DGA

Un élan concret au service de l’économie de défense

Dans un contexte de la pandémie COVID 19 où des incertitudes pèsent sur les conditions de relance des activités de nos entreprises, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur est mobilisée pour accompagner au mieux l’écosystème industriel. A cette fin, tous les leviers mis en place à l’échelle régionale ou nationale sont proposés aux acteurs économiques pour atténuer les effets inévitables de la paralysie de certaines filières ou du ralentissement de l’activité. Depuis le début de cette crise, une écoute et un dialogue se sont noués de façon permanente avec des rendez-vous en visioconférence.

Ainsi, pas moins d’une trentaine d’acteurs publics et privés a participé à une réunion pilotée par Philippe Vitel vice-président de la Région et centrée sur l’économie de la mer le jeudi 16 avril. Par ailleurs, il est utile de rappeler ici l’engagement du ministère des armées en sa qualité de premier acheteur public de l’État pour accompagner au niveau régional les petites et moyennes entreprises (PME), les entreprises de taille intermédiaire (ETI). Ce tissu est particulièrement riche sur notre territoire méditerranéen et couvre presque toutes les filières existantes dont certaines transverses s’intéressent à un champ très large d’applications. Cet engagement s’inscrit donc en relation directe avec la Région qui veille en permanence à la vitalité et la pérennité d’une base industrielle et technologique de la défense (BITD) capable de développer, de réaliser et de soutenir de manière autonome et compétitive les capacités stratégiques de notre outil de défense. Cette vitalité s’impose aussi pour toutes les PME performantes et dont le fil directeur est celui de l’innovation.

L’institut FMES, centre ressources de la Région Sud, Provence-Alpes-Côte d’Azur, constitue un précieux levier de l’accompagnement de cet écosystème technologique qui représente près de 2000 entreprises. Il était dès lors naturel qu’une convention entre le ministère des armées et l’institut soit établie. Elle traduit l’esprit d’un engagement au service des entreprises dans l’environnement de la défense et de la sécurité ou dans les domaines technologiques de pointes susceptibles d’intéresser la défense.

L’objet de cette convention s’inscrit dans le cadre du plan « action PME » du ministère des armées et se décompose en quatre champs d’actions: la sécurisation économique (participer à l’éveil des entreprises aux enjeux de l’intelligence économique, de la protection des actifs et de la menace cyber), la connaissance de la BITD méditerranéenne (pour faciliter les partenariats entre entreprises su-européennes), le Soutien export et la structuration d’une offre de services pour aider les entreprises.

Cette convention illustre parfaitement les engagements partagés de l’État et de la Région et l’esprit de responsabilité qui les anime dans leur vocation à servir les intérêts de nos entreprises. Une belle manière en somme de concentrer nos efforts pour maintenir une autonomie stratégique des filières dont certaines sont vitales pour notre souveraineté.

Dans ce contexte de crise sans précédent, il était sans doute utile de mettre en avant une dynamique dont nous mesurons aujourd’hui qu’elle conserve une exceptionnelle vitalité.

L’institut FMES prendra sa part à ce formidable élan régional.

Journée d’information sur le fonds européen de défense

Mardi 12 février 2019 s’est tenue à Marseille, à l’Hôtel de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur une journée d’information destinée aux PME régionales concernant le fonds européen de défense (FED). Ce forum a été organisé à la demande de la Direction générale de l’armement et du conseil régional de Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur par l’Institut FMES, associé à System Factory et les pôles de compétitivité Pôle Mer Méditerranée, OPTITEC et SAFE.

En présence de Yannick Chenevard, vice-président de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et délégué à l’emploi, la formation professionnelle et l’apprentissage, du vice-amiral d’escadre Pascal Ausseur, directeur des opérations à l’Institut FMES et du commissaire Jonathan Cohen, de la direction du service PME à la DGA, les entreprises présentes ont pu bénéficier d’amples explications sur le financement de l’Union européenne à leur profit.

La situation géostratégique mondiale se détériorant ces dernières décennies a engendré l’augmentation des dépenses militaires. Pour faire face aux multiples défis, l’industrie européenne de Défense doit se restructurer et défendre ses intérêts et sa sécurité. En France, 5 000 entreprises sont répertoriées dans le secteur de la défense qui emploie 400 000 personnes. S’agissant de la région Sud, 220 PME sont référencées dans la BITD (Base industrielle et technologique de Défense) qui est un secteur économique de premier plan au niveau régional. Le domaine de la Défense représentant près de 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel dans la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’Union européenne, pour développer son autonomie stratégique, a décidé de favoriser l’économie de défense et la coopération entre les entreprises européennes dans ce domaine (le manque de coopération fait perdre dans les domaines de la défense et de la sécurité entre 25 et 100 milliards d’euros par an).

Lancé par la Commission européenne, le FED vise à aider les Etats membres à dépenser plus efficacement l’argent des contribuables, à réduire les doublons dépenses et à obtenir un meilleur rapport coût-résultats.

Les PME peuvent donc bénéficier de financement concernant leurs projets collaboratifs de développement de produits et technologies de défense telles que l’étude de faisabilité, la conception, l’essai, la qualification, etc. Pour les années 2019-2020, le budget de ce fonds s’élève à 500 milliards d’euros et s’ajoute aux programmes européens déjà existants susceptibles de financer les projets des PME :

  • Horizon 2020 : Programme cadre européen pour la recherche et l’innovation (77 milliards d’euros).
  • COSME : Programme européen pour améliorer l’accès au financement des PME, la compétitivité des entreprises, l’accès au marché unique et l’entreprenariat (2 ,3 milliards d’euros).
  • Europe créative (volet MEDIA) afin de soutenir le développement de l’audiovisuel à l’échelle européenne (1,4 milliard d’euros).

En vue des appels à projets devant être publiés au mois de mars 2019 (et en préparation des appels de 2020), la Région et la DGA, appuyée par l’Institut FMES associé à System Factory et aux Pôles de compétitivité, s’organisent pour aider les entreprises dans leur démarche et leur fournir toutes les informations complémentaires à l’accès à ces fonds européens : compréhension du mécanisme, montage du dossier, recherche de financements complémentaires, …. A travers ce renforcement, il s’agit de faciliter l’accès des PME régionales aux financements européens et de renforcer la place des acteurs régionaux dans les programmes européens et les réseaux transnationaux.

 

Liens : 

Représentation_Region_Bruxelles_EDIDP

DGA_Présentation_FED