CONSEILS DE LECTURE FÉVRIER 2022

Opération Poker. Le général Bruno Maigret

Opération Poker du général Bruno Maigret, septembre 2021, 18,50€.

La France occupe une position singulière en matière de dissuasion nucléaire dans une logique dite de stricte suffisance. Même si depuis l’avènement de l’ère nucléaire militaire, certaines controverses stratégiques ont pu prendre forme avec parfois l’appel illusoire à l’abandon de cette arme, le monde chaotique dans lequel nous vivons n’y aura rien changé et l’arme nucléaire demeure. Cet ouvrage très précis rappelle donc les fondamentaux indispensables à la compréhension de la dissuasion. Il ne faut d’ailleurs pas sous-estimer une certaine méconnaissance d’un domaine stratégique même si chaque Président s’emploie à en rappeler le sens au cours de son mandat compte tenu de sa responsabilité exclusive. Ce livre nous rappelle aussi les fondements historiques. C’est d’abord l’histoire d’une ambition, celle traduisant la volonté de garantir la survie de la Nation au lendemain du traumatisme de la défaite de juin 1940. Hiroshima et Nagasaki ne constitueront ensuite qu’une étape irréversible marquant un changement de monde bien avant que toute forme de doctrine ne soit établie.  Mais cette ambition tient aussi à l’affirmation d’une indépendance de la France notamment au lendemain de la crise de Suez alors que le Royaume-Uni s’en remettait à la seule puissance américaine. La dissuasion nucléaire française est aussi la vision d’un homme, celle du général Charles de Gaulle, qui plaçait la sécurité des Français au premier rang des priorités d’un Etat. Après un premier essai en 1960, la France allait donc se doter d’une triade nucléaire complète en un peu plus de 10 ans (1972 : Mer-Sol – Sol-Sol – Air-Sol) avec une extraordinaire implication des industriels et la création du CEA[1] et de la DGA[2]. La dissuasion nucléaire dispose aussi de sa propre grammaire : protéger les intérêts vitaux et eux uniquement en toute indépendance, faire valoir une logique de stricte suffisance où les dommages causés inacceptables sont sans commune mesure avec l’enjeu d’une agression et enfin le critère clé, celui de la crédibilité qui sous-tend la dissuasion dans son ensemble. Evidemment, de nombreux débats entourent la dissuasion nucléaire, au plan de l’éthique d’abord où l’arme nucléaire apparaîtrait comme une réponse ultime au titre de la légitime défense et au plan de l’équité où certains Etats, signataires du TNP[3], n’acceptent pas pour autant qu’on interdise…

Dans la seconde partie consacrée à la composante aéroportée, le lecteur retrouvera les points d’application de la grammaire nucléaire. Il y découvrira l’évolution des forces aériennes stratégiques (FAS) depuis leur création le 14 janvier 1964. Aujourd’hui, la dualité des équipements autorise un emploi dans le domaine conventionnel où la performance des avions de combat est constamment démontrée. Surtout, les tirs d’évaluation des forces (TEF tel que EXCALIBUR) confirment la crédibilité de la composante aéroportée. Enfin, cette crédibilité absolue tient à la complémentarité des FAS et de la force océanique stratégique (FOST). Ce sont ces deux composantes qui nous permettent de tenir une posture permanente depuis plus de 70 ans.

Pour être au cœur de la préparation des forces, l’auteur n’a pas résisté à l’envie de décrire, dans sa troisième partie, un exercice de la composante nucléaire aéroportée. Il y souligne la nécessité de conjuguer cette préparation avec la préparation de l’avenir. Dans les faits, il vous suffit de retenir, plus loin, plus vite et plus fort avec l’arrivée des missiles de 4ème génération et l’évolution des standards de l’avion de combat Rafale permettant de faire face au déni d’accès (A2AD) en établissant les justes compromis techniques entre la furtivité, l’hyper vélocité et l’hyper agilité des missiles. Enfin, il rappellera que l’ADN de la puissance aérienne restera le socle sur lequel la composante aéroportée a bâti sa crédibilité. La dissuasion a aujourd’hui atteint une exceptionnelle maturité. L’auteur et ses prédécesseurs à la tête des FAS y ont très largement contribué… Poker… A lire absolument…

P.L.

La guerre civile irakienne. Arthur Quesnay

La guerre civile irakienne : Ordres partisans et politiques identitaires à Kirkouk (2003-2020) d’Arthur Quesnay, Éditions Karthala, juin 2021, 29€.

Chercheur en sciences politiques à l’université Paris 1, Arthur Quesnay a mené une enquête de terrain en Irak entre 2010 et 2017 pendant près quatre ans , afin de rendre compte de la situation et des nombreuses tensions qui en découlent. Après que son travail doctoral a porté sur les dynamiques politiques des conflits communautaires, l’auteur s’intéresse ici à celles du gouvernorat de Kirkouk, situé dans le nord de l’Irak.

L’étude proposée étudie le lien entre l’État et la société, déconstruisant l’image d’un pays en proie à des divisions religieuses. De fait, les difficultés d’accessibilité au terrain ont facilité la lecture communautaire du conflit. La méthodologie géo-politico-militaire employée jusqu’alors a conduit selon lui à un décalage de l’analyse par rapport aux dynamiques objectives de la société irakienne. Arthur Quesnay a donc voulu se pencher sur l’aspect multicommunautaire de l’Irak que propose l’étude de cas de la région de Kirkouk, qui rend davantage visible les mobilisations identitaires des organisations politiques (kurde, arabe, turkmène…).

Ainsi, le livre revient principalement sur le rôle des partis politiques dans ce système. Il répond notamment à la question du passage à la violence depuis 2003, en réaction aux analyses incomplètes. Il développe l’hypothèse du rôle déterminant des appareils partisans qui perpétuent une dynamique de guerre civile en s’affrontant pour mobiliser les ressources de l’État et en organisant des mobilisations communautaires. L’intérêt de ce livre est également d’étudier l’historicité en Irak, en évitant soigneusement l’impasse théorique de chercher à évaluer le degré de « faillite » de l’État en comparaison des formes étatiques occidentales.

Arthur Quesnay décrit le projet politique comme permettant de se partager le contrôle de l’État et non pas de créer un État unitaire. Cela explique que la crise actuelle ne débouche pas sur l’éclatement du pays. En effet, les modes de gouvernance développés par les acteurs armés non étatiques n’ont pas forcément pour but de diviser l’État ou de renverser le gouvernement. Si la compétition partisane dans l’État évolue en fonction du contexte politique régional et s’accroît après le retrait américain en 2011, puis lors de la guerre contre l’État islamique entre 2014 et 2017, l’étude du gouvernorat de Kirkouk démontre que le rôle des partis reste déterminant dans la poursuite de la guerre civile. En effet, la captation des ressources étatiques (notamment pétrolières) permet l’instrumentalisation des identités ethniques et religieuses.

Au bilan, ce livre utile appelle à sortir de la lecture « identitaire » du conflit irakien en proposant une perception empirique prenant en compte davantage de dynamiques, à l’heure où l’Irak revient au cœur des rivalités de puissance régionale entre l’Iran, les Etats-Unis, la Turquie et les monarchies du Golfe.

M.B.

Sommaire