Palestine

Un nouveau revirement dans le plan de « paix » pour résoudre le conflit israélo-palestinien par l’administration Trump


Le Président des Etats-Unis, Donald Trump (à gauche), rencontre le Premier ministre Israélien, Benyamin Netanyahou, à New-York le 18 septembre 2017. Tous droits réservés.

Le conflit israélo-palestinien sévit depuis plus de 70 ans. Le plan de « paix » de l’administration Trump s’inscrit dans une longue lignée de consortium d’idées pour résoudre ce conflit.

Conformément à ses promesses de campagne, le Président Trump a assuré régler ce conflit. Selon les dernières informations, le plan prévu ne verra le jour qu’à la mi-juin, après de multiples repousses  en raison du contexte tendu. Encore faut-il que ce plan soit accepté par les parties concernées et plus majoritairement qu’il y ait un consensus international.

Historiquement, les tentatives de compromis et d’accords entre Israël et la Palestine sont nombreuses. La première d’entre elles concerne le plan Peel de 1937qui prévoyait un partage de la Palestine entre un Etat juif, un Etat arabe et un corridor contrôlé par les Britanniques. La proposition Peel a été mise en échec par le refus des pays arabes. Les accords d’Oslo entre Israël et l’OLP (Organisation de libération de la Palestine) de 1993 avaient pour but de poser les premiers jalons d’une résolution du conflit. Cependant,  le processus s’est brusquement arrêté en 1995 après l’assassinat du Premier ministre israélien Itzhak Rabin. Depuis, les conflits s’enlisent et aucune solution ne semble frayer son chemin.

Depuis deux ans, l’administration Trump échafaude un plan présenté comme « l’affaire du siècle » censé résoudre le conflit israélo-palestinien. Toutefois, le plan ne cesse d’être modifié. En effet, en mars, le plan prévoyait la création d’une entité palestinienne souveraine, comprenant la bande de Gaza et une partie du Sinaï égyptien. Pourtant, en avril 2019, il est envisagé qu’il n’y ait plus d’entité palestinienne, mais des propositions « réalistes […] qui permettent aux gens de mieux vivre » selon le conseiller et gendre du Président Trump, Jared Kushner. Alors que ce texte devait être dévoilé après les élections législatives israéliennes du 9 avril 2019, la teneur du plan reste sous le sceau du secret.

Si le 45ème Président des Etats-Unis venait à proposer ce plan, il s’agirait d’un revirement sans précédent. Après avoir reconnu Jérusalem comme la capitale de l’Etat hébreu et avoir validé l’occupation du plateau du Golan, alors que le CSNU (Conseil de sécurité des Nations Unies) l’a qualifiée dans sa résolution 497 de « nulle et non avenue, et sans effet juridique international », il paraît logique de penser que Donald Trump veut en finir avec l’idée d’une solution à deux Etats.

De plus, le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo a déclaré samedi 13 avril sur CNN qu’« il y a eu beaucoup d’idées depuis quarante ans. Aucune n’a apporté la paix entre Israéliens et Palestiniens ». Il a ajouté « [l]a nôtre est de proposer une vision qui présente des idées nouvelles, différentes, uniques, qui tentent de reformuler et de remodeler ce qui est un problème insoluble ».

D’un côté le Premier ministre Israélien, Benyamin Netanyahou, proche de son homologue américain, refuse le retrait des colonies installées sur les territoires palestiniens et affirme que « si [le plan propose le retrait des colonies], alors Israël n’y souscrira pas ».

De l’autre côté, le Président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, refuse tout contact et rejette toutes les démarches de l’administration Trump depuis la reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur Jérusalem. Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh dénonce pour sa part « un chantage financier » de la part des Etats-Unis, notamment après la réduction de plusieurs centaines de millions de dollars d’aides aux Palestiniens.

En Europe ce nouveau projet ne fait pas l’unanimité non plus. En effet, d’anciens ministres des Affaires étrangères, des Premiers ministres et deux anciens secrétaires généraux de l’OTAN ont signé un courrier envoyé à l’UE et à l’ensemble des gouvernements européens pour rejeter le plan de « paix ». Ils mettent en garde contre la création d’une entité palestinienne « dépourvue de souveraineté ». On peut y lire : « [i]l est temps que l’Europe maintienne ses paramètres de principe pour la paix en Israël-Palestine ».

Les signataires de cette lettre estiment donc qu’il serait préférable que l’Europe travaille aux côtés des Etats-Unis – dont l’implication historique en tant que médiateur au sein du conflit a récemment perdu sa neutralité affichée.

L’avenir du conflit israélo-palestinien, semble découler du plan de « paix » que les Etats-Unis proposeront à la mi-juin. En cas de refus d’une partie ou de l’autre, la situation restera bloquée une fois de plus.

Le conflit israélo-palestinien au cœur de la visite du roi de Jordanie Abdallah II au Maroc

Le roi Abdallah II et le roi Mohammed VI. Tous droits réservés.

Mercredi 27 mars, le roi Abdallah II, souverain du Royaume hachémite de Jordanie, a débuté une « visite d’amitié et de travail » de deux jours au Maroc sur invitation du roi Mohammed VI.

Cette visite, la 6ème du roi Abdallah au Maroc, intervient alors que le contexte régional du Moyen-Orient est tendu, depuis la reconnaissance unilatérale de la souveraineté de l’Etat d’Israël sur le Golan syrien par le président américain Donald Trump. Ce soutien américain à l’occupation israélienne se fait à quelques semaines des élections législatives israéliennes auxquelles participe l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahou. Israël a conquis une grande partie du Golan syrien (environ 1.200 km2) lors de la guerre des Six Jours en 1967, avant de l’annexer en 1981. Alors que cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale, la décision du président américain a été vivement critiquée par de nombreux pays, bien au-delà de la Syrie. Damas a d’ailleurs de nouveau dénoncé lundi 25 mars une « atteinte flagrante » à sa souveraineté.

En sus de la question du Golan, le conflit israélo-palestinien est au programme des discussions entre les deux monarques et notamment la préservation des lieux saints de la ville de Jérusalem. Abdallah II est en effet tuteur des lieux saints de Jérusalem, conformément au traité de paix signé en 1994 entre Israël et la Jordanie tandis que Mohammed VI est président du comité Al-Qods. Tous deux jouissent par la même d’une position de « Commandeurs des croyants » et de descendants du prophète. Dimanche 24 mars, le tribunal de Jérusalem a ordonné une nouvelle fois la fermeture d’un bâtiment sur l’esplanade des Mosquées, dans une logique de judéisation de la ville. A travers cette visite à Rabat, le monarque jordanien cherche un allié dans la sauvegarde de ces lieux saints. La rencontre entre les deux hommes répond aussi à un besoin de coordination et de concertation entre deux pays ayant une légitimité et une responsabilité dans la défense de la cause palestinienne.

Rabat et Amman, étroitement liées, entretiennent des relations économiques, de coopération et partagent une convergence de vues sur les questions d’intérêt commun. Les rois Mohammed VI et Abdallah II ont d’ailleurs préservé des relations historiques fortes héritées de leurs pères, les monarques Hassan II et Hussein. Les deux chefs d’Etats insistent sur l’importance d’œuvrer pour le renforcement de la solidarité et de l’unité arabe et islamique dans un monde arabo-musulman divisé par des querelles entre l’Arabie saoudite et ses alliés – Emirats arabes unis et Egypte en premier plan – avec le Qatar, l’Iran ou encore les rebelles yéménites. Les deux monarques affichent également un front sunnite alors que la menace chiite s’accroit dans la région.

Le roi Abdallah II entame cette visite alors que son pays peine à surmonter la crise socioéconomique et le problème lié aux réfugiés en provenance de la Syrie.

Après sa visite, le roi de Jordanie sera reçu vendredi à l’Elysée par le président Emmanuel Macron pour échanger sur les crises régionales, notamment la Syrie et le conflit israélo-palestinien. Il se rendra ensuite à pour le sommet de la Ligue arabe, le 31 mars.

Situation alarmante dans la bande de Gaza

A Gaza, les affrontements meurtriers perdurent entre Israéliens et Palestiniens. Dimanche 23 septembre, un Palestinien a été tué d’une balle dans la tête alors que des Gazaouis s’étaient rassemblés dans le but de lancer des pierres et des pneus enflammés en direction de soldats israéliens.

La situation ne cesse de se détériorer depuis le 30 mars, date à laquelle ont débuté des manifestations pour demander la levée du blocus israélien. Depuis 2007, date à laquelle le Hamas, un mouvement islamiste, remporte les élections législatives, Israël et l’Egypte imposent un embargo à la bande de Gaza. Trois guerres ayant opposé Israël et le Hamas ont eu lieu et, depuis la fin du mois de mars, au moins 180 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens. Les conséquences d’une telle situation sont psychologiques, sanitaires, écologiques et économiques. En effet, l’économie gazaouie est dite « en chute libre » : la croissance négative est d’environ 6% pour le premier trimestre 2018. Ce chiffre peut encore s’aggraver et s’ajoute à un taux de chômage historique de 53% de l’ensemble de la population et de 70% concernant les jeunes.

Entourées d’un mur et privés d’échange avec l’extérieur, deux millions de personnes vivent dans cette enclave de Gaza. La région est prise en tenailles par les querelles intra-palestiniennes entre Fatah et Hamas, mais également par les velléités israélo-américaines. Si le Président américain Donald TRUMP affirme pencher pour la première fois pour la solution à deux Etats lors de l’Assemblée générale des Nations-Unies à New York, le plan de paix préparé par Jared KUSHNER, gendre et conseiller du Président, est très attendu. KUSHNER aimerait faire de Gaza un proto-Etat ou une sorte d’entité autonome liée à l’Egypte.

Plus tôt cette année, Washington a décidé de déplacer son ambassade, de couper les financements aux programmes d’appui aux Palestiniens et notamment à l’UNRWA, l’agence de l’ONU concernant les camps de réfugiés palestiniens. 70% de la population à Gaza bénéficie du statut de réfugié et la situation risque de devenir de plus en plus précaire sans cette aide. Ces décisions américaines interviennent après que Mahmoud ABBAS, Président de l’Autorité palestinienne ait décidé de couper les liens avec Washington. De plus, marginalisé sur la scène internationale, le leader de 83 ans est quasi abandonné par son peuple. Alors qu’en 2017 était envisagée une tentative de réconciliation entre Fatah et Hamas, les positions restent figées, le Fatah espérant toujours pouvoir récupérer la bande de Gaza.

The Danger to Jordan of a Palestinian State

The Hashemite Kingdom of Jordan stands to lose more than any other party from the establishment of a State of Palestine. While the potential dangers and complications for Israel of such a state could be significant, Jordan would face threats to both its social stability and its foundational idea: that it governs the Arab population on both banks of its eponymous river. In addition to the substantial political and security difficulties such a state would create for Jordan, it could also jeopardize its continued viability by shifting the locus of political leadership for a majority of Jordanians away from Amman and towards Ramallah.

Vers le site du centre d’études stratégiques Begin-Sadate (en anglais) ⇒