Brève RSMed : Table-ronde des chefs-militaires

En clôture de la première journée des #RSMed nous avons eu l’honneur de recevoir les chefs d’états-majors des marines française et portugaise, respectivement l’Amiral Pierre Vandier et l’Amiral Henrique Gouveia e Melo.

Pour l’Amiral Gouveia e Melo, la période présente des similitudes à celle de la guerre froide avec une intensification des menaces qui impose le soutien américain et renouvelle un rôle prépondérant de de l’OTAN. Jusqu’à présent, l’Europe dispose d’une stratégie continentale tournée vers l’Est. Une orientation sur le flanc Sud pourrait être un axe de la stratégie otanienne.  Aujourd’hui, les européens ont tendance à surestimer leur sécurité en recourant, pour plus de la moitié des Etats, au soutien des Etats-Unis. Enfin, il a tenu à rappeler les similarités entre les espaces communs que sont l’espace exo-atmosphérique, le cyberespace et l’espace maritime. Il faut empêcher, sur la base du droit international notamment, l’appropriation usurpée de ces espaces. Pour cela, l’approche en coalition, notamment avec l’OTAN, est fondamentale, alors que l’on assiste à un mouvement de bascule de la puissance de l’Ouest vers l’Est.

Pour l’Amiral Vandier, nous assistons à la fin d’un cycle avec l’avènement d’une nouvelle ère où les chocs se substituent aux crises. Si les crises sont suivies d’un retour à  l’état initial, les chocs nous propulsent irrémédiablement vers de nouvelles évolutions. Quatre grands chocs sont à noter : le choc sécuritaire, le choc économique depuis le Covid, le choc environnemental et le choc énergétique. Ces chocs ont battu en brèche des préconçus, comme le fait que l’économie de marché amenait à la démocratie, que l’interdépendance économique empêchait la guerre ou qu’en se désarmant de manière unilatérale tout le monde allait en faire de même. Conscient de cela, la marine française entraîne ses marins à des scénarios de confrontations plus dures. Afin de répondre à ces défis, la France doit, selon l’Amiral, anticiper et prévenir, gagner la guerre avant la guerre, ainsi que développer les partenariats et l’interopérabilité des systèmes.

Le général Nassif, sous-chefs plans de l’EMA libanais, et le contre-amiral Sciendra, commandant de la logistique de la marine italienne, ont ensuite pris la parole pour échanger sur les enjeux des marines méditerranéennes.

Crédit photo :@Cindy Luu/Marine Nationale

Sommaire