Economie

L’écosystème devra s’adapter demain… La dynamique de l’économie de défense en Région ouvre la voie – par le GCA (2s) Patrick Lefebvre

Tous droits réservés.

Par le général de corps aérien (2s) Patrick Lefebvre, directeur du centre méditerranéen d’études stratégiques de l’institut FMES

Personne n’avait prédit une crise mondiale d’origine exclusivement sanitaire ! Les ravages que la maladie avait propagé en Europe au début du 20ème siècle ne sont en effet plus dans la mémoire collective. Un événement d’une telle ampleur n’était donc plus envisagé malgré le signal donné par l’épisode du H1N1 entre 2009 et 2010.  Sans doute avions-nous sous-estimé les effets démultiplicateurs de la mondialisation. Paradoxe de cette mondialisation, où bien que l’information circule en temps réel, les effets produits à distance ne semblent pas pouvoir nous affecter avec la même ampleur et avec un temps de réponse au moins égal. Pourtant, une forme de fulgurance est bien présente. C’est sans doute ce qui explique la posture différenciée des États face à cette crise ; du temps perdu pour prendre collectivement conscience des enjeux. Personne n’avait prédit une telle situation à l’exception peut-être de certaines personnalités consacrant un peu de leur temps à la réflexion. Ainsi, Bill Gates en 2015 avait abordé ce thème au cours d’une mini-conférence[1] en annonçant que les sociétés n’étaient pas prêtes à faire face à ces risques pandémiques. Une nouvelle surprise stratégique donc que ce COVID 19 dont il ne faudra pas sous-estimer les conséquences sur le moyen et long terme. Mais il faut aussi prendre garde à ne pas exclusivement centrer les risques sur le cas sanitaire qui ne sera que ponctuel à l’échelle du temps. D’autres ruptures peuvent naître de ce désordre mondial dont les signaux sont aujourd’hui multiples. Des signaux économiques, sociétaux, environnementaux, des signaux culturels et plus globalement de civilisation aussi car ses différentes formes semblent s’opposer davantage désormais. Ces oppositions ou ces déséquilibres sont apparents entre le Nord et le Sud, entre l’Ouest et l’Est pour ne pas dire qu’ils se sont généralisés. Pourtant, l’impression est donnée de ne pas vouloir les voir. L’économie, centre d’intérêts des puissances, est tout aussi vulnérable. Et nous ne méprenons pas, une crise économique quelle que soit sa forme induirait des effets redoutables sur d’innombrables secteurs. Les enjeux de cette pandémie sont donc très importants et il importera de se relever très vite pour ne pas emballer ces déséquilibres, notamment au plan économique.  La réflexion d’ordre stratégique doit donc bien être pluridisciplinaire et les laboratoires d’idées doivent s’inscrire dans cette discipline.

En première analyse, deux éléments saillants pourraient être retenus au titre des futures « Lessons Learned ». Le premier est celui de la résilience. Cette capacité doit être comprise comme celle permettant d’endurer une crise et d’en supporter les épreuves tout en se projetant pour mieux rebondir. Une voie possible pour consolider cette capacité peut être celle de la diversification des sources d’approvisionnement nécessaires à la production du tissu industriel. Ce peut être la redondance aussi. Cette résilience doit également s’appuyer sur un réseau logistique suffisamment robuste pour garantir une continuité de service. Elle ne s’improvise pas et nécessite en amont d’y être préparée. Le second est celui de l’autonomie. Dans un monde globalisé, les interdépendances souvent bénéfiques dans le cours normal des choses, peuvent avoir des effets dévastateurs lorsqu’elles disparaissent de façon circonstancielle. L’autonomie est donc le garant absolu du maintien de sa capacité à produire. Elle est inévitablement associée à des coûts dont la maîtrise, bien que nécessaire, ne doit pas compromettre la production. Il s’agit notamment de prioriser les sources vitales d’approvisionnement. Elles concernent évidemment les composants indispensables à certains équipements de défense ou de sécurité mais aussi ceux garantissant toute forme de sécurité sanitaire ou alimentaire. Il est indispensable aussi de conserver les savoir-faire et de connaître précisément le temps nécessaire au rétablissement de certaines chaînes de production lorsque ce rétablissement est possible.  Là aussi, la capacité d’autonomie ne s’improvise pas et toute comparaison avec l’autonomie stratégique abordée dans les domaines de la défense ou de la sécurité ne serait pas fortuite. Là aussi, l’élaboration de plans de sauvegarde, de protection active et passive ainsi que des plans de continuité de l’action des entreprises est une voie à explorer pour mieux réagir face à un large éventail d’événements. Les conséquences de cette crise sanitaire soulèveront donc des questions fondamentales obligeant à repenser les processus dont la forme était essentiellement liée aux économies qu’ils généraient. Il faudra résolument élaborer des plans stratégiques dont la vocation sera in fine de garantir la sécurité dans sa dimension globale.

Donc oui, un changement profond va s’installer dans un monde globalisé où il faudra redéfinir de nouveaux contours. Oui, il faut se préparer dès maintenant à d’autres ruptures parce qu’à l’instar d’un cyclone qui s’alimente dans les eaux chaudes océaniques où nous contribuons, par le réchauffement climatique, à les maintenir à une température suffisante, nous agissons aussi artificiellement sur les paramètres qui accélèrent et alimentent les risques pouvant peser sur nos sociétés. Attention donc à ne pas jouer aux apprentis sorciers ! Alors, d’une manière presque simpliste, il faut réfléchir avant d’agir. Se redonner du temps car d’innombrables questions sont devant nous. Celles de l’environnement, celles du vivre ensemble dans un monde devenu multipolaire et où les sociétés s’archipélisent, celles de l’éthique prise sous son acception la plus large et concernant tous les grands sujets humains, celles d’une économie responsable et mieux équilibrée à l’échelle du monde, celles des sciences et techniques permettant aux hommes d’en garder le contrôle et de mieux vivre. C’est le sens de l’action des laboratoires d’idées dont les points d’application sont désormais multiples.

Au vu de ces quelques remarques préliminaires, une approche novatrice de l’appui à l’économie de défense en Région répond pour partie à ces questions de résilience et d’autonomie d’un écosystème industriel indispensable à l’autonomie globale de la Nation. Il s’agit par ailleurs non seulement d’un appui mais d’un élan donné au développement de cette économie en garantissant un environnement sûre confortant ainsi l’attractivité de nos territoires.

Le premier élément clé structurant l’ensemble des actions en appui à l’économie de défense est celui de la cartographie complète de notre écosystème. Bien exploitée, elle ne contrevient pas aux objectifs propres de chaque entreprise ou des organismes publics ou privés qui les accompagnent. En dehors du fait qu’elle fournit un aperçu réaliste et à jour de l’activité des entreprises, elle peut surtout servir judicieusement à apprécier les capacités critiques qu’il faut préserver et celles s’inscrivant dans la perspective de développement de l’écosystème régional voire national. Sur ce point, concédons que cela peut utilement contribuer à notre autonomie de production et donc d’indépendance qui semble cruellement faire défaut en matière d’approvisionnement aujourd’hui. De fait, elle constitue un outil extraordinairement précieux permettant d’accompagner au mieux les structures relevant de la base industrielle de technologie et de défense. C’est un outil au service des pôles de compétitivité et des structures régionales directement impliquées dans l’appui à l’économie compte tenu de la mise en œuvre de la loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République plus connue sous le nom de loi NOTRe. Cette loi confirme bien la place centrale de la Région dans les mesures prises pour élaborer un schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation. L’institut FMES, compte tenu de son originalité en qualité de centre ressources de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui l’exclut de toute forme de conflit d’intérêt, est un levier efficace dans la mise en œuvre de cette cartographie qui intègre par ailleurs les entreprises produisant des technologies duales. Cette cartographie étendue à moyen terme à la zone euro-méditerranéenne contribuera à mieux identifier les pistes de coopération industrielle européenne ainsi que celles ouvrant des perspectives de marché à l’exportation.

S’agissant des technologies duales, il apparaît ici qu’elles sont souvent à la croisée des chemins pour ce qui concerne leur champ d’applications. Ainsi, pour la protection de l’environnement il serait absurde d’établir des frontières entre le monde civil et le monde de la défense. De fait, l’innovation et les technologies duales seront mises à profit pour proposer des pistes visant à mieux protéger l’environnement par l’emploi de multiples moyens. Cela impose d’innover en matière de mobilité notamment sur des emprises de défense où les mouvements terrestres sont considérables. Cette étude n’a évidemment de sens que si elle conduite en coordination avec les organismes du territoire impliqués dans l’émergence de nouveaux moyens de transport. En la matière, c’est la cohérence globale de l’action régionale qui prévaut. L’institut FMES en sera l’un des défenseurs au bénéfice du plus grand nombre.

A partir de la cartographie étendue à la zone euro-méditerranéenne dans un premier temps puis élargie pour couvrir une zone géographique de plus en plus large, il était naturel d’accompagner cette démarche par de multiples rendez-vous visant à soutenir l’activité des PME de la BITD à l’export. Ces rendez-vous se multiplieront et l’institut FMES au regard de son expertise dans les domaines de la défense et de la sécurité favorisera toutes les rencontres où le potentiel de l’écosystème de défense sera mis en avant.

Plus généralement, cette vision précise de l’écosystème régional conduit à mieux structurer les offres de service vers le tissu économique, qu’il soit industriel ou non. Au-delà de la présence des grands groupes, cet écosystème compte entre 200 et 300 PME et ETI identifiées dans la BITD et plus de 2000 PME de sous-traitance, plaçant ainsi la région Provence-Alpes-Côte d’Azur au deuxième rang après la région Ile de France en termes d’activités liées à la défense. C’est aussi une région très bien placée en termes de capacités d’innovation technologique. Cela conduit à disposer de très nombreux centres d’essai où sont réalisées des expérimentations de technologies nouvelles dont certaines sont duales avec de nombreuses applications civiles. Cette richesse est à mettre en perspective de la nécessaire cohérence des actions à mettre en œuvre pour venir en appui de cet écosystème.  A cet égard, les synergies et la structuration de cet appui sera déterminante au lendemain d’une crise aux conséquences économiques sans doute encore sous-évaluées.

La cartographie y participe, les acteurs économiques en charge de l’accompagnement des entreprises se trouvant mieux armés pour proposer des prestations adaptées aux besoins des entreprises et pouvant accroître de fait leur aptitude à mieux encourager le développement d’acteurs industriels mieux positionnés sur le marché. Il s’agit bien ici, en s’appuyant sur cet outil cartographique, d’établir un « parcours défense » qui permettra d’accroître les moyens d’entreprises dont le potentiel ouvre d’indéniables perspectives. C’est aussi un parcours dans lequel, les sources de financement d’origine européenne seront recherchées. Cette dynamique régionale est donc un facteur consolidant la robustesse des entreprises régionales offrant pour certaines d’entre elles une dimension européenne. Ici aussi, l’autonomie industrielle devra s’appuyer sur une cohérence des actions menées à l’échelle européenne ; c’est une manière efficace et pragmatique de relancer une dynamique industrielle où l’Europe pourrait, si elle s’en donne les moyens, réindustrialiser des filières et renforcer des branches d’activité délaissées parce que la production faite à l’extérieur était jugée plus rentable. Ce sujet d’interdépendance est terriblement d’actualité dans le contexte de la crise sanitaire que nous traversons. Les absences d’approvisionnement de certains groupes industriels vont inévitablement induire une hystérésis dans la reprise des cycles de production. Le jour d’après verra donc une reprise économique avec une inévitable inertie induisant des coûts supplémentaires se surajoutant aux coûts de cette crise sanitaire. Le parcours défense devrait favoriser cette reprise en optimisant le soutien aux entreprises

A l’évidence, l’écosystème régional est devenu plus vulnérable face au pillage ou à l’agression des systèmes d’information. La digitalisation des processus et leur numérisation expose davantage le monde économique, en particulier les TPE et les PME technologiques. Il semblerait d’ailleurs que les cyberattaques capitalisent sur le coronavirus. L’organisation mondiale de la santé prévient d’ailleurs sur ses risques constatant une hausse des pratiques frauduleuses.  C’est donc bien le premier risque pour l’écosystème de défense et dual dont l’intégrité est rendue plus fragile. Les attaques se multiplient et, sans jouer les Cassandre, des attaques massives pourraient paralyser certaines activités vitales. Les conséquences seraient à l’évidence stratégiques. Si le réseau d’acteurs existants est particulièrement mobilisé pour lutter contre ces menaces, il est sans doute insuffisamment organisé et probablement trop dispersé. A l’échelle nationale, l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information a considérablement développé ses capacités. Elle ne peut cependant répondre à toutes les sollicitations. Elle a besoin de relai sur le territoire et doit pouvoir s’appuyer sur des organismes publics ou privés pour créer un réseau de confiance qui saura animer efficacement les opérateurs en charge de sécuriser et de rétablir, le cas échéant, des systèmes d’information neutralisés ou affectés par des attaques cyber. La création prochaine du centre ressource régional cyber (C2RC) porté par l’institut FMES s’inscrit dans cette logique. Ce centre, qui s’appuiera sur l’outil cartographique, deviendra le véritable poumon de l’intelligence économique régional. Il importera de protéger au mieux l’ensemble des acteurs économiques de la BITD et duales et bien sûr tous les autres acteurs économiques le moment venu. Il est entendu que certains acteurs ne relevant pas du périmètre de la BITD présentent une sensibilité de nature équivalente et que d’inévitables dispositions doivent être prises pour les protéger. Il va là aussi de l’enjeu de notre autonomie. Cette autonomie passe inévitablement par la formation de spécialistes et la sensibilisation de tous ceux qui sont exposés quotidiennement à cette nouvelle menace. Les conséquences « sanitaires » d’une attaque cyber de grande ampleur pourraient être considérables pour un écosystème dépassant très largement celui de la BITD. Il était donc légitime d’adosser à ce centre régional un centre de formation associant les meilleures écoles de notre territoire, notamment l’ISEN-Yncréa dont la vocation digitale en fait la renommée.  Là encore, la protection des entreprises sensibles de la Région Sud les aidera à mieux rebondir après la crise.

Lorsque l’on évoque la vulnérabilité du tissu industriel face à ces menaces, elle est intimement liée à l’emploi massif des outils numériques et à la capacité de gérer un volume considérable de données. Ces données, à elles seules, représentent un enjeu considérable. Elles sont assurément un facteur de souveraineté. Elles doivent donc être protégées à la hauteur de leur valeur stratégique. Une réflexion profonde devra être conduite sur l’identité de ces données au sens de la propriété intellectuelle mais aussi au sens de l’éthique. Beaucoup reste à faire dans ces domaines. Tout un champ du droit reste à bâtir. La « manipulation » de ces données et l’utilisation croissante d’outil telle que l’intelligence artificielle vont considérablement modifier le paysage numérique avec la nécessité de lui associer des frontières évitant de perdre des savoir stratégiques indispensables au fonctionnement d’une économie souveraine. Plus modestement à l’échelle du territoire, il est apparu important d’encourager les universités et leurs écoles d’ingénieurs de développer leurs capacités propres en analyse de données massives. Un premier laboratoire verra bientôt le jour pour se consacrer à la gestion des données maritimes. C’est une première étape qui, ici sur les bords de la Méditerranée, s’imposait pour répondre au besoin d’un écosystème dont les actions maritimes sont nombreuses. Cette étape en appellera d’autres qui seront coordonnées avec tous les organismes impliqués dans l’intelligence artificielle et l’Internet of Things en Région.

Enfin, cette cartographie, véritable socle de l’appui à l’économie de défense en Région, est aussi un outil permettant de cerner plus précisément les besoins des entreprises en ressources humaines. Elle permet en effet de visualiser précisément les métiers indispensables au développement. Elle permet de renforcer certaines filières de formation pour répondre à des besoins aujourd’hui insatisfaits. Elle permet aussi de renforcer les synergies entre les acteurs responsables de formation pour répondre à temps et non pas de façon dispersée à ces besoins. Dans ce domaine humain, où l’excellence est de mise, la formation revêt là aussi une dimension stratégique car elle conditionne l’indépendance de notre tissu industriel. La cible de cet exercice d’optimisation des formations à l’échelle régionale s’inscrit dans des logiques faisant prévaloir la complémentarité, l’économie des moyens, la mutualisation des efforts. Cet exercice vise à rendre nos outils de formation plus réactifs et davantage tournés vers l’avenir avec de vraies visions prospectives.  Le terreau régional est fertile et riche. Mais assurément, la formation est un domaine stratégique qui permet d’accéder à l’autonomie et d’être le moment venu résilient. Elle est aussi le facteur clé pour l’essor d’un écosystème industriel à même de relever les défis à venir. Enfin, elle concentre cette dimension humaine qui réaffirme que « la vraie grandeur d’un métier, ce sont les relations humaines [2]».

[1] https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=6Af6b_wyiwI&feature=emb_title

[2] Antoine de Saint-Exupéry

Tunisie : une démocratie fragilisée ?

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi.
Tous droits réservés.

A l’issue des printemps arabes entraînant la chute du Président Zine el-Abidine Ben Ali, la Tunisie a initié une démarche assez unique dans le monde arabe pour rétablir son processus démocratique.  Souvent citée en exemple, elle a su ainsi éviter l’émergence islamiste ou autoritaire.  Mais le contexte économique, social, politique et sécuritaire semble aujourd’hui compromettre cette démarche.

Au plan politique, la montée de l’abstentionnisme, la multiplication des grèves et l’accroissement de la défiance de l’opinion publique sont les principaux témoins de la perte de confiance installée maintenant depuis deux ans.  La corruption – relent de l’ère Ben Ali – reste forte dans le pays. La gouvernance est mise à mal tiraillée entre les mouvances appuyant le Premier ministre Youssef Chahed et celle inféodée au Président Béji Caïd Essebsi.

A cette fragilité démocratique s’ajoute celle du Président lui-même dont l’état de santé est préoccupant, ayant été hospitalisé le 27 juin dernier à la suite d’un malaise.  Même si les nouvelles sont aujourd’hui rassurantes, les perspectives restent incertaines. A l’aube des élections législatives et présidentielles prévues en fin d’année, politiciens et internautes réclament plus de transparence sur cet état de santé, craignant une vacance du pouvoir. Selon l’article 84 de la Constitution tunisienne, c’est à la Cour constitutionnelle qu’il convient de constater la vacance du pouvoir et de prendre les dispositions pour assurer l’intérim. Mais cette institution n’a pas retrouvé sa place huit années après la fin de la révolution. Le malaise du chef de l’Etat intervient aussi au moment où le gouvernement prononçait des amendements sur la loi électorale adoptés par le Parlement. Ces amendements doivent être présentés au Président dans les prochains jours. Ils sont l’objet de nombreux recours parce qu’ils visent à écarter des candidats potentiels aux prochaines élections issus des médias ou des associations.

Favori dans les sondages depuis plusieurs semaines, le Premier ministre Youssef Chahed ne l’est plus comme l’atteste le quotidien Le Maghreb dans son numéro du 11 juin. Nabil Karoui, fondateur de la chaine populaire Nessma TV est désormais donné vainqueur avec 23,8% des votes, Chahed obtenant seulement 7,4% des suffrages présumés. Il a su, grâce à la télévision tunisienne, se forger une image d’homme proche des « pauvres et des oubliés », en adoptant un véritable d’un discours social.

Le péril démocratique tient aussi à une économie défaillante malgré les aides supérieures à un milliard d’euros sur la période 2017 – 2020 accordées par l’Union européenne. Il s’ensuit une baisse du niveau de vie des classes moyennes et populaires avec une forte dépréciation du dinar et un chômage qui ne s’infléchit pas.

Cette fragilité est accrue par une situation sécuritaire dégradée. La semaine dernière, le jeudi 27 juin, pas moins de deux attentats kamikazes ont été perpétrés au cœur de la capitale où un policier a été abattu et huit personnes blessées. Cette insécurité a une incidence économique substantielle, notamment vis-à-vis des acteurs en charge du tourisme. Ces attaques, revendiquées par l’organisation Etat islamique, vise donc à ébranler « l’exception tunisienne » dans la démarche engagée au lendemain des printemps arabes. La Tunisie faisait pourtant figure d’îlot de stabilité entre l’Algérie en plein bouleversement politique et social et la Libye enlisée dans une guerre.

Pour l’historienne franco-tunisienne Sophie Bessis, ce retour des djihadistes est une réalité qui fait la lumière sur les cellules dormantes qui n’ont pas été démantelées.

Pourtant, plus de huit après la révolution tunisienne, la transition démocratique perdure. La singularité tunisienne demeure donc mais la Tunisie doit faire face à d’importants défis concentrés sur les élections législative et présidentielle à venir. Si le pays avait fait le choix du consensus en regroupant ses principales forces politiques d’antan, consensus aujourd’hui fragilisé, il devra sans doute faire émerger une force politique nouvelle capable d’engager les réformes structurelles qui s’imposent.

Le « monde musulman » : une instabilité chronique – par Mustapha Benchenane

Un article de Mustapha BENCHENANE, docteur d’Etat en science politique, conférencier au Collège de l’OTAN et éditorialiste à l’institut FMES.

Tous droits réservés.

Le « Monde musulman » tel que se le représentent ceux qui se contentent d’approches approximatives, n’existe pas. Cette zone, qui va de l’Atlantique à Kaboul et jusqu’à l’Indonésie, est caractérisée par une incommensurable fragmentation, et les pays concernés se montrent incapables depuis des siècles d’identifier ne serait-ce qu’un seul intérêt commun. Ce « Monde musulman », déjà gravement affaibli par ses divisions, est en proie à des convulsions qui affectent de nombreux « États ».

Ayons donc à l’esprit que ce « Monde musulman » est à 14 kilomètres de l’Europe (détroit de Gibraltar) … Or le produit intérieur brut (PIB) par habitant en Europe est 14 fois supérieur à celui du Sud de la Méditerranée, dont la population est composée de 70 % de moins de 30 ans, souvent diplômés et au chômage… L’Europe ne consacre que 1 % de ses investissements au Sud de la Méditerranée.

Cette situation, déjà préoccupante, va s’aggraver pour trois raisons :
– l’échec de l’intégration à l’économie mondialisée ;
– l’échec du modèle « État-nation » ;
– l’échec de la « culture islamique ».

L’échec de l’intégration à l’économie mondialisée 

Qu’ils viennent de l’économie socialiste ou de l’économie libérale, ces pays n’ont pas été ponctuels au rendez-vous du processus de mondialisation des productions et des échanges dans tous les domaines… Ils en sont encore à des modes d’organisation et de commercialisation dignes du 19ème siècle. Par exemple, l’Algérie, indépendante depuis 1962, tire 97 % de ses recettes d’exportation de la vente de son pétrole et de son gaz. Plus de 30 % de ce que les Algériens consomment vient de l’extérieur.

Dans 30 ans, la population du Sud de la Méditerranée se sera accrue de 48 % (3 % pour l’Union européenne) … L’Égypte, déjà peuplée de 93 millions d’habitants, voit sa population s’accroître chaque année de 1 300 000 personnes.

Pour combler le déficit en termes d’emplois, de logements et d’éducation, il faudrait, durant les 40 prochaines années, un taux de croissance de 8% par an. Dans la réalité, il est au mieux de 5 à 6%, mais le plus souvent de 3%, voire parfois de 1,8% (Maroc en cas de sécheresse) ou de 1,5% (Tunisie à cause de la situation politique et du terrorisme).

Quant aux pays du Golfe et à l’Arabie, on se trompe quand on pense qu’ils ne sont pas concernés par cette analyse parce que « riches ». En pensant ainsi, on confond richesse et développement. En effet ces « États » sont riches de leur pétrole et de leur gaz et ainsi, ils peuvent faire réaliser par des étrangers tout ce qu’ils décident d’édifier. Mais ils sont totalement dépendants de la main d’œuvre étrangère qui représente 80 à 90% de la population totale de certains « Émirats ». En outre, il y a chez eux – en amont – un déficit de culture de l’effort et du travail. Par ailleurs, aucune innovation, aucune percée scientifique et/ou technologique ne vient de chez eux ni même de l’ensemble du « Monde musulman » … Leurs investissements à l’étranger risquent d’être anéantis par une crise boursière intervenant dans un système financier international dont le fonctionnement leur échappe totalement. Enfin, leurs avoirs à l’extérieur de leurs frontières pourraient être « gelés » si, un jour, leur politique venait à contrarier des acteurs plus puissants qu’eux…

Dans le domaine politique, les difficultés ne sont pas moins graves.

L’échec du modèle « État-nation »

Lorsque ces populations ont acquis leur indépendance, le Droit international les a désignés comme « États nouveaux ». Plus encore, leurs gouvernants ainsi que la « Communauté internationale » ont décrété qu’ils étaient des « États-nations ». Cette affirmation ne correspondait ni à la réalité historique ni aux mentalités de ces peuples dont le système d’appartenance était, en grande partie, lié aux tribus, aux ethnies, aux clans, à des confréries et à la religion.

L’« État-nation » est un concept qui s’est traduit dans la réalité politique, culturelle et symbolique de l’Europe occidentale… Il est le produit de plusieurs siècles d’Histoire. La Nation, le sentiment national, transcendent les appartenances et les identifications partielles, au profit d’un ensemble beaucoup plus vaste que celui qui prévalait dans le passé. La Nation rassemble des personnes qui ont la conviction d’avoir un passé commun, une langue, épine dorsale de leur identité, une volonté de vivre ensemble en paix grâce à la mémoire partagée, l’adhésion à des valeurs et à un code de conduite, et enfin la volonté de construire un avenir meilleur pour elles et leurs enfants. Il s’agit donc d’autre chose que la tribu ou l’ethnie qui, face aux exigences de notre temps, sont l’expression et le témoignage d’une difficulté, sinon d’une incapacité, à entrer de plein pied dans la modernité. Cela explique en partie que le « Printemps arabe » était, pour une part importante, une illusion. Il y a eu, dans certains pays musulmans des révoltes, des coups d’État, des guerres civiles mais en aucune façon des « Révolutions ».

Pour que les conditions favorables au déclenchement d’une Révolution soient réunies, il faut, en amont, un substrat intellectuel, culturel, comme ce fut le cas en France avec la philosophie des Lumières. A cela il faut ajouter un système d’alliances entre des forces, des acteurs, qui mettent en sommeil leurs divergences afin de concentrer leurs moyens en vue d’atteindre un objectif prioritaire commun : le remplacement du régime en place par un autre, radicalement différent. Cela passe aussi par un programme qui donne des orientations stratégiques, ainsi que par l’émergence de leaders charismatiques, une « avant-garde », et enfin un appareil de propagande mobilisateur.      Il n’y a rien eu de tout cela dans le « Monde musulman » mais des révoltes (Algérie en 1988, Tunisie, Égypte, Bahreïn) et des guerres civiles (Syrie, Yémen, Irak, Soudan, Afghanistan) … Parfois, les ingérences militaires étrangères ont ajouté au désordre pour en faire un chaos (Libye, Irak, Afghanistan, Yémen, entre autres).

La situation n’est pas meilleure au plan culturel/religieux.

L’échec de l’Islam et de l’« Islamisme »

La religion a plusieurs finalités, dont l’une des plus importantes est de « relier » entre eux ceux qui s’en réclament. En adhérant à la même foi, en acceptant les valeurs et les contraintes qui en découlent, en pratiquant le même rituel, on forme une « communauté » dont les membres ont vocation à vivre ensemble en paix. A cet égard, l’Islam ne parvient plus à remplir cette finalité puisque les pays musulmans sont en train d’imploser les uns après les autres et les guerres civiles se multiplient. D’un Islam dévoyé naissent de nombreuses sectes dont certaines utilisent la violence sous toutes ses formes, en particulier le terrorisme… C’est ce que l’on appelle « islamisme », qui est une instrumentalisation de la religion dans le cadre d’une stratégie dont le but est la mise en place de régimes totalitaires, sous couvert d’un retour à un « Islam des origines », forcément « pur » et porteur d’espoir. Il s’agit d’une dimension essentielle de la tragédie que vit le « Monde musulman » car l’utilisation de la religion en politique mène à des impasses, à des affrontements, à des guerres intestines. C’est ce à quoi nous assistons et nombreux sont ceux qui, par désespoir, se réfugient dans ce qu’ils croient être l’Islam. Pratiqué par eux, il n’est qu’un rituel sans spiritualité, sans la symbolique qui lui donne un sens. Ce rituel est devenu une compulsion. C’est ainsi que les mosquées n’ont jamais été aussi pleines et il n’y a jamais eu aussi peu de musulmans.

* * *

* *

Une évidence : compte tenu de la proximité géographique et de la mondialisation des problèmes, si le « Sud » va mal, le « Nord » ne peut pas aller bien… L’onde de choc des échecs du « Monde musulman » se propage ailleurs, en particulier en Europe. L’intérêt bien compris du « Monde occidental » est d’empêcher que le chaos prévale dans cette zone. Encore faut-il que, de ce « Monde musulman », naisse une prise de conscience de la nécessité vitale de coopérer avec le Nord dans tous les domaines car la preuve est largement faite qu’ils ne peuvent pas s’en sortir seuls.

Pour la France, les nouvelles routes de la soie : simple label économique ou nouvel ordre mondial ?

Rapport d’information de M. Pascal ALLIZARD, Mme Gisèle JOURDA, MM. Édouard COURTIAL et Jean-Noël GUÉRINI, fait au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées

n° 520 (2017-2018) – 30 mai 2018

 

Que sont les nouvelles routes de la soie, mises en oeuvre, à l’initiative du Président chinois, Xi Jinping, depuis 2013 ?

Ces nouvelles infrastructures – routes, chemin de fer, ports, aéroports, réseaux de fibre optique, câbles sous-marins, réseaux électriques, réseaux de transports d’énergie, etc. – sont organisées autour d’un axe terrestre traversant l’Europe centrale, l’Asie centrale, la Russie, le Caucase, mais aussi la Turquie, l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan et d’un axe maritime reliant la Chine à l’Afrique orientale et à la Corne de l’Afrique. Les nouvelles routes de la soie s’étendent désormais vers l’Amérique latine et la zone arctique et concernent de nouveaux secteurs, en particulier le domaine spatial et le domaine numérique.

Bien davantage qu’un réseau d’infrastructures, vecteur de croissance mondiale, ces routes constituent un instrument de développement intérieur et extérieur de la Chine et une déclinaison d’une vision géopolitique chinoise, c’est-à-dire d’une politique de puissance dans un cadre géographique déterminé.

La France doit prendre part à cette initiative, dans un positionnement aussi lucide que dynamique. Ce rapport affirme la nécessité de créer les conditions d’un équilibre satisfaisant dans les relations entre la Chine, la France et l’Europe. Il convient de poser les bases d’un partenariat commercial fondé sur la réciprocité de l’ouverture des marchés, le respect de la concurrence, de la transparence et de la propriété intellectuelle, et un partenariat stratégique basé sur la coopération multilatérale et cartellisée.

Le site Internet du Sénat ⇒

Rapport de groupe interparlementaire d’amitié – L’Égypte, un marché aux atouts multiples

Avec un potentiel de 100 millions d’habitants à l’horizon de 2020 et un positionnement stratégique exceptionnel au carrefour de trois continents et de deux mers, sur la route des flux commerciaux de la région avec le canal de Suez, l’Égypte dispose d’atouts exceptionnels.

Organisé le 20 février 2017, au Palais du Luxembourg, en partenariat avec Business France et placé sous le haut patronage du Président Gérard Larcher, un grand colloque économique a permis de mettre en lumière les multiples potentialités de ce pays, berceau d’une des plus anciennes et des plus riches civilisations du monde, doté « d’une profondeur et d’une richesse historique, culturelle et touristique inouïes » selon les termes de M. André Parant, ambassadeur de France au Caire.

En ouverture, Mme Catherine Morin-Desailly, présidente du groupe interparlementaire d’amitié France Egypte et M. Tarek Kabil, ministre du Commerce et de l’Industrie de la République arabe d’Égypte, ont rappelé l’ampleur des réformes économiques engagées par ce pays, soulignant en particulier le développement des infrastructures, l’apurement de la situation financière, l’évolution positive de la législation et les améliorations de la gouvernance. Influente dans le monde arabe et en Afrique, l’Égypte se trouve désormais au coeur d’une zone de libre échange élargie, suite à la fusion, en juin 2015, du marché commun pour l’Afrique de l’Est et du Sud (COMESA), de la communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) et de la communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

Les différentes tables rondes, auxquelles ont participé une vingtaine d’intervenants, ont permis d’aborder les opportunités sectorielles et la place des entreprises françaises sur ce marché d’avenir.

Vers le site du Sénat ⇒

La guerre de l’acier est déclarée

Faut-il imposer des droits de douane à coup de menton rageur ou passer par les organes de règlement de l’OMC ? Les Etats-Unis et l’Union européenne ont chacun choisi leur camp, mais l’adversaire est commun et chinois.

Selon un rapport d’information déposé par la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale, les exportations de marchandises se sont élevées à 15 460 milliards de dollars en 2016. Cinq pays (Chine, États-Unis, Allemagne, Japon et France) représentent à eux seuls 38 % des exportations mondiales de marchandises, la Chine étant quant à elle le premier exportateur mondial (11,8 %).

La régulation de ces échanges mondiaux avait motivé la création le 1er janvier 1995 de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), issue des négociations issues de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (General Agreement on Tariffs and Trade – GATT) de 1947. La volonté des Etats de l’époque était d’éviter que les conflits commerciaux dégénèrent en guerres ouvertes. La crise déclenchée par la décision américaine d’imposer unilatéralement des droits d’importations d’acier et d’aluminium montre que le risque de guerre commerciale est toujours présent et que ses conséquences restent imprévisibles.

Le Président des États-Unis a annoncé, le 1er mars, que les droits d’importation seraient fixés à 25% pour l’acier et à 10% pour l’aluminium. Le 8 mars, Donald Trump a signé les documents qui officialisent cette décision, tout en exemptant le Canada et le Mexique, pays signataires avec les Etats-Unis de l’Accord de libre-échange nord-américain (North American Free Trade Agreement – NAFTA). Cette décision donne suite aux conclusions d’une enquête menée par le Department of commerce rendues le 16 février 2018 sur la menace à la sécurité nationale provoquée par les importations d’acier,
en particulier chinois. L’argumentaire développé par Washington porte sur l’incapacité dans laquelle se retrouveraient les Etats-Unis, par suite de la destruction de leur outil de production, de répondre en interne à une demande motivée par la sécurité nationale. Le 22 mars, les États-Unis ont finalement annoncé que, outre le Mexique et le Canada, l’Argentine, le Brésil, la Corée du Sud et l’Union européenne ne seraient pas soumis à cette nouvelle taxation.

Dès les premières annonces américaines, la Commission européenne a considéré que cette nouvelle taxation avait d’abord comme objectif de protéger l’industrie nationale de la concurrence exercée par les importations et ne pouvait être justifiée par des impératifs de sécurité nationale. Le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a déclaré que « l’Union européenne réagira fermement et de manière proportionnée pour défendre ses intérêts ». Lors du Conseil européen des 22 et 23 mars 2018, les dirigeants européens se sont toutefois félicités de la visite à Washington de la commissaire au Commerce, Cecilia Malmström, qui a négocié avec les représentants américains pour une exemption. Cette suspension n’a cependant pas dissipé toutes les inquiétudes européennes. Lors de sa conférence de presse conjointe avec la Chancelière Angela Merkel, tenue à l’issue du Conseil européen, Emmanuel Macron a en effet observé que cette exemption « très temporaire » n’était pas satisfaisante. Dans une conversation téléphonique avec le Président des Etats-Unis, Emmanuel Macron a rappelé le 27 mars 2018 que les exportations d’acier et d’aluminium de l’Union européenne ne constituaient pas une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis, et qu’à ce titre elles ne devaient pas être frappées de droits de douane supplémentaires.

Le Président français a affirmé que l’Union européenne croit à une régulation mondiale, multilatérale du commerce et agira dans le cadre des règles de l’OMC. Pour répondre au problème des surcapacités en acier, la stratégie de l’Union européenne, qui n’est pas, selon Emmanuel Macron, « la variable d’ajustement du commerce mondial, ni le maillon faible ou le défenseur naïf », a consisté à ouvrir le 27 mars 2018 une enquête en matière de sauvegarde[1] auprès de l’OMC, à l’opposé de la « mauvaise stratégie » américaine. La Direction générale du commerce de la Commission européenne observe que l’importation d’acier a bondi de 17,8 millions de tonnes en 2013 à 29,3 millions de tonnes en 2017, en raison d’une surcapacité de production mondiale et de mesures commerciales prises par des « pays tiers » en réponse à cette surcapacité. Plutôt que d’invoquer la sécurité nationale, la Commission note que le prix de l’acier importé est inférieur à celui proposé par les industriels européens, leur faisant subir des pertes financières importantes. La Commission, qui ne cite jamais la Chine, s’inquiète également des mesures prises par les Etats-Unis, conduisant à inonder encore plus le marché européen d’acier bon marché. En écho, Emmanuel Macron a souligné auprès de Xi Jinping « l’importance d’éviter la montée des tensions commerciales […] tout en corrigeant les pratiques de nature à créer des déséquilibres ».

Les rapporteurs de la commission des affaires européennes dénoncent l’attitude des Etats-Unis, accusés « d’étrangler » l’Organe d’appel de l’OMC et plus généralement de « voir dans le système de règlement des différends de l’OMC une limitation inacceptable à leur souveraineté autant qu’une anomalie dans une pratique qui les a toujours vus refuser de se soumettre à une juridiction internationale, dans quelque domaine que ce soit ». Donal Trump s’est pourtant félicité le 22 mars 2018 dans un communiqué vilipendant la Chine, accusée de piller l’innovation aux Etats-Unis, des décisions favorables rendues par l’Organe de règlement des différends de l’OMC. Dès le 23 mars 2018, les Etats-Unis ont présenté à l’OMC une demande de consultations au sujet de « mesures prises par la Chine touchant à la protection des droits de propriété intellectuelle ». En réponse, le vice-ministre des affaires étrangères chinois Zheng Zeguang China a déclaré le 26 mars 2018 que la Chine ne souhaitait pas mener une guerre commerciale mais ne la craignait pas. « La Chine est fermement déterminée et entièrement préparée à répondre [aux mesures américaines] de manière résolue, afin de préserver ses intérêts nationaux ».

VA(2S) Alain Christienne, directeur du Centre méditerranéen des études stratégiques

[1] Une enquête en matière de sauvegardes vise à déterminer si l’accroissement des importations d’un produit cause, ou menace de causer, un dommage grave pour une branche de production nationale.

Ll’Organisation mondiale du commerce et son articulation avec la politique commerciale européenne

Rapport d’information n°757 déposé par la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale

“Le 13 décembre dernier, la 11ème conférence ministérielle de l’OMC s’est achevée sur un constat d’échec. Certes, personne parmi les 164 membres de l’organisation n’espérait qu’il serait mis un terme, seize ans après son lancement, au cycle de Doha. Pourtant, le fait qu’ils aient collectivement échoué à s’entendre sur l’interdiction des subventions à la pêche illégale – l’objectif somme toute très modeste de la conférence – a montré si besoin en était que les négociations commerciales multilatérales sont totalement bloquées.

Le commerce international représente aujourd’hui des montants considérables. Selon les derniers chiffres disponibles de l’OMC pour l’année 2016, les seules exportations de marchandises se sont élevées à 15 460 milliards de dollars. Les exportations de services, quant à elles, sont plus difficiles à mesurer – car ne faisant pas l’objet d’un passage en douane – mais sont estimées à 4 800 milliards de dollars. Ce commerce est très concentré puisque cinq pays (Chine, États-Unis, Allemagne, Japon et France) représentent à eux seuls 38 % des exportations mondiales de marchandises, la Chine étant quant à elle le premier exportateur mondial (11,8 %).

C’est dire que le commerce international est essentiel à ces pays comme, d’ailleurs, aux autres et en particulier aux pays en voie de développement. C’est en effet de l’ouverture des économies et de leur insertion réussie dans les échanges mondiaux que découlent, pour une large part, la croissance, l’emploi et, in fine, le développement économique.

Toutefois, comme toute activité économique, le commerce international doit être régulé, sauf à voir les États les plus puissants écraser les plus faibles et les conflits commerciaux dégénérer en guerre ouverte, comme ce fut malheureusement souvent le cas au cours des siècles passés. S’agissant d’une activité internationale par nature, la régulation ne peut, très logiquement, être que multilatérale et c’est justement à cette fin que l’OMC, prenant la suite du GATT, a été créée en 1995.

Or, depuis maintenant plus de vingt ans, l’OMC s’est avérée incapable d’achever le cycle de Doha et, sauf rares exceptions, de moderniser les règles commerciales issues des Accords de Marrakech (1995). Cette incapacité se révèle d’autant plus dommageable que le commerce international a profondément évolué dans sa forme, avec notamment le développement d’Internet et du commerce des services, mais également dans ses enjeux – avec la prise en compte du développement durable – et ses acteurs, les pays développés devant désormais composer avec les exigences des pays en voie de développement et des ONG.

Expliquant largement l’incapacité de l’OMC à conclure le cycle de Doha, ces évolutions ont également motivé les principales puissances commerciales à réorienter leur politique commerciale vers la signature d’accords de libre-échange bilatéraux. Outre qu’il est évidemment bien plus facile de négocier à deux qu’à 164, ces derniers permettent également à l’Union européenne, notamment, de faire avancer au niveau international des sujets, à commencer par le développement durable, que l’OMC ne pourrait jamais traiter compte tenu des oppositions idéologiques et des divergences d’intérêts entre ses membres.

Faut-il en déduire que l’avenir est au bilatéralisme (et, le cas échéant, au plurilatéralisme) et que le multilatéralisme commercial est mort et, par voie de conséquence, son principal instrument – l’OMC – inutile ?

Vos rapporteurs ne le pensent pas. L’ensemble des auditions qu’ils ont menées les ont au contraire confortés dans leur conviction que l’OMC reste indispensable au commerce international et qu’elle ne vit pas tant une crise terminale qu’une transition douloureuse vers une nouvelle forme de régulation. En effet, le commerce international a plus que jamais besoin de règles communes légitimes qui ne peuvent être établies qu’au niveau multilatéral, de même que d’un système de règlement des différends efficace. La crise ouverte par le président américain Donald Trump le 1er mars dernier, lorsqu’il a annoncé vouloir imposer unilatéralement des droits de douane aux importations d’acier et d’aluminium, montre que le risque de guerre commerciale est toujours présent et la régulation multilatérale plus que jamais nécessaire.

Toutefois, pour irremplaçable qu’elle soit, l’OMC doit s’adapter aux nouvelles réalités du commerce international et retrouver un rôle central dans la régulation de celui-ci. Le présent rapport définit donc une urgence – sauver le mécanisme de règlement des différends menacé par les États-Unis – et cinq priorités d’action qui, si elles sont mises en œuvre, notamment par le leadership de l’Union européenne, sont de nature à relancer le multilatéralisme commercial sans lequel le bilatéralisme (et le plurilatéralisme) sont largement privés de portée.”

Le site de l’Assemblée nationale ⇒

L’Afrique est notre avenir

A quelques jours du prochain Sommet de l’Élysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique, la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat a souhaité faire un bilan de notre présence sur ce continent hier isolé, aujourd’hui convoité.

Le paradoxe de la situation actuelle est que la France, après avoir été un des seuls pays à avoir eu, après les indépendances, une politique africaine, semble aujourd’hui être dépourvue de stratégie à long terme sur ce continent. Les Chinois, les Indiens, les Brésiliens, les Américains, les Marocains, les Turcs ont défini des stratégies africaines qu’ils mettent méthodiquement en oeuvre.

La France semble naviguer à vue. L’intervention exemplaire au Mali ne doit pas faire illusion. Alors qu’une partie de l’Afrique subsaharienne connaît une croissance et une transformation sans précédent et que l’autre partie demeure dans le sous-développement, la présence de la France est en recul, alors même que la demande de son implication reste forte.

Or une Afrique de 2 milliards d’habitants à 14 km du sud de l’Europe avec autant d’opportunités et de risques devrait être une préoccupation centrale. C’est pourquoi la France et l’Europe se doivent de participer aux côtés des pays africains à la transformation de ce continent vers un modèle de développement plus durable, plus sûr et mieux partagé. L’Afrique de demain pourrait être un formidable moteur de croissance pour l’Europe et, à l’inverse, son échec serait un cauchemar.

A l’issue de 8 mois de travail, un diagnostic complet, détaillé, des mutations en cours en Afrique subsaharienne et de nos relations avec les pays qui la composent a été établi. Ce rapport définit 10 priorités et 70 mesures pour relancer les relations de la France avec les pays africains dans un partenariat d’égal à égal, fondé sur des intérêts communs, dans les domaines économiques, culturels, de défense et de développement.

Vers le site du Sénat ⇒

Syrie – 2016 03 15 – Après cinq ans de guerre, tableau d’un pays en plein chaos, par E. de Mareschal – Le Figaro

Jour après jour, la Syrie s’enfonce un peu plus dans l’abîme. Déclenchée en 2011 à la suite de manifestations contre le régime de Bachar el-Assad, la révolte s’est muée en guerre dévastatrice qui n’épargne personne. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), la seule ONG qui dresse encore un bilan humain, les affrontements ont fait plus de 270 000 morts. Sur le plan économique, le conflit a fait revenir trois décennies en arrière l’économie du pays, …