marine

In Memoriam

 

 

Grand officier de la Légion d’honneur, l’Amiral Pierre Lacoste vient de tirer discrètement sa révérence alors qu’il s’apprêtait à fêter son 96e anniversaire, à l’issue d’une vie bien remplie consacrée à la marine nationale, au renseignement, puis à la réflexion stratégique. Marin dans l’âme, il avait rejoint les Forces Françaises Libres dès 1943 et s’était engagé sur un escorteur, naviguant en Atlantique Nord et participant aux convois meurtriers de Mourmansk, expérience qui l’avait profondément marquée et lui inspirait volontiers quelques anecdotes. Dès la fin des hostilités, il avait rejoint le cursus de l’école navale et poursuivi une brillante carrière d’officier de Marine qui le conduisit en Indochine, puis sur la plupart des mers du Globe. Il termina sa carrière opérationnelle en 1980 à la tête de l’Escadre de la Méditerranée, après avoir été Chef du cabinet militaire du Premier ministre Raymond Barre.

C’est le Président François Mitterrand qui assura sa notoriété en le nommant Directeur général de la sécurité extérieure. Cette dernière expérience professionnelle lui vaudra une célébrité médiatique dont il se serait bien passé, mais qu’il a toujours totalement assumée avec beaucoup de classe. C’est en effet sous sa responsabilité que se déroulera l’affaire du Rainbow Warrior qui le contraindra à la démission, en 1985. Moins nombreux sont ceux qui savent qu’il a joué un rôle clé, dans l’ombre, pour maintenir d’excellentes relations avec nos alliés américains et européens, pour contenir l’expansion soviétique et pour lutter contre les acteurs moyen-orientaux bien décidés à chasser la France du Moyen-Orient, tout particulièrement au Liban. C’est lui aussi qui entama le processus de civilianisation et de réforme de la DGSE.

Une fois à la retraite, Pierre Lacoste dirigea brièvement la Fondation pour les études de défense nationale et se consacra à la promotion de l’intelligence économique, mais aussi à la lutte contre les mafias, certain que ces deux défis étaient vitaux pour la défense des intérêts français et européens. Il appuya fortement la mise en place de cursus universitaires dédiés à l’étude du renseignement, permettant à plusieurs professeurs de forger une « école française » dans cette matière, à l’instar d’Olivier Forcade (Paris Sorbonne) et de Sébastien-Yves Laurent (université de Bordeaux) dont il était très proche. Il reste l’auteur de cinq ouvrages oscillant entre témoignage (Un amiral au secret, Flammarion, 1997) et essais consacrés à la stratégie (Stratégies navales du présent, JC Lattès, 1986) et à ce monde du renseignement qu’il connaissait si bien (Les maffias contre la démocratie, JC Lattès, 1992 ; Approches françaises du renseignement, La documentation française, 1997 ; Services secrets et géopolitique, Lavauzelle, 2001).

Malgré la différence d’âge, Pierre Lacoste était devenu l’ami de nombreux chercheurs. Son sourire espiègle, son humour caustique, sa bienveillance, son élégance, son sens du commandement, son extrême probité intellectuelle et son analyse toujours pertinente resteront à jamais gravées dans leurs mémoires. Il n’en était pas moins exigeant et savait convaincre avec passion ses subordonnés, ses amis et les chercheurs qui venaient recueillir ses avis éclairés. Il n’hésitait pas d’ailleurs à les réveiller pour échanger avec eux sur des questions d’actualité qu’il jugeait importantes. Sa voix chevrotante et malicieuse était reconnaissable entre toutes. L’un des auteurs de cet hommage lui reste profondément reconnaissant d’avoir accepté de préfacer plusieurs de ses ouvrages.

Nous nous associons à la peine de sa famille et de ses amis et les assurons de nos plus sincères condoléances.

 

Pierre Razoux, directeur de recherche à l’IRSEM, associé à la FMES

Amiral Pascal Ausseur, directeur de la FMES

 

 

 

 

Incroyable collision et coordination exemplaire des secours ! Un avertissement pour la protection de la Méditerranée

Photographie de la Marine nationale illustrant la collision

Tous droits réservés

Dimanche 7 octobre vers 7h30, par bonnes conditions météorologiques et de navigation, L’Ulysse, navire roulier tunisien affecté à la ligne régulière Gênes – Tunis – Radès, percute à pleine vitesse le porte-conteneurs chypriote CLS Virginia au mouillage, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest du Cap Corse. La violence du choc ouvre une brèche dans la coque du porte-conteneurs et provoque une pollution sur 25 km.  Avarie technique ? Défaillance humaine ? Une enquête est ouverte pour déterminer les causes et les responsabilités.

Aucun blessé n’étant à déplorer, la priorité est donnée à la lutte contre la pollution et à la désincarcération. Le préfet maritime et son bras armé le CROSS (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage), réagissent immédiatement et coordonnent l’action de l’ensemble des acteurs. Le Remorqueur d’Intervention, d’assistance et de sauvetage (RIAS) Abeille Flandre, le Bâtiment d’assistance, de soutien et de dépollution (BSAD), Jason puis l’Ailette appareillent d’urgence vers la zone. Ils sont vite soutenus par des bâtiments italiens : le remorqueur Taurus, Le Bonassola et le Koral de Sardaigne. La rapidité d’intervention et l’excellente coordination de tous les moyens disponibles montrent une fois de plus la pertinence de l’organisation française de l’action de l’Etat en mer et la pertinence de l’accord « RAMOGE[1] ».

Mais cet événement illustre aussi l’importance de protéger la biodiversité des océans de plus en plus menacée par la croissance des activités maritimes. C’est particulièrement le cas en Méditerranée qui, avec seulement 1 % de la surface maritime mondiale, se caractérise par une faune et une flore remarquables (20 % de la biodiversité totale des océans), la lenteur du renouvellement de l’eau, un taux de salinité élevé et une faible marée. Elle représente également 30 % de la navigation maritime mondiale et son sous-sol recèle des ressources énergétiques substantielles.

Au regard de l’exiguïté de la Méditerranée et du nombre de ses d’Etats riverains, une mobilisation internationale est indispensable. Dès les années 70, ces Etats ont pris conscience de la nécessité d’une coopération qui s’est concrétisée en 1976 par la Convention de Barcelone pour protéger l’environnement marin et côtier de la Méditerranée et favoriser l’élaboration d’accords régionaux. D’importantes aires marines protégées ont été créées et des accords régionaux majeurs, dont RAMOGE, ont été conclus.

Des mesures préventives sont prises régulièrement. Par exemple, au Cap Corse, où transitent 20 000 navires par an, un nouveau Dispositif de Séparation de Trafic (DST), adopté le 1 décembre 2016 par l’Organisation Maritime Internationale (OMI), limite les situations de proximité entre navires. Le Parc naturel marin du cap Corse et de l’Agriate a également été créé cette même année.

Mais est-ce suffisant ? D’une part, il n’est pas possible d’arrêter toute activité humaine pour empêcher de modifier l’environnement et, d’autre part, il est indispensable de protéger la biodiversité. C’est tout l’enjeu du développement durable. Le lancement des négociations BBNJ[2] à l’ONU pour protéger la biodiversité en haute mer montre bien que la prise de conscience est réelle, mais les actes suivront-ils et suffisamment vite ? C’est le défi auquel sont confrontés les Etats. Espérons que la sagesse l’emporte car la course contre la montre pour la sauvegarde de l’humanité a bien commencé.

[1] L’Accord RAMOGE de 1993 est un instrument de coopération scientifique, technique, juridique et administrative permettant aux gouvernements Français, Monégasque et Italien d’assurer une gestion intégrée du littoral. Il prévoit notamment un plan d’intervention commun pour la lutte contre les pollutions marines accidentelles. Réactualisé en permanence, il est rebaptisé RAMOGEPOL en 2016.

[2] Biodiversity Beyond National Jurisdiction.