Maroc

Le présent rapport, réalisé en partenariat entre l’Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES) et « Reputation Institute », est la troisième édition de l’étude sur la réputation du Maroc dans le monde. Il a pour objet d’examiner les forces et les insuffisances du Maroc, en termes de réputation externe et interne ainsi que les leviers qui pourraient constituer des opportunités de communication sur l’image du Royaume à l’international.
L’édition 2017 se base sur un échantillon de 22 pays qui intègre les pays du G-8 et 14 pays développés et/ou émergents, relevant des principales régions du monde, qui constituent une priorité de la stratégie de positionnement international
du Maroc.
Au préalable, il est utile de préciser que la réputation est difficile à mesurer, mais personne ne conteste son importance ni la valeur économique qu’elle confère, particulièrement, à une entreprise ou à un pays. Les institutions, les entreprises et même les pays ont une réputation qui englobe l’ensemble des perceptions et des opinions que les individus développent, à partir de leur expérience directe ou à partir de celle transmise par des tiers. La réputation conditionne les choix et les décisions des agents économiques. Le choix des produits ou d’une marque se fait sur la base de la perception que les consommateurs ont pu forger sur les entreprises qui les fabriquent.
Réalité bien établie dans le monde de l’entreprise, l’économie de la réputation s’applique, également, au contexte des pays. Elle est encore plus déterminante puisqu’elle affecte, entre autres, la dynamique des exportations, l’attrait des investisseurs et des flux touristiques et influence, de plus, l’action diplomatique du pays et son positionnement au sein de la communauté
internationale.
La réputation d’un pays est déterminée sur la base d’un ensemble de variables : style de vie, attrait naturel, histoire et culture, environnement économique, institutions politiques et juridiques, dirigeants admirés, sociétés et marques, potentiel de croissance, ressources naturelles, produits de qualité, offre touristique et de loisirs… Les perceptions relatives à chacune de ces variables découlent des expériences personnelles ou d’autrui, de toute forme de communication reçue (directe et indirecte, contrôlée ou pas), mais, parfois, aussi des stéréotypes accumulés.

Vers le site de l’Institut Royal des Etudes Stratégiques ⇒

Algérie – 2015 10 18 – L’Algérie ferme ses frontières avec la Libye – par Ikram Ghioua – L’Expression

On s’attend à un repli important de terroristes vers la Libye devenue d’ailleurs un lieu de prédilection pour les groupes armés.

Les donnes sécuritaires changent de façon accélérée à une cadence qui donne le vertige. Seuls les plus avertis ayant développé une stratégie de prévention, seraient en mesure d’affronter les nouveaux défis qui s’imposent d’ailleurs avec des équations complexes…