gazoduc

5ème Sommet Israël – Grèce – Chypre, des « partenaires pour le futur »

Le Premier ministre grec Alexis TSIPRAS et sa compagne Peristera BAZIANA, le Président chypriote Nikos ANASTASIADES et son épouse Andri et le Premier ministre israélien Benjamin NETANYAHU et son épouse Sara. A Jérusalem, le 19 décembre 2018.
Tous droits réservés.

Le 20 décembre 2018, s’est tenu à Beer Sheva, en Israël, le cinquième sommet trilatéral entre Israël, la Grèce et la République de Chypre.

Au musée des Sciences Carasso Science Park, le Premier ministre israélien Benjamin NETANYAHU a accueilli le président chypriote Nikos ANASTASIADES et le Premier ministre grec Alexis TSIPRAS. C’est depuis 2016 le cinquième sommet entre Israël, Chypre et la Grèce , les domaines de coopération concernant l’innovation, l’énergie, le commerce, les conditions météorologiques et les catastrophes naturelles et la cyber sécurité. Le sommet du 20 décembre portait sur les domaines du cyber et de l’innovation. Il s’agit d’encourager l’innovation et le développement économique et social entre ces trois Etats.

Le Premier ministre grec, Alexis TSIPRAS considère que cette coopération entre les trois pays est « désormais stratégique » et « en développement constant ». Sur son compte Twitter, le président chypriote Nikos ANASTASIADES a partagé une vidéo, à laquelle s’ajoute la légende « Partenaires pour notre futur ». Cette vidéo renvoie à ces « trois peuples anciens, ces trois démocraties connectées à travers un riche héritage et un partenariat stratégique » et fait référence au gazoduc East Med qui sera « le plus long et le plus profond au monde ».

Au cours du sommet, les dirigeants ont discuté des questions stratégiques régionales et notamment du projet de construction du gazoduc East Med en provenance d’Israël à destination de l’Europe. Le 19 décembre, Benjamin NETANYAHU avait d’ailleurs déclaré, à l’issue d’un congrès économique israélien : « Demain j’organiserai à nouveau notre sommet annuel avec la Grèce et Chypre. Nous souhaitons installer un gazoduc reliant Israël à Chypre, la Crète, la Grèce continentale, l’Italie et pourquoi pas le reste de l’Europe. Cela permettra à Israël de jouer un rôle déterminant dans le domaine de l’énergie mondiale ».

D’un coût estimé à 5,8 milliards d’euros et d’une longueur de 2 200 kilomètres, East Med permettrait d’acheminer le gaz naturel découvert au large des côtes chypriotes et israéliennes., La construction de ce gazoduc, qui ne serait opérationnel qu’à l’horizon 2025, ferait d’Israël et de Chypre de nouveaux fournisseurs en gaz pour l’Europe, à l’heure où le continent est très dépendant du gaz russe.

L’ambassadeur de Washington en Israël, David M. FRIEDMAN affirme le soutien américain : « Je suis honoré aujourd’hui de prendre la parole devant le 5ème Sommet trilatéral (…) et d’offrir le soutien et les félicitations des Etats-Unis pour le projet de gazoduc en Méditerranée orientale ».

A l’issue du sommet, le Premier ministre israélien a déclaré que « ce sommet politique est réussi » et qu’il continuera « à tout faire pour renforcer le pouvoir d’Israël dans le monde ». Israël, Grèce et Chypre ont opéré ces dernières années un rapprochement diplomatique, concrétisé par une véritable coopération. Dans le même temps, ces trois pays connaissent des tensions avec la Turquie, grande rivale régionale qui espère elle aussi, tirer profit de ces gisements de gaz.

Turkstream ou le rapprochement Ankara – Moscou

Recep Tayyip ERDOGAN et Vladimir POUTINE se congratulent après avoir inauguré le premier tronçon du gazoduc Turkstream, lundi 19 novembre 2018.
Tous droits réservés.

Les présidents turc Recep Tayyip ERDOGAN et russe Vladimir POUTINE ont célébré lundi 19 novembre l’achèvement de la section sous-marine du gazoduc Turkstream reliant les deux pays via la mer Noire. Lors d’une cérémonie à Istanbul regroupant 4 000 personnes, les deux chefs d’Etats ont assisté, grâce à une retransmission vidéo, à la pose du dernier tube formant le Turkstream, le tronçon sous-marin long de 930 kilomètres reliant les villes d’Anapa sur la rive orientale de la mer Noire en Russie à Kiyiköy, à une centaine de kilomètres d’Istanbul. Ce gazoduc, dont la construction a été décidée en 2016 par les deux Etats, permettra l’acheminement chaque année d’environ 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel, dont Moscou est le premier exportateur mondial. La deuxième tranche du gazoduc permettra d’alimenter les pays méridionaux de l’Union européenne, l’ouverture des vannes étant prévue pour la fin de l’année 2019.

La construction du Turkstream, d’un montant de 7 milliards d’euros est entièrement financée par le groupe russe Gazprom. Elle fait suite au Bluestream, plus court, premier gazoduc reliant les deux pays depuis le début des années 2000.

Grâce à ce gazoduc, la Russie sera en mesure d’exporter son gaz vers la Turquie mais également vers l’Europe, en contournant l’Ukraine. Face à ce « projet d’une dimension historique », Recep Tayyip ERDOGAN qui salue son « ami Vladimir POUTINE », assure que le « Turkstream sera très bénéfique » pour la nation turque mais aussi pour ses « voisins et la région ». Vladimir POUTINE a quant à lui déclaré au cours de la cérémonie que le Turkstream serait l’un des symboles du « renforcement du partenariat » permettant de « transformer la Turquie en un important hub ». Le gazoduc illustre le rapprochement opéré contre toute attente entre Ankara et Moscou ces deux dernières années. Les relations bilatérales s’étaient détériorées durant l’année 2015, après qu’un avion russe a été abattu par un chasseur turc au-dessus de la frontière syrienne.

Après la cérémonie, les deux présidents se sont retrouvés pour discuter des affaires régionales et économiques liant les deux pays. En octobre 2018, les deux dirigeants avaient déjà participé à un sommet réunissant également la France et l’Allemagne afin de discuter de la situation en Syrie. Le président turc avait alors déclaré : « notre position commune a déjà porté ses fruits, notamment au regard de la crise humanitaire en Syrie ». Ainsi, la coopération entre Ankara et Moscou s’étend au-delà d’un partenariat en matière d’énergie.

Cette alliance russo-turque offre une alternative à l’acheminement de gaz à travers l’Ukraine, mais l’Union européenne est désormais dépendante de l’évolution des relations entre les deux pays.