Région Sud

Lancement du Label régional d’intelligence économique à destination des PME et TPE

La Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur est un acteur évidemment incontournable dans l’appui du développement économique d’un tissu régional très riche. A ce titre, son centre ressources, l’institut FMES a développé une démarche visant à consolider la robustesse de ce tissu par le biais d’une démarche régionale d’intelligence économique au profit des PME et TPE très exposées aux risques affectant leur patrimoine immatériel.

Cette démarche a conduit à la création d’un label régional d’intelligence économique destiné aux PME et TPE du territoire.

Elle revêt un caractère unique à l’échelle nationale. Un caractère exemplaire aussi. Cet engagement de la Région vient enrichir les actions d’ores et déjà concrètes menées en faveur des entreprises. Elle offre aux entreprises l’opportunité de suivre un parcours de formation et de conseils. Ce label a pour objectif d’assurer la sécurisation de leurs savoir-faire ainsi que de leur patrimoine informationnel afin d’améliorer leur positionnement stratégique vis-à-vis des grands donneurs d’ordre ou dans la passation de nouveaux contrats.

Dans un contexte singulièrement compliqué pour les entreprises quelle que soit leur taille, cette initiative prend un sens particulier car elle s’inscrit dans une perspective de renforcement de la protection d’acteurs économiques sensibles. Elle concourra à l’accroissement de leur compétitivité    et à l’attractivité du territoire.

Ce parcours, proposé à partir du mois d’octobre 2020, s’adresse aux PME et TPE régionales volontaires. Elles s’engageront, une fois leur candidature retenue, dans un parcours de formation et de conseil adapté à leur taille et à leurs effectifs.

A l’issue du cycle de formation comprenant trois niveaux distincts et complémentaires, un label régional d’intelligence économique pourra leur être délivré.

Les entreprises intéressées sont aujourd’hui invitées à se rapprocher de monsieur Florian PUTAUD, chef de projet en intelligence économique à l’institut FMES, chargé de les accompagner pour faciliter les démarches de candidature (montage du dossier, aide de minimis)

f.putaud@fmes-france.org / 06 25 09 49 64

La date limite de retour des candidatures est fixée au 30 juin 2020. Les entreprises candidates seront informées de leur sélection avant le 31 juillet 2020.

Un élan concret au service de l’économie de défense

Dans un contexte de la pandémie COVID 19 où des incertitudes pèsent sur les conditions de relance des activités de nos entreprises, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur est mobilisée pour accompagner au mieux l’écosystème industriel. A cette fin, tous les leviers mis en place à l’échelle régionale ou nationale sont proposés aux acteurs économiques pour atténuer les effets inévitables de la paralysie de certaines filières ou du ralentissement de l’activité. Depuis le début de cette crise, une écoute et un dialogue se sont noués de façon permanente avec des rendez-vous en visioconférence.

Ainsi, pas moins d’une trentaine d’acteurs publics et privés a participé à une réunion pilotée par Philippe Vitel vice-président de la Région et centrée sur l’économie de la mer le jeudi 16 avril. Par ailleurs, il est utile de rappeler ici l’engagement du ministère des armées en sa qualité de premier acheteur public de l’État pour accompagner au niveau régional les petites et moyennes entreprises (PME), les entreprises de taille intermédiaire (ETI). Ce tissu est particulièrement riche sur notre territoire méditerranéen et couvre presque toutes les filières existantes dont certaines transverses s’intéressent à un champ très large d’applications. Cet engagement s’inscrit donc en relation directe avec la Région qui veille en permanence à la vitalité et la pérennité d’une base industrielle et technologique de la défense (BITD) capable de développer, de réaliser et de soutenir de manière autonome et compétitive les capacités stratégiques de notre outil de défense. Cette vitalité s’impose aussi pour toutes les PME performantes et dont le fil directeur est celui de l’innovation.

L’institut FMES, centre ressources de la Région Sud, Provence-Alpes-Côte d’Azur, constitue un précieux levier de l’accompagnement de cet écosystème technologique qui représente près de 2000 entreprises. Il était dès lors naturel qu’une convention entre le ministère des armées et l’institut soit établie. Elle traduit l’esprit d’un engagement au service des entreprises dans l’environnement de la défense et de la sécurité ou dans les domaines technologiques de pointes susceptibles d’intéresser la défense.

L’objet de cette convention s’inscrit dans le cadre du plan « action PME » du ministère des armées et se décompose en quatre champs d’actions: la sécurisation économique (participer à l’éveil des entreprises aux enjeux de l’intelligence économique, de la protection des actifs et de la menace cyber), la connaissance de la BITD méditerranéenne (pour faciliter les partenariats entre entreprises su-européennes), le Soutien export et la structuration d’une offre de services pour aider les entreprises.

Cette convention illustre parfaitement les engagements partagés de l’État et de la Région et l’esprit de responsabilité qui les anime dans leur vocation à servir les intérêts de nos entreprises. Une belle manière en somme de concentrer nos efforts pour maintenir une autonomie stratégique des filières dont certaines sont vitales pour notre souveraineté.

Dans ce contexte de crise sans précédent, il était sans doute utile de mettre en avant une dynamique dont nous mesurons aujourd’hui qu’elle conserve une exceptionnelle vitalité.

L’institut FMES prendra sa part à ce formidable élan régional.

Mobilité et technologies duales

Au cours de l’année 2019, l’institut FMES a mené une étude sur l’intérêt de la défense dont les emprises sont nombreuses en Région sur le développement d’une filière sur les véhicules terrestres du futur.

Plutôt connue pour ses filières navale et aéronautique, la région Sud dispose aussi de la capacité industrielle à développer des solutions innovantes pour l’automobile. Les constructeurs ont par ailleurs accès à des centres d’essai particulièrement adaptés. Les capacités technologiques dans les domaines de l’énergie ou du numérique développées en Région sont des atouts permettant d’influer sur l’empreinte environnementale et l’autonomie des véhicules du futur. Si des leaders industriels existent pour les filières navale et aéronautique tels que Naval Group ou Airbus Helicopter, ils font cependant défaut pour celle liée à la mobilité terrestre.

Pour autant, le caractère dual des technologies développées autorise à démultiplier l’emploi d’une brique technologique indépendamment de la filière. Ainsi de nombreux domaines technologiques comme la robotique ou l’intelligence artificielle, pour lesquels la région Sud est en pointe, peuvent autant intéresser l’industrie automobile du futur et les services qui lui seront associés que les forces armées.

Cette dualité intéresse d’autant plus le ministère des Armées qu’il fait appel lui aussi à des technologies d’application civile. En conséquence, l’innovation centrée sur les nouvelles technologies est bénéfique au développement durable d’une part et s’inscrit en cohérence avec les politiques locales de mobilité d’autre part.