Méditerranée orientale

Avec Mavi Vatan, la Turquie veut incarner une puissance maritime incontournable

Tous droits réservés.

La marine turque a entamé, mercredi 27 février 2019, le plus grand exercice naval de son histoire. Mavi Vatan 2019 (Patrie bleue) se déroule simultanément sur les trois espaces maritimes bordant le pays : mer Egée, mer Méditerranée et mer Noire. Le but poursuivi est de renforcer l’état d’alerte du pays face aux éventuels évènements sécuritaires.

Dans le cadre de cet exercice de 4 jours qui s’étend sur plus de 462 000 kilomètres carrés, Ankara a déployé des milliers de marins et 103 navires. 13 frégates, 6 corvettes, 7 sous-marins, 7 chasseurs de mines, des hélicoptères et des drones ont participé à l’exercice qui comprend également des war games. Conformément aux règles de l’OTAN, dont la Turquie est membre, Mavi Vatan a été planifié six mois l’avance.

A travers cette action de ses forces navales, la Turquie réalise une démonstration de force dissuasive. Le pays entend montrer à la région et au monde qu’il est en mesure de combattre simultanément sur trois mers afin de défendre ses intérêts. En démontrant ses capacités opérationnelles, la Turquie s’affiche comme unacteur incontournable de la région.

Sans surprise, la démonstration de force d’Ankara inquiète ses voisins. Pour Athènes, Mavi Vatan serait « une nouvelle source d’inquiétude ». Il fait suite aux déclarations du ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusolu, qui a annoncé avant le lancement de Mavi Vatan qu’Ankara enverra les deux bâtiments d’exploration Fatih et Yavuz dans les eaux proches de Chypre afin de commencer l’exploration des ressources de pétrole et de gaz. Les observateurs grecs craignent que la situation intérieure tendue en Turquie – problème kurde, crise économique, etc. – ne conduise le pays à détourner l’attention de son opinion publique en adoptant une posture maritime agressive.

Cet exercice d’ampleur survient en effet alors que les Etats de Méditerranée orientale craignent une recrudescence des tensions autour de la découverte de gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale. La Turquie, présente au Nord de Chypre, espère tirer profit de ces gisements et le président Recep Tayyip Erdogan multiplie les déclarations virulentes à l’encontre de ses voisins en contestant les activités de prospection organisées par le gouvernement chypriote, les jugeant unilatérales. De fait, les tensions se sont creusées avec Athènes et Nicosie ces derniers mois.

La concurrence autour des ressources énergétiques concernent plusieurs pays de la région (dont Chypre, Israël et la Grèce) et les plus grandes multinationales. Parmi elles, se trouvent des géants tels que Total pour la France, ENI pour l’Italie ou encore ExxonMobil pour les Etats-Unis, qui vient d’annoncer la découverte d’un gisement d’environ 200 millions de m3 de gaz dans le sud-ouest de Chypre. Face aux attitudes des différents pays, les querelles autour des hydrocarbures en Méditerranée orientale prendront de l’ampleur au cours des prochaines années.

Le système GPS brouillé en Méditerranée Orientale ? Un enjeu de sécurité maritime et d’autonomie stratégique


Tous droits réservés.

Depuis le début de l’année, dans l’Est de la Méditerranée, de nombreux navires ont été confrontés à des défaillances soudaines de leur GPS[1], impactant leur activité mais surtout leur sécurité. Localisées autour du Canal de Suez et dans une zone allant de l’Est de Chypre à la côte libanaise, ces pannes, prises très au sérieux, ont fait l’objet d’avis urgents aux navigateurs émis par l’Administration Maritime Américaine (MARAD[2]) et par le Commandement Maritime Allié de l’OTAN (MARCOM[3]).

Une enquête est toujours en cours pour connaitre les raisons de ces dysfonctionnements. La piste le plus souvent évoquée est celle d’un brouillage GPS[4] réalisé par un Etat ou un acteur privé[5]. Dans cette région du monde minée par une instabilité géopolitique majeure et des opérations militaires d’envergure[6], ces actions sembleraient imputables aux Etats en guerre.

Une forte dépendance du monde maritime à la technologie GPS

Dans des espaces maritimes très fréquentés, particulièrement en Méditerranée où le trafic est dense, le transport maritime doit pouvoir compter sur une navigation sûre. Or, celle-ci est fortement dépendante du système de positionnement GPS[7]. De nombreux outils d’aide à la navigation tel que l’ECDIS[8], intègrent cette donnée pour calculer la position du navire, voire donner directement des ordres au pilote automatique. Même si, en règle générale, l’intervention humaine permet de contourner ces dysfonctionnements, une position GPS erronée fragilise la sécurité de la navigation.

La précision de navigation, capacité clé des opérations aéronavales

Même si les militaires[9] utilisent une fréquence GPS cryptée réputée plus sûre, la dépendance au système est encore plus stratégique pour les forces aéronavales, que ce soit pour leur positionnement relatif ou la mise en œuvre de leur système d’armes[10].

Leurrer l’ennemi ou l’adversaire ou le priver de cette fonction devient donc un mode d’action militaire. En 2015, une frégate britannique, croyant être en haute mer selon les données de son GPS leurré, naviguait en réalité dans les eaux territoriales de la Chine et fut rappelée à l’ordre par l’aviation de chasse chinoise. Pirater le signal GPS peut donc permettre de déclencher un incident diplomatique.

L’autonomie de navigation au cœur de l’indépendance stratégique

Une réelle indépendance stratégique nécessite donc la totale maîtrise de son système de navigation. C’est la raison pour laquelle les grandes puissances comme les Etats-Unis, la Russie et la Chine possèdent déjà leur propre système autonome et que l’Union européenne disposera en 2020 du système Galileo[11]. Plus précis[12] et plus résistant au brouillage, ce système sera complémentaire du système GPS.

Preuve, si l’en était besoin, que ces enjeux liés à l’intégrité des systèmes de positionnement sont essentiels pour l’autonomie stratégique d’un pays et la liberté de manœuvre de ses forces armées, en particulier en mer. Les Etats-Unis travaillent également sur un GPS nouvelle génération avec un meilleur système de chiffrement et une fonctionnalité « antibrouillage ».

Dans l’avenir, cette autonomie de navigation revêtira un caractère encore plus crucial avec l’émergence des navires autonomes. La supervision à distance saura–t-elle diagnostiquer à temps un leurre ou une erreur de positionnement ? Ces futurs projets confèrent une dimension stratégique accrue à la maîtrise de la numérisation des systèmes, en particulier la sécurisation des données de positionnement face au brouillage.

 

[1] 16 rapports d’interruptions de GPS, dont certaines de plusieurs jours, ont été signalées auprès de l’US Navigation Center (NAVCEN) entre le 18 mars et le 4 novembre 2018.

[2] Maritime Administration.

[3] Allied Maritime Command.

[4] Brouillage GPS pour rendre le signal inutilisable ou Usurpation GPS (Spoofing) qui consiste à tromper un récepteur GPS en émettant des signaux GPS incorrects mais ressemblant à des signaux GPS normaux.

[5] Son coût ayant considérablement baissé, un brouilleur GPS devient abordable pour un privé.

[6] Les nombreuses opérations militaires menées par l’armée égyptienne mais aussi par les navires russes au large des côtes syriennes. D’autres Etats tels que la Syrie, la Turquie, Israël et même le Hezbollah seraient également susceptibles d’utiliser des brouilleurs.

[7] La navigation inertielle peut aussi être utilisée et elle s’abstrait de tout capteur externe

[8] L’ECDIS (Electronic Charts Display Information System) est un système d’informations présentant en temps réel sur des cartes électroniques la position du navire à partir de diverses informations (GPS, sondeur, centrale inertielle pour certains navires, radar anticollision).

[9] Suite à un accord avec les Etats unis, la France et l’OTAN accèdent aux signaux militaires du GPS, plus précis.

[10] D’après le général Jean-Pascal Breton, commandant interarmées de l’espace, les deux tiers des armements tirés en 2016 par les forces françaises ont utilisé le GPS.

[11] Lancée en 1999, la constellation sera composée à terme de 30 satellites. Le signal militaire sécurisé de Galileo étant réservé aux membres de l’UE, les instances européennes ont proposé un accord au Royaume-Uni pour y avoir accès après le Brexit. Une proposition semblable a été faite aux États-Unis.

[12] « On a l’habitude de dire qu’avec le GPS, on sait dans quelle rue on est, avec Galileo, on sait sur quel trottoir ! », déclare le général Jean-Pascal Breton.

Erdogan met en garde contre « les spoliations » en Méditerranée orientale

Recep Tayyip ERDOGAN à Istanbul, le 4 novembre 2018.
Tous droits réservés.

 

« Nous ne permettrons jamais la spoliation des ressources de la Méditerranée orientale », a déclaré le président turc Recep Tayyip ERDOGAN, le 4 novembre 2018, lors de la cérémonie de mise en service de la corvette TCG Burgazada. Il s’agit du troisième navire de combat du projet MILGEM (classe Ada) de fabrication turque.

Le président a également déclaré : « Nous n’autoriserons jamais des initiatives visant à rendre pratiquement impossible l’accès à la mer pour la Turquie » et poursuit : « Nous ne permettrons non plus jamais les initiatives ignorant notre pays et la République turque de Chypre du Nord et visant à usurper les ressources naturelles de la Méditerranée orientale ».

Alors que des gisements ont été récemment découverts en Méditerranée orientale et suscitent les convoitises, la Turquie tente de s’imposer dans la région et s’érige en interlocuteur incontournable. Le pays exerce un contrôle sur la partie Nord de l’île chypriote à travers la République turque de Chypre du Nord, une entité uniquement reconnue par Ankara. La Turquie, qui souhaite tirer profit de la découverte des gisements, multiplie les déclarations à l’encontre de ses voisins et ne cesse de contester les activités de forage organisées par le gouvernement chypriote, les jugeant unilatérales. La découverte des hydrocarbures a permis à la République de Chypre, membre de l’Union européenne mais souveraine sur deux tiers de son territoire, de signer des contrats d’exploitation avec des entreprises multinationales. Parmi elles, se trouvent des géants tels que Total pour la France, ENI pour l’Italie ou encore ExxonMobil pour les Etats-Unis. Au début du mois d’octobre, les autorités chypriotes ont proposé aux grands groupes énergétiques de répondre à un appel d’offres afin d’exploiter un nouveau bloc gazier dans sa ZEE, également revendiquée par la Turquie au profit de la minorité turque de l’île.

Ankara modernise sa flotte dans le dessein de maîtriser son espace maritime proche et de protéger ses activités nationales de forage. Le premier navire spécialisé turc, Fatih, a procédé à son premier forage en profondeur le mardi 30 octobre, au large des côtes. Le ministre turc de l’Energie et des Ressources naturelles, Fatih DONMEZ a affirmé que l’objectif est « d’ouvrir deux puits de forage en moyenne par an ».

Recep Tayyip ERDOGAN s’appuie sur les récents événements survenus dans la région notamment les tensions gréco-turques, pour affirmer que la flotte turque augmente la puissance, la dissuasion et la mobilité d’Ankara en mer, ainsi que sa détermination à préserver ses intérêts nationaux. A l’instar des « terroristes en Syrie » punis par la Turquie, le chef de l’Etat turc menace « les bandits en mer ». Dans cette atmosphère de tensions, la Turquie développe son industrie de défense et réduit sa dépendance extérieure, cette dernière étant passée de 80% à 35% selon le président turc.

La découverte des hydrocarbures génère de grands espoirs mais fait l’objet de crispations dans une région déjà en proie à de multiples tensions. Ce sujet illustre la territorialisation croissante des mers, source de tension globale qui touche particulièrement la Méditerranée.

Lancement de la 29ème session méditerranéenne des hautes études stratégiques

Les auditrices et auditeurs en visite à Istres, au sein du site de Dassault Aviation Essais en vol.

 

Les auditrices et auditeurs de la 29ème session méditerranéenne des hautes études stratégiques se sont retrouvés au château de Cadarache le 17 octobre 2018 pour le séminaire inaugural consacré aux grands enjeux de la géopolitique de l’énergie.

Monsieur Patrice GOURDIN, docteur en histoire, professeur d’histoire contemporaine à l’Ecole de l’Air et chercheur associé de l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence, a prononcé la première conférence du séminaire, baptisée « introduction à la géopolitique ». Le thème d’étude de la session portant sur les conséquences géopolitiques de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale, le professeur a choisi d’illustrer son propos par une étude de l’île de Chypre, après avoir rappelé la définition de la géopolitique, l’étude des rivalités de pouvoir (ou d’influence) pour un territoire donné.

La matinée du 18 octobre a permis la découverte des installations du centre de Cadarache, un des 9 centres de recherche du Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA). Les auditrices et auditeurs ont été tout d’abord reçus dans l’enceinte sécurisée de l’Unité de Propulsion Nucléaire, rattachée au centre DAM/Ile-de-France. Ils y ont reçu une information sur la conception et la réalisation des chaufferies nucléaires et des cœurs associés, avant de visiter le réacteur d’essais RES, un réacteur compact à eau pressurisée semblable aux chaufferies nucléaires assurant la propulsion des sous-marins français et du porte-avions Charles de Gaulle.

La visite s’est prolongée par une présentation des vingt installations nucléaires de base, disséminées sur les 900 hectares clôturés du site de Cadarache. Parmi celles-ci, de nombreux réacteurs de recherche, dont le réacteur Jules Horowitz qui, outre sa capacité expérimentale pour étudier le comportement des matériaux et des combustibles sous irradiation, contribuera également à assurer une part importante de la production européenne de radioéléments nécessaires pour l’imagerie médicale.

A l’issue du déjeuner offert par la direction du CEA Cadarache, les auditrices et auditeurs ont bénéficié d’une visite du chantier ITER, « un des plus grands défis de notre civilisation ». Situé à Cadarache à proximité immédiate du CEA Cadarache, le chantier concrétise le développement d’une recherche pacifique sur l’énergie de fusion, proposée en novembre 1985 par Mikhaïl GORBATCHEV au président américain Ronald REAGAN. Le tokamak (acronyme russe pour « chambre toroïdale, bobines magnétiques »), qui pèsera 23 000 tonnes, doit démontrer la maîtrise des technologies requises par un réacteur de fusion. ITER est une étape indispensable pour préparer les réacteurs commerciaux. Le calendrier, validé par les conseils ITER réunissant l’Union européenne, les Etats-Unis, l’Inde, la Chine, le Japon, la Corée du Sud et la Russie, prévoit la génération du premier plasma en 2025 et les premières fusions de deutérium et de tritium en 2035.

De retour au château de Cadarache, les auditrices et auditeurs ont été initiés aux secrets de l’énergie hydroélectrique et des responsabilités d’EDF dans la gestion de l’eau, « une richesse convoitée et contrainte ». S’appuyant sur l’expérience de l’unité de production Durance Méditerranée, le conférencier (et ancien auditeur) Vincent RIVIERE, a présenté la complexité du partage de la ressource, lorsqu’il faut aux ingénieurs d’EDF maintenir une cote des retenues d’eau compatible avec les activités touristiques tout en soutenant les débits à l’aval pour l’irrigation, favoriser les sports en eau vive sans mécontenter les pêcheurs, et bien sûr savoir « turbiner » en réponse à une pointe de consommation électrique. L’hydroélectricité, première des énergies renouvelables, représente environ 10% de la production d’EDF et une économie de 13 millions de tonnes équivalent au pétrole. La conférence s’est achevée par un survol des principaux conflits potentiels autour de l’eau et des bassins du Mékong, du Nil ou du Tigre et de l’Euphrate, une occasion de découvrir la convention de 1977 sur le droit relatif aux utilisations des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation.

Profitant de la proximité des bases aériennes de Salon de Provence et d’Istres, la matinée du 19 octobre a été consacrée à l’Armée de l’air et aux forces aériennes. Après une présentation générale des missions de l’Armée de l’air et de la vision du chef d’état-major par le commandant en second de l’Ecole de l’air, les auditrices et auditeurs ont été reçus par le commandant du centre de formation aéronautique militaire initiale. Ce centre assure l’initiation au vol ainsi que la formation théorique et pratique des futurs pilotes et navigateurs de chasse, de transport et d’hélicoptère au sein de l’Armée de l’air, de la Marine nationale ainsi que de la Direction générale de l’armement. Pour mener à bien sa mission, il dispose d’un escadron d’initiation au vol à voile, de deux escadrons d’instruction en vol pour les pilotes ainsi que de l’escadron de formation des navigateurs de combat.

Quelques dizaines de kilomètres et de minutes plus tard, les auditrices et auditeurs ont été accueillis par deux anciens auditeurs de Dassault Aviation pour une après-midi consacrée aux essais en vol. Les Essais en Vol (Direction des Essais en Vol et Direction des Bases d’Essais) sont en charge des essais globaux, au sol et en vol, de développement et de qualification/certification des avions civils et militaires, de leurs systèmes embarqués et de leurs systèmes de soutien. L’historique des essais en vol au sein de la société Dassault Aviation a permis de comprendre comment, depuis les temps héroïques où le pilote d’essais « allait voir », l’ingénierie et l’électronique ont permis de préserver la vie des pilotes, tout comme le rôle déterminant de Serge DASSAULT, qui fut directeur des essais en vol de 1955 à 1961, ou le traumatisme causé par la mort en 1967 aux commandes d’un Mirage F1 de René BIGAND, ancien officier de l’Armée de l’air et chef pilote d’essais depuis 1959.

Ce premier séminaire a été conclu le 20 octobre par une conférence prononcée à la Maison du Numérique et de l’Innovation par le vice-amiral d’escadre Charles-Henri LEULIER de la FAVERIE du CHE. Préfet maritime de la Méditerranée, commandant l’arrondissement et la zone maritime Méditerranée, CECMED a présenté les enjeux géopolitiques de sa zone de responsabilité, un espace stratégique restreint qu’un bâtiment peut parcourir en une journée de nord en sud et en quatre jours d’est en ouest. Marquée par les zones d’instabilité de Libye, de Syrie mais également d’Ukraine, la Méditerranée héberge 25 % du trafic maritime mondial, 30 % du trafic d’hydrocarbures et les deux tiers des approvisionnements de la France. Rappelant que la Méditerranée était également un espace convoité pour ses ressources, le vice-amiral d’escadre du CHE a terminé sa conférence par quelques conseils au profit des auditrices et des auditeurs, orientant ainsi les travaux qu’ils seront menés à conduire au fil des huit prochains séminaires.

 

Après la visite du chantier ITER