game changer

L’innovation : Game Changer pour les grandes filières industrielles – par le GCA (2s) Patrick Lefebvre

Tous droits réservés.

 

Par le général de corps aérien (2s) Patrick Lefebvre, directeur du centre méditerranéen d’études stratégiques de l’institut FMES

 

La crise sanitaire mondiale du COVID 19 est sans doute loin d’être terminée. Un peu à l’image des mouvements météorologiques saisonniers comme le front intertropical qui oscille autour de l’équateur, son centre de gravité s’est déplacé et le risque d’un balancement géographique plus complexe d’Est en Ouest et du Nord au Sud ne peut être écarté. Hier en Asie du Sud Est puis en Europe et aujourd’hui aux Etats-Unis et en Amérique du Sud où les effets dévastateurs semblent se démultiplier, cette crise n’en finit pas de souligner des contradictions dans les choix pour y faire face avec toujours en toile de fond une nécessité absolue d’équilibrer les mesures sanitaires avec le soutien des activités économiques. Si le choix économique prévaut aux Etats-Unis, c’est plutôt la recherche d’équilibre qui s’installe en Europe avec quelques subtiles variations. Ainsi, l’Allemagne résiste mieux que la France, l’Italie ou l’Espagne. Une période d’incertitude d’amplitude strictement inconnue pèse donc sur la nature des décisions à prendre. C’est ce qui est sans doute vraiment nouveau dans ce contexte inédit. Elle pèse aussi bien sûr sur la tendance des marchés où le pessimisme ne mobilise guère de potentiels investisseurs.

Cette crise incite aussi à porter un nouveau regard sur la mondialisation de l’économie telle que nous la vivions jusqu’alors. Chacun aura mesuré que les secteurs les plus touchés sont évidemment ceux directement marqués par les mesures de confinement, notamment pour les entreprises où la mobilité est un facteur structurant de croissance. Ainsi, tous les secteurs fortement exposés au commerce international ont subi de plein fouet les effets de cette crise avec une paralysie presque totale de leurs activités. Le produit intérieur brut a plongé de 19% au mois d’avril tandis que le commerce mondial a reculé de près de 25%[1]. La tendance du ralentissement était d’ailleurs déjà annoncée par l’observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et donc antérieure à la crise du COVID 19. Il tenait principalement à des changements de modèle de croissance en Chine et aux Etats-Unis. Il était aussi lié à certaines tensions géopolitiques. Il est prévisible que les sanctions économiques américaines à l’encontre de la Chine ou de l’Europe perdurent sans pour autant craindre une escalade de cette guerre commerciale.

Les perspectives économiques à l’échelle mondiale étaient assez finement appréciées par les spécialistes tenant compte des différents facteurs l’influençant et de la capacité des banques à financer l’endettement des Etats. Elles tiennent évidemment compte des accords interétatiques et des règles de droit mis en avant par certains Etats. Aujourd’hui, le facteur pandémique vient s’ajouter et modifiera sans doute durablement les modes opératoires du commerce mondial.

Nous laisserons les spécialistes s’emparer de ce sujet pour nous placer au plus près des préoccupations des entreprises françaises. La mobilisation des services de l’Etat et des collectivités territoriales mérite d’être rappelée car elle est exceptionnelle et sans précédent. L’Etat à lui-seul soutient l’économie avec près de 500 Mds€ de mesures économiques d’urgence. A ce soutien s’ajoute celui des Régions qui se sont mobilisées pour identifier, accompagner et dynamiser un tissu économique fragilisé par cette crise. Il faut relever cette dynamique où les pôles de compétitivité, les agences de développement, les services territoriaux spécialisés ainsi que les services de l’Etat en Région se coordonnent, s’organisent presque militairement sous forme de Task Force pour apporter des réponses concrètes. Il faut noter l’émergence d’une nouvelle articulation entre l’Etat et les Régions. Cette cohérence d’ensemble est nouvelle et permet de mieux coordonner les aides nationales à celles des territoires.

Si la mondialisation de l’économie prend une forme nouvelle sous l’effet de cette crise sanitaire, cette crise donnera par rebond une nouvelle forme à l’économie nationale et celle des territoires. Il faudra mieux synchroniser les actions de soutien qui bien souvent apparaissaient dispersées. Cette crise a favorisé une nouvelle forme de solidarité. C’est le sens de la création des Task Force régionales où l’intelligence collective l’emporte sur la démarche individuelle dont les effets sont certes positifs mais souvent de portée limitée.

Enfin, la crise sanitaire renforce l’importance de l’innovation. L’innovation par l’apport des solutions numériques a démontré sa pertinence dans le contexte de la crise sanitaire en offrant des solutions alternatives de fonctionnement aux entreprises. Mais l’innovation dans son acception plus large reste le meilleur signal de la vitalité des secteurs industriels. Il est aussi un gage de leur performance. C’est ce levier qui permettra demain de faire la différence en portant l’effort sur des chaînes de valeur plus respectueuses d’un certain nombre de critères. L’environnement, le bien-être au travail, l’éthique pour n’en citer que quelques-uns s’intégreront davantage dans la définition des produits mis sur le marché. Les capacités de recherche et de développement doivent donc se diversifier pour être au rendez-vous des succès technologiques. Les technologies développées sont déjà aujourd’hui le plus souvent duales. Cette dualité doit être mieux appréciée au sein des petites et moyennes entreprises. C’est bien souvent ce tissu industriel qui est à l’origine du développement de technologies nouvelles. Il importera donc de consolider les synergies entre ce tissu et les grands donneurs d’ordres. Elles permettront de mieux irriguer les filières par des technologies dont les applications sont multiples.

Les technologies futures et l’innovation sont probablement les meilleurs leviers permettant aux filières de consolider leur place sur les marchés. Il faut donc donner une vision stratégique aux tendances technologiques. Il faut aussi retrouver notre place de meneur technologique conduisant à retrouver notre indépendance stratégique et économique.

Ce besoin d’indépendance a été maintes fois souligné durant la crise du COVID 19. Chacun aura pu mesurer la nécessité de conserver la maîtrise de ses approvisionnements stratégiques. Chacun aura pu mesurer la vulnérabilité des entreprises dans leurs capacités à gérer leurs activités à distance. Evidemment ici, une meilleure gestion des données, l’apport de l’intelligence artificielle dans l’élaboration des processus et la protection du patrimoine immatériel sont des facteurs clés de performance. Ce sont aussi des facteurs assurant une forme de continuité de l’action dans un contexte de crise.

Ce besoin d’indépendance s’affirme au moment où se développent des systèmes complexes qui suscitent des interrogations quant à leur stricte intégrité. A titre d’exemple, les applications des principes de la Blockchain se multiplient aujourd’hui. Ces principes changeront substantiellement la distribution des données et leur contrôle même si leur intégrité est garantie par l’emploi de systèmes cryptés. De multiples applications vont voir le jour permettant pour les unes d’accélérer les transactions financières, pour les autres d’augmenter les gains de productivité en confiant l’organisation des échanges à un protocole informatique. Des applications sur la traçabilité alimentaire s’imposeront chez les grands distributeurs. Autant d’avancées qu’il faudra intégrer dans le fonctionnement où à défaut les subir auprès des principaux spécialistes du traitement de données protégées.

Ce besoin d’indépendance s’exprime aussi à l’heure où s’installent des règles juridiques contraignantes. Ainsi, le Cloud Act (Clarifying Lawful Overseas Use of Data Act)[2] fixent des règles pouvant compromettre la sécurité des données stockées dans des DATA Centers sur lesquels nous n’avons pas le contrôle. Ici aussi, la souveraineté digitale devient un gage de notre indépendance stratégique. Le besoin de Cloud souverain n’est-il pas aujourd’hui fréquemment mis en avant et rappelé par les décideurs ? D’une manière plus générale, les questions autour de la donnée se multiplient. Leur confidentialité, les droits de propriété, la dimension éthique et leur partage ouvrent de nouveaux champs d’actions techniques et morales.

Cette dimension numérique se développe d’ailleurs tous azimuts. Ainsi demain, le déploiement de la 5G modifiera substantiellement l’Internet des objets. Elle modifiera les usages allant de la maison connectée, aux véhicules autonomes, aux vidéos immersives jusqu’à l’application de la médecine dite 2.0. Les enjeux de sécurité nationale sont ici évidents. Dans le contexte de la crise sanitaire, notre capacité à conserver notre indépendance sanitaire et médicale est évidemment stratégique. Elle revêt une dimension politique extrêmement sensible.

La souveraineté technologique est donc aujourd’hui synonyme de souveraineté stratégique.

Ces quelques éléments soulignent donc le besoin d’une nouvelle stratégie consolidant nos filières nationales en stimulant l’innovation et la recherche. Mais au préalable, il faudra reconquérir les secteurs fragiles souvent jugés peu rentables. Il faudra aussi démultiplier les efforts pour reconstruire certains secteurs abandonnés sous l’effet la mondialisation. Certains se sont pourtant révélés stratégiques. Ils renvoient le plus souvent à des responsabilités régaliennes dans les domaines de la santé ou de la sécurité. Notre autonomie en matière d’approvisionnement s’inscrit dans ce périmètre de responsabilités.

Dans ce contexte de crise certaines pistes sont cependant encourageantes. Cette stratégie nationale de recherche et d’innovation existe. Elle nécessite donc d’être remise en perspective au regard de la période que nous traversons. D’ailleurs, toute stratégie impose cet exercice permanent d’adaptation.

Inscrite dans la loi, la stratégie de recherche est élaborée en cohérence avec celle de l’Union européenne. Il s’agit d’identifier un nombre limité de priorités scientifiques et technologiques permettant de répondre aux défis majeurs des prochaines décennies. Son objectif est de garantir notre place parmi les premières puissances de recherche mondiale. Le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en est l’artisan. Cette ambition nécessite un soutien permanent car la production de connaissances n’enregistre pas nécessairement de dividendes immédiats. Financer l’innovation présente pour les créanciers des risques qu’il faut accepter. Mais c’est une condition nécessaire pour féconder cette culture de la connaissance et celle de l’innovation technologique. Le retour sur investissement peut être long mais lorsqu’il est au rendez-vous, c’est la clé de la performance du système économique.

Nous évoquions antérieurement la création de Task Force régionale dont l’objectif est d’apporter des réponses concrètes aux petites et moyennes entreprises qui se trouvent souvent au cœur de l’innovation et qui sont aujourd’hui confrontées à de sérieuses difficultés conjoncturelles. Cet appui est indispensable et préservera un écosystème vital pour les grandes filières stratégiques.

Cette notion presque militaire nous rappelle, qu’en d’autres temps, et pour combler le retard technologique des Etats-Unis, la création de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) avait été à l’origine de très nombreuses technologies innovantes destinées à un usage militaire. Ces technologies sont d’ailleurs très rapidement devenues duales et sensibles en termes de sécurité avec la création d’Internet et du GPS (Global Positioning System). Les Etats-Unis ont d’emblée affirmé leur souveraineté dans les domaines de l’information et de la géolocalisation. L’Europe, pour la géolocalisation, a répondu en développant dans les années 2000 le système Galiléo.

C’est d’ailleurs la DARPA qui a inspiré la création de la Joint European Disruptive Initiative (JEDI) en 2017, initiative franco-allemande qui fédère l’essentiel des grands centres de recherche, des start-ups « DeepTech » et des groupes technologiques en France et en Allemagne. Cet organisme à caractère associatif a vocation à mettre en place un outil de financement des innovations de rupture. L’ambition est de créer un pacte de confiance avec l’écosystème de l’innovation à l’échelle européenne.

Quant à l’économie de défense proprement dite, l’agence de l’innovation de défense, créée le 1er septembre 2018, fédère les initiatives d’innovation en assurant la coordination de l’ensemble des démarches d’innovation. Cette agence est aussi le capteur des innovations d’opportunité au bénéfice de tous les utilisateurs quels que soient leurs domaines. Parmi les différents projets, il faut citer les projets de technologie de défense, les projets d’accélération d’innovation, les projets d’innovation participative et les projets de recherche permettant de faire émerger les futures technologies stratégiques.

Enfin, à l’échelle des territoires, cet accompagnement indispensable du tissu économique promoteur de l’innovation et co-acteur de la performance des grandes filières industrielles prend forme. Pour exemple en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, il se caractérise par la mise en place d’une Task Force régionale dont l’objectif est d’apporter des réponses concrètes et rapides en coordination avec les pôles de compétitivité, les agences du territoire et les chambres de commerce et d’industrie. Il y a également des actions de formation notamment pour accélérer cette transition numérique qui doit à la fois accroître la performance tout en garantissant le meilleur niveau de sécurité.  Il y a enfin pour l’économie de défense, un « parcours défense » dont l’objectif est de mieux structurer des offres de service donnant accès à d’autres marchés et ouvrant la voie à d’autres coopérations. Au-delà de la réflexion stratégique portée par l’institut FMES dans le champ académique, son implication dans l’appui à l’économie de défense et duale se manifeste au sein de cette Task Force. Ce champ académique n’exclut donc pas les réflexions stratégiques à caractère technologique.

Et ce sera sans aucun doute l’industrie de la connaissance qui sera décisive à moyen et long termes. Au titre des enseignements tirés de cette crise et des crises antérieures d’une toute autre nature comme la crise financière de 2008, il faut sans doute, aux échelles nationale ou régionale, se placer très en amont de la chaîne de valeur des filières industrielles et rechercher tous les facteurs de résilience précieux pour l’ensemble de l’écosystème. Parmi ces facteurs, l’innovation, la polyvalence, la dualité des technologies, l’agilité des dispositifs d’accompagnement qu’ils s’agissent de dispositifs régionaux ou de ceux d’agences et des pôles seront d’indéniables atouts. Car « il faut aux acteurs économiques pour tenir leur rang un certain caractère d’assurance[3] » qui leur permettra de relever les défis à venir.

[1] Source OFCE

[2]  Le Cloud Act a vocation de clarifier les règles relatives aux réquisitions des autorités américaines sur les données stockées en dehors de leur territoire.

[3]« Il faut à la Force pour tenir son rang un certain caractère d’assurance » Charles de Gaulle