Dans le détroit d’Ormuz, l’éternelle guerre des tankers

Retrouvez l’article de Nicolas Barotte, paru dans le Figaro du jeudi 19 août 2021 (n°4/6 des “Séries d’été” sur les Détroits stratégiques), et dans lequel notre directeur académique, Pierre Razoux, propose son analyse.

20 % du commerce des tankers mondial de pétrole transite par ce point stratégique. Les cours du brut sont à la merci d’un étranglement de l’Iran.

[…]

Ormuz, « c’était le symbole de notre dépendance énergétique. L’Occident y reste attaché pour le principe. Mais il est devenu moins stratégique que celui de Bab al-Mandab », assure Pierre Razoux, […].

Depuis cinquante ans, la problématique énergétique a basculé. L’Arabie saoudite a construit de nouveaux pipelines, la dépendance des États-Unis au pétrole du Moyen-Orient s’est évanouie, l’Europe a d’autres objectifs énergétiques… Les enjeux ont basculé vers l’Asie. « Le Golfe est sanctuarisé par les Américains et les Chinois. Pékin en a besoin pour son approvisionnement énergétique », poursuit le chercheur, fin connaisseur de la région.

Retrouvez l’article en ligne (version abonnés) ou parcourez le pdf ci-contre =>

Sommaire