hydrocarbures

Conséquences géopolitiques de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale

Jean-Loup Hautefaye, étudiant en Master 2 Géostratégie, Défense et Sécurité Internationale à l’IEP d’Aix-en-Provence
Elie Baladou, étudiant en Master 2 Expertise Internationale à l’IEP d’Aix-en-Provence

**

En décembre 2017, les parlementaires français votaient la loi 2017-1839 mettant fin à la recherche ainsi qu’à l’exploitation des hydrocarbures. Au même moment, les représentants israéliens, italiens, chypriotes et grecs se réunissaient à Nicosie et signaient un protocole d’accord pour la construction du plus long pipeline sous-marin de gaz naturel au monde. La volonté française d’assurer la cohérence de sa politique avec l’Accord de Paris sur le climat s’oppose ainsi aux perspectives offertes par la multiplication des prospections sous-marines en Méditerranée orientale.

Dans un contexte de raréfaction des ressources énergétiques primaires, les découvertes récentes (2009-2015) de gisements d’hydrocarbures offshore dans le bassin levantin offrent aux États riverains de nouveaux débouchés économiques.

 

En quelques années, la Méditerranée orientale est devenue un espace maritime clef de la géopolitique de l’énergie. Cette dynamique nouvelle a amené les États du bassin à redéfinir leurs priorités stratégiques afin de sécuriser leurs ressources et de garantir leur indépendance énergétique. Ces gisements d’hydrocarbures considérables, qui contiennent l’équivalent de la production mondiale annuelle de gaz, font de la délimitation des frontières maritimes un enjeu majeur et un point de fixation central, prolongement des contentieux historiques. De l’application stricte du droit maritime international à la projection de puissance militaire, les actions des pays concernés contribuent à faire de la Méditerranée orientale le théâtre d’un jeu à haut risque.

Ces nouvelles ressources conduiront-elles à une simple accentuation des rapports de force préexistants ou à un véritable bouleversement de l’échiquier politique levantin ?

En premier lieu, la Méditerranée orientale doit être analysée comme une artère économique et stratégique vitale répondant à des logiques juridiques qui cristallisent les conflits d’intérêts. Ensuite, la gestion des hydrocarbures implique des capacités techniques dont les États sont inégalement dotés. C’est à ce titre que la maîtrise du triptyque exploitation, exportation, sécurisation des gisements mérite d’être étudiée comme un déterminant de l’autonomie stratégique des États. Finalement se dessine en filigrane une compétition entre l’Égypte, Israël et la Turquie, autour de laquelle s’articulent les relations géopolitiques régionales. C’est très certainement de cet impossible triumvirat qu’émergera le futur hégémon régional.

L’électricité dans l’Union de l’énergie : éclairer l’avenir

Rapport d’information de MM. Claude KERN et Michel RAISON, fait au nom de la commission des affaires européennes

n° 147 (2017-2018) – 7 décembre 2017

« Combattre les émissions de gaz à effet de serre liées à la sphère énergétique est un objectif dont l’importance justifie amplement qu’il soit traité de façon complète. Il convient d’identifier clairement les trois fractions du mix énergétique par nature à même d’y contribuer : les énergies renouvelables – intermittentes ou non – et la filière électronucléaire.

Symétriquement, la substitution du gaz au charbon est à court-moyen terme l’évolution la plus prometteuse du mix énergétique. Le progrès de l’efficacité énergétique ne peut être négligé, ni pour contenir le réchauffement climatique, ni pour diminuer les émissions de substances toxiques dans l’air.

Les énergies obtenues à partir de sources renouvelables intermittentes sont vraisemblablement destinées à jouer un rôle très important à l’avenir, à condition que leur prix de revient soit raisonnable et que le stockage permette l’utilisation continue d’électricité obtenue à partir d’une ressource intermittente.

Ce rapport d’information examine les évolutions qui devront se faire à un rythme compatible avec la compétitivité industrielle du Vieux Continent et la défense du pouvoir d’achat des citoyens. Cette condition est loin d’être neutre pour les réseaux de transport et de distribution d’électricité, dont l’évolution doit systématiquement être guidée par la sécurité de l’approvisionnement et son coût.

Les pouvoirs publics nationaux – notamment les autorités de régulation – ne sauraient être écartées ni des grands choix stratégiques, ni de la gestion permanente du système énergétique, enjeux majeurs pour les citoyens. »

Vers le site du Sénat ⇒