journaliste

Décès d’Antoine SFEIR, spécialiste du monde arabe et musulman

Tous droits réservés

Dans la nuit de dimanche à lundi 1er octobre, est décédé des suites d’un cancer le journaliste et politologue franco-libanais Antoine SFEIR, à l’âge de 70 ans.

Né au Liban en 1948 dans une famille chrétienne maronite, Antoine SFEIR commence sa carrière au sein du quotidien francophone libanais L’Orient-le Jour. S’intéressant aux événements au Moyen-Orient, il est enlevé et torturé à l’âge de 27 ans par une milice du front de libération de la Palestine pendant sept jours durant la guerre du Liban en 1976. Ayant poursuivi sa carrière en France, il fonde en 1986 la revue d’études et de réflexion sur les mondes arabe et musulman Les Cahiers de l’Orient.

Surnommé « l’homme qui simplifie l’Orient compliqué », il est l’auteur de nombreux ouvrages et essais, conférencier et commentateur régulier dans les médias français des affaires moyen-orientales. Le journaliste et politologue présidait également le Centre d’Etudes et de Réflexion sur le Proche-Orient (CERPO). Chevalier de la Légion d’honneur et président de l’Iléri depuis 2014 (Institut libre d’étude des relations internationales), Antoine SFEIR était un proche collaborateur de l’Institut FMES au sein duquel il intervenait.

Son dernier ouvrage L’Islam contre l’Islam : l’interminable guerre des sunnites et des chiites, en 2013, a été plébiscité et a remporté le prix Livre et droits de l’homme de la ville de Nancy.

Reconnu pour son expertise et la qualité de ses analyses, l’annonce de son décès par Les Cahiers de l’Orient a été suivie d’une pluie d’hommages de la part des mondes politique et médiatique, de gauche comme de droite. Renaud MUSELIER, Président du Conseil régional de la Région SUD a exprimé sur Twitter sa tristesse :

« C’est avec une infinie tristesse que j’apprends le décès de mon ami Antoine Sfeir. Un esprit brillant mais avant tout un homme généreux et bon. Je garde en souvenir nos discussions passionnées sur l’avenir du monde et de la #Méditerranée. Au revoir mon ami #RIP »