« Terminé barre et machines » pour la 6ème Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes »

Quelle année pour les 34 auditeurs de la 6ème Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » depuis leur première escale parisienne en septembre 2020. La tempête COVID les aura obligés à louvoyer, parfois mettre à la cape, et reborder ensuite immédiatement les voiles pour repartir de plus belle et arriver finalement à bon port.

Leur longue navigation les aura conduits le long du littoral français à Boulogne, Brest, Calais, Dunkerque, Lorient, Marseille, Nantes, Saint-Nazaire, mais aussi Djibouti. Et c’est un peu groggy par « le mal de terre » et dans la plus stricte application des gestes barrières contre le COVID qu’ils se sont retrouvés les 17 et 18 juin à l’École militaire pour leur colloque de fin de session et le forum stratégique de l’IHEDN.

Le traditionnel « Colloque des auditeurs », bouquet final de leur formation qui s’est déroulé le 17 juin, est le moment tant attendu où les auditeurs présentent aux plus hautes autorités maritimes françaises le résultat de leurs réflexions sur les sujets qui les ont animés toute l’année. Ce colloque, présidé par le Préfet Denis Robin, Secrétaire général de la mer, rassemble également l’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine, le général de division Xavier Ducept, directeur de cabinet de la ministre de la Mer et Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Cluster maritime français.

Le thème de la souveraineté ayant été soumis cette année par le Premier ministre à la réflexion de l’ensemble des auditeurs des sessions nationale, ceux de la session « Enjeux et stratégies maritimes » ont réfléchi dans ce domaine aux enjeux liés aux capacités cognitives, à la maîtrise de l’économie et à la capacité de la France à intervenir sur la scène internationale, en particulier dans les domaines diplomatique et naval. L’objectif final recherché est de préserver les océans, bien commun, et d’y conserver la liberté d’action de la France. À l’image de l’investissement des auditeurs et de leur cohésion forgée au cours de l’année, les présentations et les débats furent particulièrement riches et intéressants entre les auditeurs et leurs invités parmi lesquels, les auditeurs des anciennes sessions n’étaient pas les derniers à pousser leurs successeurs dans leurs retranchements.

Après les interventions du général de corps d’armée Patrick Destremau et des autorités précitées, Denis Robin a clôturé le séminaire en félicitant les auditeurs pour leurs travaux puis en leurs livrant ses réflexions sur les enjeux maritimes actuels et futurs de la France, notamment dans le cadre de prise par la France en 2022 de la présidence de l’Union Européenne. Que de pistes ainsi ouvertes pour les prochaines sessions ! Les futurs auditeurs ont du pain sur la planche. Ce fut ensuite la remise aux auditeurs de leur diplôme acquis de haute lutte et largement mérité.

Monsieur le Préfet Denis Robin, secrétaire général de la Mer, débat avec les auditeurs
L’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine, s’adresse aux auditeurs
Intervention du général Xavier Ducept, directeur de cabinet d’Annick Girardin, ministre de la Mer
Intervention de Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Cluster maritime français
Intervention de Monsieur Philippe Louis-Dreyfus, tuteur de l’un des comités
Intervention du général de corps d’armée Patrick Destrémau, directeur de l’IHEDN

Bien davantage qu’un aboutissement, ce diplôme d’auditeur de l’IHEDN représente une véritable lettre de mission pour l’avenir. C’est pourquoi, le contre-amiral Marc-Antoine de Saint-Germain, commandant de la Marine à Paris et directeur du centre des études stratégiques de la Marine, est venu leur présenter les réserves de la Marine. Jérôme de Labriffe, président de l’association des auditeurs, et Hélène Mazeran leurs ont décrit les multiples possibilités d’action au sein de l’association. Autant de possibilités offertes aux auditeurs pour faire fructifier la formation reçue à l’IHEDN.

Le lendemain, le forum stratégique de l’Institut, fut l’occasion pour les auditeurs de rencontrer de très hautes autorités de l’Etat : Jean Castex, Premier ministre portant le nom prestigieux de l’amiral Raoul Castex, créateur de l’Institut en 1936, Florence Parly, ministre des Armées, Françoise Dumas et Christian Chambon les deux présidents des commissions de la Défense et des Forces armées de l’Assemblée nationale et du sénat, Sandrine Gaudin, Secrétaire général des affaires européennes, et le général de corps aérien Luc de Rancourt, directeur général adjoint des relations internationales et de la stratégie du ministère des Armées.  

Le Premier ministre, Monsieur Jean Castex, s’adresse aux auditeurs
Madame Florence Parly, ministre des Armées, répond aux questions des auditeurs
Table-ronde sur les enjeux de souveraineté animée par Patrick Destremau avec Françoise Dumas et Christian Chambon
Table-ronde sur la souveraineté européenne avec S.E.M. Pierre Vimont, Thomas Gomart, Alexandra Hoop Scheffer – Animation par deux auditeurs : Capitane de vaisseau Stéphanie Guenot – Bresson (AED) et Cédric Baecher (ESM)
Comment concilier multilatéralisme et souveraineté ? Table-ronde avec le général Luc de Rancourt et Mesdames Florence Gaub et Sandrine Gaudin
Mise en perspective du thème de la « Souveraineté » par S.E.M. Sylvie Bermann et Madame Nathalie Delapalme

Les auditeurs ont également pu débattre avec d’éminents spécialistes en matière de réflexion stratégique de défense et de sécurité : Pierre Vimont, ambassadeur de France, Thomas Gomart, directeur de l’IFRI, Alexandra de Hoop Scheffer, directrice du bureau de Paris du German Marshall Fund of the United States, Florence Gaub, directrice adjointe de l’institut d’études de sécurité de l’Union européenne, Sylvie Bermann, ambassadeur de France et présidente du conseil d’administration de l’IHEDN, et Nathalie Delapalme, directrice exécutive de la fondation MO Ibrahim.

C’est donc avec la satisfaction du devoir accompli, une cohésion encore renforcée et beaucoup de nostalgie que les auditeurs se sont quittés tard dans la nuit après le traditionnel buffet gaulois. Mais ce n’est qu’un au revoir car les liens indéfectibles créés lors de la session vont générer des rencontres régulières pendant de nombreuses années, au profit de leur pays bien sûr dans le cadre de leur « lettre de mission », mais également pour le simple plaisir de se retrouver et de se remémorer les moments privilégiés vécus à l’IHEDN.

Sommaire