séparatistes

Guerre au Yémen : catalyseur des tensions entre Arabie saoudite et Emirats arabes unis

Des séparatistes à Aden. 29 août 2019. Tous droits réservés.

Le mardi 3 septembre, un rapport des Nations unies, qui sera présenté au cours de la prochaine session du Conseil des droits de l’homme du 9 au 27 septembre, fait état des multiples « crimes de guerre » dans le pays commis par les diverses parties.
Depuis 2015 et l’éclatement du conflit, la guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts et a durement éprouvé les civils. Pour l’ONU, il s’agit de la « pire crise humanitaire au monde ».
Appelé autrefois « l’Arabie heureuse », le Yémen est aujourd’hui le pays le plus pauvre de la péninsule arabique. Embourbé dans des conflits internes depuis une cinquantaine d’années, il est aujourd’hui le théâtre d’une véritable guerre. En mars 2015, les Houthis, une faction minoritaire du chiisme appuyée par l’Iran et le Hezbollah libanais, ont pris le contrôle du palais présidentiel et de la capitale Sanaa. Le gouvernement d’Abdrabbo Hadi, d’abord replié à Aden puis réfugié en Arabie saoudite, demande l’aide de Riyad, son allié historique. Le royaume wahhabite, dirigé par le prince héritier Mohamed ben Salmane (MBS), met en place sous son commandement une coalition de pays arabes voisins pour combattre les Houthis et soutenir les forces loyales au Président Hadi. Sur le sol yéménite, l’Arabie saoudite se livre alors à une guerre par procuration avec l’Iran, son principal rival dans la région. Riyad et Téhéran se disputent en effet le leadership au Moyen-Orient et le conflit au Yémen s’inscrit dans un contexte d’escalade des tensions.
Depuis le mois d’août, un nouveau front s’est ouvert dans un Yémen déjà fragmenté. A Aden, les forces gouvernementales s’opposent aux séparatistes ayant pris le contrôle de la ville qui réclament l’indépendance du sud du pays. Les Emirats arabes unis, engagés dans le conflit depuis ses débuts et considérés comme un pilier de la coalition commandée par le royaume wahhabite, sont accusés d’aider une faction des séparatistes. Abou Dhabi se justifie en avançant avoir mené des raids aériens, notamment contre des « milices terroristes », dans un cas de « légitime défense ».
En juillet, l’émir ben Zayed (MBZ) avait annoncé la réduction de ses troupes, déplorant des pertes importantes en termes d’hommes – Abou Dhabi ayant envoyé un nombre conséquent de soldats sur le sol yéménite. Pour le New York Times, ce revirement des EAU démontre à quel point les combats pesaient lourdement sur l’alliance émirati-saoudienne, les deux Etats étant les plus gros contributeurs tant en moyen humain que matériel au sein de la coalition.
La situation au Yémen cristallise les tensions entre les deux grands pays du Golfe et fait la lumière sur les objectifs différents poursuivis par Riyad et Abou Dhabi. Si les deux pays partageaient, au début de la coalition, la volonté de remettre Hadi en place, désormais, leurs desseins divergent. Tandis que l’Arabie saoudite entend s’affirmer comme la puissance régionale dominante face à l’Iran en combattant les Houthis, les Emirats arabes unis, poursuivent un objectif territorial. Le sud du Yémen est en effet considéré comme une base permettant d’étendre l’influence émiratie en direction de la mer Rouge et de la corne de l’Afrique. A ce titre, les Emirats ont financé divers groupes séparatistes qui leur sont aujourd’hui favorables. La configuration du Yémen antérieure à la réunification de 1990 – correspondant à un pays scindé entre nord et sud – profiterait donc à Abou Dhabi, selon Gilles Gauthier, ancien ambassadeur de la France au Yémen. Ceci n’occulte en rien, pour Riyad, que les Houthis représentent une menace à la frontière sud.
Face aux « ingérences flagrantes des Emirats », le président Hadi a demandé à l’Arabie saoudite d’intervenir. Toutefois, il se heurte au silence de Riyad, qui se trouve très embarrassé par la dislocation de sa coalition.
Après des décennies de rivalités entre les Saoud et les Zayed, l’entente cordiale et respectueuse qu’entretiennent les princes héritiers MBS et MBZ apporte un nouveau souffle à la relation entre les deux pays constituant l’axe fort dans la région en incarnant des alliés symboliques et historiques. Les récents événements prouvent néanmoins les failles de cette alliance et percent au grand jour les différends opposant l’émirat et le royaume saoudien.
Or, l’Arabie saoudite, dans son combat contre les Houthis a tout intérêt à bénéficier de l’appui militaire des Emirats et devrait favoriser la réconciliation entre le gouvernement et les séparatistes. Dans une volonté d’afficher un front uni en dépit des divergences évidentes, les journaux d’Arabie saoudite et des EAU ont affirmé leur soutien mutuel face aux grands défis que connait la région. A ce titre, l’émirati MBZ a déclaré : « Les EAU et l’Arabie saoudite sont des partenaires. (…). Nos objectifs communs sont la sécurité des Emirats et de l’Arabie saoudite et la stabilité de la région. Nous partageons également un destin et un avenir communs ».
Ces tensions au sein du couple le plus puissant du Golfe bénéficie au rival qatari. En effet, pour le média Al Jazeera, le conflit yéménite est dans une impasse. La position des EAU au Yémen « fait partie d’une stratégie globale pour maintenir la nation la plus pauvre du monde arabe dans un état de faiblesse permanent afin de servir ses propres objectifs ». S’agissant du prince héritier MBS, il est, pour le journal qatari, empêtré dans des « sables mouvants » au Yémen : « incapable de remporter la victoire et incapable de quitter le pays ».
Le ministère français des Affaires étrangères condamne les attaques et affirme agir « en faveur d’une solution politique » en soutenant la position des Nations unies « en vue d’une reprise des discussions sur un accord politique global et inclusif ». Toutefois, la communauté internationale peine à s’imposer sur ce dossier crucial du bassin méditerranéen dont les conséquences géopolitiques peuvent avoir des répercussions sur le sol européen.

Carte du Yémen et forces en présence. Tous droits réservés.

Elections législatives anticipées en Espagne

 

Pedro Sanchez annonçant les élections anticipées. Le 15 février 2019.
Tous droits réservés.

Le Président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a annoncé, vendredi 15 février 2019, les élections générales le 28 avril prochain. Ces élections anticipées interviennent alors que le projet de budget 2019 a été rejeté mercredi 13 février 2019, par une majorité de 191 voix sur 350.

Le Président du gouvernement espagnol était arrivé au pouvoir le 2 juin 2018 après le vote d’une motion de censure provoquant la chute du gouvernement de son prédécesseur, Mariano Rajoy. En une semaine, le parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Sanchez recevait le soutien de plusieurs partis du pays à l’instar de Podemos et des indépendantistes basques et catalans, dans le dessein de pousser Mariano Rajoy vers la sortie.

Pedro Sanchez est depuis à la tête du gouvernement le plus minoritaire de l’histoire espagnole. La droite et l’extrême-droite, incarnées par le Parti populaire (PP), Ciudadanos et Vox, lui reprochent des concessions à l’égard des indépendantistes de Catalogne. Des milliers de manifestants avaient ainsi manifesté le 10 février, réclamant des élections et accusant Pedro Sanchez de menacer la constitution. Pourtant, le dialogue entre gouvernement et indépendantistes a été rompu la semaine dernière, les indépendantistes catalans continuant de réclamer un référendum d’autodétermination, inacceptable pour Madrid. Ils ont donc sans surprise rejeté le projet de budget, leur vote étant pourtant nécessaire au maintien du gouvernement de Pedro Sanchez.

Ce refus de s’aligner sur la position du PSOE intervient alors que la veille a débuté le procès de 12 dirigeants catalans, jugés par la Cour suprême de Madrid pour avoir participé au processus d’indépendance de la Catalogne en 2017. Accusés de rébellion, sédition, malversation et désobéissance, ils risquent jusqu’à 25 ans de prison. En Catalogne, en guise de soutien aux indépendantistes actuellement jugés, une grande grève est prévue le 21 février.

S’il a permis des avancées sociales telles que l’augmentation du salaire minimum à 900 euros ou le décret rétablissant la santé universelle, le gouvernement de Pedro Sanchez restera « le plus court de l’histoire de l’Espagne démocratique ». Le journal El Pais, pourtant proche du parti socialiste espagnol estime que ce changement de gouvernement permettra de « sortir de la paralysie politique ». Madrid connait ces dernières années la fin de son bipartisme traditionnel et ces élections générales seront les troisièmes en moins de quatre ans. Le scrutin se déroulera un mois avant le « superdomingo » (super dimanche) du 26 mai prochain, durant lequel se tiendront les élections régionales, municipales et européennes.