Author: FMES

Appel à manifestation d’intérêt – Partenaires régionaux en cybersécurité

Le centre de ressources régional en cyber (C2RC) est une structure technique non commerciale opérée par l’institut FMES (Fondation méditerranéenne d’études stratégiques). Il sera en charge d’assurer un support auprès des entreprises (PME/ETI) et les collectivités locales de la région Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur dans le domaine de la lutte informatique défensive (cyberdéfense) et de les informer et de les sensibiliser en cybersécurité en liaison avec les organismes d’Etat en charge de ces sujets.

Dans le cadre de son activité de gestion des incidents et de réponses aux attaques le C2RC propose de s’appuyer sur un réseau d’entreprise et de cabinets spécialisées sur les différents secteurs de la cybersécurité et du droit du numérique :

  • Prestataires de services ayant des compétences en cybersécurité ;
  • Sociétés d’avocats spécialisés dans le droit du numérique.

Le présent appel à manifestation d’intérêt a pour objectif d’identifier des partenaires spécialisés en cybersécurité au sein de la région.

Le centre n’assure pas directement la réponse à incident, son principal objectif et de faciliter l’accès à l’écosystème cyber aux PME de la région. Son rôle est avant tout facilitateur

Calendrier :

  • Lancement de l’AMI : 14 septembre 2020
  • Présentation du projet en visioconférence : 23 septembre 2020
  • Date limite de dépôt des candidatures :  9 octobre 2020

Une réunion d’information sous forme d’une visioconférence sera organisée afin de présenter le projet. Nous vous remercions de signaler votre participation en envoyant un mail au correspondant.

Monsieur Florian PUTAUD
f.putaud@fmes-france.org
Chef de projet en Intelligence économique Institut FMES

Maison du Numérique et de l’Innovation

Place Georges Pompidou

83 000 TOULON

Tel : 06 25 09 49 64

Formation SMHES 5+5 Jeunes Diplômés

 

Dans le cadre du sommet « des deux rives », l’institut FMES a proposé la création d’une Session annuelle régionale avec les partenaires des pays du 5+5 (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal pour le nord et Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie pour le sud). Cette Session méditerranéenne des hautes études stratégiques (SMHES) se décompose en deux séminaires d’une semaine, l’un au nord et l’autre au sud. Elle associe des jeunes diplômés civils et militaires. En 2021, de jeunes officiers-élèves des marines nationales y participeront. Ce rassemblement, qui s’inscrit en prolongement du Dialogue 5+5, permet de concrétiser le concept « d’identité Ouest-méditerranéenne », de valoriser la coopération entre les jeunes diplômés de cette région en les sensibilisant aux enjeux, risques et opportunités communs aux deux rives de la Méditerranée. L’institut FMES, à l’origine de cette formule, organise la première semaine de cette première édition « SMHES 5+5 jeunes diplômés » qui se déroulera à Toulon dans le sud de la France. La seconde se déroulera au sein de l’institut mauritanien d’études stratégiques (IMES) quelques semaines après.

Inscription : formation@fmes-france-org

 

Deciphering the normalisation agreement between Israel and the United Arab Emirates – by Pierre Razoux

Images Pixabay

Click here to read the original (French) version

 

Abstract:
The provisional agreement of August 13, 2020 to normalise relations between Israel and the United Arab Emirates is a risky gamble that is good news for its signatories, for the White House, Europe and China. However, it is not certain that it will be enough to ensure Donald Trump’s re-election. On the other hand, it is bad news for the Palestinians, the Arab world which appears more divided and fragmented than ever, Iran, Turkey and to a lesser extent Russia. If it is formalised in the coming weeks, it will have consequences for the geopolitical balance in the Middle East. This agreement, which increases regional frustrations and feeds ambient nationalism, is not likely to contribute to the democratisation of the region.

 

On August 13, 2020, a few weeks before the deadlines of October 18 (probable end of the UN embargo on conventional arms sales to Iran ) and November 3 (American presidential elections), the White House surprised the world by announcing the conclusion of a formal agreement to normalise relations between Israel and the United Arab Emirates (UAE). A diplomatic success that came at the right time for some, a clear provocation and a risky decision for others, this agreement – which does not yet constitute a formal peace treaty – immediately raised many questions .

Risky bet, high payoffs
First of all, it should be remembered that this is a fragile agreement reached under pressure from Donald Trump and his son-in-law Jared Kushner, both of whom are desperate in the face of unfavourable polls. This provisional agreement remains subject to the conclusion of a formal agreement between both capitals in the coming weeks. In the meantime, the unexpected can still happen .
By crossing the Rubicon and becoming the third Arab head of state to normalise relations with Israel (after Egypt in 1979 and Jordan in 1994), the Crown Prince of Abu Dhabi has taken a real risk on the international stage. There is no doubt that by overtaking other Arab leaders, including the shady Saudi Mohammed Ben Salman, Mohammed Ben Zayed has stirred up frustrations, rekindled jealousies and thrown oil on the fire of an Arab street that is always quick to catch fire. He apparently doesn’t mind being ostracised by some of his peers, as he sees himself as sheltered on the domestic scene and knows that he has powerful support on the international stage. Criticism towards his initiative is all the more acerbic as the UAE seems to have set only three conditions for this normalisation: that Israel ceases any further annexation of Palestinian territories, that it does not reject the eventual creation of a Palestinian state and that its own embassy won’t be located in Jerusalem. The Emirati leader has therefore not imposed any real concession on the Israeli government, contenting himself with maintaining the status quo. This is no doubt a sign that he was aware of the fragility of the UAE on the regional scene, after the collapse of oil prices, the health crisis and its worrying economic consequences, the flight of capital and expatriates, but above all the strong resurgence of Iran to the regional scene, to the point that the UAE had no choice but to resume dialogue with Tehran.
As a result of this standardisation, the UAE is promised significant investment, trade and tourism, transfers of high technology, but above all security and military cooperation, including, most probably, in the sensitive areas of space and arms industries. Israel has undoubtedly obtained guarantees – a right to visit? – with regard to the Emirati civilian nuclear programme, since Abu Dhabi became the first Arab state to launch a (South Korean technology) nuclear power plant in Barakah on August 1, 2020. It is probably no coincidence that Yossi Cohen, the head of Mossad, was the one to go to Abu Dhabi on August 17 and 18 to negotiate directly the terms of the future peace agreement . At this stage, the agreement provides for the immediate establishment of regular air links, the implementation of consular measures, as well as the reciprocal opening of two embassies, no doubt from the beginning of autumn 2020.
For Israel, the risk is exclusively related to its domestic policy. By agreeing to stop any further annexation of Palestinian territories contrary to what he promised his electoral base, Benjamin Netanyahu finds himself at odds with his ultras. The latter raise the banner of revolt in the Knesset and promise to torpedo the agreement. The tension is such that the current Prime Minister would imagine an umpteenth dissolution of Parliament . The agreement with the UAE is however very symbolic, since it breaks an implicit taboo reinforced by the collapse of the Oslo Agreements and the resurgence of colonisation of the occupied territories. The Israeli leaders hope that this agreement will set an example for other monarchies in the Gulf. The two most credible candidates to date are the small kingdom of Bahrain and the strategic Sultanate of Oman, the official guardian of the Strait of Hormuz. Contrary to what Donald Trump suggests on Twitter, it is unlikely that Saudi Arabia will be convinced to join the agreement, especially since the king and his son do not seem to be on the same line (see below) and that Israel is as wary of the Saudi nuclear programme as of the unpredictable character of the Crown Prince . Within the Israeli security establishment, many believe that Israel has nothing decisive to expect from a partnership with Saudi Arabia, whose present leadership is judged unreliable .
By betting on Abu Dhabi, Israel is obviously strengthening its game against Iran by placing a pawn close to the Strait of Hormuz in order to counter – or threaten – the Iranian game against it, especially in Syria and Lebanon. The goal is obvious: to create a diversion and force Iran to make painful choices, or even to push it into making a mistake, hoping that the Revolutionary Guards will attack the UAE directly. Beyond this game of chess, normalisation with the UAE allows Israel to strengthen its strategic, industrial and technological cooperation ties with authoritarian and technologically advanced states, following the example of its close cooperation with Singapore, so as to further strengthen its image as a Start Up Nation.
For the White House, the deal is looking like a last-chance gamble. After the foreign policy slaps, Donald Trump hopes to show that he is capable of getting a deal that suits him, ten weeks before the presidential election. It is forgetting that international coups d’éclat have never been decisive for the re-election of an American president: Jimmy Carter was not re-elected in 1980 when he could avail himself of the Camp David peace agreement between Israelis and Egyptians (1979); George Bush was not re-elected either in 1992 after having pushed Saddam Hussein out of Kuwait. If Bill Clinton was re-elected in 1996, it was not because he had been the man behind the peace treaty between Israel and Jordan (1994), but because he had successfully put the American economy back on track.
Finally, it should be emphasised that this normalisation agreement is very good news for the European Union and the international community since it puts the Israeli-Palestinian issue on hold, spares the two-state solution and avoids provocations that could have led to a third Intifada. Europeans avoid finding themselves in an awkward situation where they would have had to react to further Israeli annexation without breaking trade ties with Israel.
This is finally good news for China for two reasons. On the one hand, this agreement strengthens Beijing’s grip on Tehran, which feels more isolated than ever. On the other hand, it should create opportunities of economic development likely to contribute to the stabilisation of the Middle East, thus facilitating Chinese investments and the extension towards the Mediterranean area of the new Silk Roads within the framework of the OBOR (One Belt, One Road) project. Well aware of the impact of this project, the UAE is investing massively in port infrastructures to position itself as an essential interlocutor for the Chinese with whom it has already developed partnerships in the field of armament, notably in the field of drones.

Those who are weakened or further isolated by the agreement
The biggest losers are obviously the Palestinians, even though the agreement preserves the status quo and the appearance of a two-state solution. Its formalisation without this leading to an outburst of criticism from the Arab world shows that the Palestinian Authority and its supporters are no longer in a position to exercise an effective veto over the foreign policy of other Arab countries, especially those who consider the Iranian threat, supposed or real, to be more decisive than the Palestinian question. In this respect, the Palestinian strategy which made any peace agreement with Israel conditional on a comprehensive settlement of the Palestinian question now appears to be obsolete. In the end, what has just happened shows that time is no longer on the side of the Palestinians, but against them. One may or may not regret it, but it is a fact that is difficult to deny. Of course, this apparent abandonment of the Palestinian cause is a godsend for the ideological regimes, which will be able to reaffirm their support for the cause with the help of thunderous declarations that the Palestinians are waiting to see the concrete effects on their daily lives. For in these times of very low oil prices and a drop in economic activity linked to the health crisis, Tehran, Ankara and Doha will have a hard time bail out the various rival Palestinian organisations.
The Arab world, especially the Arab League, is greatly weakened by this agreement, which divides and fragments it further, highlighting the contradictory postures and hypocrisy of certain leaders who are incapable of speaking out towards their peoples and neighbours. Within the Arab world, there is no doubt that the Saudi leaders have had a bad time of having been pawned off by their Emirati neighbour, while Riyadh has been at the forefront of negotiations with Israel for thirty years. Formally, the Saudi peace plan (general normalisation in exchange for a final Israeli-Palestinian agreement based on the ‘adjusted’ ceasefire lines of June 1967), formulated in 2002 by King Abdullah, is still on the table. In fact, the kings of Arabia, Guardians of the Two Holy Mosques, have always considered that it would be up to one of them to endorse normalisation with Israel. The fact that Emir Mohammed Ben Zayed took King Salman and Crown Prince Mohammed Ben Salman by surprise illustrates the divergent postures of the father, very attached to the Palestinian cause, compared to that of his son who is more inclined to compromise with Israel and the United States to make his own agenda triumph.
Kuwait, trapped by its historical support for the Palestinian cause and eager to spare its powerful neighbours (Iraq, Iran, Saudi Arabia), has declared that it would be the last Arab state to normalise its relations with Israel. Qatar, mired in its rhetoric of ideological support for political Islam and the Muslim Brotherhood, sees itself a little more rejected in the Iranian-Turkish camp.
At first glance, the Israeli-Emirati normalisation should be good news for Egypt, since it strengthens the MBZ-Sissi axis intended to counter the activism of Turkey, Qatar and the Muslim Brotherhood in the region. But in reality, the Egyptian President has just lost both his status as an Arab interlocutor hitherto privileged by Israel, while finding himself in the front line managing explosive relations with Hamas entrenched in the Gaza Strip. He is no doubt beginning to understand that the Israeli strategy could consist in handing back to Egypt the management of the chaos of Gaza in the event of a de facto partition and the extended annexation of Palestine.
Other losers are the Arab leaders who would like to normalise relations with Israel, if only to capture a large flow of investment, but who know that their people will not tolerate such an opening. This is particularly the case of the King of Morocco, who has long been calling for such a normalisation, but who is aware that such an agreement would risk setting fire to the powder keg, at a time when the political and socio-economic situation in his kingdom, aggravated by the consequences of the health crisis, appears extremely tense and uncertain. Further East, Algeria, Tunisia and Libya, entrenched in their ideological certainties and historical positions of denouncing Israel and supporting the Palestinian cause, have criticised the Israeli-Emirati agreement. There is no doubt that business leaders, merchants and those in charge of promising economic sectors are aware that they are missing an opportunity to hold on to the train of economic development, to the great satisfaction of Chinese investors who will be able to increase their hold in these countries.
The other big regional loser is of course Iran, which seems at first sight to be more isolated than ever by this normalisation comming shortly after the resumption of the dialogue between Tehran and Abu Dhabi. The epidermal reactions of the political and military class and the barely veiled threats launched in the UAE bear witness to this. This movement on the regional chessboard comes at the very moment when Iran is facing a resurgence of Israeli attacks in Syria and must manage the disastrous consequences of the explosion of the port of Beirut which occurred on 4 August 2020, thereby questioning the strategy of Hezbollah in Syria and Lebanon. All this pushes Iran further into the camp of Russia and China. A fortiori at the moment when Tehran has been negotiating since the end of June 2020 with Moscow and Beijing (by putting them in competition) new strategic partnerships combining energy, investments, arms sales and diplomatic support. If the context does not calm down, Tehran will find it very difficult to sell its HOPE project (for HOrmuz PEace) to its Gulf neighbours by convincing them that a regional stability agreement can rest solely on the riparian states. In the meantime, Iranians and Emiratis know that they are interdependent, since Dubai remains very much economically linked to Iran. Warned of what they would risk if they opened the door too wide to the Israelis, the Emiratis are pragmatic and will probably not cross any of the Iranian red lines, especially at a time when they are hosting the 2020-2021 Universal Exhibition on their territory.
Turkey finds itself more than ever torn between its interests and its contradictory postures in a context of strong tensions in the Levant and the Eastern Mediterranean, as witnessed by the (voluntary?) collision of a Turkish frigate with a Greek frigate on 13 August 2020. President Erdogan’s very harsh statements bear witness to this. He will have to evaluate the evolution of the balance of power and draw the necessary conclusions.
Russia is not pleased by this agreement in which it was not consulted, especially as it is perceived as an American success that takes Israel a little further away from the Kremlin; it is the paw of Benny Gantz and Gabi Ashkenazi who know that their rival Benjamin Netanyahu has a very close relationship with Vladimir Putin. But the Russian leaders also know that by doing so, they are strengthening their grip on Iran, which in itself is a valuable counterpart.

Foreseeable consequences
In the very short term, normalisation between Israel and the UAE is increasing the antagonism between Iran and its Russian and Chinese supporters on the one hand, and Israel, Washington, Abu Dhabi and Riyadh on the other, in the particularly delicate context of the lifting (or not) of the embargo on conventional arms, which is theoretically due to take place on October 18, 2020, but also of the American presidential election on November 3.
Everything will then depend on the outcome of these two deadlines. If Donald Trump is re-elected, whether or not he succeeds in extending the arms embargo and imposing new sanctions against Iran, this antagonism is unlikely to settle down. The next step would then be the Iranian presidential election (spring 2021), which will most certainly see the election of a conservative candidate. Paradoxically, the latter could all the more easily engage in discreet negotiations with Washington since, being supported by the hard faction of the regime, no one could reproach him for selling off the interests of the Islamic Republic. Conversely, if Donald Trump were defeated and a new administration emerges that is mindful of putting the United States back at the centre of the diplomatic game, for example by reintegrating the JCPOA in one way or another, everything suggests that this antagonism could gradually settle down, especially if Russia and China succeed in the meantime in obtaining the effective lifting of the embargo on arms sales to Iran. For Tehran’s priority is to modernise its conventional arsenal dating from the Shah which is now totally obsolete (except for drones and missiles). This appeasement could convince several Arab or Muslim states to follow in the footsteps of the UAE by normalising in their turn their relations with Israel, while resuming dialogue with Iran. The current Israeli Deputy Prime Minister Benny Gantz and his colleague Gabi Ashkenazi, Minister of Foreign Affairs, two former pragmatic chiefs of staff, are well aware of this. They know that the future must not be insulted and that all scenarios must be prepared. That is why they have begun a discreet rapprochement with Turkey, but also with certain European leaders, while at the same time courting the American Jewish community which is in favour of the Democratic movement. These two political leaders also know that Benjamin Netanyahu, weakened by legal affairs and strongly contested within the Likud movement, will not last forever. Knowing that it is imprudent to put like him all his eggs in the same American basket, they are conscious that by now having actions in the UAE, they place themselves in a position to discuss discreetly with the Iranians, the Chinese and other Arab delegations when circumstances require it.
In the meantime, Israeli-Emiratist normalisation accentuates the tectonic fault that divides the Middle East into two distinct geopolitical plates. To the North, the one encompassing Iran, Iraq, Syria, Lebanon and Qatar under the leadership of Russia and China. To the South, the one that stretches from Egypt to the UAE via Israel, Jordan and Saudi Arabia, under the leadership of the United States. The stability of this southern plate is threatened just as much by the ambitions of Iran, which continues to instrumentalise the Yemeni conflict, as by the fury of the Saudi Crown Prince and the socio-economic imbalances which weaken the Arab states and feed the agenda of the Muslim Brotherhood as well as that of Daech. Between these two plates, North and South, the Turkey of President Erdogan is struggling to position itself. Both hope to tip it into their camp.
In the longer term, this normalisation allows Israel and the UAE to gain time in the face of the new global cold war between the United States and China, including in the Middle East. This is no longer an ideological conflict as in the first Cold War between the United States and the Soviet Union, but a power struggle between a comfortably established hegemon wavering between its Asian and Middle Eastern interests and its Chinese challenger trying to occupy the space – especially the economic and political space – left vacant in the region. Yet, in Washington as in Beijing, the analyses diverge. Part of the American elite refuses to consider China as an adversary, believing that the only two real enemies of the United States in the Middle East remain Russia and Iran. For its part, part of the Chinese establishment believes that it is too early to challenge Washington in its own backyard, even though it recognises that it is vital to secure energy supplies from the Persian Gulf and the Red Sea on a long-term basis. This cacophony is causing turmoil among the United States’ traditional allies in the Middle East, who no longer know to which saint to devote themselves, while at the same time encouraging renewed tensions and rivalries between Russians, Turks, Iranians and Europeans. As Harvey Jaskel points out, Israel and the Gulf monarchies will have to face difficult choices . By normalising their relations, Israel and the UAE are giving guarantees to both parts. On the one hand, they offer a royal gift to Donald Trump in the event that he is re-elected, knowing that this same gift will play into Joe Biden’s hands if he is elected. On the other hand, they favour China’s long-term strategy, without crossing the red lines defined by the White House.

All in all, the normalisation agreement between Israel and the UAE appears to be good news, even if it increases the frustrations of numerous regional players and contributes to reinforcing the ultranationalist and populist discourse of some of them, at the risk of triggering new neighbourhood conflicts. One thing seems certain, it will not contribute to the democratisation of the North Africa & Middle East zone because the message is clear: in this region, only an autocratic power can take the risk of normalising with Israel

Décryptage de l’accord de normalisation entre Israël et les Emirats arabes unis – par Pierre Razoux

Images Pixabay

Résumé:
L’accord provisoire du 13 août 2020 de normalisation des relations entre Israël et les Emirats Arabes Unis est un pari risqué qui est une bonne nouvelle pour ses signataires, pour la Maison Blanche, l’Europe et la Chine. Il n’est pas sûr toutefois qu’il suffise à assurer la réélection de Donald Trump. C’est en revanche une mauvaise nouvelle pour les Palestiniens, le monde arabe qui apparaît plus divisé et fragmenté que jamais, l’Iran, la Turquie et dans une moindre mesure la Russie. S’il est formalisé dans les semaines qui viennent, il aura des conséquences sur les équilibres géopolitiques au Moyen-Orient. Cet accord, qui accroît les frustrations régionales et nourrit le nationalisme ambiant, n’est pas de nature à contribuer à la démocratisation de la région.

 

Le 13 août 2020, quelques semaines avant les échéances du 18 octobre (fin probable de l’embargo de l’ONU sur les ventes d’armes conventionnelles à l’Iran[1]) et du 3 novembre (élection présidentielle américaine), la Maison blanche a créé la surprise en annonçant la conclusion d’un accord formel de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis (EAU). Succès diplomatique tombant à point nommé pour les uns, provocation manifeste et décision hasardeuse pour les autres, cet accord – qui ne constitue pas encore un traité de paix formelle – suscite d’emblée bien des interrogations[2].

 

Pari risqué, gains élevés

Rappelons tout d’abord qu’il s’agit d’un accord fragile conclu sous la pression de Donald Trump et de son gendre Jared Kushner, tous deux aux abois au regard de sondages défavorables. Cet accord provisoire reste soumis à la conclusion d’un accord formel entre les deux capitales dans les semaines qui viennent. Dans l’intervalle, l’imprévu peut toujours survenir[3].

En franchissant le Rubicon et en devenant le troisième chef d’Etat arabe à normaliser ses relations avec Israël (après l’Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994), le prince héritier d’Abou Dhabi a pris un risque réel sur la scène internationale. Nul doute qu’en grillant la politesse à d’autres dirigeants arabes dont l’ombrageux Saoudien Mohammed Ben Salman, Mohammed Ben Zayed a suscité des frustrations, ravivé des jalousies et jeté de l’huile sur le feu d’une rue arabe toujours prompte à s’enflammer. Peu lui importe apparemment d’être ostracisé par certains de ses pairs, car il se perçoit à l’abri sur la scène intérieure et sait qu’il dispose de puissants appuis sur la scène internationale. Les critiques à l’encontre de son initiative sont d’autant plus acerbes que les EAU semblent n’avoir posé que trois conditions à cette normalisation : qu’Israël cesse toute annexion supplémentaire de territoires palestiniens, ne rejette pas la création à terme d’un Etat palestinien et que sa propre ambassade ne soit pas située à Jérusalem. Le dirigeant émirati n’a donc imposé aucune concession réelle au gouvernement israélien, se contentant de faire perdurer le statu quo. C’est sans doute le signe qu’il était conscient de la fragilité des EAU sur la scène régionale, après l’effondrement des prix pétroliers, la crise sanitaire et ses conséquences économiques inquiétantes, la fuite des capitaux et des expatriés, mais surtout le retour en force de l’Iran sur la scène régionale, au point que les EAU n’avaient eu d’autre choix que de renouer le dialogue avec Téhéran.

Pour prix de cette normalisation, les EAU reçoivent la promesse d’investissements et d’échanges commerciaux[4] et touristiques importants, de transferts de haute-technologie, mais surtout d’une coopération sécuritaire et militaire y compris, très probablement, dans les domaines sensibles du spatial[5] et des industries d’armement. Nul doute qu’Israël a obtenu des garanties – un droit de visite ? – quant au programme nucléaire civil émirati, puisque Abou Dhabi est devenu le premier Etat arabe à mettre en service une centrale nucléaire (de technologie sud-coréenne) à Barakah, le 1er août 2020. Ce n’est sans doute pas un hasard si c’est Yossi Cohen, le chef du Mossad, qui s’est rendu à Abou Dhabi les 17 et 18 août pour négocier directement les termes du futur accord de paix[6]. A ce stade, l’accord prévoit l’établissement immédiat de liaisons aériennes régulières, la mise en place de mesures consulaires, ainsi que l’ouverture réciproque de deux ambassades, sans doute dès le début de l’automne 2020.

Pour Israël, le risque est exclusivement lié à sa politique intérieure. En acceptant de stopper toute annexion supplémentaire de territoires palestiniens contrairement à ce qu’il avait promis à sa base électorale, Benjamin Netanyahou se retrouve en porte-à-faux avec ses ultras. Ceux-ci lèvent l’étendard de la révolte à la Knesset et promettent de torpiller l’accord. La tension est telle que l’actuel Premier ministre imaginerait une énième dissolution du Parlement[7]. L’accord avec les EAU est pourtant très symbolique, puisqu’il brise un tabou implicite renforcé par l’effondrement des accords d’Oslo et le regain de colonisation des territoires occupés. Les dirigeants israéliens espèrent que cet accord montrera l’exemple à d’autres monarchies du Golfe. Les deux candidats les plus crédibles sont à ce jour le petit royaume de Bahreïn et le stratégique sultanat d’Oman, gardien officiel du détroit d’Ormuz. Contrairement à ce que laisse entendre Donald Trump sur Twitter, il est peu probable que l’Arabie saoudite se laisse pour sa part convaincre de rejoindre l’accord, d’autant que le roi et son fils ne semblent pas sur la même ligne (voir infra) et qu’Israël se méfie tout autant du programme nucléaire saoudien que du caractère imprévisible du prince héritier[8]. Au sein de l’establishment sécuritaire israélien, nombreux sont ceux qui pensent qu’Israël n’a rien à attendre de décisif d’un partenariat avec l’Arabie saoudite dont le leadership actuel est jugé peu fiable[9].

En misant sur Abou Dhabi, Israël renforce bien évidemment son jeu face à l’Iran en posant un pion près du détroit d’Ormuz de manière à contrer – ou menacer – le jeu iranien à son encontre, notamment en Syrie et au Liban. Le but est évident : faire diversion et contraindre l’Iran à des choix douloureux, voire même le pousser à la faute en espérant que les Gardiens de la révolution s’en prendront directement aux EAU. Au-delà de cette partie d’échecs, la normalisation avec les EAU permet à Israël de renforcer ses liens de coopérations stratégiques, industrielles et technologiques avec des Etats autoritaires et technologiquement avancés, à l’instar de son étroite coopération avec Singapour, de manière à renforcer davantage encore son image de Start Up Nation.

Pour la Maison blanche, l’accord prend des allures de pari de la dernière chance. Après les camouflets subis en politique étrangère, Donald Trump espère montrer qu’il est capable d’obtenir un deal à sa mesure à dix semaines de l’élection présidentielle. C’est oublier que les coups d’éclat sur la scène internationale n’ont jamais été déterminants pour la réélection d’un président américain : Jimmy Carter n’a pas été réélu en 1980 alors qu’il pouvait se prévaloir de l’accord de paix de Camp David entre Israéliens et Egyptiens (1979) ; George Bush ne l’a pas été davantage en 1992 après avoir bouté Saddam Hussein hors du Koweït. Si Bill Clinton a été réélu en 1996, ce n’est pas pour avoir été à la manœuvre dans le traité de paix entre Israël et la Jordanie (1994), mais bien parce qu’il avait remis l’économie américaine sur les rails avec succès.

Soulignons enfin que cet accord de normalisation apparait comme une très bonne nouvelle pour l’Union européenne et la communauté internationale puisqu’elle fige le dossier israélo-palestinien, ménage la solution à deux Etats et évite des provocations qui auraient pu conduire à une troisième Intifada. Les Européens évitent de se retrouver dans une situation incommode où il leur aurait fallu réagir à de nouvelles annexions israéliennes, sans pour cela rompre les liens commerciaux avec Israël.

Il s’agit enfin d’une bonne nouvelle pour la Chine à double-titre. D’une part, cet accord renforce l’emprise de Pékin sur Téhéran qui se sent plus isolé que jamais. D’autre part, il devrait créer des opportunités et de développement économique susceptibles de contribuer à la stabilisation du Moyen-Orient, facilitant ainsi les investissements chinois et l’extension en direction du bassin méditerranéen des Nouvelles routes de la soie dans le cadre du projet OBOR (One Belt, One Road). Bien conscients de l’impact de ce projet, les EAU investissent massivement dans les infrastructures portuaires pour se positionner comme des interlocuteurs incontournables des Chinois avec lesquels ils ont déjà développé des partenariats dans le domaine de l’armement, notamment dans le domaine des drones.

 

Ceux que l’accord affaiblit ou isole davantage

Les plus grands perdants sont bien évidemment les Palestiniens, même si l’accord préserve le statu quo et les apparences d’une solution à deux Etats. Son officialisation sans que celle-ci n’entraîne de déchaînement de critiques de la part du monde arabe montre que l’Autorité palestinienne et ses soutiens ne sont plus en mesure d’exercer de véto effectif sur la politique étrangère des autres pays arabes, notamment ceux qui considèrent que la menace iranienne, supposée ou réelle, est plus déterminante que la question palestinienne. A cet égard, la stratégie palestinienne qui conditionnait tout accord de paix avec Israël au règlement global de la question palestinienne paraît désormais caduque. En fin de compte, ce qui vient de se passer démontre que le temps ne joue plus en faveur des Palestiniens, mais bien contre eux. On peut s’en désoler ou pas, mais c’est un fait qu’il est difficile de nier. Bien évidemment, cet abandon apparent de la cause palestinienne est une aubaine pour les régimes idéologues qui vont pouvoir réaffirmer leur soutien à la cause à grands renforts de déclarations tonitruantes dont les Palestiniens attendent de voir les effets concrets sur leur vie quotidienne. Car en ces temps de prix pétroliers très bas et de chute d’activité économique liée à la crise sanitaire, Téhéran, Ankara et Doha auront bien du mal à renflouer les caisses des diverses organisations palestiniennes rivales.

Le monde arabe, tout particulièrement la Ligue arabe, sort largement affaibli de cet accord qui le divise et le fragmente un peu plus, soulignant les postures contradictoires et l’hypocrisie de certains dirigeants incapables de tenir un discours de vérité à leurs peuples et leurs voisins. Au sein du monde arabe, nul doute que les dirigeants saoudiens ont mal vécu de s’être fait damer le pion par leur voisin émirati, alors que Riyad est depuis trente ans aux avant-postes des négociations avec Israël ; formellement, le plan de paix saoudien (normalisation générale en échange d’un accord israélo-palestinien définitif sur la base des lignes de cessez-le-feu « aménagées » de juin 1967), formulé en 2002 par le roi Abdallah, est toujours sur la table. De fait, les rois d’Arabie, Gardiens des Deux Saintes Mosquées, ont toujours considéré que ce serait à l’un d’entre eux d’endosser la normalisation avec Israël. Le fait que l’émir Mohammed Ben Zayed ait pris de court le roi Salman et le prince héritier Mohammed Ben Salman illustre les postures divergentes du père, très attaché à la cause palestinienne, par rapport à celle de son fils plus enclin à transiger avec Israël et les Etats-Unis pour faire triompher son propre agenda.

Le Koweït, piégé par son soutien historique à la cause palestinienne et désireux de ménager ses puissants voisins (Irak, Iran, Arabie saoudite), a déclaré qu’il serait le dernier Etat arabe à normaliser ses relations avec Israël. Le Qatar, englué dans sa rhétorique de soutien idéologique à l’islam politique et aux Frères musulmans, se voit un peu plus rejeté dans le camp irano-turc.

De prime abord, la normalisation israélo-émiratie devrait être une bonne nouvelle pour l’Egypte, puisqu’il renforce l’axe MBZ-Sissi destiné à contrer l’activisme de la Turquie, du Qatar et des Frères musulmans dans la région. Mais en réalité, le président égyptien vient de perdre à la fois son statut d’interlocuteur arabe jusque-là privilégié par Israël, tout en se retrouvant à gérer en première ligne les relations explosives avec le Hamas retranché dans la bande de Gaza. Il commence sans doute à comprendre que la stratégie israélienne pourrait consister à rétrocéder à l’Egypte la gestion du chaos de Gaza, en cas de partition de fait et d’annexion étendue de la Palestine.

Autres perdants, les dirigeants arabes qui souhaitaient normaliser les relations avec Israël, ne serait-ce que pour capter un flot important d’investissements, mais qui savent que leur population ne tolèrera pas une telle ouverture. C’est tout particulièrement le cas du roi du Maroc qui appelle de ses vœux une telle normalisation depuis longtemps, mais qui est conscient qu’un tel accord risquerait de mettre le feu aux poudres, au moment où la situation politique et socio-économique en son royaume, aggravée par les conséquences de la crise sanitaire, paraît extrêmement tendue et incertaine. Plus à l’Est, l’Algérie, la Tunisie et la Libye, engoncées dans leurs certitudes idéologiques et leurs postures historiques de dénonciation d’Israël et de soutien à la cause palestinienne, ont critiqué l’accord israélo-émirati. Nul doute que les chefs d’entreprise, les commerçants et les responsables des secteurs économiques porteurs sont conscients de rater une occasion de se raccrocher au train du développement économique, à la plus grande satisfaction des investisseurs chinois qui pourront accroître leur emprise dans ces pays.

L’autre grand perdant régional, c’est bien sûr l’Iran qui semble de prime abord plus isolé que jamais par cette normalisation qui survient peu de temps après la reprise du dialogue entre Téhéran et Abou Dhabi. Les réactions épidermiques de la classe politique et militaire et les menaces à peine voilées lancées aux EAU en témoignent[10]. Ce mouvement sur l’échiquier régional survient au moment-même où l’Iran fait face à un regain d’attaques israéliennes en Syrie et doit gérer les conséquences désastreuses de l’explosion du port de Beyrouth survenue le 4 août 2020, questionnant par là-même la stratégie du Hezbollah en Syrie et au Liban. Tout cela rejette un peu plus l’Iran dans le camp de la Russie et de la Chine. A fortiori au moment où Téhéran négocie depuis fin juin 2020 avec Moscou et Pékin (en les mettant en concurrence) de nouveaux partenariats stratégiques mêlant énergie, investissements, ventes d’armes et soutiens diplomatiques. Si le contexte ne s’apaise pas, Téhéran aura bien du mal à vendre à ses voisins du Golfe son projet HOPE (pour HOrmuz PEace) en les convainquant qu’un accord de stabilité régionale ne peut reposer que sur les seuls Etats riverains. En attendant, Iraniens et Emiratis savent qu’ils sont interdépendants, Dubaï restant très lié économiquement à l’Iran. Avertis de ce qu’ils risqueraient s’ils ouvraient trop grande la porte aux Israéliens, les Emiratis sont pragmatiques et ne franchiront probablement aucune des lignes rouges iraniennes, tout particulièrement au moment où ils accueillent l’exposition universelle 2020-2021 sur leur territoire.

La Turquie se retrouve plus que jamais écartelée entre ses intérêts et ses postures contradictoires dans un contexte de fortes tensions au Levant et en Méditerranée orientale, comme en témoigne la collision (volontaire ?) d’une frégate turque avec une frégate grecque le 13 août 2020. Les déclarations très dures du président Erdogan en témoignent. Celui-ci va devoir évaluer l’évolution des rapports de force et en tirer les conclusions qui s’imposent.

La Russie n’est pas ravie de cet accord dans lequel elle n’a pas été consultée, d’autant qu’il est perçu comme un succès américain qui éloigne Israël un peu plus du Kremlin ; il faut y voir la patte de Benny Gantz et de Gabi Ashkenazi qui savent que leur rival Benjamin Netanyahou entretient une relation de grande proximité avec Vladimir Poutine. Mais les dirigeants russes savent aussi que ce faisant, ils renforcent leur mainmise sur l’Iran, ce qui représente en soi une contrepartie appréciable.

 

Conséquences prévisibles

A très court terme, la normalisation entre Israël et les EAU accroît l’antagonisme entre l’Iran et ses soutiens russe et chinois d’un côté, Israël, Washington, Abou Dhabi et Riyad de l’autre, dans le contexte particulièrement délicat de la levée (ou non) de l’embargo sur les armes conventionnelles qui doit théoriquement survenir le 18 octobre 2020, mais aussi de l’élection présidentielle américaine du 3 novembre prochain.

Tout dépendra ensuite de l’issue de ces deux échéances. Si Donald Trump était réélu, qu’il soit ou non parvenu à prolonger l’embargo sur les armes et à imposer de nouvelles sanctions contre l’Iran, il y a peu de chances que cet antagonisme s’apaise. L’étape d’après serait alors l’élection présidentielle iranienne (printemps 2021) qui verra très certainement l’élection d’un candidat conservateur. Paradoxalement, celui-ci pourrait d’autant plus facilement engager une négociation discrète avec Washington qu’étant soutenu par la faction dure du régime, personne ne saurait lui reprocher de brader les intérêts de la République islamique. A l’inverse, si Donald Trump était battu et qu’émerge une nouvelle administration soucieuse de replacer les Etats-Unis au centre du jeu diplomatique, par exemple en réintégrant d’une manière ou d’une autre le JCPOA, tout porte à croire que cet antagonisme pourrait progressivement s’apaiser, a fortiori si la Russie et la Chine étaient parvenues à obtenir entre temps la levée effective de l’embargo sur les ventes d’armes à l’Iran. Car la priorité de Téhéran consiste à moderniser son arsenal conventionnel datant du Chah, désormais totalement obsolète (hormis les drones et les missiles). Cet apaisement pourrait convaincre plusieurs Etats arabes ou musulmans d’emboîter le pas des EAU en normalisant à leur tour leurs relations avec Israël, tout en reprenant le dialogue avec l’Iran. L’actuel vice-Premier ministre israélien Benny Gantz et son compère Gabi Ashkenazi, ministre des Affaires étrangères, deux anciens chefs d’état-major pragmatiques, en sont bien conscients. Ils savent qu’il ne faut pas insulter l’avenir et qu’il convient de préparer tous les scénarios. C’est la raison pour laquelle ils ont entamé un rapprochement discret avec la Turquie[11], mais aussi avec certains dirigeants européens, tout en courtisant la communauté juive américaine favorable à la mouvance démocrate. Ces deux responsables politiques savent aussi que Benjamin Netanyahou, affaibli par les affaires judiciaires et fortement contesté au sein même du Likoud, ne sera pas éternel. Sachant qu’il est imprudent de mettre comme lui tous ses œufs dans le même panier américain, ils sont conscients qu’en ayant désormais des actions aux EAU, ils se placent en situation de discuter discrètement avec les Iraniens, les Chinois et d’autres délégations arabes quand les circonstances l’imposeront.

En attendant, la normalisation israélo-émiratie accentue la faille tectonique qui divise le Moyen-Orient en deux plaques géopolitiques distinctes. Au Nord, celle qui englobe l’Iran, l’Irak, la Syrie, le Liban et le Qatar sous la houlette de la Russie et de la Chine. Au Sud, celle qui s’étend de l’Egypte aux EAU en passant par Israël, la Jordanie et l’Arabie saoudite, sous la houlette des Etats-Unis. La stabilité de cette plaque méridionale est menacée tout autant par les ambitions de l’Iran qui continue d’instrumentaliser le conflit yéménite, que par les foucades du prince héritier saoudien et les déséquilibres socio-économiques qui fragilisent les Etats arabes et nourrissent l’agenda des Frères musulmans tout comme celui de Daech. Entre ces deux plaques Nord et Sud, la Turquie du président Erdogan peine à se positionner. Les uns et les autres espèrent la faire basculer dans leur camp.

A plus long terme, cette normalisation permet à Israël et aux EAU de gagner du temps face à la nouvelle guerre froide globale qui oppose les Etats-Unis à la Chine, y compris au Moyen-Orient. Il ne s’agit plus d’un conflit idéologique comme au temps de la première guerre froide entre les Etats-Unis et l’Union soviétique, mais d’une lutte de puissance entre un hégémon confortablement installé hésitant entre ses intérêts asiatiques et moyen-orientaux, et son challenger chinois tentant d’occuper l’espace – tout particulièrement économique et politique – laissé vacant dans cette région. Pourtant, à Washington comme à Pékin, les analyses divergent. Une partie des élites américaines refuse de considérer la Chine comme un adversaire, estimant que les deux seuls véritables ennemis des Etats-Unis au Moyen-Orient restent la Russie et l’Iran. De son côté, une partie de l’establishment chinois estime qu’il est trop tôt pour défier Washington dans son pré carré, même si elle reconnaît qu’il est vital de sécuriser durablement l’approvisionnement énergétique en provenance du golfe Persique et de la mer Rouge. Cette cacophonie jette le trouble parmi les alliés traditionnels des Etats-Unis au Moyen-Orient, qui ne savent plus à quel saint se vouer, tout en encourageant un regain de tensions et de rivalités entre Russes, Turcs, Iraniens et Européens. Comme le souligne Harvey Jaskel, Israël et les monarchies du Golfe devront faire face à des choix cornéliens[12]. En normalisant leurs relations, Israël et les EAU donnent des gages aux uns et aux autres. D’une part, ils offrent un cadeau royal à Donald Trump dans l’hypothèse où celui-ci serait réélu, tout en sachant que ce même cadeau fera le jeu de Joe Biden si ce-dernier venait à être élu. D’autre part, ils favorisent la stratégie de long terme de la Chine, sans franchir les lignes rouges définies par la Maison Blanche.

 

Au bilan, l’accord de normalisation entre Israël et les EAU apparaît comme une bonne nouvelle, même si celui-ci accroît les frustrations de nombreux acteurs régionaux, contribue à renforcer les discours ultranationalistes et populistes de certains d’entre eux, au risque de faire éclater de nouveaux conflits de voisinage. Une chose paraît sûre, il ne contribuera pas à la démocratisation de la zone Afrique du Nord & Moyen-Orient car le message est clair : dans cette région, seul un pouvoir autocratique peut prendre le risque de normaliser avec Israël.

 

[1] Même si les Etats-Unis se démènent au Conseil de sécurité de l’ONU pour prolonger cet embargo via la clause de snapback qui permet aux signataires du JCPOA (Accord nucléaire iranien du 14 juillet 2015) de réinstaurer des sanctions à l’encontre de Téhéran si le Conseil de sécurité estimait que l’Iran avait violé ses obligations. Pour l’instant, les manœuvres diplomatiques de Washington semblent avoir échoué.

[2] Voir notamment Jonathan Fulton & Roie Yellinek, « Implications of the Israel-UAE Peace Deal », BESA Perspectives Paper n° 1698, August 18, 2020 ; la meilleure analyse de fond demeure celle d’Elisabeth Marteu : « Israël et les pays du Golfe : Les enjeux d’un rapprochement stratégique », Etude de l’IFRI, janvier 2018.

[3] L’Iran vient d’annoncer qu’il détenait un navire émirati impliqué dans une fusillade ayant tué deux marins iraniens ; il vient également de dévoiler un nouveau missile balistique sol-sol ainsi qu’un nouveau type de missile de croisière basé près de Bandar Abbas, face aux EAU (I24News, 20 août 2020).

[4] Israël et les EAU avaient déjà établi des représentations commerciales au milieu des années 1990, après la conclusion des accords d’Oslo.

[5] Voir Sarah Sriri et Florian Putaud, « Missions martiennes – la conquête de l’espace, un enjeu géopolitique », FMES, 4 août 2020.

[6] I24News & WAM, 18 août 2020.

[7] « Le président israélien Rivlin mène des discussions en vue d’empêcher de nouvelles élections », I24News, 20 août 2020.

[8] « Nucléaire : Israël fait part de ses inquiétudes aux Etats-Unis concernant le programme saoudien », I24News & Reuters, 19 août 2020.

[9] Interviews conduites à Tel-Aviv et Jérusalem par l’auteur en juillet 2019.

[10] Le président Rouhani a déclaré (Etemad, 15 août 2020) : « Malheureusement, les Emiratis ont commis une erreur énorme. Nous espérons qu’ils feront marche arrière. Nous les mettons en garde contre l’établissement au profit d’Israël d’un accès dans la région, auquel cas nous leur réserverons un traitement très différent ». Le général Baqeri, chef d’état-major interarmées, a surrenchéri (Sharq, 17 août 2020) : « Nous appelons les Emiratis à revoir leur décision avant qu’il ne soit trop tard. Si une atteinte est portée à la sécurité nationale de la République islamique dans le Golfe Persique, nous reconnaîtrons les EAU comme coupables et ne tolèreront pas cette culpabilité qui nous contraindra à agir ».

[11] George Tzogopoulos « Can Israel, Greece and Turkey cooperate?», BESA Perspective Paper n° 1690,  August 13, 2020.

[12] Harvey Jaskel, « Israel’s Dilemma in the New Cold War », BESA, Perspectives Paper n° 1693, August 16, 2020.

Intelligence artificielle : vers la fin des états-majors ?

Découvrez cet article d’Elodie Andriot, publié par Areion 24 le 10 avril 2020

Le recours croissant aux technologies, le foisonnement des données, la prééminence de l’approche globale et la prédilection pour les coalitions tendent à rendre plus complexes les engagements militaires. Face à ces nouveaux défis, les États-Majors (EM) des niveaux les plus élevés en opération ont évolué pour intégrer davantage de fonctions, les conduisant à une hypertrophie et à une complexification de leur fonctionnement. Cette adaptation induit de nouvelles fragilités : une empreinte et une sédentarité accrues des postes de commandement les rendant plus vulnérables – surtout face à une menace symétrique –, une surcharge informationnelle source de troubles psycho-­sociaux et de baisse de performance, une inertie, voire une paralysie d’EM « auto-­intoxiqués »…

L’Intelligence Artificielle (IA) pourrait-elle, en évitant ces écueils, être la panacée du chef militaire en opération ? Serait-elle synonyme d’extinction programmée des états-majors ? L’état actuel de la technologie ne permet pas encore la création d’une IA « forte », omnisciente, autonome et polyvalente, pouvant supplanter la totalité des capacités cognitives humaines. Il n’est donc pas sérieusement envisageable que l’IA puisse, à brève échéance, se substituer à un EM en opération. En revanche, au terme d’une maturation suffisante, elle pourrait devenir un véritable atout et même minorer les vulnérabilités précédemment citées. Pour ce faire, il convient d’analyser les champs d’action possibles de l’IA dans l’aide à la décision opérationnelle et d’en maîtriser les risques et enjeux.

Qu’est-ce que l’IA ?

Le terme « intelligence artificielle » est employé pour la première fois à la conférence de Dartmouth en 1956. Dès lors, deux courants de pensée font leur apparition : l’IA symbolique tournée vers la modélisation de la connaissance (intelligence par raisonnement et logique), et l’IA connexionniste tournée vers la modélisation du cerveau humain (intelligence par apprentissage). L’IA symbolique a connu un fort développement durant les précédentes décennies. Elle est aujourd’hui dominée par l’IA connexionniste qui connaît un véritable essor depuis une dizaine d’années. Trois facteurs fondamentaux expliquent cette récente montée en puissance : l’élaboration d’algorithmes novateurs permettant notamment l’apprentissage automatique de la machine (machine learning), l’augmentation exponentielle de la puissance de calcul des ordinateurs (en particulier de Graphics Processing Unit), et la production effrénée de données numériques. Bien qu’il n’existe pas de consensus autour de la définition de l’IA connexionniste, celle-ci peut être considérée comme « un ensemble d’algorithmes conférant à une machine des capacités d’analyse et de décision lui permettant de s’adapter intelligemment aux situations en faisant des prédictions à partir de données déjà acquises (1) ».

Si l’imaginaire collectif, nourri des films de science-­fiction, représente spontanément l’IA comme un robot autonome, il occulte sa caractéristique fondamentale : son action dans les champs immatériels. L’IA s’applique avant tout au traitement d’informations de nature parfois hétérogène, pour lequel une méthode simple ne donne pas de résultats satisfaisants. En fonction des algorithmes utilisés, elle peut elle-­même déterminer les critères de comparaison et d’analyse des données. Elle implique des choix, sans certitude, entre plusieurs possibilités. Elle permet de modéliser des problèmes complexes, de valoriser des données, de mettre en évidence des corrélations ou au contraire des signaux faibles, d’effectuer des prédictions, de proposer des solutions… À moyen terme, il paraît plus vraisemblable d’envisager l’apparition d’une myriade d’IA « faibles » interconnectées, chacune limitée à une tâche spécifique, plutôt que l’émergence d’une IA « forte » supérieure à l’homme.

L’IA dans les armées : une nécessité

Conscient de la portée stratégique de l’IA, le président russe, Vladimir Poutine, déclarait, le 1er septembre 2017 à l’occasion de la Journée du savoir, que celui qui deviendra le leader dans ce domaine sera le maître du monde. En réponse à ce pronostic et face aux géants de la discipline que sont les États-Unis et la Chine, la France souhaite « une réponse coordonnée au niveau européen (2) » tout en garantissant son indépendance nationale. À ce titre, l’État se veut exemplaire et définit quatre secteurs prioritaires, parmi lesquels la défense-­sécurité. « Dans les prochaines années, l’utilisation de l’intelligence artificielle sera une nécessité pour assurer les missions de sécurité, conserver l’ascendant face à nos adversaires potentiels, tenir notre rang par rapport aux alliés (aussi bien au sein de coalitions que dans une perspective d’export) et maintenir un niveau de qualité élevé concernant les services dispensés à l’ensemble des personnels des ministères. (3) »

Dans certaines circonstances, la numérisation des armées sature déjà la chaîne de Commandement et de Contrôle (C2) de données toujours plus nombreuses et variées. À la confluence de la contrainte et de l’impératif, l’IA accompagnerait efficacement la transformation numérique, allégeant la charge cognitive du militaire et lui permettant de se focaliser sur sa mission. Cette perspective est particulièrement prégnante pour les états-­majors en opération.

La voie vers la supériorité décisionnelle ?

Ronald Howard, écrivait déjà, en 1980, « Décider, c’est ce que l’on fait lorsque l’on ne sait pas quoi faire (4) » pour expliquer le chaos qui environne la prise de décision des chefs d’entreprise. Cette appréciation prend encore tout son sens dans un engagement armé actuel. « Avec les ressources humaines disponibles, quand aujourd’hui on parvient à traiter une quantité de données qui avoisine au mieux les 20 %, à terme ce sera probablement moins de 2 %. (5) » Dans ce déluge informationnel, conserver toute sa lucidité demeure un enjeu capital pour les états-­majors en opération. Ceux-ci n’ont guère d’alternative entre, d’une part, exigence de réactivité et d’instantanéité, et, d’autre part, impossible renoncement à la domination informationnelle et à l’approche globale, toutes deux particulièrement chronophages.

Dans plusieurs conférences introductives sur l’aide à la décision en 2004, Denis Bouyssou mettait en évidence le peu de temps que peut s’accorder un dirigeant en entreprise pour réfléchir et prendre des décisions, à savoir moins de six minutes par jour. Si ces statistiques ne sont pas intégralement transposables au monde militaire, les battle rhythm et daily cycle de nos EM en opération sont, à cet égard, révélateurs : ils sont jalonnés par de multiples réunions et comptes rendus à temps. Dans le cycle OODA (Observation, Orientation, Décision, Action), l’IA utilisée comme aide à la décision opérationnelle permettrait un parcours plus rapide de cette boucle, principalement des deux premières phases. Elle semble donc la plus indiquée pour accélérer notre cycle décisionnel, maîtriser le tempo des opérations et renforcer la performance et l’agilité du C2.

L’essence de l’IA : la simplification

La simplification du quotidien est l’enjeu majeur de l’IA. Une application de gestion de l’information serait, à ce titre, particulièrement profitable. Elle assurerait le nommage, le stockage, le partage, l’archivage des données et faciliterait ainsi l’accès à l’information. Elle éviterait l’engorgement des messageries et améliorerait la transversalité des flux d’information. Exploitant le big data, l’IA pourrait être particulièrement performante dans l’exploration de données : elle collecterait les informations éparses recherchées qu’elle agrégerait en une synthèse pertinente en un temps particulièrement court. Elle inclurait des enregistrements audio et vidéo ainsi que des images qu’elle aurait préalablement analysés. La reconnaissance vocale permettrait en outre une retranscription écrite immédiate des ordres et comptes rendus. Avec de telles perspectives, il serait totalement envisageable qu’une IA rédige automatiquement des comptes rendus à temps, soumis à validation humaine. L’augmentation de la fréquence de remontées des données tactiques par les systèmes de numérisation de l’espace de bataille garantirait une production de telles synthèses en temps réel.

L’IA pourrait être un excellent outil de veille, d’alerte et de réaction immédiate, que ce soit pour le suivi tactique des opérations, la surveillance des réseaux sociaux ou du cyberespace pour contrer immédiatement les cyberattaques. Le programme CHESS (6) de la DARPA vise, en ce sens, à instaurer une meilleure collaboration entre les experts de la cybersécurité et les programmes automatisés de sécurité informatique. Dans une démarche d’évaluation, l’IA pourrait compléter régulièrement les indicateurs mesurant la performance et l’efficacité des opérations en cours. À l’issue d’une mission, elle pourrait générer automatiquement le journal de marches et opérations ainsi que les comptes rendus de fin de mission, parfois négligés faute de temps. De cette manière, l’IA contribuerait utilement à un retour d’expérience plus étayé et objectif.

Un outil bientôt incontournable dans la conception des opérations ?

L’IA serait d’une redoutable efficacité pour analyser l’environnement des opérations, en planification comme en conduite. Nourrie de l’abondance des données provenant de sources ouvertes, elle excellerait dans l’analyse systémique qui combine de multiples domaines : militaire, économique, logistique, politique, idéologique, social… Elle concourrait efficacement au ciblage large spectre, létal ou non. L’IA déterminerait, par exemple, les relais d’opinion à partir de la fréquentation de certains sites ainsi que les messages transmis et leur audience. Plus encore, elle pourrait elle-­même pratiquer de l’influence dans le cyberespace.

Dans le domaine du renseignement, les données issues de différentes sources pourraient être recoupées automatiquement et instantanément, améliorant la connaissance de l’adversaire et le suivi en temps réel de son évolution. La reconnaissance vocale et la traduction instantanée y apporteraient une réelle plus-­value, tout en s’affranchissant de certains interprètes locaux. Afin de mieux cerner la menace hybride, la DARPA a lancé le programme COMPASS (7), pilier du Multi-Domain Battle. Ce programme incorpore de l’IA et vise à réduire l’incertitude sur l’ennemi, en discernant ses intentions, ses objectifs, ses rouages, en anticipant ses actions et en recommandant les réponses les plus appropriées.

La reconnaissance d’images et l’analyse comportementale, toutes deux appliquées à des infrastructures, à des équipements ou à des groupes humains, permettraient de détecter des activités particulières qu’un opérateur pourrait ne pas avoir décelées par manque de concentration ou par manque de temps pour visionner toute une succession d’images ou de vidéos. En 2017, l’université du Missouri a mené une expérience sur l’analyse d’images satellitaires afin d’identifier des sites de lancement de missiles sol-air en Chine. Des algorithmes d’IA ont été entraînés avec une banque de 893 000 images puis ont été testés dans des conditions réelles. Ils ont atteint une fiabilité de 90 % en 42 minutes, alors qu’il a fallu 60 heures à un groupe d’analystes pour le même résultat. La start-up française EarthCube développe également des logiciels basés sur de l’IA afin d’identifier automatiquement des sites ou des matériels stratégiques et de remonter des alertes en cas de suspicion. Quant à la reconnaissance faciale, et plus généralement la reconnaissance de données biométriques, elle permettrait l’identification immédiate et indubitable d’individus, en particulier dans des lieux fréquentés, à l’instar du système chinois Skynet.

Outre son action sur l’adversaire, l’IA pourrait déterminer les itinéraires les plus appropriés, en intégrant la praticabilité des axes ou la géologie du terrain, les conditions météorologiques, les capacités des véhicules, la présence probable d’engins explosifs improvisés, la situation tactique… En exploitant les données de maintenance recueillies sur les équipements, par exemple grâce à la vétronique des véhicules du programme SCORPION, l’IA anticiperait les dysfonctionnements, la commande de pièces de rechange et les opérations de réparation. La maintenance préventive du matériel garantirait une meilleure disponibilité de celui-ci et une atténuation des aléas des pannes en mission.

L’IA est déjà utilisée en simulation constructive à des fins de préparation opérationnelle des états-­majors. Dans l’armée de Terre, le système SOULT (8), logiciel SWORD du groupe Masa, peut simuler un affrontement terrestre et son impact sur des unités qui suivent fidèlement les principes de leur doctrine. Son usage pourrait être étendu à la conception de la mission réelle en cours. L’IA participerait ainsi à la validation des modes d’action, comme le propose Nexter avec sa caisse à sable digitale FINDMP. À terme, l’opérateur n’aurait plus à renseigner lui-même la doctrine adverse, l’IA la déduirait des données qu’elle a collectées. Elle pourrait même proposer des modes d’action aussi bien ennemis qu’amis. Par ailleurs, la simulation plus précise des effets des feux indirects rendrait plus réaliste le battle dammage assessment et l’appréhension des potentiels dommages collatéraux.

L’exigence primordiale de l’emploi de l’IA dans les armées réside dans une interface homme/machine éminemment convaincante au risque de désabuser les enthousiastes et de conforter les sceptiques. Une attention toute particulière doit être accordée à l’ergonomie et à l’intuitivité des applications, à la visualisation des réponses apportées par l’IA, à son interopérabilité avec les systèmes existants français et alliés ainsi qu’avec d’autres IA, aux technologies conversationnelles (traitement du langage, reconnaissance vocale) et à sa fiabilité technique. Pour être probante, l’IA doit être facilitateur pour l’utilisateur et non pas plus contraignante et chronophage, quelles que soient ses prouesses.

Pour que l’IA soit performante, certaines contraintes techniques doivent être prises en compte et d’autres levées. En effet, l’IA ne peut fonctionner que si elle dispose de suffisamment d’informations. Il s’agit donc de relever le défi du décloisonnement des données. Celui-ci remet en question le concept de droit d’en connaître, suppose des passerelles entre réseaux et systèmes fermés ainsi que des déclassifications massives, le tout en restant dans un cadre juridique de protection des données. En outre, la protection et la résilience des IA suggèrent la délocalisation en métropole de leurs serveurs de calcul et de stockage des données, ce qui soulève les questions de la sécurité et de l’accessibilité des flux d’informations ainsi que de la rapidité de transmission.

En outre, l’IA doit disposer de données abondantes et avérées à la fois pour son apprentissage et pour son fonctionnement nominal. D’une manière générale se pose le problème de la fiabilisation des données. Comment s’assurer que les données sont exactes et comment relativiser certaines sources ? Ces interrogations méritent des réponses adaptées sous peine de résultats faussés par des données erronées. De même, si les bases de données des exercices de préparation opérationnelle sont intégrées pour augmenter les bases d’apprentissage, ceux-ci doivent faire preuve d’un réalisme exemplaire afin de reproduire les conditions les plus proches possible de celles d’un engagement, et ce, dans toutes les fonctions opérationnelles. Un soin particulier doit donc être apporté pour ne pas inclure de biais au sein des données, car cela conduirait l’IA à les reproduire.

Par ailleurs, la crédibilité des résultats d’une IA réside dans la transparence de sa méthode pour y parvenir. Or les résultats, aussi spectaculaires soient-ils, sont aujourd’hui encore difficilement explicables. L’effet « boîte noire » crée de l’opacité autour de l’IA et provoque un réflexe de défiance face à des résultats énigmatiques. L’intelligibilité immédiate du « raisonnement » de l’IA est une absolue nécessité pour répondre aux enjeux éthiques, moraux, sociétaux et juridiques. Au-delà de l’instantanéité de l’opération, il est également impératif d’assurer l’auditabilité a posteriori de l’IA. Au contraire des débats actuels sur les voitures autonomes, la réflexion sur la responsabilité des prises de décision doit être pleinement aboutie avant la mise en service d’IA en opération.

Pour satisfaire toutes ces exigences, une allocation importante de ressources humaines, matérielles et financières est essentielle. En outre, l’obsolescence rapide d’algorithmes élaborés nécessite une perpétuelle évolution pour rester compétitif et performant. Une démarche d’expérimentations et d’évaluations, réalisées dans des conditions réalistes et encadrées par des experts compétents à la fois sur la technologie et sur la compréhension des spécificités militaires, est indispensable.

Des effets revers à appréhender

Temporairement, la mise en œuvre d’IA en EM opérationnel produira de la complexité, une charge de travail supplémentaire, une multiplication de la main-­d’œuvre et donc un accroissement de la taille du poste de commandement considéré. En somme, l’IA créera provisoirement l’opposé des résultats escomptés. Ce désagrément, inévitable, car il est inhérent au développement d’une technologie de rupture, pourrait cependant être minoré. Les efforts consentis dans la réflexion doctrinaire et dans les ressources allouées au bon fonctionnement de l’IA réduiraient à son strict minimum cette période transitoire.

Par nature, l’homme est influencé par ses sentiments, son expérience, sa tolérance au risque, ainsi que par sa fatigue et son stress qui peuvent perturber sa décision. En revanche, l’IA est considérée comme neutre et objective. En réalité, son apprentissage est biaisé par les données qui lui sont présentées. Il serait tout à fait imaginable qu’une IA destinée à la production de modes d’action amis en valorise certains par rapport à d’autres et se cantonne à une conformité représentative des données fournies. À l’inverse, une solution originale ou inhabituelle pour un EM pourrait dérouter et susciter du doute et des interrogations chronophages.

Par ailleurs, l’adversaire pourrait tout à fait concevoir des contre-­mesures face à une IA, à l’instar des « attaques contradictoires » (adversarial attack) développées actuellement par des IA pour induire en erreur une autre IA dont les algorithmes sont connus. Les images créant une sorte d’illusion d’optique pour l’IA ou les bruits de fond inaudibles pour l’homme et déformant la perception de l’IA en sont de bonnes illustrations. Il serait également envisageable que l’adversaire intoxique une IA « online » (qui apprend en permanence) avec des informations erronées, mettant à rude épreuve les mécanismes de fiabilisation des données. En 2016, d’après son communiqué officiel, Microsoft a fait la douloureuse expérience d’une attaque ciblée sur son chatbot Tay dès les premières heures de sa mise en ligne sur les réseaux sociaux. Tay en est venu à tenir des propos extrêmement racistes, antisémites, vulgaires… Les algorithmes d’IA doivent donc être en constante évolution afin de se prémunir contre ces menaces.

À l’opposé, une opération pourrait être menée dans une région reculée pour laquelle les armées disposent de peu de données numériques ou dans laquelle la population n’a pas accès à l’électricité ou à Internet. Dans de tels cas, l’emploi de l’IA serait fortement limité. Cela impose que les savoir-­faire humains soient intégralement conservés, au minimum tant que le fossé numérique entre les pays n’est pas comblé. La nécessité de résilience des EM face à des défaillances technologiques repousserait même cette échéance.

L’intelligence artificielle semble s’imposer comme un véritable enjeu de souveraineté et une évolution inéluctable de la technologie, qui n’épargnera pas les états-­majors en opération. Le prestigieux cabinet de conseil en stratégie McKinsey estime que 60 % des emplois actuels comprennent 30 % d’activités automatisables à une échéance de 20 à 40 ans. Sans tomber dans l’effet de mode, le fatalisme ou la résistance au changement, il convient d’agir résolument pour préparer la complémentarité entre l’homme et l’IA de demain. Dans cette perspective, un mandat sur le Commandement et le Contrôle des opérations Interarmées (C2IA) a été confié par le sous-­chef opérations de l’état-­major des armées, en adéquation avec les orientations de l’Officier Général Transformation Digitale des Armées (OGTDA), au Commandement Pour les Opérations Interarmées (CPOIA) et un C2 Lab a été lancé auprès des acteurs de l’innovation.

Dans certaines circonstances, il pourrait être envisageable que des EM opérationnels, restreints à leurs fonctions essentielles, soient déployés et s’appuient, pour les autres fonctions, sur des IA pleinement matures. L’IA crée des opportunités, mais aussi de nouveaux risques et de nouvelles menaces. Inexorablement, l’adversaire conduira lui aussi sa transformation numérique.

 

(1) CEA, « L’essentiel sur… L’intelligence artificielle », publié le 21 novembre 2017, (http://​www​.cea​.fr/).

(2) Cédric Villani, « Donner un sens à l’intelligence artificielle : pour une stratégie nationale et européenne », rapport, mars 2018, p. 11.

(3) Ibid., p. 219.

(4) Ronald A. Howard, « An Assessment of Decision Analysis », Operations research, vol. 28, no 1, 1980.

(5) Cédric Villani, op. cit., p. 220.

(6) Computers and Humans Exploring Software Security.

(7) Collection and Monitoring via Planning for Active Situational Scenarios.

(8) Simulation pour les Opérations des Unités interarmes et de la Logistique Terrestre.

Vers une politique turque de délimitation maritime encore plus agressive en Méditerranée ? – par Arnaud Peyronnet

Après avoir signé en novembre 2019 un accord de délimitation maritime avec le Gouvernement d’Accord National (GNA) libyen, la Turquie a décidé de lancer rapidement un programme exploratoire de forage dans sa ZEE nouvellement délimitée, ignorant au passage les prétentions grecques et égyptiennes sur ces mêmes zones. Depuis, Ankara a multiplié les « signes d’ouverture » tant vers Israël que l’Autorité Palestinienne pour tenter de négocier le même type d’accords, ce qui aurait pour avantage, vu de Turquie, de fissurer l’entente des pays producteurs de gaz offshore de la région, de mettre en difficulté les droits chypriotes sur sa ZEE et surtout d’assurer une domination turque sur de gigantesques espaces maritimes méditerranéens.

La stratégie géopolitique turque vise en effet à faire de son territoire un véritable hub énergétique régional, ce qui lui impose de maîtriser certains sites de production (Libye et Méditerranée centrale) et de priver les autres puissances (Egypte, Chypre et Israël) d’itinéraires de transit alternatifs aux siens. La Méditerranée orientale représente ainsi un triple rôle pour la Turquie : elle lui permet de se positionner comme un territoire « clef », d’être le précurseur d’un « nouvel ordre régional » pro-turc, et d’assurer sa sécurité énergétique par le développement d’infrastructures régionales sous son contrôle. De fait, loin de se limiter à ses seules prétentions maritimes au large de la Grèce et de Chypre, la Turquie se projette résolument vers la Libye voire même vers Israël afin d’asseoir sa propre perception de son rôle maritime régional.

Quels sont donc les arguments turcs en la matière et quelle est la méthode envisagée ? Quelles sont les réactions des autres puissances de la région face à l’attitude « décomplexée » de la Turquie ?

 

Une politique turque « agressive » en termes de revendications maritimes

En novembre 2019, la Turquie a signé avec le Gouvernement d’Accord National (GNA) libyen un accord de délimitation maritime ignorant les prétentions grecques (notamment liées à l’île de Crète) et égyptiennes sur de vastes portions maritimes. Ces deux pays ont d’ailleurs dénoncé cet accord, le déclarant « illégal ». Cet accord, dérogatoire aux règles habituelles, semble toutefois cohérent avec la position turque qui n’a pas ratifié la convention de Montego Bay de 1982 pour justement ne pas se voir imposer une limitation internationale de sa ZEE en raison de la proximité naturelle des territoires turc, grec et chypriote… De fait, cet « unilatéralisme turc » était depuis longtemps en gestation et ne s’est réveillé que face aux immenses découvertes de gaz offshore en Méditerranée orientale. En effet, la Turquie étant fortement dépendante de ses importations en hydrocarbures, l’occasion de s’approprier de vastes étendues marines potentiellement riches devenait forcément tentante.

Cet « opportunisme géopolitique » turc a été également motivé par la conclusion de plusieurs accords de délimitation bilatéraux (Chypre et Egypte en 2003, Chypre et Liban en 2007, Chypre et Israël en 2010) dont la Turquie a été exclue[1]. Enfin, la coopération naissante dans le domaine énergétique offshore entre Israël, l’Egypte la Grèce et Chypre (Forum du gaz de la Méditerranée Orientale) est perçue à Ankara comme une volonté régionale d’isoler la Turquie de sa sphère d’influence « naturelle (selon la doctrine turque de la « Patrie Bleue »). La conclusion d’un accord avec le GNA est donc une sorte de « revanche » et ce alors que le seul accord de délimitation conclu jusqu’alors par la Turquie était avec la République de Chypre Nord, évidemment pro-turque, en 2011. En effet, un tel accord avec le GNA permettrait à terme à la Turquie de « couper » le futur gazoduc EASTMED entre l’Europe et la Méditerranée orientale, le passage pouvant dès lors soumis à son veto. Cet accord avec le gouvernement libyen apparaît donc comme un moyen pour la Turquie de se désenclaver et de créer une ZEE d’importance entre la mer Égée d’un côté et de l’autre côté, les délimitations de zones exclusives de Chypre, du Liban, de l’Égypte et d’Israël. De plus, et pour donner plus de réalité à cet accord, la Turquie a annoncé en mai 2020 un programme de forage dans sa nouvelle ZEE autoproclamée, en particulier à proximité des îles grecques de Rhodes et de Crète pour lesquelles Ankara dénie toute continuité au niveau du plateau continental[2]

Le signal turc se voulait alors assez clair : la Turquie ne pouvait être ignorée en Méditerranée orientale, l’UE ne pouvait avoir accès à des eaux que la Turquie considérait comme siennes, Israël et l’Egypte ne pouvaient prendre l’ascendant sur la Turquie tant que celle-ci resterait un importateur et un pays de transit d’hydrocarbures étrangers…

 

De nouveaux champs de “négociations” ?

La Turquie pourrait dès lors être tentée de poursuivre cette stratégie de délimitation maritime au travers d’autres accords bilatéraux, cette fois-ci avec Israël et les Territoires Palestiniens, ce qui fragmenterait alors encore plus le bloc EASTMED et isolerait davantage tant Chypre que la Grèce.

L’envoyé palestinien à Ankara a ainsi déclaré dans un quotidien turc que l’Autorité Palestinienne pourrait signer avec la Turquie un accord de délimitation de la ZEE palestinienne au large de Gaza[3], profitant ainsi de l’incertitude créée par l’absence d’accord officiel sur le sujet entre l’Egypte et Israël. Le Ministère des Affaires Etrangères palestinien a toutefois démenti ces informations, disant qu’aucune négociation n’était en cours et que les propos de son envoyé à Ankara avaient été « sortis de leur contexte ». De plus, à l’heure actuelle, aucun accord ne pourrait concrètement se faire sans l’aval des autorités israéliennes qui contrôlent de facto les espaces maritimes au large de Gaza. Ce « ballon d’essai » turc quant à la ZEE palestinienne reste toutefois intéressant. Il réactualise la problématique des revendications maritimes palestiniennes (une ZEE de 200 milles nautiques à partir des côtes de Gaza, conformément à la convention de Montego Bay), met forcément en difficulté les revendications négociées d’Israël, de Chypre ou de l’Egypte sur cette même zone, tout en mettant en exergue la volonté turque d’extension de sa propre ZEE au sud de Chypre…

L’amiral turc à l’origine de la doctrine Mavi Vatan et qui a supervisé l’accord turco-libyen de novembre 2019 a également envisagé que le même type d’accord pouvait être signé avec Israël. Pour la Turquie, un tel accord ne serait en effet pas impossible vu que les deux pays n’ont pas ratifié la convention de Montego Bay et que la Turquie propose, via l’utilisation de son réseau, une solution alternative et moins onéreuse que le projet EASTMED[4] pour l’exportation du gaz israélien. De plus, et même si la problématique palestinienne reste un profond irritant dans la relation des deux pays, Ankara tente de jouer la carte iranienne présentée en Israël comme l’adversaire régional commun, pour inciter à un rapprochement géopolitique, comme dans le passé. La Turquie semble ainsi avoir mené en ce sens des opérations offensives de communication, plusieurs utilisateurs de réseaux sociaux en Turquie ayant relayé au printemps une information non vérifiée selon laquelle Israël aurait proposé de signer un accord de délimitation en Méditerranéenne avec la Turquie, similaire à celui convenu avec la Libye l’année dernière… De nombreux observateurs turcs ont également fait remarquer qu’Israël était absent d’une déclaration signée par ses alliés régionaux condamnant la Turquie pour ses « activités illégales » de forage gazier et son « expansionnisme » en Méditerranée orientale…..de nombreux autres démontrant également toute la richesse des relations économiques[5] des deux pays (à défaut de relations politiques apaisées, essentiellement en raison de la question palestinienne). Ces rumeurs ont dans tous les cas été fortement démenties par des représentants des affaires étrangères israéliens et ce alors que des tensions étaient apparues à l’automne 2019 entre navires turcs et israéliens dans la ZEE chypriote[6]. De fait, il semble clair que la Turquie cherche à faire évoluer la position israélienne au sujet de la ZEE chypriote, mais sans succès à ce stade.

 

Réactions pour le moment fermes des pays du bassin est-méditerranéen

Pour l’Egypte, l’accord de délimitation maritime turco-libyen est d’abord illégal du point de vue de la Convention de Montego Bay. Il est également vu comme une intervention inacceptable de la Turquie dans les affaires internes « arabes », point de vue soutenu tant par l’Arabie Saoudite que les Emirats Arabes Unis ou Bahreïn. Cet accord est également aussi perçu comme une menace existentielle pour le projet EASTMED et le partenariat greco-chyprio-égyptien. L’Egypte a donc tout naturellement l’ambition de s’opposer aux prétentions turques, éventuellement via la conclusion d’un accord de délimitation maritime bilatéral…mais avec la Grèce.

Pour l’Etat hébreu, la Méditerranée orientale, véritable « profondeur stratégique » du pays, se doit d’être stable et exempt de tensions internationales. C’est d’ailleurs dans cet esprit que se place l’approfondissement des relations stratégiques avec la Grèce et Chypre, centrées sur la thématique du gaz offshore, formidable vecteur de stabilité économique et politique de la région. Dans ce contexte, les autorités israéliennes ont toujours soutenu les positions chypriotes, notamment dans l’affaire des prospections turques dans sa ZEE, ou les positions grecques dans l’affaire de l’accord de délimitation turco-libyen. Enfin, l’accord tripartite sur le gazoduc EASTMED signé en janvier 2020 par les trois gouvernements a été ratifié en juillet par Israël, preuve une nouvelle fois de la constance de la stratégie de Jérusalem sur ce sujet. Les relations égypto-israéliennes sur ces sujets restent également tout à fait cordiales et dynamiques, malgré l’absence d’accord « officiel » sur une délimitation maritime entre les deux pays. L’Egypte a ainsi commencé à importer du gaz offshore israélien en janvier 2020 dans le cadre d’un accord sur 15 ans (plus de 85 milliards de m3 de gaz).

 

La Turquie continue résolument son offensive diplomatique pour obtenir des accords de délimitation maritime conformes à ses intérêts avec certains de ses voisins. L’objectif pour Ankara est de dominer les espaces maritimes est-méditerranéens et de faire de la Turquie le seul hub énergétique régional. Cette ambition passe à la fois par la captation de ressources énergétiques (croissant pétrolier libyen et extension de la ZEE) tout en déniant à certaines autres puissances (Grèce et Egypte notamment) la possibilité d’établir des voies alternatives. La fragmentation puis l’isolement individuel des pays participant à l’EMGF (Eastern Mediterranean Gas Forum) est ainsi particulièrement recherché par Ankara. Toutefois, et depuis le « coup de poker » libyen (accord de délimitation signé avec le GAN en 2019), les pays de la région restent très vigilants vis-à-vis des intentions turques et ont jusqu’à présent maintenu leur cohésion. Il semble donc assez probable que la Turquie ait finalement déjà atteint son «extension maximale » en Méditerranée sauf à vouloir déclencher une crise majeure tant avec l’Egypte qu’Israël, ce qui ne serait dans l’intérêt d’aucun des acteurs.

 

[1] Ankara continue de marquer son désaccord vis-à-vis de ces accords bilatéraux conclus par Chypre en envoyant ses propres navires de forage dans la ZEE chypriote…

[2] Fin juillet, 18 bâtiments turcs ont d’ailleurs appareillé pour escorter un navire de prospection offshore qui avait l’intention d’opérer au large de l’île grecque de Kastellorizo, mettant en alerte l’ensemble de la marine grecque...

[3] Un champ de gaz offshore a été découvert en 1999 à 15 nautiques au large des côtes de Gaza, mais les prospections restent à ce stade gelées par Israël.

[4] 7 à 9 milliards de dollars pour 1900 km de gazoduc reliant la Méditerranée orientale à Chypre puis la Grèce et l’Italie.

[5] La Turquie est la première destination des touristes israéliens. Les échanges commerciaux se sont en outre intensifiés ces des dernières années.

[6] La marine turque avait contraint un navire océanographique israélien à se dérouter alors qu’il menait une campagne de recherches dans la ZEE chypriote avec l’accord des autorités locales.

Vers une nouvelle ère glaciaire ? Le durcissement de la compétition militaire dans l’espace maritime

Retrouvez l’article de François-Olivier Corman, Capitaine de corvette, auditeur de la 27e promotion de l’École de Guerre, qui a été publié dans la Revue de Défense Nationale n° 830 en Mai 2020.

 

Le temps change. L’anticyclone des dividendes de la paix s’éloigne et l’horizon se charge progressivement de nuages sombres : le délitement accéléré de l’ordre international, l’affirmation de souverainetés désinhibées et l’obscurcissement des espaces informationnels sont l’écume d’un accroissement des rapports de force qui se cristallise notamment dans les espaces libres, où les frontières sont difficiles à surveiller et la réglementation difficile à appliquer – quand elle existe.

Sur l’échiquier des mers du monde apparaissent des stratégies de « pat » (1) qui frisent le point de rupture en nous privant de réponse légale. Des puissances conquérantes se risquent aux jeux de l’hybridité, du fait accompli ou de l’ambiguïté en pariant qu’aucun acteur n’osera risquer un conflit des grandes puissances sur de petits enjeux. En parallèle, les espaces maritimes se militarisent massivement, accroissant directement les risques d’escalade. Dans ce contexte, l’éventualité du combat naval redevient plausible (2).

Dès lors, comment faire face au raidissement des postures navales et au durcissement de la compétition en mer ? Comme l’équipage d’un navire qui s’apprête à appareiller procède à une « ronde d’arrimage », il convient de prendre conscience du retour possible de la conflictualité ouverte dans les espaces maritimes avant d’imaginer les perspectives qui nous permettront, demain, de gagner en mer.

 

Anticiper le retour du combat naval

Soyons lucides : les racines du durcissement de la compétition navale comme ses solutions sont avant tout politiques et stratégiques. Notre seul but est ici de nous concentrer sur la partie émergée de l’iceberg, c’est-à-dire ses manifestations tactiques et technologiques.

Dans le domaine technologique, si la France et ses alliés ont longtemps bénéficié d’un avantage qualitatif, voire quantitatif, sur leurs adversaires, la réduction de cette marge de supériorité impose de nous remettre en question pour éviter le déclassement.

Le retour des porte-avions, l’expansion qualitative des flottes sous-marines, l’irruption des missiles hypervéloces, la diversification des autodirecteurs et l’essor des capacités de guerre électronique, cyber, spatiales et d’intervention à grande profondeur rehaussent l’éventail des menaces et élargissent considérablement le champ des conflits possibles entre les puissances étatiques. Rappelons par exemple que plusieurs pays d’Afrique ou d’Asie disposent déjà de sous-marins équipés de missiles de croisière (3). Et les exemples vieillissants de la guerre navale du Kippour en 1973 ou des Malouines en 1982 ont été ravivés par des affrontements interétatiques plus récents, comme la bataille des côtes d’Abkhazie en 2008 (4) ou le torpillage de la corvette sud-coréenne Cheonan en 2010.

En parallèle, la menace « désétatisée » ou « subétatique » connaît un développement sans précédent marqué par l’emploi d’armes nivelantes, telles que les mines ou les drones, et de capacités égalisatrices comme les missiles antinavires (5). Il suffit de se rappeler l’attentat contre l’USS Cole dans le port d’Aden en 2000, le tir d’un missile contre la corvette israélienne Hanit en 2006, la destruction d’un patrouilleur égyptien par un missile antichar au large du Sinaï en 2015 ou l’attaque de la frégate saoudienne Al Madinah par une vedette rapide télécommandée au large du Yémen en 2017 pour constater que le fossé de l’asymétrie se comble tandis que le nombre d’acteurs capables de nous porter des coups sévères ou de délégitimer notre action s’accroît.

Désormais, une marine peut être confrontée à la combinaison simultanée et saturante d’une menace conventionnelle à la pointe de la technologie sur le haut du spectre et d’une menace floue, innovante ou surprenante sur le bas du spectre, dans un contexte de stratégies d’influence et de désinformation renforcées par des tactiques de déni d’emploi de certaines de nos capacités : brouillage électromagnétique, attaque d’un satellite de communications, perte du GPS, etc. Dans ce contexte, les repères se brouillent, l’apparition de moyens inédits nous déstabilise et les statues de la stratégie navale vacillent sur leur piédestal. Mais si les moyens, les tactiques et les motivations, que Castex rassemblait sous le vocable de « procédés », peuvent s’avérer inédits, les principes fondamentaux des confrontations navales demeurent d’une étonnante actualité (6).

L’arraisonnement de trois navires de guerre ukrainiens qui tentaient de franchir le détroit de Kertch par les garde-côtes russes en novembre 2018 évoque celui du navire de renseignement USS Pueblo par des vedettes du régime de Pyongyang en 1968 alors qu’il patrouillait à proximité des eaux territoriales coréennes. De tels événements nous rappellent que la force peut l’emporter sur le droit et qu’un outil naval doit être suffisamment complet et crédible pour être dissuasif.

Le jeu du chat et de la souris autour de la frontière des 12 nautiques en mer de Chine méridionale rappelle les événements du golfe de Syrte en 1986, lorsque l’US Navy pénétrait la line of death revendiquée par la Libye du général Kadhafi. Ces exemples nous remémorent le fait que le droit international a toujours été fragile dans les espaces ouverts et qu’il doit être réaffirmé en permanence par une présence forte.

Les affrontements de flottilles de pêcheurs en mer de Chine (7) renvoient aux souvenirs de la guerre de la Morue entre la Grande-Bretagne et l’Islande ou de la guerre de la Langouste entre la France et le Brésil dans les années 1960-1970. Les ressources maritimes sont toujours une source de convoitise que les puissances souveraines doivent inlassablement protéger.

La résurgence de milices maritimes, de proxies ou de sociétés militaires privées rappelle le temps des corsaires malouins, de la compagnie des Indes ou des « gueux de mer » du Prince d’Orange (8). Ces acteurs tirent parti de l’ambiguïté de leur statut, des possibilités offertes par la révolution de l’information et des contradictions résultant de la mondialisation des économies et des sociétés pour agir de façon larvée sous le seuil d’attribution à une puissance étatique. Ils démontrent que la maîtrise de la mer, bien que relative, demeure nécessaire à l’exercice de la puissance et que l’étude de Corbett reste tout aussi indispensable que celle de Mahan (9).

Même la lutte pour les câbles sous-marins, que certains analystes semblent découvrir, n’est pas si nouvelle : en 1914, dès la déclaration de guerre, les cinq câbles allemands passant en Manche furent immédiatement coupés par les Anglais (10). Cet événement nous rappelle que la protection des lignes de communications, qu’elles soient commerciales ou numériques, requiert un effort de longue haleine qui s’appuie sur des moyens navals importants.

Si les principes fondamentaux de la guerre sur mer n’ont pas radicalement changé, il est toutefois possible que nos esprits occidentaux aveuglés par le mythe de la « paix perpétuelle » et convertis au rythme de l’instantanéité, peinent à comprendre que le combat naval de demain n’est qu’un retour au tragique de l’Histoire et à l’impitoyable dialectique de l’affrontement des volontés.

Mais ce reflux ne veut pas dire que nous ne serons pas surpris : en effet, notre deuxième aveuglement serait de croire que notre avance technologique et notre maîtrise de la guerre « infocentrée » nous mettront dorénavant à l’abri du brouillard de la guerre (11) tout en centralisant la prise de décision loin du fracas des armes. Ces concepts sont certes séduisants sur une diapositive PowerPoint, mais ils ne doivent pas nous faire oublier que la friction, la stupeur et le chaos sont des constantes immuables du combat.

Au fond, la guerre navale est déjà en train de resurgir, mais d’une manière sporadique, latente et diffuse qui en a pour l’instant atténué le retentissement et donc la prise de conscience. Cela étant, la prochaine perturbation ne sera pas forcément le gros temps que nous attendons, mais une menace plus insidieuse, car moins facilement prévisible et potentiellement plus létale. Un iceberg peut être plus fatal qu’une tempête.

Nous devons donc nous préparer à des engagements plus durs, car la guerre navale qui vient sera inévitablement aussi surprenante, rapide et destructrice qu’elle a pu l’être par le passé.

 

(Ré)apprendre à naviguer dans les glaces ?

Manoeuvrer dans un contexte de refroidissement des relations internationales et de durcissement du contexte naval peut à certains égards s’assimiler à la navigation dans les glaces, un savoir-faire complexe que la Marine nationale redécouvre depuis quelques années (12).

Un navire se prépare à la navigation polaire en vérifiant la solidité de sa coque, la fiabilité de sa propulsion et la résistance de ses équipements aux températures basses. De même, pour la Marine, il s’agit d’éveiller une créativité patinée de réalisme pour développer des systèmes d’armes qui soient aussi performants que robustes, ce dernier critère ayant eu parfois tendance à être oublié car moins attrayant, moins visible et souvent exigeant. Nous devons aussi rééquilibrer notre effort, hier porté en priorité sur les capacités défensives, afin de consolider les aptitudes offensives de nos unités (13), ce qui implique notamment de disposer de stocks de munitions suffisants (14) et d’équipages suffisamment nombreux (15). Nos unités doivent aussi disposer de la place disponible, de la puissance électrique, des capacités de stockage de données numériques et des débits de communication leur permettant de s’adapter aux évolutions rapides des engagements. Au-delà, c’est la question du format de notre Marine qui finira par se poser tôt ou tard.

La navigation polaire nécessite de rassembler les données cartographiques, océanographiques et météorologiques afin de connaître l’emplacement des zones libres de glaces ou de celles où la calotte polaire est praticable. Chaque unité de la Marine est une terminaison nerveuse de la fonction connaissance-anticipation en agissant dans la durée et souvent très en amont des crises. Nous devons donc continuer à muscler notre capacité de renseignement naval dans une logique interalliée, interarmées et interministérielle, en tirant parti des nouvelles technologies (16), car c’est dans le vivier des données que nous puiserons les clefs de compréhension des futures crises comme les modes d’action permettant d’y répondre.

Il faut ensuite tracer une route qui contourne la banquise pour privilégier les zones de faible épaisseur tout en conservant en mémoire que la situation des glaces évolue en permanence. Il s’agit de nous adapter à la tectonique des ambitions et des intérêts pour contourner les pôles de puissance et concentrer nos efforts sur des objectifs bien choisis où pourront s’appliquer les principes d’incertitude et de fulgurance chers à l’amiral Labouérie. Une telle approche requiert des moyens aptes à manoeuvrer dans tous les espaces sans exception, notamment le cyberespace, mais aussi les grands fonds marins (17) ou les zones polaires.

Avant d’aborder les glaces, il est préférable de disposer d’un brise-glace de forte puissance opérant à proximité. Toute unité de la Marine nationale qui intervient à une extrémité du monde est reliée de manière invisible au sous-marin nucléaire lanceur d’engins qui participe du fond des mers à la protection des intérêts vitaux de la France, comme elle est aussi reliée au diplomate représentant de la France au Conseil de sécurité de l’ONU, car la précision de l’effet tactique recherché dépend aussi de la légitimité de la stratégie dont il est l’expression finale.

Pour pénétrer dans les glaces, le mode de navigation idéal reste la navigation en convoi. Cette image traduit l’inlassable exigence de l’interopérabilité et l’inéluctable nécessité de faire émerger une culture stratégique commune entre alliés qui soit moins forgée par l’encre des traités que par les semaines passées bord à bord en mer, comme le groupe aéronaval français en donne un exemple stimulant à chacun de ses déploiements (18).

Avant de rejoindre les zones polaires, il est aussi nécessaire d’être prêt à l’isolement et à la coupure des moyens de communication (19) ou de positionnement (20) traditionnels. Nous devons réapprendre à combattre « dans le noir » (21), c’est-à-dire dans un environnement électromagnétique profondément dégradé, lorsque les informations sont rares, les conditions incertaines et l’ennemi bien plus habile que nous ne le souhaiterions. Cette contrainte résonne comme un appel à l’initiative et à l’autonomie décisionnelle, mais aussi à la résilience technique et aux modes de fonctionnement dégradés.

À l’entrée dans les glaces, il convient de trouver la bonne allure : une erre suffisante pour briser la glace, sans toutefois endommager la coque, le principe étant de conserver en permanence sa capacité de manoeuvre. Il nous faut disposer d’un large éventail de moyens d’action qui soient à la fois suffisamment complets pour pouvoir agir dans tous les domaines et réagir à tous les risques, et suffisamment variés pour en graduer les effets et couvrir tous les espaces de confrontation. À cet égard, le groupe aéronaval formé autour du porte-avions est probablement l’un des meilleurs exemples de capacité « différenciante » capable de porter la voix de la France et de « goûter la glace » (22) lorsque c’est nécessaire.

Si le bâtiment se retrouve pris dans les glaces, il ne faut jamais stopper pour éviter l’accumulation de glace autour de l’hélice ou du safran qui pourrait endommager sérieusement le navire, mais au contraire continuer à évoluer judicieusement pour éviter que la glace ne se fige, tout en recherchant des failles ou des zones plus fragiles. Cette image nous rappelle que l’initiative, l’audace et la ténacité resteront de puissants vecteurs de succès à l’ère de la prévention et de la maîtrise des risques. L’amiral Castex conseillait de « tendre constamment vers l’offensive, de toutes ses forces, en utilisant à fond tous ses moyens, et en travaillant sans relâche à acquérir ceux qui font défaut. » (23).

Une fois l’ensemble de ces principes respectés, le succès de la navigation polaire repose in fine sur la qualité des équipages et sur leur aptitude à s’adapter en permanence au mouvement des glaces pour ne jamais se retrouver pris au piège.

« L’histoire nous apprend que de bons marins sur de mauvais bateaux sont meilleurs que de mauvais marins sur de bons bateaux », analysait l’amiral Mahan. Nous devons toujours nous rappeler qu’une profusion de moyens et de performances technologiques ne saurait produire de justes effets sans les hommes aptes à les mettre en oeuvre avec enthousiasme et détermination.

Gagner au combat requiert en effet d’ajouter à la supériorité technologique une culture de l’initiative, de l’improvisation et de l’adaptation. Lors de la guerre du Vietnam, l’US Navy se rendit ainsi compte que ses F-4 Phantom II, alors les appareils les plus avancés au monde, abattaient deux fois moins de MiG que les F-8 Crusader dont les équipages, s’appuyant sur des équipements plus anciens et plus basiques, prenaient davantage de risques et concentraient tous leurs efforts sur le combat aérien rapproché (24). La création de Top Gun en 1969 eut pour objectif principal de conjuguer la haute technologie du F-4 à la culture et aux tactiques de la communauté du F-8. Les résultats au combat furent immédiats.

Demain, le défi sera encore et toujours de concilier le combat vu comme une science au combat vu comme un art, c’est-à-dire au fond de puiser aux deux sources de l’école matérielle et de l’école historique, pour produire des effets au service d’une stratégie capable de faire face à l’incertitude et à la volatilité des rapports de force en mer.

Seulement, comme le constatait Hervé Coutau-Bégarie : « Il n’y a plus de grandes synthèses stratégiques comparables aux “classiques”, de Mahan à Castex, alors que les recherches des historiens navals et les bouleversements techniques et politiques fondamentaux incitent à un réexamen des principes posés par eux (25). » C’est donc l’ensemble de la pensée navale qu’il s’agit de vivifier en tirant les enseignements de l’histoire à l’aune des nouvelles technologies.

***

Puisque la conflictualité en mer demeure une « variable structurelle du monde » (26), nous devons renforcer notre posture matérielle et aiguiser notre posture intellectuelle, pour gagner à la fois en solidité et en agilité.

Il s’agit de mener à terme le plan Mercator (27) qui a fixé le cap pour affûter notre outil et en faire une marine « en pointe » s’appuyant sur un spectre de capacités renouvelées, et pour bâtir une Marine « de combat » apte à conserver sa liberté d’action dans le chaos de la guerre navale. Il faut aussi réfléchir dès à présent au plan qui devra lui succéder.

Il nous revient enfin d’y adjoindre une stratégie navale capable d’introduire l’action de l’intelligence dans un monde raidi par la violence afin de convertir la force en puissance (28). Pour dérouter l’adversaire, il faut en effet concilier l’ingéniosité d’Ulysse à la puissance d’Achille (29), ce qui nécessite surprise, inventivité et souplesse, mais aussi rigueur, résilience et capacité à agir dans tous les domaines.

L’étude de l’histoire navale peut contribuer à cette synthèse si on la considère moins comme un sujet d’intérêt ponctuel et pittoresque que comme « la gangue dont il faut extraire le pur métal » (30), puisqu’elle recèle de nombreux enseignements susceptibles de nous aider à comprendre et à gagner les combats navals de demain. C’est en conjuguant adroitement notre réflexion tactique et nos avancées technologiques sous l’égide d’une stratégie navale construite à la double lumière de l’histoire et d’une connaissance toujours plus approfondie de nos rivaux que nous pourrons faire face au retour du froid et « briser la glace » du durcissement de la compétition militaire en mer.

 

(1) Aux échecs, le « pat » est une position dans laquelle un camp ne peut plus jouer de coup légal sans mettre son propre roi en échec. Le « pat » met immédiatement fin à la partie (image utilisée notamment in Pierre Vandier : La Dissuasion au troisième âge nucléaire ; Éditions du Rocher, 2018).

(2) L’amiral Prazuck, chef d’état-major de la Marine affirmait à l’Assemblée nationale en juillet 2018 que « l’hypothèse tactique d’une confrontation de flottes en haute mer redevient une hypothèse réaliste ».

(3) La France détiendra cette capacité lorsque ses sous-marins Barracuda seront aptes à tirer le missile MdCN.

(4) Pendant la deuxième guerre d’Ossétie du Sud, la flotte de la mer Noire affirma avoir détruit deux patrouilleurs géorgiens à l’aide de missiles antinavires dans la nuit du 9 au 10 août 2008 (source : Le Figaro).

(5) Qui peuvent aujourd’hui être installés dans un container commercial de 20 ou 40 pieds mis en place sur un navire civil ou un train, comme le propose l’industriel russe Rosoboronexport avec ses missiles Klub-K.

(6) L’amiral Daveluy affirmait que « Sans doute, la marine actuelle n’a plus aucun rapport avec celle des flottes à voiles, mais l’objectif n’a pas changé. La seule différence consiste à résoudre avec des cuirassés et des torpilleurs le problème qui se posait autrefois avec des vaisseaux en bois ; les nécessités de la guerre sont restées les mêmes », in René Daveluy : Études sur la stratégie navale ; Berger-Levrault & Cie, 1905.

(7) Citons par exemple les démonstrations hostiles de pêcheurs chinois autour de l’île philippine de Pag-Asa en février 2019.

(8) En 1569, Guillaume de Nassau accorda des lettres de marque à une assemblée de capitaines prêts à servir la révolte hollandaise ; ils pillèrent la côte des Pays-Bas et entravèrent le commerce maritime des provinces espagnoles.

(9) Mahan est le théoricien de la bataille décisive quand Corbett privilégie la maîtrise des voies de communication.

(10) Il en fut de même lors de la guerre hispano-américaine avec les câbles reliant les États-Unis à Cuba, ou lors de l’affaire de Lissa avec les câbles reliant cette île à celle de Lésina, in Amiral Raoul Castex : Théories stratégiques, tome IV ; Économica, 1997.

(11) Voir le livre de l’amiral Bill Owens : Lifting the fog of war ; Johns Hopkins University Press, 2001.

(12) Principalement grâce à la mise en service du navire polaire Astrolabe en 2017 et à l’expédition du Rhône à travers le passage du Nord-Est en 2018.

(13) À ce sujet, voir Thibault Lavernhe : « Le retour du combat naval et le problème de l’engagement en premier », DSI hors-série n° 67, août-septembre 2019.

(14) L’amiral Prazuck, CEMM, affirmait à l’Assemblée nationale en octobre 2019 : « Pendant dix ans, chaque fois qu’il a fallu rogner quelque part, on l’a fait sur les munitions, et aujourd’hui le niveau des stocks est trop bas. La loi de programmation militaire doit nous permettre de revenir à ce qu’on a toujours estimé comme étant le stock minimum de référence. »

(15) C’est la raison pour laquelle les futures frégates FDI, bien que d’un tonnage plus réduit, disposeront par exemple d’un équipage plus nombreux que celui des Fremm.

(16) Notamment les lieux communs que sont le Big Data et l’intelligence artificielle, mais aussi des technologies déjà éprouvées comme la Blockchain.

(17) Où se déroule la Seabed Warfare, c’est-à-dire les opérations menées à grande profondeur, par exemple sur des câbles sous-marins.

(18) Lors de la mission « FOCH » qui s’est déroulée en début d’année 2020, le groupe aéronaval français a ainsi intégré à son escorte des bâtiments américains, britanniques, italiens, danois, grecs, etc.

(19) Par exemple, la couverture satellitaire du système de communication Inmarsat n’inclut pas les régions polaires.

(20) Le système GPS perd en précision dans les régions polaires d’où les satellites sont vus le plus souvent sous une élévation relativement faible.

(21) Lieutenant (J.G.) Daniel Stefanus, USN : « Embracing the Dark Battle » ; Proceedings, USNI, avril 2017.

(22) « Goûter la glace » est une technique de navigation polaire qui consiste à monter l’avant de coque sur les plaques de banquise afin de créer un passage pour espérer atteindre une zone d’eau libre de glace.

(23) Amiral Raoul Castex : Théories stratégiques, tome IV ; Économica, 1997.

(24) Commander Greg Malandrino, USN : « The importance of culture » ; Proceedings, USNI, septembre 2019.

(25) Hervé Coutau-Bégarie : Traité de stratégie (1991), 6e édition ; Économica, 1998.

(26) Joseph Henrotin : Les Fondements de la stratégie navale au XXIe siècle ; Économica, 2011.

(27) Le « Plan Mercator : projection vers 2030 » est le plan stratégique de la Marine nationale publié en 2018.

(28) « La stratégie convertit la force en puissance », in Hervé Coutau-Bégarie : Bréviaire stratégique ; Argos, 2013.

(29) Jean-Vincent Holeindre : La Ruse et la force, une autre histoire de la stratégie ; Perrin, 2017.

(30) Amiral Raoul Castex : La Manoeuvre de La Praya (16 avril 1781) : étude politique, stratégique et tactique ; Librairie Militaire Universelle L. Fournier, 1912.

Vers un regain des tensions israélo-iraniennes au Moyen-Orient ? – par Arnaud Peyronnet

 

Entre fin juin et mi-juillet, plusieurs séries d’incidents ont frappé des infrastructures iraniennes liées de près ou de loin à son programme nucléaire. Ainsi, le 26 juin, une explosion a été rapportée au sein du complexe militaire de Parchin, près de Téhéran, site lié au programme balistique iranien. Le 2 juillet, un incendie, dû à une explosion sur le complexe nucléaire de Natanz, a ravagé des infrastructures liées au programme iranien de fabrication de nouvelles centrifugeuses, retardant selon certains experts le programme nucléaire iranien de plusieurs mois, voire plusieurs années. En outre, plusieurs incendies aux origines indéterminées ont ravagé plusieurs sites industriels et énergétiques iraniens durant la même période.

Selon plusieurs médias, une implication israélienne dans ces incidents serait «hautement probable », ce que les autorités israéliennes n’ont évidemment ni démenti ni confirmé, conformément à leurs habitudes. Le jour de « l’incident » de Natanz, l’agence officielle iranienne Irna avait d’ailleurs publié une dépêche mettant en garde Israël et les Etats-Unis contre toute atteinte à la « sécurité » et aux « intérêts » de l’Iran…. Ces actions potentiellement israéliennes, liées à des actes de sabotage, des attaques cyber ou des frappes extrêmement ciblées, illustrent  toutefois avec acuité la nouvelle « guerre secrète » que se mènent les deux pays au plan régional et autour du programme nucléaire iranien. Une stratégie de « pression maximale » voulue par Israël et les Etats-Unis s’oppose, de façon désormais accélérée, à la « patience stratégique » iranienne.

Quelles sont donc les stratégies mises en œuvre par l’Iran et Israël dans leur affrontement régional et comment celles-ci pourraient elle évoluer ?

 

Un contexte d’affrontements accrus.

Un an après le retrait brutal des Etats-Unis du JCPOA[1] en mai 2018, l’Iran s’est finalement estimé affranchi de certaines des dispositions de ce traité et cherche depuis à reprendre son programme nucléaire. Or, les Etats-Unis et Israël, dans le cadre de leur stratégie de « pression maximale », cherchent dans le même temps à affaiblir l’Iran pour que celui-ci abandonne tant son programme nucléaire que ses ambitions régionales, notamment en Irak, en Syrie et au Liban.

De fait, le régime iranien a été récemment qualifié de « plus grande menace sur le Moyen-Orient » par les autorités israéliennes qui semblent vouloir profiter de la faiblesse présumée de ce pays (difficultés économiques liées à la stratégie de « pression maximale », crise sanitaire) pour lui asséner discrètement des coups sévères afin d’obtenir un reflux de ses ambitions. Face à cette stratégie, l’Iran a réagi par l’annonce d’une « résistance maximale » visant à dissuader une action militaire américaine à son encontre (en faisant le pari que l’administration américaine ne voudra pas d’une nouvelle guerre au Moyen-Orient). Celle-ci passe tant par la modernisation de son arsenal balistique, que par la relance de son programme nucléaire ou par la mobilisation de ses proxies au Moyen-Orient (Yémen, Irak, Syrie, Liban). De fait, un conflit « discret et indirect » se met en place entre le couple Etats-Unis/Israël et l’Iran, fait d’éliminations ciblées (cas de Qassem Soleymani en janvier dernier), d’attaques cyber[2], de « démonstrations de force » (tirs sur des emprises militaires américaines en Irak, tirs sur des infrastructures pétrolières saoudiennes), d’actes de sabotage et de frappes non revendiquées, et celui-ci agite de plus en plus le Moyen-Orient…

 

Qui s’inscrit dans la doctrine israélienne de la « Campaign between Wars » (CBW).

La doctrine israélienne de la CBW se caractérise par la conduite d’actions militaires préventives, discrètes, ciblées et non revendiquées qui empêchent par nature l’ennemi de riposter et donc de déclencher une escalade incontrôlée pouvant conduire à un conflit « ouvert ». Ces actions discrètes permettent ainsi à l’adversaire de nier la réalité des faits et de l’étendue des dommages causés, de façon à l’empêcher de riposter par le seul jeu de sa « pression politique intérieure  ». Cette doctrine permet dès lors de repousser indéfiniment le conflit avec l’adversaire, de le dissuader militairement par une lente érosion de ses capacités, tout en l’empêchant de riposter par peur de conduire à une escalade incontrôlée dans laquelle il serait forcément perdant…

Cette CBW a été essentiellement conduite par Israël sur le sol syrien, l’Etat hébreu voulant d’abord dissuader l’Iran de tout enracinement militaire avant finalement de choisir l’option du « roll back » iranien de l’ensemble de la Syrie. Des centaines de frappes ont donc été effectuées contre les forces iraniennes ou leurs affidés en Syrie et en Irak ces dernières années, Israël accusant Téhéran de vouloir constituer à ses dépens un véritable « couloir logistique de la terreur » reliant Téhéran à Beyrouth via Bagdad et Damas.

Cette doctrine est d’ailleurs vue en Israël comme la raison essentielle du maintien d’un « calme apparent » à ses frontières Nord. Elle a toutefois évolué ces derniers mois avec l’apport de modes d’action offensifs dans le cyberespace qui pourraient désormais permettre à l’Etat hébreu d’agir dans un espace géographique moins contraint et de cibler directement son adversaire désigné, l’Iran. Ces actions cyber offensives restent toujours «préventives » (le programme nucléaire iranien étant la cible privilégiée), « non revendiquées », « discrètes » (c’est le propre du cyber) et « ciblées » (grâce au travail de  renseignement à fin d’action). Ce mode d’action cyber réduit également encore plus les risques d’escalade militaire incontrôlée en confinant tous les acteurs dans un théâtre « virtuel », même d’importance. Le mode d’action cyber a donc par nature toute sa place dans la doctrine CBW.

De fait, cette doctrine, en intégrant désormais de nouveaux modes d’action, prolonge l’action de l’Etat hébreu sur l’ensemble du Moyen-Orient et non plus seulement à ses frontières. Elle est finalement devenue un outil de la « suprématie » militaire israélienne face à l’Iran, en installant dans la durée une campagne militaire aux limites acceptables du conflit ouvert.

 

Une « patience stratégique » iranienne mise cependant à rude épreuve.

La “patience stratégique” iranienne lui a permis ces dernières années d’absorber sans problème des « coûts humains et militaires » parfois importants tant en Syrie qu’en Irak. Le régime des mollahs privilégie en effet le temps long et donc l’enracinement géopolitique pérenne de l’Iran du Golfe à la Méditerranée, faisant ainsi le pari de l’inéluctable « fatigue » de ses adversaires[3].

Toutefois, les récents incidents du mois de juillet sur le territoire iranien, potentiellement causés par des actions offensives cyber, changent le paradigme en portant le conflit sur le territoire même de la république islamique. Ces incidents s’inscrivent également dans le contexte d’un pays affaibli par les pressions américaines, la crise économique et la crise sanitaire. Les failles sécuritaires affichées par ces incidents sur différents sites iraniens fragilisent d’autant plus un régime qui se découvre « vulnérable » aux yeux du monde et surtout, de sa population. Ces incidents mettent ainsi la patience iranienne à rude épreuve alors même que le régime était à quelques mois de réussir son pari, à savoir la poursuite de son programme nucléaire et de son agenda régional tout en attendant une ouverture internationale quasi-inéluctable…La question est donc de savoir si l’Iran va pouvoir garder sa posture les semaines et mois qui viennent et ce alors que ses adversaires vont certainement tout faire pour pousser ce pays à une riposte et donc à la faute (ce qui pourrait alors avoir pour effet de prolonger l’embargo sur les armes au-delà de 2020)…

 

La recherche iranienne d’appuis étrangers…

Isolé et soumis à la stratégie de « pression maximale » des Etats-Unis et d’Israël, le régime iranien tente désormais d’approfondir sa politique régionale avec ses « alliés » tout en cherchant de nouvelles marges de manœuvre avec la Chine, l’autre grand adversaire des Etats-Unis.

L’Iran et la Syrie ont ainsi signé en juillet un accord bilatéral visant à intensifier leur coopération militaire et technologique, nouvelle étape dans des relations sécuritaires déjà intenses. Ce nouvel accord et la promesse iranienne d’aider la Syrie à densifier son architecture de défense sol-air, notamment face aux actions israéliennes, permet d’abord au régime des mollahs de démontrer à ses adversaires qu’il continuera de s’impliquer, et pour longtemps, dans la survie du régime syrien. Cet accord s’inscrit dès lors complètement dans la stratégie de « patience stratégique » voulue par Téhéran, signifiant à Israël que sa doctrine de CBW est vouée finalement, sur le long terme, à l’échec. Il permet également d’affaiblir quelque peu l’influence du Kremlin en Syrie, les forces armées russes étant plus que réticentes à employer leurs systèmes de défense aérienne contre les appareils israéliens. De fait, l’Iran réaffirme ainsi pleinement sa volonté d’agir comme une véritable puissance régionale, le centre de gravité de « l’axe de la résistance »[4] à l’Etat hébreu malgré les défis auxquels le pays fait face et surtout malgré la probable future attrition de ces systèmes sol-air iraniens par l’action des forces armées israéliennes en Syrie….Le geste est donc avant tout diplomatique et symbolique, plus que militaire.

Le projet de « partenariat stratégique » sino-iranien, s’il venait à se confirmer, marque par contre une profonde rupture géopolitique à l’isolement traditionnel iranien. Les appétits chinois pour l’Iran, dans le contexte des « nouvelles routes de la soie » et de l’affrontement mondial sino-américain, sont effectivement perceptibles depuis 2016. Le projet de « partenariat » pourrait ainsi être signé en 2021 et prévoirait 400 milliards de dollars d’investissements chinois en Iran pour les prochaines 25 années, dans les domaines des infrastructures, des télécommunications, des transports et des hydrocarbures. Il prévoirait également une coopération « militaire » encore assez floue dans ses contours….mais il est probable que la levée de l’embargo sur les armes fin 2020 pourrait être une énorme occasion d’exportation pour les industriels chinois de l’armement… Dans tous les cas, « l’axe de la Résistance » a déjà modifié son discours et appelle à voir dans la Chine la seule alternative possible à l’Occident, instrumentalisant sans doute à plein l’affrontement géopolitique du siècle entre la Chine et les Etats-Unis.

 

L’Iran fait face à une stratégie de « pression maximale » à son encontre voulue par les administrations américaine et israélienne, et mis d’ailleurs militairement en œuvre au travers d’une accélération perceptible de la CBW israélienne, que ce soit via des actions cinétiques ou possiblement des modes d’action cyber. Face à ces pressions, le régime iranien a développé une sorte de « patience stratégique » de long terme, faisant le pari que le temps était son allié. De fait, l’Iran compte à la fois sur les prochaines échéances (levée de l’embargo sur les armes, élections américaines) pour s’accommoder des actions israélo-américaines tout en les dissuadant de tout conflit ouvert et tout en poursuivant son programme d’enracinement régional. Le possible futur partenariat sino-iranien permettrait en outre d’ancrer l’Iran dans un « bloc géopolitique » d’opposition pérenne et dissuasif vis-à-vis des Etats-Unis. Toutefois, et le « pari » iranien étant finalement en phase de réussir, une intensification des actions offensives israélo-américaines semble soit en cours soit du moins fortement possible à très court terme, afin de pousser Téhéran à la faute…

[1] Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA), signé en 2015 par l’Iran, les pays du P5, l’Allemagne et l’UE.

[2] En avril 2020, une attaque cyber iranienne a été constatée sur des réseaux de distribution d’eau en Israël. En riposte, l’Etat hébreu a conduit une attaque cyber sur le port commercial de Bandar Abbas, paralysant ce port pendant plusieurs jours.

[3] L’Iran attendant ainsi patiemment fin 2020 et un éventuel changement de climat politique aux Etats-Unis ainsi que la levée de l’embargo de l’ONU… La non réponse américaine à la destruction de son drone RQ-4 en juin 2019 par un missile iranien a par ailleurs « validé » cette hypothèse de la fatigue américaine pour les conflits du Moyen-Orient.

[4] Déjà constaté au Liban via le Hezbollah, au Yémen via les houthis et l’Irak au travers de plusieurs milices chiites dont surtout le Kataeb Hezbollah.

Sainte-Sophie otage des ambitions historiographiques d’Erdogan – par Béatrice Veyrat-Masson

Joyau stambouliote à la croisée des cultures et des religions, la reconversion de Sainte-Sophie en mosquée suscite de vives émotions. Universalistes convaincus, défenseurs kémalistes de la laïcité, orthodoxes viscéralement attachés à leur berceau, chrétiens et Occidentaux inquiets face à la montée de l’islam politique : nombreux sont ceux qui regrettent cette décision. Face à eux, le grand gagnant semble être le président Erdogan, lequel renforce son projet historiographique néo-ottoman et rallie à lui les milieux conservateurs et nationalistes. Cette alliance renforcée, le président en a grandement besoin alors qu’il dépend du parti d’action nationaliste (MHP) pour faire passer ses lois et qu’il ne peut compter sur son modeste bilan économique fragilisé par la pandémie du Covid-19.

 

Rappels historiques

L’emplacement choisi en 330 par l’empereur Constantin – fraîchement converti au christianisme – pour la construction de la basilique dédiée à la nativité du Christ et nommée Hagia Sophia (« sagesse divine », sans référence à Sainte Sophie) se situe sur les ruines d’un ancien temple d’Apollon et domine la ville de Byzance, rebaptisée Constantinople, ainsi que le Bosphore. Après plus d’un millénaire de reconstructions impériales, d’agrandissements audacieux et d’entreprises de décorations fastueuses, le conquérant Mehmed II est touché par la beauté de la basilique et décide de l’épargner en 1453. Il y fera ériger un minaret, en fera une mosquée et prescrira que tout lieu de culte coranique de son empire devra dès lors s’inspirer de celle qu’il nommera Ayasofya. Durant l’époque ottomane, le bâtiment connaîtra des modifications conformes à son statut de mosquée : Soliman dit le Magnifique ramena deux imposants chandeliers de bronze de sa conquête de Hongrie pour orner le mihrab, indiquant à la fois la direction de la kaaba à La Mecque et son écrasante victoire sur le rempart réputé inexpugnable de la chrétienté contre l’islam ; Selim II ordonna la construction de nouveaux minarets et y fit construire la loge du sultan ainsi que son mausolée ; Mahmoud Ier fit quant à lui ajouter une école coranique, une bibliothèque, une fontaine d’ablutions et une soupe populaire. La succession des califats ottomans et les altérations que ces derniers ont réalisé à Ayasofya en ont fait un emblème – culturel et cultuel – de victoire de l’islam sur la chrétienté. L’histoire de l’édifice prend un tout autre tournant avec la décision du fondateur et premier président de la République turque Mustafa Kemal Atatürk en 1934 de désaffecter Ayasofya comme lieu de culte coranique pour en faire un musée et ainsi « l’offrir à l’humanité ». Cinquante années plus tard, l’UNESCO classera le site, reconnaissant ainsi le chef d’œuvre architectural d’Ayasofya, l’universalité de son héritage mais aussi le puissant symbole de dialogue que lui confère sa nouvelle vocation.

 

« La Turquie s’est débarrassée d’une honte »

Si la communauté internationale avait favorablement accueilli la transformation de l’édifice en musée, il en est tout autrement de la branche conservatrice et ultranationaliste turque qui déplorait la perte d’un symbole identitaire et souverain majeur. Dès lors, un désir de reconquête s’est installé dans les esprits d’une frange de la population et une société civile conservatrice s’est organisée pour œuvrer à « la veille idéologique, l’agitation médiatique et l’action judiciaire relatives à ce combat ».[1] C’est d’ailleurs une requête associative qui a permis au Conseil d’Etat de révoquer la décision gouvernementale de 1934 conférant à Sainte-Sophie son statut de musée.

Faisant suite à la révision constitutionnelle de 2017 offrant les pleins pouvoirs au président, il est fort à parier qu’Erdogan n’est pas étranger au décret du plus haut tribunal de Turquie rendu le 10 juillet 2020.[2] Son annonce télévisée enflammée précipitant la mise en application du décret pour la tenue de la prière du vendredi 24 juillet en sa présence témoigne non seulement son implication sur ce dossier, mais aussi la récupération idéologique qu’il a en tête. En effet, le 24 juillet 1923 a été signé le traité de Lausanne. Si les kémalistes y voient une victoire diplomatique effaçant l’humiliation du traité de Sèvres et permettant la reconnaissance de la Turquie au regard du droit international, Erdogan y voit un traité imposé par les puissances occidentales et une réduction drastique du territoire turc. Quant au droit international, ce dernier priverait la Turquie des îles sur lesquelles elle devrait historiquement exercer sa souveraineté.[3] L’affirmation de l’identité turco-musulmane à travers la requalification d’Ayasofya sonne ainsi comme une revanche sur la soumission de la Turquie à l’Occident, comme une prise en main de l’histoire nationale qui parle à l’écosystème islamique de droite.

 

Erdogan, le calife à la place du président

Une fois les éléments kémalistes indésirables effacés du roman national, Erdogan souhaite reprendre de plus belle le fil ottoman de l’histoire dont il veut être un protagoniste aux côtés de Mehmed II. Pour cela, le président souhaite ressusciter puis incarner le califat et la grandeur qui y était associée, notamment à travers la rhétorique « pseudo-guerrière de l’unité contre les ennemis de la nation »[4].  Le cinéma fait partie intégrante de cette feuille de route : ainsi, Feith 1453, une superproduction islamo-nationaliste turque de 2012 sur la conquête de Constantinople a attiré plus de spectateurs que les blockbusters américains, symbole-même de l’idéologie occidentale, pour devenir le plus gros succès cinématographique enregistré en Turquie (plus de 6,5 millions d’entrées). L’imaginaire visuel ottoman est également mis à contribution de l’entreprise du président lorsque ce dernier accueille des chefs d’Etat étrangers entouré d’une garde d’honneur vêtue de tenues militaires traditionnelles de l’époque de l’empire Ottoman. Il montre ainsi l’exemple à ses concitoyens en « regard[ant] vers le futur à travers [leur] glorieuse histoire ». Rares sont ceux qui élèvent la voix contre cette mascarade historiographique, permettant au président de lisser les rugosités les unes après les autres et de construire une « nation turco-musulmane homogène ».[5]

 

La nouvelle Turquie, phare de l’islam dans le monde

Le projet historiographique d’Erdogan ne comprend pas seulement la Turquie, mais aussi l’ensemble du monde musulman. En effet, le président turc se voit comme le phare de l’islam politique et religieux dans le monde[6], défenseur des musulmans dont les droits sont bafoués aux quatre coins du monde, jouant tant sur la corde frères musulmans, tant sur la corde panislamique lorsque cela lui permet d’utiliser leurs réseaux établis afin de renforcer sa stature régionale et internationale.[7] Ainsi, le pays musulman dans lequel la construction de mosquées a le plus explosé depuis 15 ans[8] avait-il amorcé la restitution d’églises devenues musées au culte coranique comme Sainte-Sophie de Nicée en 2011 et Sainte-Sophie de Trébizonde en 2013. Sainte-Sophie de Constantinople était donc la suite logique du processus entamé, tout en revêtant un symbole historique fort pour le monde occidental et chrétien, ainsi que pour les minorités turques. Erdogan en a profité pour marquer les esprits du monde musulman en annonçant dans son communiqué en arabe que la mosquée Ayasofya était annonciatrice de la prochaine « libération de la mosquée Al-Aqsa » de Jérusalem sous contrôle israélien. Il est intéressant de noter que cette phrase ne figure pas dans la version anglophone du communiqué, plus consensuelle, démontrant ainsi que le message adressé aux locuteurs de la langue de la révélation faite à Mahomet est fondamentalement différent de celui adressé au monde occidental. Cependant, la requalification de Sainte-Sophie doit davantage être analysée comme une instrumentalisation de la religion à des fins nationalistes et expansionnistes plutôt qu’au service de l’islam en tant que tel.

 

Erdogan à la conquête de la Méditerranée orientale

Si les dirigeants politiques et religieux du monde entier ont réagi à l’annonce de la requalification d’Ayasofya, leur prise de parole est souvent restée superficielle, basée sur des sentiments ou bien sur la légalité et la légitimité de la décision. Et pour cause, l’événement ne doit pas être analysé en tant que tel, sorti du contexte géopolitique dressé par Erdogan ces derniers mois. La lutte historiographique décrite plus haut va de pair avec le positionnement militaire néo-ottoman agressif engagé en Méditerranée orientale, d’un côté vis-à-vis de la Grèce et Chypre dont bon nombre d’îles et d’eaux territoriales sont revendiquées par la Turquie faisant suite à l’accord de Sèvres, et de l’autre côté vis-à-vis du monde occidental par lequel elle se sent muselée et plus particulièrement de la France, pays sur le territoire duquel a été signé le traité du déshonneur.

Ainsi, la situation en Syrie et en Libye, le positionnement favorable de la Turquie sur le dossier des migrants vis-à-vis de l’Union européenne, les violations répétées des souverainetés grecque et chypriote et les provocations militaires crescendo envers la France contribuent à la réalisation de la promesse du président turc de rétablir l’empire ottoman en 2024, non seulement dans l’imaginaire collectif, mais aussi en termes de territoire. Pour les plus dubitatifs d’entre nous, l’historien Olivier Bouquet nous relate une série d’événements datant de mai dernier : « Lors de la commémoration de la prise de Constantinople […], la 48ème sourate du Coran (« La conquête ») a été lue à Sainte-Sophie. Le même jour, des forages ont été annoncés dans l’espace maritime grec. L’un des navires chargés de l’opération a pour nom Fatih (« le conquérant »). Dans un jeu de bascule à l’attention de l’opposition kémaliste et au-delà, les quatre zones de forage se nomment « Ne » « Mutlu » « Türküm » « Diyene » : « heureux celui qui peut se dire turc ». »[9]

***

Ce qui a de quoi faire pâlir, ce n’est donc pas le symbole que constitue Sainte-Sophie, mais bien l’ambition néo-ottomane expansionniste d’Erdogan. Ce dernier teste les limites du monde occidental. Excepté le président français Emmanuel Macron et quelques rares dirigeants européens, il n’a pour le moment pas rencontré de résistance, ce qui le conforte dans sa vision de l’avenir. La question n’est donc pas jusqu’où Erdogan est prêt à aller, fort de son budget de la Défense en hausse de 16% cette année, mais bien jusqu’où les pays occidentaux vont se laisser marcher sur les pieds.

 

[1] J.-F. Pérousse (2020). Turquie. Le mauvais film de la « reconquête » de Sainte-Sophie ; Orientxxi.info ; 23 juillet 2020.

[2] V. Toranian (2020). Quand Erdogan convertit de force Sainte-Sophie à l’islam ; Revue des deux mondes ; 15 juillet 2020.

[3] O. Bouquet (2020). En Méditerranée, Recep Tayyip Erdogan cherche une revanche néo-ottomane ; Le Monde ; 3 juillet 2020.

[4] J.-F. Pérousse (2020).

[5] A. Bonzon dans P. Sugy (2020). La réislamisation de la basilique Sainte-Sophie supposera de recouvrir les fresques et le mosaïques ; Le Figaro ; 16 juillet 2020.

[6] V. Toranian (2020).

[7] J.-P. Filiu (2020). Jusqu’où ira l’islamo-nationalisme d’Erdogan ?; Le Monde ; 19 juillet 2020.

[8] A. del Valle (2020). Réislamisation de Sainte-Sophie : Erdogan avance son projet de renaissance de l’empire ottoman ; Valeurs actuelles ; 28 juillet 2020.

[9] O. Bouquet (2020).

Missions martiennes – la conquête de l’espace, un enjeu géopolitique – par Sarah Sriri et Florian Putaud

Programme chargé pour la planète rouge. En l’espace de 15 jours, trois sondes ont été lancées en direction de Mars. Le 20 juillet, les Emirats arabes unis ont lancé Al-Amal (Espoir) tandis que trois jours plus tard, c’est la Chine qui a envoyé Tianwen-1 (Questions au ciel-1). Le 30 juillet, les Etats-Unis ont lancé Perseverance.

Si ces trois missions distinctes se font tour à tour, la période choisie n’est pas un hasard. Ces rendez-vous sur Mars se font durant « l’opposition », c’est-à-dire le moment où le Soleil, la Terre et Mars sont alignés et lorsque la distance entre Mars et la Terre est la plus courte. Cette période intervient tous les 26 mois. La planète rouge attise les convoitises des puissances spatiales mondiales. Parmi elles, l’Union européenne et la Russie avec ExoMars qui, ayant manqué le rendez-vous de juillet 2020, prévoient pour 2022 l’envoi d’un rover (véhicule d’exploration spatiale) sur la surface de Mars.

Les découvertes sur l’espace permettront par ailleurs de comprendre davantage la Terre et d’anticiper son évolution. Mars, qui est la planète la plus proche géographiquement de la Terre, présentait il y a des milliards d’années des similitudes avec la planète bleue. Parmi elles, figure la présence de rivières et d’océans. Sa découverte représente donc « une sorte de Graal de l’exploration spatiale » selon Jean-Yves Le Gall, président de l’agence spatiale du CNES.

 

Des objectifs scientifiques

La découverte de l’espace, entreprise dès le milieu des années 1950, répond à des missions politiques, économiques ou encore militaires et fait l’objet de coopération internationale. Cette dernière permet aux Etats des avancées considérables en mettant en commun leur savoir-faire.

La mission américaine Perseverance est le fruit d’une telle coopération. La Supercam, principal instrument dont le rover est équipé, a été en grande partie développée par l’agence spatiale française, le CNES. L’un des capteurs sonores qui permettra d’enregistrer les sons sur Mars est également le fruit d’une réalisation française, par ISAE-SUPAERO. La place de la France dans cette coopération internationale témoigne du savoir-faire spatial français reconnu à travers le monde.

Les aptitudes de Persévérance sont donc remarquables. Les Etats-Unis entendent ramener des échantillons de la planète Mars sur Terre grâce à leur robot sophistiqué Perseverance qui est le plus gros et le plus lourd engin jamais envoyé sur la planète rouge par la Nasa (3 mètres de long, 1 tonne et équipé de 19 caméras). En cela, c’est une prouesse technique et une exclusivité américaine. Curiosity, lancé en 2012, a permis de démontrer que Mars avait été habitable il y a environ 3,5 milliards d’années, c’est-à-dire que les conditions dites « propices » à l’apparition de la vie étaient réunies (carbone, eau, climat favorable). Les analyses permises par Perseverance pourront quant à elles déterminer si la planète a été réellement habitée.

Pour les Etats-Unis, cette mission présente des avancées significatives au plan technique et traduit une véritable supériorité technologique vis-à-vis de ses concurrents. Elle traduit également une démultiplication des sources de financement dont certaines sont privées, d’autres publiques et des sources étrangères au titre de la coopération engagée avec certains organismes dont l’agence spatiale européenne.

A l’inverse, la mission Tianwen-1 est une mission complètement indépendante. Après l’échec de sa mission conjointe avec la Russie, la Chine a fait le choix de mener ses missions majoritairement seule. Yinghuo-1, la sonde chinoise prévue afin d’orbiter la planète rouge était accolée à la sonde russe Phobos-Grunt qui a connu un problème de moteur, l’empêchant de quitter l’orbite. En réaction, la République populaire de Chine a redoublé d’efforts durant plusieurs années afin d’être en mesure d’explorer la planète Mars.

Avec cette mission, la première interplanétaire de la Chine – Pékin poursuit deux objectifs : poser un rover  et mettre une sonde en orbite autour de Mars. Le rover, équipé de 13 instruments scientifiques, se focalisera sur l’analyse des sols avec notamment la recherche d’eau. En outre, une analyse des sous-sols sera effectuée afin de comprendre le passé de Mars. Quant à la sonde en orbite, elle s’intéressera à l’étude de l’atmosphère martienne et à l’analyse des gaz présents.

L’engin spatial, de près de 5 tonnes et comportant 13 instruments scientifiques, figure parmi les sondes les plus lourdes lancées en direction de la planète rouge. Par rapport aux Etats-Unis, la technologie est moins développée. En effet, cette mission permettra à Pékin de prévoir une prochaine mission dans le but de récupérer des échantillons de la planète Mars. En outre, la véritable avancée chinoise se traduit par sa capacité à rallier la planète Mars. Cette première étape et donc la manifestation de la concurrence qu’elle entend développer avec les Etats-Unis. Mais le frein à son développement, notamment commercial, est lié aux règles ITAR (International Traffic in Arms Regulations) qui interdit au lanceur chinois de placer sur orbite des satellites ou objets comportant des composants américains.

A contrario des missions américaine et chinoise, la mission émiratie Al-Amal (Espoir), qui a décollé du Japon, aura un rôle particulier. En effet, cette sonde de 1 350 kg – soit le poids d’un 4×4 – ne se posera pas sur Mars mais se placera en orbite autour de la planète rouge afin d’étudier la dynamique de l’atmosphère et du climat martien durant une année martienne (687 jour terrestres). Il faudra 7 mois à la sonde pour rejoindre la planète rouge et fournir un panorama de l’atmosphère martienne. Pour cette mission, les équipes scientifiques ont choisi une orbite inédite qui permettra une observation constante de l’atmosphère et son évolution heure par heure dans l’objectif de fournir une image complète de la dynamique du temps dans l’atmosphère de cette planète. Le satellite embarque trois instruments scientifiques qui étudieront principalement l’atmosphère martienne. La sonde pourra par ailleurs observer un lieu unique. Cela va permettre de suivre les changements climatiques de Mars et comprendre la formation et l’évolution de ses nombreuses tempêtes.

En définitive, si cette mission confère à Abou Dhabi le statut de puissance spatiale, il est clair que les EAU ne se positionnent pas au niveau des Etats-Unis et de la Chine en termes de technologies et de capacités, notamment parce qu’il ne possède pas la maîtrise des lanceurs. Toutefois, les informations collectées, mises à disposition de la communauté scientifique internationale, participeront à la compréhension de l’environnement martien.

 

Des objectifs technologiques

Les avancées liées à la conquête de l’espace sont nombreuses et ont permis des améliorations technologiques dans les domaines de l’informatique, des télécommunications, de la navigation mais également de la médecine.

La conquête spatiale focalise donc l’attention des Etats. Actuellement, la concurrence interétatique dans l’espace se fait autour de trois domaines : les lanceurs, les satellites et la data. L’objectif des pays présents dans la conquête spatiale est d’atteindre une certaine indépendance technologique vis-à-vis des autres pays. Si pour l’instant les Etats-Unis s’en approchent le plus, la Chine par le biais de sa stratégie de transfert de technologies avec des pays « partenaires » lui permet une nouvelle fois de se proposer comme un outsider grandissant dans la conquête spatiale.

La première prouesse technologique pour un Etat est sa capacité à lancer des charges utiles dans l’espace, ce qui signifie être en mesure de pourvoir lancer des missiles. Autour du bassin méditerranéen, plusieurs Etats font office de puissances spatiales. Parmi eux, la France, l’Italie, Israël, l’Iran et plus récemment les Emirats arabes unis. Malgré un nombre d’acteurs grandissant, le secteur spatial reste extrêmement élitiste et le développement de programme spatiaux s’avère très coûteux.

En effet, la conquête de l’espace doit se hisser parmi les priorités d’un Etat. Si elle permet des avancées indéniables, elle reste très onéreuse. A titre d’exemple, Perseverance, qui représente la neuvième mission américaine en direction de Mars, a un coût de 2,4 milliards de dollars. Dans une moindre mesure – et notamment parce que les portées technologiques sont plus modestes – Al-Amal coûte aux Emirats 200 millions de dollars.

 

Des visées géopolitiques

Alors que Terre et Mer ont longtemps dominé la géopolitique, le domaine aérien est apparu au XXème siècle et avec lui sa prolongation exo-atmosphérique soit l’espace. Très fortement associé aux capacités nucléaires, l’espace a incarné durant la Guerre froide un enjeu de puissance entre les deux Géants qu’étaient les Etats-Unis et l’Union soviétique. Aujourd’hui, il continue de rimer avec puissance pour des raisons plus diverses. En plus de mêler acteurs étatiques et privés, il représente un véritable terrain où se joue la géopolitique.

Dans ce théâtre relativement nouveau de jeux des puissances, les Etats prennent une place prépondérante et se préparent à d’éventuels affrontements. En effet, les capacités de nuisance d’un Etat sur Terre peuvent se répercuter dans l’espace. A titre d’exemple, en 2017, le satellite-espion russe Louch-Olympe a tenté de s’approcher du satellite franco-italien Athena-Fidus.

Les puissances spatiales n’omettent donc pas la probabilité de conflit dans l’espace. Par ailleurs, la France, qui a commencé l’exploration de l’espace assez tôt (le CNES ayant été créé en 1961 à l’initiative du générale Charles de Gaulle), continue d’accorder une importance primordiale à ce domaine notamment au niveau étatique et donc géopolitique. A ce titre, la ministre des Armées Florence Parly a déclaré le vendredi 24 juillet 2020 que l’armée de l’air est désormais « une armée de l’air et de l’espace ». Son poste de commandement sera basé à Toulouse, historiquement « terre d’envol » et cette nouvelle appellation sera officielle au début de l’année 2021 après un vote. Toutefois, Florence Parly promet que le pays reste attaché à un usage pacifique de l’espace en dépit des luttes entre puissances qui s’y jouent.

Ces missions martiennes poursuivent donc un dessein géopolitique. Les Etats-Unis continuent d’incarner la première puissance dans ce domaine. Perseverance entend donc permettre aux Etats-Unis de conserver leur leadership. Dans le pays, les agences privées prennent une place grandissante et travaillent en collaboration avec la NASA, la plus célèbre étant Space X. Si les Etats-Unis continuent d’incarner la première puissance dans ce domaine – et dont la mission Perseverance entend consolider le leadership, la Chine a pris la place de deuxième maillon fort.

Pour la Chine qui poursuit entend également incarner l’hégémon à l’échelle mondiale et notamment avec ses nouvelles routes de la Soie, cette conquête spatiale illustre son désir de puissance. Avec sa mission ambitieuse, la Chine entend faire en une mission martienne tout ce que les Etats-Unis sont parvenus à réaliser en plusieurs fois depuis les années 1960. Après un gros retard technologique au départ, Pékin incarne aujourd’hui la deuxième puissance spatiale mondiale et a pour ambition de devenir la première puissance mondiale en 2049, à l’occasion du centenaire du régime. Pour ce faire, la gestion spatiale est devenue plus indépendante (contrairement aux collaborations passées avec la Russie) et s’est ouverte aux entreprises privées. Depuis 2015, une soixantaine d’entreprises privées ont émergé dont One Space, le principal concurrent de Space X. La Chine, qui se spécialise dans les microsatellites, investit massivement dans les entreprises privées américaines afin de pouvoir bénéficier de transferts de technologies. Cette stratégie pourrait toutefois mener à des tensions entre les deux puissances et rencontrer de nombreux freins d’ordre juridique.

Les Emirats arabes unis frappent un grand coup géopolitique avec Al-Amal, première mission spatiale arabe vers Mars. Outre les avancées technologiques et scientifiques qu’elle permettra, l’arrivée de la sonde Al-Amal en février 2021 sur Mars célèbrera le 40ème anniversaire de la création des Emirats arabes unis, formés en 1971 après l’association de 7 principautés. Les Emirats arabes unis qui ont les moyens de leurs ambitions grâce à leurs importantes capacités financières, entendent accroître leur puissance notamment par la colonisation de Mars à l’horizon 2117 – volonté inscrite dans la feuille de route spatiale émiratie. Il y a là clairement l’affichage d’une ambition. A travers cette mission martienne, Abou Dhabi espère démontrer que la civilisation arabe contribue au progrès des connaissances de l’humanité. En septembre 2019, le pays avait déjà envoyé pour la première fois un astronaute vers la station spatiale internationale. S’il n’est resté que 8 jours à bord de la station, Hazza al Mansouri devient un symbole politique et représente le troisième homme de l’histoire du monde arabe à avoir séjourné dans l’espace, après le Saoudien Sultan Ben Salman Ben Abdelaziz en 1985 et le Syrien Mohamed Farès en 1987.

Pour certains, la puissance spatiale émiratie dépasserait les frontières. On prête à Abou Dhabi l’ambition de créer une agence spatiale arabe qui lui conférerait une véritable autonomie stratégique. Pour autant, les désaccords et les conflits entre les différents pays arabes rendent très improbable une capacité spatiale pan-arabe. Qui plus est, la capacité de développer des lanceurs restent un élément clé de la suprématie aérospatiale. Elle n’est pour l’heure pas acquise et est loin de l’être.

Pour autant, la conquête spatiale est un vecteur de fierté nationale et participe au prestige d’un Etat sur la scène internationale. Pour le responsable du projet émirati, Omar Charaf, « les Emirats voulaient envoyer un message fort à la jeunesse arabe, lui rappeler le passé, où monde arabe n’était pas en reste sur la promotion du savoir notamment spatial ».

 

Des questions juridiques en suspens

Comme pour les autres « espaces communs » (mer, air, cyber), bénéficier d’un point de vue global sur la planète Terre par le biais des satellites est un vecteur de puissance. Ces espaces isotropes devront faire l’objet d’une approche pluridisciplinaire mêlant les domaines technologiques, scientifiques et juridiques. La Mer, en sa qualité de plus ancien espace commun, en est l’illustration.

L’avènement d’entreprises privées sur le marché au cours des dernières décennies a permis d’accélérer considérablement les innovations mais cette multiplication d’acteurs a entraîné l’augmentation de nombreux risques mettant en lumière les limites de la législation spatiale actuelle. Dès les prémices de la conquête spatiale, la nécessité d’un droit de l’espace s’est imposée. En 1967, porté par l’Organisation des Nations unies, le traité de l’espace est signé par une centaine d’Etats, dont l’ensemble des puissances spatiales : Etats-Unis, Union soviétique, Chine, France et Japon. Le traité prévoit la liberté d’accéder à l’espace exo-atmosphérique sans qu’une appropriation par un quelconque Etat ne soit rendue possible. Les Etats signataires se sont donc engagés à une utilisation pacifique de l’espace. Ce traité à l’époque avait pour principal objectif de réguler la guerre entre les Soviétiques et les Américains dans la course à la Lune. Désormais de nouveaux problèmes subsistent, le principal étant la gestion des flux de satellites et la quantité croissante de ces derniers (et les déchets qui en découlent) qui provoque un risque important. Le « silence de la loi » du fait d’une rédaction des textes ambigus ont poussé les Etats à interpréter le droit de l’espace de manière subjective. En effet, le texte n’interdit pas formellement l’envoi de satellites visant à la défense d’un Etat.

En 1979, un traité international sur la Lune et les autres corps célestes est venu compléter le premier traité sur l’espace. En tant que « patrimoine commun de l’humanité », la Lune et les corps célestes ne peuvent devenir la propriété d’Etats, d’organisations internationales ou de personnes physiques. Aussi, les Etats signataires s’engagent à une répartition équitable entre les Etats parties des avantages potentiellement découverts. Cette condition « collectiviste » n’a pas trouvé écho auprès des Etats. A l’heure actuelle, seuls 18 Etats ont ratifié cet accord. Parmi eux, aucune puissance spatiale.

Or, au vu des transformations et des évolutions croissantes qu’a connu cet endroit et compte tenu de l’apparition d’acteurs toujours plus nombreux et notamment privés, il apparaît primordial de réglementer l’espace. Pour autant, sur Terre comme dans l’espace, il est évident que le multilatéralisme traverse une crise profonde accentuée par l’arrivée de dirigeants (Etats-Unis, Russie, Chine, etc.) adepte de l’unilatéralisme. De fait, la discussion et la diplomatie n’incarnent plus le lieu naturel de règlement des différends. La volonté d’appropriation de l’espace par les Etats – notamment les Etats-Unis avec le Space Act de 2015 viennent contrecarrer les ambitions de l’Organisation des Nations unies qui ne parvient pas à dépasser les blocages. La paralysie du droit de l’espace laisse donc le champ libre aux Etats pour poursuivre leurs ambitions nationales.