Formation professionnelle

L’institut FMES lance le projet Prépa Tremplin en région Sud avec le GIP FIPAN et le GRETA du Var : une réponse prometteuse aux spécificités de l’emploi en Région

L’institut FMES a signé le 2 novembre 2020 un partenariat avec la Fondation « agissons pour l’emploi » (FAPE), le GIP FIPAN et le GRETA du Var pour déployer le projet « Prépa Tremplin » en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Soutenu par l’État et la Région, il est aussi encouragé par la Direction générale de l’armement.

L’institut FMES qui œuvre pour le soutien à l’économie de défense en région Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2017, notamment dans le domaine des ressources humaines, constate depuis plusieurs années que l’insertion professionnelle est plus efficace et pérenne lorsque les besoins des entreprises en sont le point de départ.

La FAPE a développé le projet Prépa Tremplin en Bretagne, Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes à partir d’un constat similaire. L’institut FMES, le GIP FIPAN et le GRETA du Var, ont entrepris de s’associer avec la FAPE afin de développer ce projet en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, en l’adaptant aux spécificités et aux secteurs d’activité de la Région (industrie, en particulier navale).

Prépa Tremplin est un projet de médiation centré sur le besoin en compétences des entreprises, dans les secteurs de l’industrie et du numérique. L’objectif est la réalisation pragmatique d’un recrutement durable, notamment grâce à une médiation entreprises et un accompagnement des bénéficiaires individualisés. À travers les parcours Prépa Tremplin est mis en place un travail d’orientation et de développement des compétences transverses des demandeurs d’emploi afin de construire des profils adaptés aux besoins des entreprises.

Le consortium créé en Région a toutes les compétences pour mener à bien ce projet. L’institut FMES, chargé du pilotage général en Région, assurera la médiation entreprises afin d’identifier les métiers en tension, les profils recherchés et les compétences à valoriser. Le GIP FIPAN, chargé du pilotage opérationnel, assurera la mobilisation des réseaux de prescription qui suivent les demandeurs d’emploi dans leurs démarches de formation et d’insertion professionnelle. Enfin, le GRETA du Var, principal réseau de formation professionnelle assurera l’ensemble de l’ingénierie nécessaire à la formation ou à la montée en compétences des demandeurs d’emploi. Ce partenariat réunit ainsi les trois piliers du dispositif d’insertion professionnelle avec un seul objectif : réussir un recrutement durable qui sera suivi et analysé pendant deux ans.

Le service de médiation dispensé dans le cadre du projet Prépa Tremplin est gratuit pour les entreprises et les bénéficiaires. L’initiative est financée par l’État (PIC), par les collectivités locales et par le privé avec la volonté de pérenniser le projet au-delà de 2022 avec des financements de plus en plus locaux, publics comme privés.

La création d’un BTS « mécatronique navale » validée

Tous droits réservés.

Jeudi 14 mars, une étape déterminante a été franchie dans la mise en place d’une filière complète de formation spécifique au secteur naval : la Commission Professionnelle Consultative de la métallurgie a voté unanimement en faveur de la création d’un BTS mécatronique navale. Conduite par l’institut FMES à la demande de la région Sud, l’étude d’opportunité de la création de ce diplôme national a donc été agréée, récompensant les efforts de nombreux acteurs, dont la Marine nationale et le Pôle Mer Méditerranée.

La mécatronique est une réalité à bord des navires modernes, qu’ils soient civils ou militaires. Elle le sera plus encore à l’avenir. Combinant dans une logique systémique, dès la conception, la mécanique, l’électronique, l’automatique et l’informatique, elle permet d’atteindre des performances inaccessibles auparavant. Dans le domaine maritime, ces performances sont une réponse aux exigences économiques des armateurs et à leurs contraintes réglementaires justifiées par la recherche d’une plus grande sécurité et d’un respect toujours meilleur de l’environnement. La mécatronique permet ainsi d’adapter en permanence le comportement du navire aux circonstances météorologiques, techniques ou même commerciales. Elle permet également par le recueil et le traitement d’informations sur les équipements de limiter les opérations de maintenance au strict nécessaire et de gérer au mieux les situations dégradées. Elle est donc un facteur de maîtrise des coûts, d’efficacité, de fiabilité et de sécurité.

Mais maintenir les systèmes mécatroniques, les mettre en œuvre, requiert des compétences bien particulières et une vision élargie par rapport à celle des métiers traditionnels du secteur naval. Et la logique de modernisation continue des navires, qui doit permettre de bénéficier au plus vite des innovations technologiques, exige en plus d’être capable d’intégrer de nouveaux systèmes au cours de la vie d’un navire. Le mécatronicien naval est donc un technicien polyvalent. Disposant d’une bonne maîtrise de l’environnement d’un navire, il n’intervient pas sur un système indépendamment de son environnement : il intervient sur une fonction parfois vitale en ayant conscience de ses interactions avec les autres fonctions et des conséquences potentielles de son intervention sur l’ensemble du navire. Cette maîtrise ne s’acquiert que par une formation qui intègre à la fois la technique et l’environnement.

Pouvoir bientôt recruter des jeunes directement formés est une excellente nouvelle pour les PME du secteur : au-delà de l’investissement que représente la formation continue d’un salarié, la transformation d’un technicien issu un métier traditionnel en mécatronicien peut être culturellement difficile. Mais surtout, ce nouveau BTS permettra d’attirer plus largement vers un secteur en croissance qui peine à améliorer son image auprès des jeunes. La création d’un diplôme national de niveau III, spécifique, donnera de la visibilité aux emplois proposés tout en permettant à ceux qui le souhaitent et qui en ont les capacités d’accéder à des études de niveau supérieur. Une forte employabilité à long terme dans des technologies d’avenir : voilà ce que proposera cette nouvelle formation dès que les travaux d’ingénierie pédagogique auront été conduits.