EXTRAPLAC

MARITIME – RESSOURCES ULTRAMARINES – 2011 – Ressources minérales profondes – IFREMER

Les grandes évolutions industrielles sont fondées sur la disponibilité d’énergie et de minerais : le fer au 19e siècle, l’aluminium et le cuivre au 20e siècle, le silicium et les métaux de haute technologie depuis 20 ans. Aujourd’hui, des tensions croissantes apparaissent entre la disponibilité des minerais et les besoins mondiaux, surtout dans les grands pays industriels dont le nombre et le poids ne cessent de s’accroître. La croissance de la Chine explique ainsi à elle seule la moitié de la hausse de la demande en métaux de base depuis l’année 2000. Compte tenu des risques de pénurie d’approvisionnement pour l’Europe en matière de métaux stratégiques utilisées dans nombre d’industries de pointe, voire pour certains métaux courants comme le cuivre, il est devenu nécessaire d’engager une réflexion active sur le potentiel des ressources minérales marines, complément éventuel des gisements connus à terre…

Cadre juridique – 2012 06 – Montego Bay, 30 ans après – CESM

La Convention de Montego Bay pose le cadre juridique de l’appropriation des espaces maritimes par les Etats en exposant notamment leurs droits d’exploitation des différentes strates océaniques (colonne d’eau, sol et sous-sol). Elle tente de concilier, d’une part, la volonté étatique de territorialisation des zones maritimes, d’autre part le nécessaire respect de la liberté des mers, enfin la protection de l’environnement et du patrimoine culturel marin.
Nous nous pencherons dans cette première partie sur le contexte qui a donné naissance à la Convention de Montego Bay (1), – ce qui nous permettra par la suite de mesurer les enjeux de cette Convention – ainsi que sur les grands principes juridiques qu’elle établit (2) et notamment les concepts de zone économique exclusive (ZEE) et de plateau continental, sur lesquels se porte notre étude…