Escale parisienne pour la 4e session nationale « Enjeux et stratégies maritimes »

La 4e Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » de l’IHEDN rassemblée autour de son directeur, le général de corps d’armée Patrick Destremau.

Après un premier semestre riche en déplacements, les ayant conduits en Bretagne, en Provence et dans les Pays-de-Loire, les 36 auditeurs de la 4e session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » se sont retrouvés à Paris les 18 et 19 janvier derniers pour réfléchir avec les grands acteurs de la gouvernance de la politique et des stratégies maritimes françaises.

 

Le contre-amiral Patrick Augier, secrétaire général de la Mer (SGMer) adjoint et acteur majeur de la gouvernance maritime de la France, a exposé aux auditeurs sa vision des enjeux de l’Action de l’État en mer (AEM). Il a rappelé les principes de l’action interministérielle du SGMer, directement subordonné au Premier ministre et a expliqué comment il parvenait à apporter des réponses aux grands défis maritimes que doivent relever la France et ses acteurs économiques.

 

Les enjeux de l’apport des énergies offshores à la grande équation du mix énergétique ont été également largement débattus lors d’une table ronde animée et réunissant Olivier Appert, ancien président de l’IFPEN, Jérôme Ferrier, ancien directeur de la sureté chez Total et président d’honneur des associations française et internationale du gaz, Jean-Georges Malcor, ancien président de CGG et Jean-Luc Longeroche, PDG de Geps Techno.

 

Ensuite, les auditeurs ont été amenés à réfléchir aux grands enjeux des territoires ultramarins de la France, qui lui apportent la majeure partie de sa dimension maritime et constituent un apport considérable à son influence dans le monde, en la positionnant comme nation riveraine de tous les océans.  Grâce à Ericka Bareigts, députée de la Réunion et ancienne ministre des outre-mer, du vice-amiral d’escadre Hervé de Bonnaventure, directeur adjoint de la DGRIS (Direction générale des relations internationales et de la stratégie du ministère des Armées), et d’Alexis Bévillard, directeur de cabinet du directeur des Outre-mer, la table ronde qu’ils ont animée fut particulièrement riche d’enseignements sur « l’Archipel France ».

 

Après la traditionnelle photo de session autour de la direction de l’IHEDN, la première journée de ce séminaire s’est terminée par une intervention du général d’armée François Lecointre, chef d’état-major des Armées. Il s’est adressé à l’ensemble des auditeurs des sessions nationales de l’IHEDN avec une hauteur de vue, une profondeur d’analyse de l’action militaire et surtout avec une liberté de ton qui les a enchantés.

La seconde journée du séminaire a permis d’aborder deux défis majeurs que doivent relever notre pays, l’Europe et l’ensemble des pays du monde de façon plus générale : l’immigration et le développement durable au cœur desquels, une fois de plus, les enjeux maritimes sont premiers.

 

Une table ronde sur l’immigration illégale par voie de mer a réuni le préfet Hugues Besancenot, directeur de l’immigration, le contrôleur général Bernard Siffert, sous-directeur de la Direction centrale de la police aux frontières, Christophe Goussot, du Service européen d’action extérieure et Francis Vallat, président de SOS Méditerranée. Loin du prisme déformant des médias, la richesse et la sérénité des débats a permis aux auditeurs d’appréhender dans leur dimension stratégique tous les aspects de cette problématique majeure où, bien au-delà des seuls aspects sécuritaires, les enjeux de développement et de solidarité entre les peuples sont au cœur de la solution.

 

Enfin, le cycle de conférences du séminaire s’est conclu par une dernière table ronde sur les enjeux de développement durable en mer. Serge Ségura, ambassadeur de France chargé des océans et Patricia Ricard, présidente de l’Institut océanographique Paul Ricard, ont apporté aux auditeurs leur vision sur la façon de conduire différemment le développement des populations de la terre et la nécessité de faire évoluer le corpus juridique pour protéger la biodiversité des mers et des océans qui la recouvrent à 70%.  En effet, ces espaces maritimes, qui constituent à la fois le poumon et le premier réservoir de richesse et de nourriture de l’humanité, doivent absolument être protégés et s’inscrire dans une approche de développement durable.

Le samedi après-midi, traditionnellement consacré aux travaux en comités, a permis aux auditeurs de présenter l’état de leurs réflexions à l’encadrement pédagogique de l’IHEDN sous la direction de son doyen, le professeur des universités Jean-Jacques Roche.

Intervention du secrétaire général de la Mer adjoint, le contre-amiral Patrick Augier.

Serge Ségura et Patrica Ricard évoquent les enjeux de développement durable en mer.

Table ronde sur les grands enjeux de l’outre-mer.