LA COVID-19 DANS LES HAUTS DE FRANCE CONFINE À L’ÉCOLE MILITAIRE LES AUDITEURS DE LA 6E SESSION NATIONALE “ENJEUX ET STRATÉGIES MARITIMES”

Les auditeurs de la 6e session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » de l’IHEDN ont trouvé refuge les 12 et 13 mars à l’École Militaire pour leur séminaire normalement prévu dans des Hauts-de-France, durement frappés par la pandémie de la Covid-19. Toutefois, grâce à l’implication et l’adaptation de grands acteurs de cette région ainsi qu’au recours à la visioconférence, les auditeurs ont pu aborder la quasi-totalité des sujets prévus.

En effet, dès le vendredi matin, le vice-amiral d’escadre Philippe Dutrieux, préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, leur a présenté les problèmes de sécurité et de sûreté posés par la route maritime la plus fréquentée au monde et le flux migratoire par voie de mer dans sa zone de responsabilité. Il a également abordé les enjeux auxquels est confrontée une région d’Europe très impactée par le Brexit, et ceux liés à la planification spatiale d’espaces maritimes particulièrement exigus.

©IHEDN/ Les auditeurs attentifs aux propos du vice-amiral d’escadre Philippe DUTRIEUX 

Daniel Deschodt, président par intérim du directoire du Grand port maritime de Dunkerque (GPMD), a ensuite évoqué les défis de Dunkerque – comme des autres ports français – pour faire face à la concurrence internationale et dynamiser sur le sol français l’activité et les emplois associés. Le GPMD, désormais capable d’accueillir les plus gros navires du monde, illustre bien la politique de long terme mise en place en coopération avec les autres ports des Hauts-de-France pour capter la valeur ajoutée et développer l’emploi. Cette ambition s’appuie sur une stratégie d’économie circulaire et le développement du numérique, tout en préservant la biodiversité dans une approche de développement durable.   

Les auditeurs ont ensuite virtuellement mis le cap sur Calais où ils furent accueillis par Madame la sous-préfète, Véronique Deprez-Boudier, entourée de Philippe Suisse, adjoint au directeur de la sûreté du port de Calais, de Hervé Derache, directeur interdépartemental de la police aux frontière, de Mathilde Potel, commissaire central adjoint de la circonscription de sécurité public de Calais, et de Laurent Decovemacker, capitaine, commandant en second de la compagnie de gendarmerie maritime de Calais.

Ont été abordés les grands enjeux de sa ville-port notamment liés à la proximité du Royaume-Uni, au Brexit et à la forte pression de la migration illégale dans le détroit du pas de Calais. Grâce à cette table-ronde, les auditeurs ont pu découvrir les installations impressionnantes destinées à dissuader et détecter toute tentative d’intrusion illégale. Ils ont également pu prendre la mesure de la volonté de coopération des gouvernements français et britanniques pour endiguer ce flux de migrants, particulièrement déterminés et prêts à risquer leur vie pour traverser la Manche.

©IHEDN / Les auditeurs écoutant Véronique DEPREZ-BOUDIER, sous-préfète de Calais.

Le samedi, après la journée dense de la veille, la session a accueilli dès potron-minet Jean-Michel Thillier, directeur interrégional des douanes des Hauts-de-France et coordonnateur national Brexit pour la douane française. Il avait fait spécialement le déplacement pour venir à la rencontre des auditeurs. Ces derniers ont ainsi pu découvrir le concept de « frontière intelligente », inventé par les douanes françaises et mis en place avec le Royaume-Uni, dont l’anticipation a permis à la France d’être au rendez-vous et de maintenir les flux de marchandises et de passagers tout en assurant les formalités douanières et sanitaires imposées par le Brexit.

©IHEDN / Jean-Michel THILLIER s’adressant aux auditeurs

Cette matinée s’est conclue en beauté avec l’intervention du Commissaire général Vincent Campredon, directeur du musée de la Marine, qui a montré aux auditeurs comment, dans l’approche globale qui est celle de l’IHEDN, les enjeux culturels liés à la mer se situaient au cœur des enjeux maritimes. Dans ce contexte, la rénovation en cours du musée de la Marine allait pouvoir participer à leur diffusion au sein de la société française, en particulier pour faire prendre conscience aux plus jeunes combien l’avenir de notre planète dépendait des mers et des océans.  

©IHEDN / Le commissaire général de la Marine Vincent CAMPREDON en plein débat avec les auditeurs.

Enfin, le samedi après-midi a permis aux auditeurs de se replonger dans la rédaction de leurs travaux de comité sur la souveraineté dans le domaine maritime. Malgré la légitime déception de n’avoir pas pu assister à la criée de Boulogne sur Mer ou visiter les ports de Dunkerque et Calais, les auditeurs furent très heureux d’être ensemble et, au delà du regret de se quitter après deux jours passés trop vite, attendent déjà avec impatience de se retrouver lors du prochain séminaire.