Journée de solidarité avec le peuple palestinien : l’avenir reste sombre

Les Nations-Unies ont mis en place un calendrier des « journées internationales », soit plus de 140 thèmes particuliers mis en avant, portant sur des sujets très variés, de la journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste (27 janvier) à la journée internationale de la solidarité humaine (20 décembre) en passant par la journée mondiale du thon (2 mai).

Le 29 novembre correspond ainsi à la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. En 1947, l’Assemblée générale avait adopté le 29 novembre la résolution 181 qui prévoyait la création en Palestine d’un « État juif » et d’un « État arabe », Jérusalem étant placée sous un régime international spécial.

A l’occasion du 70ème anniversaire de son adoption, l’Assemblée générale a organisé un débat sur la question de Palestine, durant lequel l’accord de réconciliation palestinienne, signé le 12 octobre dernier au Caire par les délégations du Fatah et du Hamas, est apparu comme la seule lueur d’espoir face à la poursuite de l’occupation des territoires palestiniens et des violences. Les échanges indirects entre le représentant d’Israël et l’observateur permanent de la Palestine ont confirmé l’absence totale de consensus entre les deux parties, augurant d’une absence d’issue dans les années prochaines. L’observateur palestinien a d’emblée regretté la résolution de 1947 adoptée « contre la volonté et les droits du peuple palestinien » et accusé Israël de saboter tous les efforts visant à trouver un règlement au conflit. Le représentant israélien a quant à lui affirmé que les Palestiniens « poursuivent leur chemin de dévastation et de désespoir » et regretté que les Nations-Unies aient choisi de débattre de la « question de la Palestine ».

Le « comité pour l’exercice des droits aliénables du peuple palestinien » a présenté quatre projets de résolution qui ont toutes été adoptées le 30 novembre 2017, l’Assemblée générale demandant aux Israéliens et aux Palestiniens « d’agir de façon responsable et de créer les conditions nécessaires à la création d’un horizon politique crédible et à la promotion des efforts de paix. » Moins d’une dizaine de pays, dont les Etats-Unis et le Canada, se sont opposés à ces résolutions.

La France, par la voix d’un communiqué du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, a évité de s’associer à cette journée de solidarité, réaffirmant uniquement, « à l’occasion du 70ème anniversaire de l’adoption de la résolution 181 de l’Assemblée générale des Nations unies », son engagement pour une solution à deux Etats. La France condamne les décisions des autorités israéliennes relatives à la construction de logements dans les colonies en Cisjordanie et dans la partie orientale de Jérusalem, sans pour autant militer pour des mesures coercitives.

Ces décisions ont suscité de nombreux projets de résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, régulièrement bloquées par les Etats-Unis, à l’exception notable de la résolution 2334, votée dans un contexte très particulier de transition entre les administrations Obama et Trump. De 1972 à 2011, les Etats-Unis se sont en effet opposés plus d’une quarantaine de fois à des résolutions « affirmant les droits aliénables du peuple palestinien » (29 juin 1976), ou réaffirmant « que les colonies de peuplement israéliennes établies sur le territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, sont illégales » (18 février 2011).

Alors que les Etats-Unis réaffirmaient devant l’Assemblé générale leur soutien à Israël et dénonçaient une « institution intergouvernementale [qui] laisse des États imposer leurs vues qui ne sont représentatives que d’un seul camp », Vladimir Poutine avait adressé ses vœux au « Président de la Palestine » à l’occasion de cette journée de solidarité.

VA(2S) Alain Christienne, directeur de la stratégie de l’Institut FMES.

Le communiqué de presse de l’Assemblé générale =>

Le communiqué de presse du comité pour l’exercice des droits aliénables du peuple palestinien =>

La question de Palestine =>