Décryptage de la position turque en Méditerranée orientale – par Jean Marcou

Professeur des universités, titulaire de la Chaire Méditerranée-Moyen-Orient à Sciences Po Grenoble (Université Grenoble Alpes)

L’offensive turque en Méditerranée orientale des derniers mois a souvent été décrite comme le dernier avatar de l’autoritarisme de Recep Tayyip Erdoğan. Si ce dernier n’a certes pas manqué d’inscrire ce conflit dans l’agenda politique dense qui doit le conduire aux prochaines échéances électorales de 2023, on aurait pourtant tort de réduire l’affaire au seul réveil de vieux démons islamo-nationalistes du président turc.

Pour s’en convaincre il suffit d’observer les réactions récentes du CHP (le parti kémaliste) aux positions européennes. Ayant d’abord courtoisement fait observer aux membres de l’UE qu’ils avaient tendance à privilégier le point de vue grec dans la crise, les dirigeants de la principale formation d’opposition n’ont pas mâché leurs mots, lorsqu’au sommet Med-7, en Corse, le 10 septembre, le président Macron a déclaré : “Nous devons être durs avec le gouvernement turc et non avec le peuple turc, qui mérite plus que le gouvernement Erdoğan.” Prenant la défense de la présidence de la République de Turquie plus que de son président, les leaders du groupe kémaliste au parlement ont expliqué qu’aucun chef d’État au monde ne pouvait se permettre de parler ainsi à un dirigeant turc, avant de rappeler que la Méditerranée orientale était “une cause nationale” à laquelle ils adhéraient[1]. Cet incident montre bien que le peuple turc, qu’il mérite ou non Erdoğan, n’adhère pas pour autant aux positions des Occidentaux dans le conflit qui oppose son pays à la Grèce et à Chypre aujourd’hui.

Cette crise, en outre, n’est pas la première du genre dans cette aire, car le différend gréco-turc est ancien et n’est pas apparu avec Erdoğan et l’AKP. Pour comprendre ce qui se passe, il convient de prendre en compte les fondamentaux de la politique étrangère turque, influents quel que soit le gouvernement en place et quel que soit le contexte. Voilà donc quelques éléments de décryptage des lignes forces de la position turque dans le grand jeu gazier actuel de la Méditerranée orientale…

Pomme rouge ou patrie bleue… devenir une puissance maritime qui rayonne sur les mers voisines

Tandis qu’il décidait de la reconversion de Sainte-Sophie en mosquée au moment où ses navires (portant le nom de sultans célèbres, Yavuz, Fatih Kanuni) partaient prospecter sur des espaces maritimes disputés, le président turc, il est vrai, n’a pas hésité à solliciter l’imaginaire collectif turco-ottoman, à l’appui de sa politique de la canonnière en Méditerranée orientale. Célébrant un peu plus tard, le 25 août 2020, l’anniversaire de la bataille de Manzikert, qui a ouvert l’Anatolie aux Seldjoukides face aux Byzantins, en 1071, sans hésiter au passage de faire un parallèle appuyé avec le différend en cours qui l’oppose à la Grèce, Recep Tayyip Erdoğan a même osé une référence à la mythique “pomme rouge” (kizil elma)[2], un symbole de l’expansionnisme turc vers l’Europe et du Djihad contre la chrétienté à l’époque ottomane, utilisé entre autres par les fameux janissaires, afin de motiver leur ardeur au combat.

Pourtant, lorsqu’il le faut, le président turc sait aussi utiliser des images beaucoup plus séculières, contemporaines et prosaïques, comme celle de la “patrie bleue” (mavi vatan), un concept né en 2006 au sein de l’armée, que l’on attribue au contre-amiral Cem Güldeniz, qui fut imaginé pour justifier le développement des forces navales de la Turquie et faire d’elle une puissance apte à intervenir sur des théâtres d’opérations Outre-mer. Dans la rhétorique d’Erdoğan, cependant, la “patrie bleue” renvoie surtout au droit qu’ont les Turcs d’accéder et de rayonner sur les mers qui les entourent (mer Noire, mer Égée, mer Méditerranée)[3]. Elle croise en fait un sentiment d’injustice souvent ressenti à l’issue du premier conflit mondial, en dépit de la victoire de Mustafa Kemal, lorsqu’après avoir conservé l’Anatolie, ils ont dû accepter de voir les Grecs demeurer sur la plupart des îles de la mer Égée. Cette configuration est devenue inquiétante pour la Turque, après la Deuxième Guerre mondiale, lorsque le traité de Paris de 1947 a permis à la Grèce d’étendre sa souveraineté sur le Dodécanèse et lorsque l’élaboration du droit de la mer à ouvert à Athènes, au large de ses innombrables îles, des perspectives maritimes immenses.

Erdoğan ne cesse de pointer du doigt cette situation particulière, quand il rappelle que la Turquie a le littoral continental le plus important de la Méditerranée et que l’île de Kastellorizo, à l’extrême sud-est du Dodécanèse, se trouve à 2 kilomètres des côtes turques, alors qu’elle est située à plusieurs centaines de kilomètres des côtes grecques continentales[4]. L’ensemble de l’opinion publique turque ne suit donc probablement pas Erdoğan dans sa rhétorique mythologique exaltée, mais elle n’en est pas moins troublée par le sort maritime que l’histoire a pu faire à son pays. Et ce d’autant plus que l’évolution la plus récente de la Méditerranée orientale semble conforter cette situation. Les découvertes gazières y ont en effet provoqué un phénomène d’appropriation des espaces maritimes, avec la délimitation des zones économiques exclusives (ZEE) à laquelle se livrent les États riverains producteurs. Dès lors, pour les Turcs, qui ne sont pas conviés à ce grand jeu énergétique et maritime, c’est un peu le scénario de la mise à l’écart et de l’enclavement de la mer Égée qui se reproduit, en exacerbant un sentiment de frustration déjà ancien[5].

Réduire la dépendance gazière et devenir un hub énergétique

Les préoccupations énergétiques sont aussi présentes dans les motivations qui font agir la Turquie en Méditerranée orientale. Mais il faut bien les identifier. Le nouveau conflit gréco-turc est souvent défini comme un conflit gazier, mais ni l’un ni l’autre de ces protagonistes n’est un producteur majeur en Méditerranée, tout au plus espèrent-ils le devenir en prospectant et en s’appropriant des espaces maritimes.

Puissance émergente, la Turquie est en quête permanente d’énergie depuis les crises pétrolières des années 1970. Là encore, une croyance populaire tenace laisse entendre que si ce pays n’est pas, à la différence de ses voisins moyen-orientaux, un producteur d’hydrocarbures, c’est parce qu’un complot ourdi par les grandes puissances empêcherait la révélation de ressources existantes[6]… Plus sérieusement, depuis la fin des années 1980, Ankara est devenue un important acheteur de gaz russe[7]. Mais, échaudée par l’épopée de la dette ottomane et de l’interminable déclin de l’Empire, ce pays se méfie des situations de dépendance. Mesut Yılmaz, le premier ministre, qui dans les années 1990 a négocié les premiers grands contrats gaziers avec la Russie, en sait quelque chose, lui qui a significativement été menacé par certains de ses collègues au parlement d’un procès pour haute trahison. Quoi qu’il en soit, Ankara s’emploie, depuis plusieurs années, à diversifier ses sources d’approvisionnement ; ce qui explique en partie ses bonnes relations avec des pays comme l’Azerbaïdjan, le Qatar ou l’Iran. Ainsi on comprend que la récente découverte par le navire de prospection Fatih (qui avait foré antérieurement en Méditerranée) d’un gisement de gaz en mer Noire, qui serait le plus important jamais localisé par la Turquie[8], ait été annoncée en grandes pompes par Recep Tayyip Erdoğan. Tout en réduisant les importations gazières, il permettra sans doute de les négocier à un meilleur prix[9]. Mais cette “grande nouvelle” aiguise aussi les appétits d’Ankara…

Cette préoccupation énergétique s’est aussi exprimée dans l’objectif régulièrement affiché par la Turquie d’être le hub des grands couloirs d’approvisionnement gazier et pétrolier de la région. Impliquée, dès le début du millénaire, dans les projets malheureux de gazoducs concurrents russe (SouthStream) et européen (Nabucco), Ankara vient de devenir un maillon clef du corridor méridional gazier vers l’Europe, avec la mise en service des gazoducs TANAP (2018) et TurkStream. (2020)[10]. Or, l’actuel jeu gazier de la Méditerranée orientale tend à remettre en cause cette position chèrement acquise. En janvier 2020, au moment même de l’inauguration du TurkStream, la Grèce et Chypre ont lancé avec Israël le projet de gazoduc EastMed qui prétend réduire la dépendance de l’Europe à l’égard du gaz russe. Mais l’Égypte qui liquéfie son propre gaz et celui de son voisin israélien aux fins d’exportation vers l’Europe, se verrait bien devenir également un hub concurrent de la Turquie[11] avec laquelle elle entretient les plus mauvaises relations. Ce projet pourrait être renforcé par la construction d’un gazoduc reliant les gisements chypriotes aux usines égyptiennes de liquéfaction[12].

Conjurer un nouvel isolement

Pendant la guerre froide, la Turquie, tout en entretenant une relation privilégiée avec les Occidentaux, était largement coupée de son environnement régional et entretenait des relatons difficiles avec la plupart de ses voisins. Après la fin du monde bipolaire, elle a cru pouvoir surmonter ce handicap en renouant avec son voisinage et en tempérant sa relation avec l’Occident. Cette démarche a culminé lorsque l’ex-ministre des affaires étrangères de Recep Tayyip Ergoğan, Ahmet Davutoğlu, s’est mis à promouvoir sa fameuse “politique du zéro problème avec nos voisins”, qui a paru triompher au moment des printemps arabes, avec l’engouement pour le “modèle turc”, au sein du monde musulman. Cette politique a cependant rapidement échoué, au lendemain des révoltes arabes, et notamment à l’occasion du conflit syrien. Dès lors, Ankara a vu sa relation se dégrader avec nombre de ses voisins, en particulier ses voisins arabes, sans pour autant restaurer sa relation avec les Occidentaux. Dès lors, la Turquie a été amenée à nouer avec la Russie ou l’Iran de nouvelles amitiés, qui ne sont pas pour autant de véritables alliances.

Les tensions qui enflent en Méditerranée orientale depuis 2017 reflètent cruellement ce nouvel isolement turc. Elles ravivent, d’abord, les vieux conflits (querelle du plateau continental de la mer Égée, impossibilité de réunifier Chypre…) avec Athènes et Nicosie, qui avaient déjà empêché le succès de la politique de bon voisinage qu’Ismail Cem et Giorgios Panpandréou avait lancée au tournant du millénaire. Elle conforte, ensuite, la dégradation des liens avec l’Égypte, ébranlés par la chute de la présidence Morsi et l’arrivée au pouvoir du général Sissi que Recep Tayyip Erdoğan n’a cessé depuis de traiter de “putschiste”. Elle confirme, enfin, la fragilité des relations avec Israël dont on avait pensé pourtant qu’elles pourraient bénéficier de la manne gazière[13].

Le nouveau Forum gazier, créé au Caire en 2019, et chargé de veiller au respect du droit international dans la gestion des ressources énergétiques de la zone, est devenu une organisation intergouvernementale en 2020. Mais plus qu’une réelle alliance, il permet surtout un rapprochement des principaux adversaires de la Turquie en Méditerranée orientale (notamment l’Égypte, Israël, la Grèce et Chypre)[14]. Certes, les Territoires palestiniens, qui en sont également membres (mais qui n’y ont qu’un strapontin), ne sont pas un acteur hostile à Ankara, mais on remarque que Recep Tayyip Erdoğan soigne à nouveau surtout sa relation avec le Hamas, qui ne peut exploiter les ressources gazières de Gaza. Enfin, si l’Italie dont la compagnie Eni a découvert le gisement Zohr, en fait partie, on observe que la France, dont la compagnie Total a obtenu des concessions chypriotes et dont les relations se sont spectaculairement dégradées avec la Turquie à l’occasion de cette crise, a demandé à entrer dans ce Forum, en janvier 2020.

Dans cette nouvelle configuration régionale, les amis de la Turquie ne sont pas légions. Le Liban, qui n’a pas de relations officielles avec Israël et conteste ses gisements, est absent du Forum gazier et pourrait constituer un allié potentiel, mais de peu de poids, eu égard à sa situation actuelle. Pour le reste, les partenaires de la Turquie sont des acteurs lointains et peu ou pas concernés par la crise, comme l’Azerbaïdjan, le Kurdistan irakien, une partie des pays balkaniques (Macédoine du nord, Albanie, Kosovo, Bosnie, Serbie) et bien sûr le Qatar. Dans un tel contexte, on comprend mieux l’importance que revêt l’intervention turque en Libye. La convergence avec le gouvernement de Fayez al-Sarraj (reconnu officiellement par l’ONU) a permis à Ankara d’ébranler une structuration d’alliances qui lui était particulièrement défavorable. En premier lieu, par une délimitation mutuelle des ZEE, elle a ouvert un corridor maritime qui isole la Grèce des champs gaziers de la Méditerranée et qui compromet la réalisation du gazoduc EastMed. Le gouvernement grec a certes riposté en s’empressant de délimiter sa ZEE avec l’Égypte sur les mêmes espaces, mais il a commis l’erreur de le faire en adhérant aux arguments juridiques (quant à la délimitation du plateau continental) que le Turquie lui oppose en mer Égée[15], ce qu’Ankara n’a pas manqué de faire valoir immédiatement. En second lieu, l’intervention turque en Libye a conforté la position d’acteur régional incontournable que revendique Ankara, en prouvant une capacité à projeter ses forces sur un théâtre lointain d’opérations et à modifier le cours d’un conflit en cours (aide au gouvernement de Tripoli, qui a permis à ce dernier de mener avec succès une contre-offensive contre les forces du général Haftar).

Inscrire le grand jeu gazier dans un jeu stratégique plus large

Plus généralement, la gestion de ce foyer de tensions s’insère pour la Turquie dans une géopolitique nouvelle qui concerne non seulement l’Europe et la Méditerranée orientale, mais aussi le Proche-Orient et l’Est africain.

Alors même que Chypre et la Grèce sont concernées au premier chef par cette crise, la Turquie se retrouve confrontée au soutien que l’UE apporte à ses deux États-membres. Mais cette solidarité européenne n’est pas uniforme. Quand la France, qui a pris fait et cause pour la Grèce, incite Bruxelles à recourir à des sanctions contre Ankara, la plupart des autres pays européens affichent une attitude plus nuancée. L’Allemagne, qui exerce la présidence tournante de l’UE au second semestre 2020, ne souhaite pas entrer en conflit avec son importante communauté turque et s’emploie surtout à préserver le pacte migratoire que l’Europe a conclu avec Ankara, en avril 2016. Bien que le sommet Med-7, qui s’est tenu en Corse les 10 et 11 septembre 2020, ait évoqué “l’établissement d’une liste de mesures restrictives supplémentaires”[16] par le prochain Conseil européen, une partie significative (Espagne, Portugal, Italie, Malte) des sept États européens méridionaux participant à ce sommet s’est montrée plus conciliante, dans les débats ayant précédé la déclaration finale de la conférence. Face à l’UE, la position turque a évolué. Ankara a d’abord tenté d’exploiter les divisions existantes, en mettant l’UE au défi d’arbitrer la crise de façon équitable, et en louant la position allemande, mais lorsque les 27 se sont montrés plus fermes et plus unis, le gouvernement turc n’a pas hésité à les mettre en garde, en annonçant pareillement de possibles mesures de rétorsion (en matière de migration notamment) et en évoquant un bloc lui étant hostile dans son ensemble où la France ne fait que jouer le rôle du “bad cop”.

Quoi qu’il en soit, il faut bien convenir que dans cette confrontation turco-européenne, un match dans le match se joue entre la Turquie et la France et peut-être entre les présidents Erdoğan et Macron. Ankara poursuit sur mer une rivalité avec Paris qui s’est maintes fois exprimée au cours des derniers mois, en d’autres lieux. Dans le nord de la Syrie, le soutien français aux milices kurdes YPG et la réception à l’Élysée de certains de leurs représentants ont provoqué l’ire de la Turquie. En Libye, l’appui de la France au général Haftar s’est heurté aux efforts déployés par le gouvernement turc pour restaurer la position du gouvernement d’union nationale. Au Liban, à l’issue de l’explosion du 4 août 2020, et alors même que le président Macron se rendait deux fois à Beyrouth, la Turquie n’a pas hésité à proposer ostensiblement un appui conséquent pour aider à la reconstruction du port et des quartiers alentours. Plus récemment, alors même que le président français avait rencontré à Bagdad Nechirvan Barzani, le président du gouvernement régional kurde (GRK), sans se rendre à Erbil, Recep Tayyip Erdoğan a invité, le lendemain, ce dernier et l’a reçu comme un chef d’État à Ankara[17], dévoilant par là-même le positionnement ambigu du GRK, écartelé entre sa relation historique avec la France et un rapport très prosaïque à la Turquie dont le soutien est vital pour l’économie du Kurdistan irakien. Enfin, certains évoquent même l’existence une rivalité franco-turque au Mali, depuis le coup d’État qui a renversé le président Keita[18].

Le différend gréco-turc de Méditerranée orientale concerne aussi l’OTAN qui, comme l’UE, n’affiche pas une parfaite unité sur ce dossier[19]. Alors que son image a été dégradée par ses multiples convergences avec Moscou et ses achats d’armements russes sensibles (missiles de défense S-400), la Turquie rappelle l’importance de sa position sur le flanc sud de l’Alliance et les moyens qu’elle peut y mobiliser. Les États-Unis, pour leur part, essayent de ménager leurs relations avec les deux protagonistes. Ils ont ainsi décerné un satisfecit à la Turquie pour son intervention en Libye, qui a porté un coup d’arrêt à l’offensive du général Haftar, qui était aussi le vecteur d’une poussée russe en Afrique du nord, et ils ont critiqué l’envoi par la France de moyens militaires[20] à Chypre.

La position de l’OTAN dans le conflit est en outre complexifiée par la concurrence qui s’est engagée entre plusieurs Etats membres pour la fourniture d’armes à la Grèce. La France semble avoir pris une longueur d’avance dans ce domaine, puisqu’Athènes a annoncé, le 13 septembre 2020, qu’elle allait acquérir 18 Rafale[21]. Quant aux États-Unis, qui n’apprécient guère ces achats de Rafale par la Grèce, ils ont levé partiellement un embargo sur la fourniture d’armes à Chypre, qui remontait à l’intervention turque de 1974, et signé un accord-cadre prévoyant l’établissement d’une base navale américaine sur l’île, au grand dam de la Turquie[22]. Dans ce contexte incertain, la Turquie a là aussi demandé l’arbitrage de l’OTAN, en tentant d’obtenir l’organisation de réunions techniques avec la Grèce, mais celle-ci en a reporté la tenue, estimant qu’Ankara devait d’abord cesser ses prospections dans des zones disputées. À cet égard, le premier ministre grec Kiriakos Mitsotakis a salué le retour du navire de prospection turc Oruç Reis au port d’Antalya, le 13 septembre, mais les observateurs s’interrogent encore pour savoir s’il s’agit bien d’un véritable geste de désescalade[23].

En guise de conclusion…

Au bout du compte, en Méditerranée orientale, la position de la Turquie rencontre les axes forts de sa politique étrangère. En premier lieu, dans cette crise, la relation difficile d’Ankara avec ses alliés occidentaux se confirme. Même si ces derniers n’ont pas une approche similaire de la crise, on peut penser qu’Ankara aura du mal à fissurer le bloc européen et qu’un accord sera trouvé pour apporter un soutien à la Grèce et à Chypre, assorti, le cas échéant, de mesures dissuasives prises contre la Turquie. Si celle-ci a  espéré un temps pouvoir réduire la portée des décisions européennes, en parvenant à faire intervenir les États-Unis dans la crise, parce que l’opinion de ces derniers ne semblait pas définitivement forgée et que Donald Trump, très hostile à l’Union européenne ces derniers mois, entretient une relation personnelle avec Recep Tayyip Erdoğan, la dernière convergence américano-chypriote semble compromettre ce scénario. En deuxième lieu, les tensions survenues en Méditerranée orientale ont confirmé les liens dégradés de la Turquie avec le monde arabe. En dehors de la rivalité particulière, qui oppose la Turquie et l’Égypte sur le plan énergétique, on a vu les Émirats, autres adversaires notables d’Ankara, apporter ostensiblement leur soutien à la Grèce et à Chypre. On peut ainsi observer que ce conflit méditerranéen prolonge un antagonisme qui s’est manifesté avec acuité dans l’Est de l’Afrique, notamment en Somalie, au Soudan et désormais en Libye entre les pays arabes sunnites conservateurs (Arabie saoudite, Émirats, Égypte…) et la Turquie qui soutient l’Islam politique des Frères musulmans, dont le Qatar finance souvent les projets africains. En dernier lieu, on peut se demander si Ankara peut contrer cette hostilité multiple, en se tournant vers ses nouveaux amis russes, comme elle a pu le faire dans le conflit syrien avec le processus d’Astana. Toutefois, même si ce scénario a été esquissé en Libye et même si Serguei Lavrov a récemment proposé d’arbitrer la crise en Méditerranée orientale[24], la Russie risque de n’être pas la mieux placée pour jouer un rôle de médiateur en l’occurrence, car elle entretient une relation historique et culturelle forte avec la Grèce et Chypre et a apporté un soutien constant au général Sissi, depuis son arrivée au pouvoir en 2013.

L’isolement d’Ankara, qui découle du constat que nous venons de dresser, a souvent été souligné avec pertinence, ces dernières semaines, mais on aurait tort d’en tirer des conclusions définitives. Et ce pour plusieurs raisons. D’abord, la Turquie qui a un long passé impérial, a montré qu’elle était capable d’assumer seule des situations difficiles. La poursuite de l’accroissement des tensions permet, en outre, à Recep Tayyip Erdoğan de brandir le spectre de la menace extérieure et d’espérer pouvoir rassembler une unité nationale qui ne lui était pas acquise au début de la crise. Par ailleurs, la situation de la Méditerranée orientale comporte encore des incertitudes et la position des États-Unis, démarquée par rapport à celle des Européens, reste malgré tout imprévisible. Or, la Turquie a montré au cours de la dernière décennie, qu’elle était une bonne tacticienne, prête à conclure des alliances de circonstances pour jouer une puissance contre une autre, lorsqu’il fallait redresser des situations compliquées, pour ne pas dire désespérées. Il reste que les États-Unis et la Russie ne semblent pas disposés à s’engager en faveur d’Ankara. Ils pourraient même être tentés de lui faire payer son double-jeu et ses grands écarts répétés des dernières années. Enfin, quoi qu’il advienne, il ne faut pas perdre de vue que les Occidentaux, et en particulier les Européens, auront encore besoin de la Turquie après la crise. Raison de plus pour qu’ils réfléchissent à cette occasion à la place et au statut qui doivent être ceux de ce pays important sur le flanc sud de l’OTAN et de l’UE.


[1]Main opposition CHP reacts against Macron over insults toward Turkish presidency“, Hürriyet daily news, September 11, 2020

[2] Voir notamment le tweet assorti d’un clip évocateur envoyé par Recep Tayyip Erdoğan, le 25 août 2020, à l’occasion du 949e anniversaire de la bataille de Manzikert.

[3] Pour avoir une vision officielle du concept, cf. KASAPOĞLU Can, “Turkey’s ‘Blue homeland’ drills: a new geopolitical concept in the making“, Yeni Safak, February 27, 2019

[4] Sur l’île en question dans le contexte de la crise, cf. OURDAN Rémy, “L’île grecque de Kastellorizo, en première ligne face aux menaces de la Turquie“, Le Monde, 13 septembre 2020

[5] MARCOU Jean, “La Turquie en Méditerranée orientale : des revendications énergétiques aux ambitions stratégiques”, Diplomatie, N°105, p. 53-57

[6] Voir à cet égard la fiction de KIRIKKANAK Mine, La malédiction de Constantin, Paris, Métailié, 2006

[7] ÇELIKIPALA Mitat et MARCOU Jean, “Regards sur les relations turco-russes“, Istanbul, Les dossiers de l’IFEA, coll. La Turquie d’aujourd’hui N°27, avril 2020

[8]Turkey discovers 320 billion cubic meters natural gas reserve in Black Sea“, Hürriyet daily news, August 21, 2020

[9]Turkey expects big drop in gas imports after Black Sea find: Minister Hürriyet daily news, August 21, 2020

[10]President Erdoğan benefits ot TANAP pipelineHürriyet daily news, May 1, 2020

[11] MOURAD Hicham, “L’Égypte, nouveau hub économique régional”, Diplomatie, N°105, p. 61 à 65

[12] SAIED Mohamed, “Egypt, Cyprus focus on natural gas pipeline amid tensions in eastern Mediterranean“, Al Monitor, September 13, 2020

[13] La normalisation des relations turco-israéliennes s’était appuyé sur une perspective d’une contribution de la la Turquie à l’évacuation du gaz israélien vers l’Europe.

[14] SAIED Mohamed, “Is new energy league an alliance against Ankara?“, Al Monitor, January 24, 2019

[15] DEMIRTAŞ Serkan, “How does Greek-Egypt deal endorse Turkey’s thesis in the Mediterranean“, Hürriyet Daily News, August 12,2020

[16] Déclaration d’Ajaccio à l’issue du 7e sommet des pays du sud de l’Union européenne (MED7), L’opinion internationale, 11 septembre 2020

[17]President Erdogan meets KRG President Barzani“, Hürriyet Daily News, September 4, 2020

[18] TASTEKIN Fehim, “Does France failure in Mali spell a victory for Turkey?“, Al Monitor, September 14, 2020

[19] GURCAN Metin, “NATO in unprecedented bid at in-house deconfliction between Turkey, Greece”, Al Monitor, September 14, 2020

[20] Deux Rafale, le porte-hélicoptères Tonnerre et la frégate Lafayette. Cf. “Tensions entre la Grèce et la Turquie : la France envoie deux Rafale et deux bâtiments de la marine nationale“, Le Monde, 13 août 2020

[21] SMOLAR Piotr & CHAPERON Isabelle, “La Grèce, premier pays européen à acheter le Rafale“, Le Monde 13 septembre

[22]Turkey slams deal between US, Greek CypriotsHürriyet Daily News, September 14, 2020

[23] ZAMAN Amberin, “Can EU sanctions threat cool Turkey’s moves in eastern Mediterranean? “, Al Monitor, September 14, 2020

[24]Russia ready to mediate in Eastern Mediterranean crisis: Lavrov“, Al Jazeera, September 8, 2020