affaires étrangères et Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS. Le général préconise de « rendre la gestion du Sahel aux Sahéliens, cette affaire est leur affaire ». Il est vrai que la classe politique en place n’a plus aucun crédit, elle est jugée corrompue et incapable. Pourtant, une solution durable ne peut effectivement venir que des Africains eux-mêmes et des organisations africaines. En attendant que les hommes et femmes capable de relever ce défi émergent des sociétés africaines, il n’y a d’autre solution que celle maintenir une force Barkhane, seule apte, si ce n’est rétablir la situation sécuritaire, à éviter qu’elle de devienne ingérable et que le sahel ne devienne une zone grise aux portes de l’Europe. Cette mission est difficile et nécessite des moyens importants dont le coût humain et matériel pourrait utilement être supporté par l’ensemble des partenaires Européens, premiers concernés après les Africains en cas de dégradation de la situation. Les contributions actuelles de l’UE sont essentiellement symboliques en comparaison de l’engagement de la France.

L’opération Barkhane est donc nécessaire mais elle n’est pas suffisante ? Il est urgent de contraindre les gouvernants sahéliens à prendre leurs responsabilités. A défaut, la position de la France et de ses forces au Sahel deviendra intenable.