Parlement

Elections européennes : le nouveau visage de l’UE

Le Parlement européen.
Tous droits réservés.

Du 23 au 26 mai, les électeurs des 28 pays de l’Union européenne étaient appelés à se rendre aux urnes pour élire les nouveaux députés du Parlement européen. Si le taux de participation a atteint un niveau historique, déjouant les sondages, les résultats du scrutin annoncent une Union européenne fragmentée entre différents partis politiques.

Pour la première fois depuis 1979, le bloc de centre droit (PPE) et celui des sociaux-démocrates (PSE) perdent leur majorité. L’influence des partis traditionnels a diminué au profit de nouvelles formations qui prennent de l’essor, en particulier les partis libéraux, eurosceptiques et écologistes. S’agissant des pays méditerranéens, aucune tendance générale ne peut être dégagée. En Grèce, Alexis Tsipras sort perdant du scrutin, son parti Syriza étant arrivé 9 points derrière son principal rival de droite. Face à ce résultat, le Premier ministre grec a appelé à des élections législatives anticipées. A Malte, le parti travailliste dont est issu le président remporte la victoire, comme le prévoyaient les sondages, comme en Espagne et au Portugal. Dans l’autre Etat insulaire, les conservateurs chypriotes sont arrivés en tête. En Slovaquie, le parti de la présidente a remporté les élections. En Italie, La Ligue de Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur est arrivée en tête.

Le résultat des élections influe sur la nomination du président de la Commission. Dans un souci de démocratisation, l’UE avait retenu, depuis le Traité de Lisbonne, le principe selon lequel le parti ayant obtenu le plus de suffrage propose le président de la Commission. Mardi 28 mai, les chefs d’Etat des 28 membres de l’UE se sont donc réunis afin de discuter des potentiels prétendants. Le conservateur allemand Manfred Weber, leader du PPE, qui demeure le parti le plus puissant, figure logiquement en tête des candidats postulant à la succession du Luxembourgeois Jean-Claude Juncker. Ayant fait toute sa carrière politique au service de l’Union européenne, il souffre cependant d’un manque de notoriété, n’ayant jamais participé à un gouvernement. Malgré le soutien de Berlin, sa candidature est affaiblie par le recul du PPE et la concurrence d’autres candidats. Parmi eux, est pressenti le social-démocrate néerlandais Frans Timmermans, actuel premier vice-président de la Commission. Pour autant, le PSE subit, à l’instar du PPE, un revers et Frans Timmermans, jugé trop technocrate, est critiqué en Europe de l’Est. Le camp des libéraux, qui a progressé lors des dernières élections, soutient la Danoise Margrethe Vestager qui a su ces dernières années, s’imposer dans le paysage européen. A l’issue du scrutin, cette dernière a déclaré : « Le monopole du pouvoir est brisé. Une coalition de ceux qui veulent avancer est plus que nécessaire ». Elle serait d’ailleurs la première femme de l’histoire à occuper le poste de président de la Commission qui a vu se succéder 13 hommes depuis 1958. Enfin, le quatrième candidat potentiel est Michel Barnier. Ce Français, qui semble avoir le soutien de Paris, est membre du PPE et bénéficie d’une grande expérience à la fois européenne et nationale. Il s’est notamment illustré en tant que négociateur en chef de l’UE pour le Brexit.

Outre la montée des partis populistes eurosceptiques et la percée des partis écologistes, cette nouvelle configuration du Parlement européen pourrait permettre des débats moins figés donnant lieu à une recherche de la majorité pour chaque texte proposé. Du même fait, les conservateurs et les socialistes n’ayant plus autant de poids qu’auparavant, pourraient se rapprocher des partis centristes et des Verts dans le dessein de constituer de nouvelles alliances.

 

Brexit : après un troisième rejet, le scénario d’un « no deal » probable

 

Theresa May. Tous droits réservés.

Vendredi 29 mars 2019, date à laquelle le Royaume-Uni devait initialement sortir de l’Union européenne, les députés britanniques étaient de nouveau appelés à voter sur l’accord de divorce entre le Royaume-Uni et l’UE. L’accord négocié par Theresa May, après les refus du 15 janvier et du 12 mars, a été finalement rejeté par 58 voix d’écart (344 voix contre 286).

La solution prônée par la cheffe du gouvernement prévoyait l’acceptation du texte et une sortie actée au 22 mai 2019, permettant toutefois une période de transition jusqu’au 31 décembre 2020. Cette option aurait ainsi empêché une sortie brutale de l’Union européenne après plus de quarante ans de liens tout en évitant la participation aux élections européennes.

Après des longs mois de négociations avec Bruxelles, Theresa May avait présenté cet accord comme le seul possible. La Première ministre avait même promis de démissionner à l’issue de ce vote s’il était accepté afin de rallier les plus ardents Brexiters. Cet argument a convaincu certains députés, à l’image de son principal rival Boris Johnson, ancien ministre des Affaires étrangères et fervent défenseurs du Brexit. Néanmoins, seuls 43 des 75 députés conservateurs ont modifié leur position. Quant aux unionistes nord-irlandais, alliés aux conservateurs, ils ont à nouveau refusé de soutenir le texte, craignant que le « filet de sécurité », évitant le retour d’une frontière avec la République d’Irlande, n’éloigne progressivement l’Irlande du Nord du reste du Royaume-Uni.

Ce vote représente un grave échec pour Theresa May. A l’issue du vote, la Première ministre a déclaré : « Les conséquences de la décision de la Chambre sont graves (…). Je crains que nous n’atteignions les limites de ce processus dans cette chambre ». En effet, ce vote est un sérieux désaveu pour la ministre conservatrice. La Chambre ayant rejeté le texte, le Brexit aura lieu le 12 avril prochain, sans accord sauf si Londres présente une alternative ou réclame un nouveau report. Cette dernière option paraissant irréalisable, la perspective d’un « no deal » et d’un Brexit dur se dessine davantage. Par un communiqué, la Commission européenne regrette le résultat du vote et juge qu’une sortie sans accord le 12 avril est « désormais un scénario probable » et qu’il « appartiendra au Royaume-Uni d’indiquer la voie à suivre avant cette date ».

Un Brexit sans accord représente un cas de figure inquiétant pour les milieux économiques. Le président du Conseil européen Donald Tusk a, dans la foulée, convoqué un sommet européen le 10 avril prochain, soit deux jours avant la sortie du Royaume-Uni de l’Union. Les chefs d’Etats des pays membres de l’Union européenne, dont le président de la République française Emmanuel Macron et le chancelier autrichien Sebastian Kurz présagent également l’hypothèse d’un Brexit dur.

En sus de diviser le Royaume-Uni, la question du Brexit fragilise davantage la Première ministre et pose la question de sa survie à la tête du gouvernement britannique. Jeremy Corbyn, le chef du parti travailliste a appelé Theresa May à se retirer et à déclencher des élections générales face à cette situation qui semble sans issue.

Lundi 1er avril, les parlementaires britanniques devront cependant se prononcer sur des scenarii alternatifs, qu’ils avaient déjà rejeté le 27 mars dernier. Parmi eux se trouvaient la perspective d’une sortie sans accord ou encore la mise en place d’une union douanière avec l’UE.