Séoul

La Corée accueille les auditeurs de la 4e session nationale de l’IHEDN « Enjeux et stratégies maritimes » pour leur mission de fin d’étude

Isolée du continent asiatique par une frontière extrêmement hermétique, la Corée du Sud est devenue un « Etat quasi insulaire » et a construit son développement exceptionnel sur son économie maritime constituant pour les auditeurs une destination idéale. Un programme de 6 jours particulièrement dense leur a offert l’opportunité de nombreuses visites et rencontres permettant de riches débats animés par des personnalités de très haut niveau sur des sujets maritimes variés.

Dès l’après-midi de leur arrivée, ils ont été accueillis à l’ambassade où S.E.M. Fabien Penone, ambassadeur de France en Corée du Sud, assisté de ses grands conseillers, leur a donné les principales clés de lecture pour appréhender ce pays qui connait un essor économique exceptionnel. En effet, de 3ème pays le plus pauvre du monde à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, la Corée du Sud est devenue la 11ème puissance économique mondiale. Mais quelle ne fut pas leur surprise en arrivant à l’ambassade de découvrir les photos de Cédric de Pierrepont et d’Alain Bertoncello entourées de fleurs déposées par des Coréens anonymes reconnaissants envers les deux commandos marines français qui avaient donné leur vie pour la libération d’otages parmi lesquels une Sud-Coréenne.

Le général de corps d’armée Patrick Destremau, directeur de l’IHEDN, le vice-amiral d’escadre (2s) Gérard Valin, responsable des sessions nationales « Enjeux et stratégies maritimes » de l’IHEDN, et le général de brigade Guillaume Grimaux, commandant de la Gendarmerie maritime, devant l’ambassade de France en Corée du Sud, où des fleurs ont été déposées à la mémoire de Cédric de Pierrepont et d’Alain Bertoncello.

Intervention de S.E.M. Fabien Penone devant les auditeurs et des personnalités sud-coréennes.

Le lendemain, les auditeurs ont eu d’abord l’occasion d’aborder les grands enjeux de sécurité maritime auxquels sont confrontés la Corée du Sud avec Patrick Defranoux, président de Thales Korea, et avec le président et des chercheurs du Korea Institute for Maritime Strategy (KIMS), partenaire de l’institut FMES qui apporte son expertise maritime à l’IHEDN pour la session nationale « Enjeux et stratégies maritimes ».

L’après-midi fut consacrée à des rencontres plus institutionnelles, au ministère de la Défense nationale d’abord, puis à l’Assemblée nationale, où M. Song Yong-Gil, député sud-coréen, leur a présenté les grands enjeux de la réunification entre les deux Corées.

À l’Assemblée nationale avec le député SONG Yong-Gil

Le mercredi, un dernier passage à l’ambassade de France a permis aux auditeurs d’échanger avec S.E. M. Park Heung-Kyeong, ambassadeur pour les Affaires arctiques de la République de Corée et avec des représentants du ministère des Océans et des Pêches coréen. Ils purent ainsi poser de nombreuses questions sur les ambitions de la Corée du Sud en Arctique – qui a obtenu le statut d’observateur du Conseil de l’Arctique en 2013 – et sur la politique qu’elle conduit pour rendre ses ports plus attractifs face à la forte concurrence de ses voisins.

S.E. M. Park Heung-Kyeong, ambassadeur pour les Affaires arctiques de la République de Corée

Les auditeurs sont ensuite partis à la découverte du port d’Incheon où ils ont visité le KGC Tae Pung Yang VIII 3008, frégate de 3000 tonnes, l’un des fleurons des garde-côtes sud-coréens qui jouent un rôle majeur dans cette Nation maritime par excellence.

La 4e Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » à bord du KGC Tae Pung Yang VIII 3008

Le jeudi, après une soirée passée à découvrir les spécialités culinaires de Séoul, capitale réputée pour sa cuisine de rue (street food), la session s’est rendue à l’état-major de la seconde flotte, stationné à Pyeongtaek. Les auditeurs furent d’abord accueillis par le directeur du musée des Incidents des îles du Nord-Ouest, où leur furent ensuite présentés les enjeux de mémoire liés à l’incident de Baengnyeong, autrement dit le naufrage en 2010 d’une corvette de la Marine coréenne, le Cheonan, torpillée par la Corée du Nord, causant la mort de 46 marins. Ensuite, rejoints par le commandant de la seconde flotte, Coréens et Français réunis par une même émotion, ont respecté une minute de silence à la mémoire de ces marins, au pied de l’épave du Cheonan, renflouée, rénovée et exposée au public au sein de la base navale.

Les auditeurs devant l’épave du Cheonan

Ensuite, les auditeurs ont été reçus de façon particulièrement chaleureuse et professionnelle par la Korea National Defense University (KNDU) dont la fanfare a accueilli les auditeurs à leur arrivée. Cette université de grande renommée est un partenaire de choix pour l’IHEDN qui a signé avec elle un accord de coopération en 2017. L’après-midi, consacrée à un séminaire conjoint entre les deux instituts, a permis des échanges et des débats très riches sur des sujets stratégiques aussi variés que l’influence croissante de la Chine sur la scène internationale – notamment à travers la « Belt Road Initiative » (BRI) – ou les enjeux de sécurité maritime contemporains au premier rang desquels le climat et la protection de la biodiversité marine.

Accueil en fanfare à la Korea National Defense University (KNDU)

Échange de cadeaux avec le général de corps d’armée LEE Seok Gu, président de la KNDU

Les auditeurs à la Korean National Defense University (KNDU)

Cap ensuite au sud-est vers le cœur de l’industrie maritime coréenne pour atteindre Ulsan, ville côtière profondément marquée par l’industrie navale, et profiter d’une nuit bien méritée après un long trajet en bus à travers la campagne coréenne.

Le programme du vendredi fut aussi dense que celui des jours précédents. Dès potron-minet, les auditeurs furent accueillis par le général Ha dans les superbes locaux des garde-côtes du port de la ville équipés de système de contrôle particulièrement modernes, performants et – petite satisfaction – de fabrication française.  Quatrième port au monde pour le transport de liquide, avec 200 millions de tonnes de transits annuels, Ulsan abrite également une construction navale florissante. Le trafic maritime y croît donc sans trêve d’année en année comme le rôle des Garde-Côtes.

La 4e Session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » chez les Garde-Côtes d’Ulsan

Toujours à Ulsan, les auditeurs se sont ensuite rendus chez Hyundai Heavy Industries, plus grand constructeur naval au monde, chantiers duquel sont lancés près de 50 navires par an. Cette fulgurante réussite industrielle qui a transformé un village de pêcheur en épicentre du monde maritime depuis 1972, est due à la puissance du groupe Hyundai, l’un des « Chaebol » (grand conglomérat industriel familial) sud-coréens, qui a su intégrer les différentes filiales de son groupe pour maximiser l’efficience de son chantier naval, tout en offrant des solutions globales aux clients du groupe. Hyundai Heavy Industries espère ainsi conserver sa position de chef de file international de la construction navale, en se concentrant notamment sur le lancement de navires et plates-formes à haute valeur technologique. Au cours de cette visite, les auditeurs ont pu apprécier la démesure de ce chantier avec ses quatre kilomètres de quais, ses dizaines de portiques monumentaux capables de soulever les blocs qui, une fois soudés par les 10 000 ouvriers du site, permettent l’assemblage des navires.

Les auditeurs chez Hyundai Heavy Industries, premier chantier naval du monde

La session s’est ensuite dirigée vers Busan, deuxième ville du pays, impressionnante par son étendue, et le contraste flagrant entre la verticalité de ses nombreuses tours et son riche front de mer, où se mêlent plages, ports de pêche, de plaisance et port industriel.

Les auditeurs se sont d’abord rendus au commandement de la Marine de la République Sud-coréenne (« ROK Fleet »), où le vice-amiral Hwang, directeur du centre des opérations maritimes a donné une dimension toute particulière à cette rencontre par sa présentation des enjeux de cette Marine, régulièrement confrontée à des offensives de la part de son voisin du Nord, qui dispose d’un spectre capacitaire étendu, et participe à de nombreux exercices internationaux. Avec ses 70 aéronefs, 140 bâtiments de surface et 10 sous-marins, elle représente d’ailleurs un allié de poids pour la France en Asie. Au point que nos marines ont effectué onze exercices conjoints d’interaction (« Passex ») depuis 2002.

 Avec le vice-amiral Hwang devant le « ROK Fleet » Command

Toujours à Busan, les auditeurs se sont rendus au cimetière du mémorial des Nations unies en Corée, seul cimetière de l’ONU au monde. Ils y ont déposé une gerbe devant le monument dédié aux soldats français du Bataillon de Corée morts lors de la guerre de Corée (1950-1953), en leur hommage, mais aussi en mémoire de Cédric de Pierrepont et d’Alain Bertoncello. Ils eurent ensuite le grand honneur de participer à la cérémonie des couleurs.

Dépôt de gerbe et Marseillaise a capella au monument dédié aux soldats français

 Cérémonie des couleurs au cimetière de la guerre de Corée avec les soldats de l’ONU

Enfin, avant de rentrer à Séoul par le KTX, dérivé du TGV français, les auditeurs ont eu le temps de découvrir le marché aux poissons de Busan, le plus grand de Corée du Sud, pour y faire des découvertes surprenantes et des dégustations pour le moins exotiques…

Plus culturel, le samedi n’en a pas été moins riche et émouvant. En effet, les auditeurs se sont d’abord rendus au Mémorial de la guerre de Corée pour un dépôt de gerbe et un ultime hommage à nos soldats morts pour la France. A 10 000 km des Invalides ont été lues par l’un des leurs les paroles du chant entonné par le commando Hubert lors de la cérémonie en mémoire de Cédric de Pierrepont et d’Alain Bertoncello avant que la Marseillaise ne retentisse à nouveau en plein centre de Séoul sous le regard admiratif de Coréens chez qui le devoir de mémoire est profondément ancré.

Dépôt de gerbe et Marseillaise a capella devant la stèle des soldats du Bataillon de Corée français mort pour la France  

Après la visite de ce mémorial impressionnant puis de celle du palais royal de Gyeongbokgung cœur de l’âme coréenne, et du quartier d’Insadong particulièrement animé, cette mission s’est conclue par un dîner traditionnel coréen. Ce fut l’occasion pour les auditeurs de remercier l’attaché de défense, le colonel David Johan, et son adjoint, le premier-maître Brenier, pour leur investissement dans la réussite de cette mission en Corée qui fut à la fois dense, riche et passionnante.

Séminaire sur les révolutions technologiques dans les domaines de la sécurité et de la défense

 

Le vice-amiral d’escadre (2s) et directeur de l’Institut FMES Pascal Ausseur durant sa présentation.

Le jeudi 4 avril, l’institut FMES a participé à Séoul à un séminaire franco-coréen sur les révolutions technologiques dans les domaines de la sécurité et de la défense.

Les révolutions technologiques ont été le vecteur de bouleversements de nos modes de vie. A l’instar du téléphone mobile, d’internet ou du GPS, ces changements importants sont souvent issus des domaines de la défense et de la sécurité. Actuellement, en France et en Corée, les pouvoirs publics continuent de soutenir le domaine technologique et encouragent la recherche de nouvelles technologies dites de « rupture ». A ce titre, dans le cadre de sa « Réforme de la Défense 2.0 », le gouvernement coréen s’apprête à innover dans le domaine de la défense.

A l’heure de la 4ème révolution industrielle, synonyme de connexion et de convergence, nos forces armées hautement connectées sont de plus en plus dépendantes des systèmes numériques. Ces systèmes accroissent leurs capacités d’information et d’action, mais posent également des problèmes nouveaux comme, à titre d’exemple, leur vulnérabilité aux cyber-attaques ou les conséquences éthiques et juridiques de la robotisation ou de l’intelligence artificielle.

Ce séminaire, qui a réuni des responsables et experts issus de France et de Corée autour d’enjeux centraux pour l’avenir et la sécurité des deux pays, s’inscrit dans un contexte où Paris et Séoul entendent renforcer leur coopération.

La journée a débuté par l’allocution de l’ambassadeur de France en Corée, Fabien Penone. Plusieurs présentations se sont succédées. Le vice-amiral d’escadre (2s) Pascal Ausseur, directeur à l’institut FMES, a abordé l’impact des révolutions technologiques dans le domaine du maintien de la liberté d’action maritime, en particulier dans les « mers resserrées » que sont la Méditerranée et la mer de Chine du sud, deux zones stratégiques.