élections présidentielles

Elections en RDC : Un résultat contesté

 

Félix TSHSEKEDI, lors d’un meeting à Kinshasa, le 21 décembre 2018. Tous droits réservés.

En République Démocratique du Congo, l’élection présidentielle du 30 décembre 2018 qui opposait principalement Felix TSHIKEDI, chef du parti historique de l’opposition, Martin FAYULU et Emmanuel SHADARY, soutenu par le président sortant Joseph KABILA. Elle a été sujette à des contestations. La Commission électorale nationale indépendante (CENI), l’une des institutions veillant à appuyer la démocratie du pays, était chargée de donner les résultats. Dans la nuit de mercredi 9 à jeudi 10 janvier 2019, la CENI a annoncé Félix TSHISEKEDI gagnant avec 38,5% des voix contre 35% pour Martin FAYULU et 23,8% pour Emmanuel SHADARY.

A l’issue des résultats, alors que Félix TSHISEKEDI s’est présenté comme le Président « de tous les Congolais », la coalition Lamuka autour de Martin FAYULU dénonce une « fraude électorale ». Ce dernier revendique une victoire avec 61% des suffrages et entend saisir la Cour constitutionnelle dans le dessein de recompter les votes.

Les résultats donnés par la CENI sont également discutés par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)l’Eglise catholique ayant une grande influence dans le pays – qui affirme que les résultats communiqués ne correspondent pas aux données collectées par ses observateurs.

Le 10 janvier 2019, le ministère des Affaires étrangères français « salue l’engagement démocratique des Congolais qui ont voté dans le calme » mais également « le travail effectué par les missions d’observation des organisations régionales ». Il espère que le « choix démocratique des Congolais soit respecté ». Toutefois, interrogé sur CNEWS le même jour, Jean-Yves le DRIAN, Ministre des Affaires étrangères déclare : « il semble bien que les résultats proclamés ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là (…). Cela peut mal tourner parce que M. FAYULU était a priori le leader sortant de ces élections. »

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio GUTERRES « appelle toutes les parties prenantes à s’abstenir d’actes violents et à régler tout contentieux électoral par les mécanismes institutionnels établis conformément à la Constitution de la République démocratique du Congo et aux lois électorales pertinentes. »

Au lendemain de l’annonce des résultats provisoires de l’élection présidentielle, le Conseil de sécurité des Nations Unies a écouté la cheffe de la Mission l’ONU en RDC (MONUSCO), Leila ZERROUGUI, le Président du CENI, Corneille NANGAA et un représentant de la CENCO, l’Abbé OTEMBI. Pour la Représentante spéciale de l’ONU, « les prochains jours seront donc déterminants pour la conclusion de ce processus électoral historique ». En réponse, le président de la CENI a reconnu que « les élections n’ont pas pu être organisées dans la perfection absolue » mais souligne que la CENI « a fait ce qu’elle pouvait faire », l’essentiel étant que « les résultats sont là ». Corneille NANGAA avertit que « la CENCO sera responsable de ce qui adviendra » et réclame de la communauté internationale un soutien au président élu. L’Abbé OTEMBI appelle le Conseil de sécurité à être « solidaire du peuple congolais » et exige la publication des procès-verbaux pour chaque bureau de vote « afin que soient comparées les données des candidats avec celles de la CENI, et afin de lever tout doute et apaiser les esprits ». Tandis que la Russie, la Chine et l’Afrique du Sud préconisent d’accepter les résultats de ces élections, la France, la Belgique, les Etats-Unis et le Royaume-Uni désirent plus de transparence et invitent la commission électorale à communiquer les procès-verbaux.

Les résultats ont provoqué des manifestations de joie et de protestation. De graves incidents ont été constatés dans le pays, 12 personnes ayant perdu la vie le jeudi 10 janvier. Les résultats définitifs seront annoncés par la Cour constitutionnelle dans une semaine.

Géorgie : Salomé ZOURABICHVILI élue présidente

Salomé ZOURABICHVILI le soir de sa victoire.
Tous droits réservés.

 

Mercredi 28 novembre 2018, Salomé ZOURABICHVILI a remporté les élections présidentielles géorgiennes avec 59,52% des voix. Ancienne diplomate du quai d’Orsay, elle a renoncé à sa double nationalité afin d’être candidate à la présidentielle. Elle est aujourd’hui la première femme élue à la tête de la Géorgie.

La France, à travers son ministère de l’Europe et des affaires étrangères, « lui adresse ses plus sincères félicitations » et se dit prête à travailler avec la nouvelle présidente pour « renforcer encore l’excellente et ancienne relation qui prévaut » entre les deux pays.

Arrivée en Géorgie comme ambassadrice de France en 2003, elle a occupé le poste de ministre des Affaires étrangères géorgien au début de la présidence du pro-occidental Mikhail SAAKACHVILI. Limogée au bout d’une année, elle rejoint alors l’opposition.

Dans une atmosphère tendue, les élections de 2018 ont servi de test pour le Rêve géorgien, parti au pouvoir depuis 2012. Si elles ont suscité un intérêt international, elles relèvent néanmoins plutôt de la symbolique, le poste de président étant voué à être protocolaire. En effet, ses prérogatives ont été notablement réduites par les changements constitutionnels de 2017. Pour le Conseil de l’Europe, « le caractère négatif de la campagne des deux côtés sapait le processus » dans un second tour marqué par « de virulents discours et des violences isolées ».

Derrière ces élections présidentielles se cache la lutte entre deux hommes forts : le milliardaire Bidniza IVANISHVILI, ancien Premier ministre, et Mikhail SAAKACHVILI, aujourd’hui en exil. Tandis que le premier, fondateur du parti Rêve Géorgien, a soutenu la candidate élue, son rival s’est rangé aux côtés de Grigol VASHADZE, ancien ministre des Affaires étrangères.

Les deux candidats se rejoignent sur plusieurs points et prônent notamment un rapprochement avec l’Union européenne et l’OTAN, qu’ils souhaitent rejoindre à terme. Toutefois, VASHADZE s’est distingué par des positions antirusses plus marquées que son adversaire qui promet une diplomatie prudente à l’égard de Moscou.

Les relations entre la Géorgie et la Russie sont conflictuelles. L’ancienne république soviétique a obtenu son indépendance en 1992 mais deux régions à majorité russe ont fait sécession à l’issue de tensions impliquant la Russie : l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. Le démembrement de l’URSS avait suscité des troubles entre l’Abkhazie et la Géorgie qui ont aboutis à un cessez-le-feu signé supervisé dès août 1993 par la Mission d’observation des Nations unies en Géorgie (MONUG). Son mandat s’est achevée en juin 2009, le Conseil de sécurité n’étant pas parvenu à se mettre d’accord sur sa prorogation, sur fond de reprise des hostilités.

Dans la nuit du 7 au 8 août 2008, à la suite de nombreuses escarmouches sur la ligne de cessez-le-feu probablement provoquées par Moscou, les forces géorgiennes avaient pénétré en Ossétie du Sud. En réaction, la Russie envoyait des renforts dans les deux régions séparatistes qui ont repoussé les forces géorgiennes. Sous l’impulsion du président Nicolas SARKOZY, alors à la tête de la présidence de l’Union européenne, l’UE avait négocié un accord de cessez-le-feu entre les deux parties. De fait, cinq jours après le lancement de l’offensive visant à recouvrer sa souveraineté en Ossétie du Sud, Mikhail SAAKACHVILI acceptait, mardi 12 août, l’accord politique présenté par le chef de l’Etat français lui imposant de facto ce conflit gelé.

Les deux régions séparatistes ne sont reconnues en tant qu’Etats que par quelques pays dont la Russie. Les Nations Unies les considèrent quant à elles comme partie intégrantes de la Géorgie.

L’élection de Salomé ZOURABICHVILI ne devrait pas fondamentalement faire évoluer la situation, caractéristique de la posture sans concession qu’adopte la Russie dans les zones qu’elle considère comme stratégiques.