FDS

La fin de l’Etat islamique ?

Des combattants des FDS dans le village de Baghouz, le 17 février 2019.
Tous droits réservés.

La bataille menée contre l’Etat islamique (EI) représente aujourd’hui le principal front de la guerre en Syrie, qui a fait plus de 360 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés depuis 2011. Depuis la chute de Raqqa, « capitale » du califat autoproclamé, au second semestre de l’année 2017, les experts prédisaient la fin imminente de Daesh, ou du moins sa territorialisation.

Au fil des mois, les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), appuyés par la coalition internationale, ont progressivement reconquis toutes les localités détenues par les djihadistes de l’Etat islamique. Le 9 février dernier, un porte-parole des FDS avait annoncé la victoire « dans les jours à venir ». Les djihadistes du groupe sont retranchés dans une petite poche du sud-est de la Syrie de moins d’un demi-kilomètre carré, dans le village de Baghouz. Cette zone n’a aucune valeur stratégique, mais est occupée depuis l’origine du mouvement par les forces de Daesh. Elle est d’ailleurs difficilement attaquable, minée et maillée de tunnels. Les derniers soldats islamistes se servent en outre de la population civile comme d’un bouclier humain. La reconquête de cette dernière poche, entamée en septembre 2018, aurait fait 700 morts dans les rangs des FDS et 1 300 parmi les troupes de Daesh, en plus des 400 civils. Les derniers survivants de l’État islamique sont, selon toute probabilité, au bord de l’épuisement, du manque de nourriture et de munitions. Toutefois, pour Nicholas Heras, expert du Center for a New American Security : « Il n’y a aucun moyen d’affronter ce qui reste de l’EI à Baghouz sans une opération directe, qui nécessiterait un soutien de l’aviation et de l’artillerie, qui finirait par tuer presque tout le monde ».

La fin annoncée de l’Etat islamique ne signifie pour autant ni la fin du groupe terroriste qui conserve des cellules clandestines en Syrie comme en Irak, ni la fin du conflit syrien, alors que le devenir des Kurdes inquiète, la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) dénoncée comme organisation terroriste par la Turquie dominant l’alliance arabo-kurde des FDS. Face au retrait des troupes américaines et aux menaces d’intervention de la Turquie, la milice apparait fragilisée.

Dimanche 17 février, lors d’une réunion avec des chefs de conseils locaux à Damas, le Président syrien Bachar al-Assad a déclaré également que la guerre dans son pays n’était pas terminée. Il affirme que Damas est en proie actuellement à quatre types de guerres : militaire, économique, informatique et contre la corruption. Sans les nommer, il a prévenu les Kurdes que les Américains, après leur retrait de la région, ne les protègeront pas et que seul l’Etat syrien est en mesure de leur apporter paix et sécurité. Dans l’optique de se protéger, les Kurdes ont déjà amorcé un rapprochement avec le régime syrien afin de préserver leur semi-autonomie. Dans le même temps, ils exhortent les Européens à ne pas les abandonner, et en particulier la France, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies.

Daesh prépare depuis quelques années son retour à la clandestinité, laissant place à un djihadisme diffus. De nombreux soldats d’Allah pourraient se fondre dans la masse des civils en optant pour des actions de guérilla plus discrètes ou des attentats-suicide pour maintenir un climat de terreur ou rejoindre d’autres théâtres de djihad comme le Yémen, la Libye ou le Sahel. De fait, la question du retour des djihadistes reste un dossier épineux pas encore tranché. Le président américain a réitéré sa demande aux pays occidentaux, le 17 février : « Les Etats-Unis demandent à la Grande-Bretagne, à la France, à l’Allemagne et aux autres alliés européens de reprendre plus de 800 combattants de l’EI que nous avons capturés en Syrie afin de les traduire en justice ».

L’épineux dilemme du retour des djihadistes français de Syrie

Les ruines d’un village syrien après le départ des combattants de Daesh.
Tous droits réservés.

Dans le nord-est de la Syrie, des centaines de terroristes étrangers venus de dizaines de pays sont prisonniers des combattants arabo-kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliés de la coalition internationale dans la lutte contre Daesh. Alors que leur sort préoccupait peu les nations occidentales, l’annonce surprise de Donald TRUMP de retirer les troupes américaines de Syrie change la donne, le risque étant de voir ces détenus échapper au contrôle de Kurdes plus enclins à se préparer à une offensive turque. Parmi ces djihadistes détenus par les FDS, figureraient jusqu’à 130 Français, des combattants, leurs épouses et veuves et leurs enfants.

Dans un communiqué du lundi 4 février 2019, les Etats-Unis, qui saluent le rôle des FDS dans la lutte contre l’Etat islamique, appellent les pays à « rapatrier et traduire en justice leurs citoyens détenus par les FDS et saluent les efforts constants de ceux-ci pour renvoyer ces combattants terroristes dans leur pays d’origine. En effet, Washington souligne que « malgré la libération du territoire contrôlé par l’Etat islamique en Irak et en Syrie, ce dernier demeure une menace terroriste importante ».

Interrogé au micro de France Inter le 4 février, le ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Yves le DRIAN, sans donner de chiffre exact, a fait part du nombre important de djihadistes étrangers dans les rangs de Daesh, en sus de la centaine emprisonnée par les forces kurdes. Il a par ailleurs déclaré : « On n’en a pas fini, ni avec le djihadisme, ni avec les Français qui combattent contre la France (…). Ils sont Français mais ce sont nos ennemis en Syrie, ce qui montre la nécessité d’accélérer un processus politique, qui aujourd’hui n’embraye pas vraiment ».

Face à ceux qui considèrent que la France a opéré un changement de politique, Jean-Yves le DRIAN, affirme que la position de Paris n’a pas changé. Le 31 janvier déjà, le chef de la diplomatie française avait fait part du point de vue de la France : lorsque ces terroristes djihadistes sont faits prisonniers sur des zones de guerre, ils doivent être jugés sur place. C’est le cas en Irak. En revanche, la situation est différente en Syrie, où il n’y a plus vraiment d’Etat. Paris et Damas ont d’ailleurs rompu leurs relations diplomatiques. La conséquence du retrait américain de Syrie serait la dispersion de ces djihadistes, « ce qu’il y a de pire » pour le ministre français.

L’annonce du retour engendre ainsi un véritable casse-tête juridique, carcéral, sécuritaire et humain. Sur les 130 personnes concernées, entre 70 et 80 sont des enfants – 75% d’entre eux ayant moins de sept ans selon la ministre de la Justice Nicole BELLOUBET. S’ils sont trop jeunes pour être considérés comme des djihadistes, leur retour nécessitera un placement en famille d’accueil. S’agissant de la cinquantaine de personnes restantes, elle devra être « judiciarisée ». Pour ce faire, il s’agira d’évaluer leur culpabilité et leur degré d’implication dans l’organisation terroriste. La tâche sera notamment plus difficile pour les femmes accompagnant les combattants. Les accusés effectueront un séjour dans des « quartiers d’évaluation de la radicalisation » afin de séparer les prosélytes des plus influençables. Toutefois, juridiquement, tous peuvent être mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste, le simple fait d’avoir rejoint un groupe djihadiste dans une zone de combat permettant de retenir cette qualification. Une fois en prison, la question du prosélytisme reste inquiétante. Aussi, ce dossier divise sur le plan politique. Cependant, pour Jean-Charles BRISARD, président du Centre d’analyse du terrorisme, il ne s’agit pas de « faire revenir les djihadistes français pour en faire des repentis ou assurer leur réinsertion ». Au contraire, les traduire en justice reviendrait à les « mettre hors d’état de nuire, ce qu’aucun acteur du conflit ne peut nous garantir en Syrie ».

Mercredi 6 février, se tient à Washington une réunion des pays de la coalition engagée contre l’Etat islamique qui pourrait permettre de déterminer une position commune.