Coronavirus

Covid en Méditerranée : accélérateur de ruptures

 

Équipe de recherche de la Fondation méditerranéenne d’études stratégiques.

Cet article sera publié dans le prochain numéro de la Revue de Défense Nationale (n° 831, mois de juin 2020)

 

Il est encore trop tôt pour savoir si la crise du Covid-19 va changer le monde, mais nous pouvons être certains qu’elle va accélérer les changements déjà à l’oeuvre. Elle joue en effet le rôle de catalyseur qui, parce qu’elle met en évidence les différences entre les sociétés et entre les États, parce qu’elle souligne les dysfonctionnements et parce qu’elle aggrave les déséquilibres et les tensions, provoque des points d’inflexion et des ruptures.

La Méditerranée qui concentre la plupart des défis de la mondialisation est, comme souvent, un excellent laboratoire de cette accélération de l’Histoire. Par sa situation particulière, la Méditerranée fait se côtoyer des espaces civilisationnels très divers sur lesquels l’impact de la pandémie, comme sa perception et ses conséquences, restent très différents. Pour actualiser le numéro d’été 2019 de la RDN consacré à la Méditerranée stratégique (1), l’équipe de recherche de la FMES analyse l’impact de la crise du Covid à ce stade autour de ce bassin pour en évaluer les conséquences stratégiques pour la sécurité de la France et de l’Europe.

 

État des lieux : un seul virus, des réponses différentes

Même si les mesures de lutte contre ce virus sont plus ou moins identiques dans tous les pays (confinement collectif et distanciation sociale), la réalité de leur application diffère notablement. L’analyse des réponses à une crise commune donne une image fidèle des sociétés et de leurs différences. Les conséquences prévisibles de cette crise, qu’elles soient sociales ou économiques, accentueront les divergences et les inégalités déjà à l’oeuvre dans cette région de frictions entre deux mondes. La perception par les populations de ces différences est également un point clé qui influera sur les représentations à venir, facteurs déterminants dans les frustrations et tensions qui en découlent.

 

L’Europe : transparence, hétérogénéité et fragilité des États latins

La première caractéristique du continent européen a été, conformément à sa culture, d’appliquer une transparence totale vis-à-vis de sa situation sanitaire souvent critique, ce qui l’a placé en fragilité dans la compétition mondiale du narratif
qui s’est instaurée à propos de la pandémie.

Si tous les États ont mis en place des quarantaines d’ampleur variable pour tenter d’éviter la propagation du virus, ces mesures se sont révélées insuffisantes dans les pays méditerranéens. L’état de préparation imparfait des systèmes de santé
s’est révélé un facteur aggravant. Le bilan de la gestion de la pandémie, contrasté, est donc plutôt négatif, surtout dans les pays latins où l’impact économique risque d’être considérable. Les mesures de confinement plus ou moins strictes se répercutent fortement sur la vie économique et ont imposé des mesures de dépenses publiques inédites. C’est notamment le cas de la France, de l’Italie et de l’Espagne qui ont fortement confiné alors que leur endettement public dépassait les 100 %.

La gestion du Coronavirus a ainsi renforcé le clivage déjà patent lors de la crise de la zone euro de 2010, en mettant en évidence les différences culturelles, politiques et économiques des pays du nord et du sud de l’Europe (2).

Si les mesures prises par l’Union européenne ont été jugées insuffisantes, fragilisant une image déjà écornée par la gestion de la crise migratoire de 2015 et le Brexit, elles sont pourtant en cohérence avec le fonctionnement de l’Europe de la santé qui relève de la compétence interne des États-membres. Malgré tout, l’Union européenne a pris une série de mesures de soutien financier dès la mi-mars (au plan de relance de 750 milliards d’euros baptisé Next Generation EU, “s’ajoutera […] un budget européen à long terme révisé de 1 100 milliards d’euros” selon la présidente de la commission Ursula von der Leyen), complétées par un paquet de mesures financières décidées par l’Eurogroupe du 9 avril 2020 à hauteur de 540 milliards d’euros (3) ; elle a annoncé investir plus de 138 millions d’euros dans la recherche sur le Covid-19, ciblant les projets de vaccins, de traitement et de diagnostics à travers le programme « Horizon 2020 ». Il est donc difficile de nier le rôle important de l’UE dans son secteur fétiche, l’aide économique.

Ainsi, malgré l’imperfection et le manque d’unité des réponses des pays de la rive nord, ceux-ci ont pu s’appuyer sur des systèmes sanitaires leur garantissant la disponibilité de compétences et de moyens opérationnels pour apporter une première
série de mesures conservatoires destinées à rendre supportable l’afflux de malades dans leur système de santé. Le pire, à savoir l’effondrement des systèmes hospitaliers, a pu être évité et, même si l’urgence reste de rigueur, l’UE peut se concentrer sur la recherche de solutions thérapeutiques (vaccins, traitement…) et la gestion de la crise économique et sociale de l’après Covid qui sera importante, surtout pour les pays sud-européens les plus touchés.

Cette situation est bien différente sur les deux autres rives de la Méditerranée.

 

L’autoritarisme et la relance de l’économie l’emportent sur la protection sanitaire au sud et à l’est

Du Maghreb au Levant, à l’exception d’Israël qui applique le même type de politique sanitaire que les pays d’Europe et dans une moindre mesure de la Turquie qui s’en rapproche, les données sur le Covid-19 sont lacunaires ou dissimulées.

Les situations de crise économique, sociale ou sécuritaire expliquent en grande partie ce manque d’informations fiables. Les gouvernements autoritaires (ou fragile comme en Tunisie) savent qu’ils seront en effet plus jugés sur l’absence
de troubles que sur le nombre de décès. Il est néanmoins possible de dégager les grandes lignes des politiques de gestion de cette crise dont le principal ressort est d’éviter l’effondrement total des systèmes en place par le maintien, autant que faire se peut, de l’activité économique.

Le premier paramètre commun aux pays de la rive sud concerne une moindre vulnérabilité à la pandémie qui est antithétique à la rive nord : une population moins fragile parce que plus jeune malgré une organisation sanitaire moins performante.

Le deuxième point à souligner reste le mimétisme des réactions. Les gouvernements ont tous pris des mesures de confinement plus ou moins strictes (à titre d’illustration, en Égypte les restaurants ou les cafés peuvent rester ouverts, en Turquie seul le week-end est confiné et de nombreux pays tolèrent leur secteur informel). Ces mesures autorisent, il faut le noter, un contrôle social accru (le Hirak algérien a ainsi été suspendu) et renforce l’effet de chape de plomb recherché par nombre de dirigeants.

L’organisation sociale plus traditionnelle, centrée autour de la cellule familiale, est propice à l’entraide et au soutien communautaire indispensables à la gestion de cette crise à la fois sanitaire et économique. Elle est certainement un amortisseur de tensions.

Finalement, il est probable que la crise économique qui commence aura un impact supérieur à la crise sanitaire dans les pays de la rive sud. La faiblesse de l’activité économique locale s’ajoute à la récession mondiale, à la baisse du tourisme et à l’effondrement du prix du pétrole pour créer une situation particulièrement difficile à gérer pour des gouvernements soumis à des tensions sociales et politiques pérennes, tout particulièrement en Algérie, très dépendante des revenus pétroliers et gaziers.

Enfin, dans une région travaillée par un antioccidentalisme chronique, l’impact psychologique lié à la fermeture des frontières avec le Nord pourrait, en supprimant la soupape que représente l’accès à la diaspora, à l’économie et aux soins en Europe, renforcer le ressentiment latent vis-à-vis des anciennes puissances coloniales.

Du niveau de tensions créées par ces frustrations dépendra la porosité des populations du sud et de l’est de la Méditerranée aux discours fédérateurs antioccidentaux ou islamistes, à moins que l’Europe ne mesure l’ampleur des enjeux et fasse du renforcement des liens avec sa rive sud une priorité.

 

Un défi sécuritaire renforcé

Le Covid-19, autant par les réactions qu’il suscite que par ses impacts sanitaires, est un facteur de déstabilisation sécuritaire majeur, dans une zone qui était déjà avant la crise l’une des régions les plus crisogènes du monde.
Le premier impact sécuritaire est lié aux conséquences de la pandémie dans les sociétés des pays de la rive sud, déjà fragilisés par un mal-être lié aux difficultés économiques, aux blocages politiques et la déstabilisation sociétale accélérée par l’accès à Internet. Le durcissement sécuritaire abrité derrière la gestion de l’épidémie, la crise économique engendrée par le Covid et le blocage des frontières de la rive nord vont renforcer les tensions internes qui seront, comme c’est l’usage, canalisées vers un ressentiment antieuropéen et antifrançais.

Il existe un impact d’une autre nature, lié aux mesures de protections mises en oeuvre par les forces armées engagées sur ce théâtre qui ont abouti au rapatriement ponctuel de moyens militaires, à commencer par les navires de guerre (même si la France a maintenu une présence permanente en Méditerranée orientale). Cette rétractation opérationnelle qui est à relier à la difficulté qu’ont nos sociétés à accepter des pertes considérées comme injustifiées au regard des enjeux, est partagée par la Russie qui semble avoir elle aussi réduit l’activité de ses forces déployées en Méditerranée et en Syrie. De son côté la Chine, moins présente en Méditerranée, ne semble pas procéder à de tels retraits opérationnels, comme en témoigne l’activité militaire qu’elle déploie en mer de Chine ou à proximité de sa base de Djibouti.

L’activité militaire globale se réduit donc en Méditerranée, avec un effet positif à Idlib où les combats ont cessé, même si à l’inverse les combats ont repris en Libye autour de Tripoli. La réduction de voilure des forces armées occidentales entraîne d’autres conséquences négatives lorsqu’elles participent aux opérations de stabilisation (Sahel) ou de préservation du droit international (immigration, souveraineté).

La pandémie favorise donc les entités les plus résilientes, celles qui ont le moins à perdre et qui sont en mesure de profiter du retrait, au moins temporaire, des puissances qui souhaitent se préserver en attendant la diminution de la létalité du virus. Le vide sécuritaire créé permet indubitablement aux acteurs qui considèrent que le rapport coût/efficacité est favorable de tenter leur chance. La Turquie ou le régime syrien pourraient ainsi profiter de l’effet d’opportunité pour prendre un gage en forme de fait accompli (forage en ZEE chypriote pour Erdogan, réduction de la poche d’Idlib pour Bachar). Les groupes terroristes et les organisations mafieuses peuvent de leur côté développer plus librement leurs actions et trafics (déstabilisation, armements, drogues, migrants).

Nous entrons donc dans une période où les puissances traditionnelles se replient, les sociétés sont sous tension et où les perturbateurs, qui ont moins à perdre, ont les coudées franches. Il est important que cette phase soit la plus brève possible.

 

Des conséquences géopolitiques durables

Ainsi, force est de constater le repli ponctuel des États européens, tétanisés par la gestion de la pandémie. Il ne s’agit pas seulement des navires civils et militaires qui sont rentrés à leur port d’attache, mais également du rapatriement massif d’expatriés et de la réduction des coopérations. Claquemurées, les autorités bruxelloises ont indiqué leur volonté d’accroître l’aide aux pays africains, mais sont restées prudentes vis-à-vis des pays de la rive sud, du Maroc à l’Égypte.

Ce repli laisse le champ libre aux acteurs globaux avides d’influence et adeptes de propagande, à commencer par la Chine qui apparaît, pour l’instant du moins, comme le principal bénéficiaire de cette crise alors même qu’elle en est à l’origine. Usant d’un soft power décomplexé et d’une diplomatie résolument agressive (4), les autorités chinoises ont marqué des points sur l’ensemble du pourtour méditerranéen (Italie, Grèce, Turquie, Égypte, Tunisie, Algérie) en livrant des lots d’équipements sanitaires, même si certains semblent de piètre qualité, en affirmant leur soutien sans faille aux régimes en place et en dénigrant ouvertement la posture des pays européens (5). Mais c’est dans un second temps que la Chine entend rafler la mise, lorsque ces pays affaiblis, menacés par un endettement excessif, seront à la recherche de liquidités et d’investissements pour relancer leur économie atone, sans devoir procéder aux pénibles réformes imposées par les traditionnels bailleurs de fonds institutionnels. Néanmoins, la partie n’est pas gagnée pour Pékin car l’attitude chinoise suscite également critiques et frustrations au cœur même des régimes qu’elle entend aider. Les débats très vifs qui ont opposé en Iran, pays de plus en plus dépendant de la Chine, la municipalité de Téhéran et le ministère de la Santé au ministère des Affaires étrangères en sont le meilleur exemple (6). Il n’est pas interdit de penser que des voix critiques à l’encontre de l’opportunisme chinois se fassent entendre en Europe comme en Afrique du Nord. En outre, rien ne dit que l’empire du milieu ne connaîtra pas quelques déboires internes pouvant limiter ses ambitions (7).

Tout comme la Chine, la Russie a profité de la pandémie pour apporter elle aussi une assistance sanitaire surmédiatisée à plusieurs pays méditerranéens (notamment l’Italie). Elle a laissé ouverte ses lignes aériennes, permettant ainsi de rapatrier de nombreux Européens, tout en tenant fermement ses positions. Le message subliminal est limpide : vous pouvez compter sur Moscou. Second message implicite, qui a perdu de sa vigueur après que la Russie a été touchée plus fortement : c’est grâce à son régime autoritaire que le Kremlin est parvenu à endiguer la pandémie tout en dégageant des ressources permettant de vous assister. Ces messages visent aussi bien à rassurer les régimes autocratiques qu’à diviser les pays européens. Reste à voir si le Kremlin sera en mesure de poursuivre sur le long terme l’effort consenti compte tenu des difficultés auxquelles il fait face en Russie (8).

Troisième bénéficiaire de cette crise, la Turquie qui profite – au moment où ses lignes sont écrites – du retrait des marines occidentales pour maintenir une présence navale autour de Chypre, afin d’appuyer ses revendications énergétiques offshore à l’intérieur de la zone économique exclusive chypriote, face à la mer Égée afin d’impressionner la Grèce et l’Union européenne menacées de vagues migratoires en provenance de Turquie, et à proximité du littoral libyen pour soutenir un point d’appui avancé lui permettant de diffuser l’idéologie des Frères musulmans en direction du Maghreb et du Sahel (9).

De leur côté, les États-Unis sont partagés entre d’une part leur volonté d’allégement de leur engagement dans la région, en réaction à leur surimplication des années 2000 et au poids croissant des enjeux asiatiques, et d’autre part l’importance de cet espace pour leurs lignes de communications stratégiques, pour continuer de peser sur le marché pétrolier mondial et pour contrer la Russie et la Chine. Il est donc probable que Donald Trump ou Joseph Biden continueront de s’impliquer, plus fortement qu’on le croit, en Méditerranée et au Moyen-Orient.

Plus grave pour le long terme, les réactions des uns et des autres soulignent la remise en cause du multilatéralisme (OMS largement démonétisée, Conseil de sécurité de l’ONU silencieux) et le manque de crédibilité de l’Union européenne. Elles exacerbent la logique de rapport de force tout comme la rivalité sino-américaine.

Mais le Covid-19 pourrait également apporter quelques bonnes nouvelles.

La relocalisation d’une partie de la chaîne de valeur à proximité de l’Europe est l’occasion d’initier un partenariat industriel renforcé avec la rive sud qui pourrait se substituer aux hydrocarbures, au tourisme et aux diasporas, domaines qui entretiennent des relations psychologiques complexes avec les pays anciens colonisateurs.

Avec un brin d’optimisme, il n’est pas interdit de penser qu’une fois les stocks de munitions épuisés, les effets induits de cette pandémie assécheront les camps rivaux en Libye, les poussant à s’entendre sur une sortie de conflit négociée. La plupart de leurs sponsors y semblent prêts. Reste à convaincre la Turquie d’un côté, les Émirats arabes unis de l’autre qui pour l’instant maintiennent leur flux d’armements.

Pour terminer ce tour d’horizon géopolitique, il est possible que cette pandémie contribue à faciliter la reprise de dialogue entre les trois acteurs régionaux les plus influents du Moyen-Orient : l’Iran, l’Arabie saoudite et Israël qui ont tous trois renforcé leur posture régionale et qui ont besoin de relancer leur économie après la triple peine de la pandémie, de l’arrêt de l’activité économique et de l’effondrement des prix pétroliers. C’est tout particulièrement vrai pour l’Iran et Israël qui ont intérêt à apaiser les tensions au Levant pour pouvoir exporter sereinement leurs hydrocarbures (offshore pour Israël) vers les pays du bassin méditerranéen, car ils savent disposer tous deux des moyens militaires leur permettant de stopper le flux d’hydrocarbures de l’autre.

 

Conséquences et propositions pour la France et l’Union européenne

Toutes ces évolutions imposent à la France et à l’Union européenne de ne pas sacrifier à l’urgence sanitaire et économique les enjeux géopolitiques de leur rive sud. Le boomerang reviendrait vite et violemment : terrorisme, migration, déstabilisation…

Dès lors, une question cruciale se pose : sur qui s’appuyer pour stabiliser un bassin méditerranéen très affaibli par la pandémie ?

Sur les États riverains ? Ce serait la réponse de bon sens, mais ceux-ci sont englués dans leurs rivalités contre-productives. Si rien n’est fait pour les atténuer, le Covid-19 aura fragmenté et compartimenté davantage encore l’espace méditerranéen.
Sur la Chine ? Cela aurait du sens, car contrairement aux États-Unis et à la Russie, la Chine, tout comme l’Union européenne, a un intérêt objectif à apaiser rapidement les tensions autour du bassin méditerranéen, même si c’est pour des raisons différentes. Il s’agit pour Pékin de profiter du flottement actuel pour poursuivre rapidement son expansion économique et géopolitique en direction de l’océan Atlantique. Car le projet OBOR (One Belt, One Road) de Xi Jinping s’inscrit dans une stratégie mondiale. À l’inverse, Moscou et Washington ont intérêt àmaintenir un certain niveau de tensions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient pour justifier leur rôle de protecteur, de pourvoyeur d’armes et de parrain diplomatique. Mais en jouant la carte chinoise, l’Union européenne jouerait avec un concurrent redoutable, adepte de la prédation, et offrirait un avantage tendanciel considérable à Pékin dans son bras de fer avec la Maison-Blanche, ce que Washington ferait payer très cher à Bruxelles.

Sur la Russie alors ? Après tout, l’Europe et la Russie partagent de nombreux intérêts stratégiques communs en Méditerranée, y compris ceux de freiner la Chine et l’Iran, de faire entendre raison à la Turquie et de stabiliser la Syrie et la Libye. Mais le Kremlin est aujourd’hui prisonnier de sa spirale revancharde et sent le soufre : nombreux sont ceux qui ne veulent pas d’un rapprochement avec un pouvoir autocratique accusé de véhiculer virus informatiques et fake news.
Faudrait-il alors s’appuyer finalement sur les États-Unis ? Cette option, souhaitée par ceux que la Chine et la Russie effraient, reste inaudible à l’ère de Donald Trump. Elle ne saurait être ressuscitée qu’après le résultat de l’élection présidentielle de novembre 2020, si le magnat de l’immobilier new-yorkais venait à s’éclipser et si son successeur s’ouvrait à une coopération vraiment équilibrée. C’est donc à l’automne prochain que devrait se clarifier le paysage géopolitique puisque de nombreux signaux convergent à cette échéance.

En attendant, Paris et Bruxelles gagneraient à raviver les initiatives de coopération navale entre marines européennes pour réinvestir le plus vite possible la Méditerranée centrale et orientale, afin de montrer à l’ensemble des acteurs locaux et globaux qu’il s’agit là d’une zone maritime vitale pour l’Europe. Ils doivent surtout renforcer le processus d’intégration européenne, car cette crise aura prouvé qu’au bout du compte, l’Europe ne pouvait compter que sur elle-même et qu’elle se devait de projeter l’image d’un acteur crédible et responsable.

La France et l’Union européenne doivent également s’attaquer au champ des perceptions qui empoisonne depuis des décennies les relations entre les deux rives. La bataille du narratif liée à la gestion de la pandémie et de ses conséquences en est une illustration et une opportunité. Il est indispensable de communiquer activement, préventivement et sans détour pour contrer le discours biaisé et propagandiste des régimes autocratiques qui cherchent à discréditer les États européens, France en tête, et à les utiliser comme boucs émissaires pour camoufler leurs propres lacunes et leurs propres faiblesses structurelles. Cela implique de contrer chaque fake news en démontrant son inanité et l’intérêt qu’en tirent ceux qui les propagent. Cela impose également de forger un narratif alternatif basé sur le bon sens et les intérêts croisés des rives nord, est et sud de la Méditerranée. Les universités, les think tanks tout comme les responsables politiques concernés par l’avenir du bassin méditerranéen ont un rôle à jouer dans ce domaine.

Deux États méditerranéens sont en position de faiblesse et méritent le soutien des Européens par leur positionnement stratégique : Chypre, pointe orientale de l’Union européenne en Méditerranée en butte à la Turquie ; la Tunisie, État du Maghreb le plus ouvert vers l’Europe, cible des Frères musulmans désireux d’y promouvoir un islam politique combatif.

Mieux comprendre le monde arabo-musulman est essentiel. C’est pourquoi il paraît indispensable de renforcer la coopération avec les services de renseignement marocains, égyptiens et libanais, c’est-à-dire ceux qui comprennent le mieux les stratégies d’infiltration de la mouvance islamiste sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, comme le suggère le professeur Pierre Vermeren dans une interview remarquée au site Diploweb (10).

Sans paraître alarmiste ni souhaiter que de tels scénarios se produisent, il serait prudent d’anticiper les conséquences de la résurgence de manifestations massives en Algérie et en Égypte, car ces deux pays très menacés par le Covid-19, bien qu’ils s’en défendent, pourraient démontrer très bientôt leur fragilité socio-économique et politique.

C’est sans doute vis-à-vis de la Turquie que la France et l’Union européenne doivent prioritairement agir. Il leur faut informer discrètement, mais fermement, le président Erdogan des mesures de rétorsion économique, politique et diplomatique que l’Union européenne prendrait s’il franchissait les lignes rouges des intérêts européens ; Washington, Moscou et Pékin n’ont pas hésité de leur côté à lui tracer leurs propres lignes rouges, en lui démontrant dans les faits les conséquences néfastes de leur franchissement. Le but n’est pas de lui faire perdre la face, mais de lui faire comprendre que l’Union européenne n’entend pas être l’idiot utile de l’Histoire, pour paraphraser Lénine, et qu’elle sait tout aussi bien manier le bâton que la carotte quand ses intérêts vitaux sont menacés.

Sur le plan infraétatique, il convient enfin d’intensifier le dialogue multilatéral entre les régions du sud de l’Europe et leurs équivalents des rives orientales et méridionales, en vivifiant les échanges académiques et les rencontres entre think tanks. C’est pourquoi la FMES se tient prête à analyser les conséquences de cette crise avec tous ceux de ses partenaires qui le souhaiteraient.

 

**

(1) Numéro spécial « La Méditerranée stratégique – Laboratoire de la mondialisation », RDN, n° 822, été 2019.

(2) Maxime Lefebvre : Thucyblog 33.

(3) Instrument SURE (Support to mitigate Unemployment Risks in an Emergency) proposé par la Commission pour financer les mesures de chômage partiel ; prêts de la Banque européenne d’investissement, garantis par les États, aux entreprises ; ligne de crédit du Mécanisme européen de stabilité, créé en 2012, pour aider les États à faire face aux dépenses liées à la crise du coronavirus ; Maxime Lefebvre : Thucyblog 33.

(4) « La Chine aurait fait pression sur l’UE pour édulcorer un rapport sur la désinformation relative au covid-19 », Reuters, 24 avril 2020.

(5) Benoît Delmas : « Maghreb : le hold-up sanitaire chinois », Le Point, 5 avril 2020.

(6) Anne-Bénédicte Hoffner : « Frappée par la pandémie, l’Iran ménage la Chine », La Croix, 7 avril 2020.

(7) Minxin Pei : « Competition the Coronavirus and the weakness of Xi Jinping », Foreign Affairs, mai-juin 2020.

(8) Emil Avdaliani : « Coronavirus is hitting Russia on more than the economy », BESA Center for Strategic Studies, Perspective Paper, n° 1534, 17 avril 2020.

(9) Irina Tsukerman : « Turkey is building a geopolitical alliance between Sunni and Shiite Islamists », BESA Center for Strategic Studies, Perspectives Paper, n° 1528, 14 avril 2020.

(10) Pierre Vermeren : « Quelle est l’histoire secrète des liaisons franco-arabes ? » – Entretien avec Pierre Verluise, Diploweb, 19 avril 2020.

La Russie face à la pandémie de coronavirus – par Ana Pouvreau

Ana Pouvreau – Spécialiste des mondes russe et turc, chercheur en sciences politiques, docteur ès lettres de l’Université de Paris IV-Sorbonne et diplômée de Boston University en relations internationales et études stratégiques. Elle est auditrice de l’IHEDN et éditorialiste à l’institut FMES.

Le 19 avril 2020, la Russie (147 millions d’habitants) comptait officiellement 42 853 cas confirmés de coronavirus et 361 décès dus au virus[1]. A Moscou, épicentre de l’épidémie en Russie (deux tiers des cas), les quelque 12 millions d’habitants sont soumis, depuis le 30 mars 2020, à un strict confinement (karantin), qui devrait durer au moins jusqu’au 1er mai. Les mesures de confinement varient selon les régions de cet immense pays d’une superficie de 17 millions de km2, où de nombreux foyers de coronavirus se sont déclarés dans la partie occidentale[2].

Cette crise du coronavirus constitue une véritable surprise stratégique[3] pour le pouvoir russe, dont l’agenda se trouve bouleversé dans plusieurs domaines. Le vote populaire, prévu le 22 avril, afin d’approuver la réforme constitutionnelle adoptée par la Douma le 11 mars dernier, qui pourrait notamment permettre au président Poutine de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2036, a dû être repoussé à une date ultérieure. Par ailleurs, les commémorations du 75ème anniversaire de la victoire de l’Union soviétique sur l’Allemagne nazie et le défilé militaire, prévus le 9 mai 2020, lors du Jour de la Victoire (Den’ Pobedy), et qui devaient se dérouler en présence du président français, ont été décalées.

Sur fond de crise pétrolière avec l’Arabie saoudite (en dépit d’un compromis obtenu le 12 avril 2020 pour réduire la production de brut), la situation demeure préoccupante pour l’économie du pays, déjà affaibli par les sanctions internationales mises en place en 2014, à la suite de l’annexion de la Crimée par la Russie. La pandémie de coronavirus pourrait en effet provoquer la faillite de 3 millions d’entreprises tandis que le chômage menace désormais 8 millions de personnes. La croissance de l’économie russe devrait chuter de 3 à 5 % en 2020 selon les estimations de la Chambre de commerce et d’industrie de la Fédération de Russie[4].

Cependant, en dépit de ces contretemps malencontreux au plan intérieur, la Russie s’est attachée dès le début de la pandémie, à saisir l’occasion d’exercer son influence sur la scène internationale en offrant notamment une aide médicale aux Etats-Unis, à l’Italie et à la Serbie.

 

I.          Le spectre de l’instauration d’un « cyber-goulag » sous prétexte de lutte contre le coronavirus en Russie 

Dans sa gestion de la crise du coronavirus, le gouvernement russe a fait le choix d’une posture de plus en plus autoritaire en s’appuyant sur une communication lénifiante. Force est de constater, à ce stade, que le pouvoir, sous prétexte de pandémie, poursuit le verrouillage de la société russe et réduit davantage les libertés fondamentales de la population en invoquant la nécessité d’agir dans le sens d’un intérêt général qui est celui du droit à la vie dans le cadre de l’urgence sanitaire. Cette évolution délétère a conduit certaines personnalités politiques telles que Daria Besedina et Maxim Katz, à évoquer une dérive vers « un cyber-goulag » et un “camp de concentration numérique”[5].

Un mois après l’annonce par les autorités chinoises de l’existence d’un cluster de pneumonie virale à Wuhan, province de Hubei, le 31 décembre 2019, la Russie a annoncé le 31 janvier 2020, la découverte de ses premiers cas de malades du coronavirus sur son territoire national[6]. Il s’agissait de deux ressortissants chinois. Entré en fonctions le 15 janvier 2020, le nouveau Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine, a ordonné la fermeture, à compter du 31 janvier 2020, de la frontière extrême-orientale du pays. 16 des 25 points de passage le long de la frontière russo-chinoise longue de 4200 kilomètres ont été fermés[7]. L’évacuation de plus de 3000 Russes présents dans la province de Hubei, berceau de la pandémie et dans l’île de Hainan, a également été annoncée. La Russie a suspendu la délivrance de visas pour les Chinois travaillant sur le territoire russe, tandis que les liaisons aériennes avec la Chine ont été réduites au minimum. A noter que les hydrocarbures constituent près des deux tiers des exportations de la Russie vers la Chine, principalement du pétrole brut circulant dans les pipelines, qui ne devrait pas être affecté par la fermeture des frontières. Par ailleurs, si les liaisons ferroviaires vers la Chine (à l’exception de la liaison Moscou-Pékin) sont interrompues, ces mesures ne concernent pas le fret[8].

A la suite de la déclaration de l’OMS, le 11 mars, qualifiant l’épidémie de coronavirus de pandémie, la Russie a fermé ses frontières occidentales à compter de la deuxième semaine de mars, afin de bloquer l’entrée des étrangers. Elle a également fermé sa frontière avec le Belarus, au risque d’irriter le président biélorussien Alexandre Loukachenko, qui, niant l’ampleur de la pandémie, refuse toujours, à ce jour, d’imposer des mesures de distanciation sociale[9]. Il faudra attendre le 27 mars pour que l’ensemble des vols réguliers et vols charters entre la Russie et d’autres pays, à l’exception de ceux dédiés au retour des Russes à partir de l’étranger, soient suspendus[10].

En ce qui concerne les mesures appliquées à la population, le pouvoir a décidé d’adopter une approche autoritaire. Dans un discours du 28 mars, le président russe annonce la fermeture des écoles, des restaurants, des cafés et autres établissements non-essentiels, dans le cadre d’une période de « congés ». Dans la région de Moscou, les habitants ont été autorisés, dans un premier temps, à quitter leur domicile en cas d’urgence médicale, pour se rendre au travail ou aller acheter de la nourriture ou des médicaments. Ils étaient contraints d’évoluer dans un rayon de 100 m autour de leur domicile pour promener leur animal de compagnie. Les autorités ont tenté d’utiliser leur réseau de caméras de reconnaissance faciale, mais celui-ci, à la différence de la Chine, a des capacités encore limitées. A Moscou, les autorités s’appuient sur 170 000 caméras de surveillance pour surveiller la population.

Cependant, depuis le 15 avril, l’étau s’est resserré de manière drastique. Si les personnes se rendant à leur travail peuvent toutefois bénéficier d’un laissez-passer spécial illimité, désormais, toute personne âgée de plus de 14 ans et résidant dans Moscou et sa région doit, pour pouvoir se déplacer, utiliser un code barre spécifique (code QR), après avoir téléchargé une application sur son smartphone ou s’être inscrite sur un site web du gouvernement. Les citoyens doivent déclarer aux autorités un itinéraire et un motif de sortie à l’avance. Tout d’abord, appliquée aux personnes utilisant les transports en commun, la mesure sera peu à peu étendue à de courts trajets au sein même des quartiers d’habitation. Les forces de sécurité sont habilitées à scanner ces codes et à sanctionner les contrevenants avec des menaces de peines de prison pour les récalcitrants. Selon CNN, les résidents ne peuvent obtenir que deux laissez-passer par semaine, chacun valable pour une journée[11].

 

II.        La mise en exergue du rôle des forces armées russes dans la lutte contre le coronavirus  

La crise du coronavirus, constitue une occasion inespérée pour la Russie d’exercer son soft power à l’étranger tout en glorifiant l’action humanitaire de ses forces armées dans la lutte mondiale contre la pandémie.

Au plan intérieur, selon Krasnaja Zvesda (L’Etoile rouge), outil de communication du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, la situation épidémiologique dans les forces armées demeurait stable et entièrement sous contrôle[12]. 11 000 militaires auraient été testés. L’ensemble des forces seraient soumises à des contrôles quotidiens de température grâce à l’installation de 5554 points de contrôle de température, tandis que des unités avaient été spécialement affectées à la désinfection des locaux et équipements. En cas de suspicion de maladie, les militaires seraient immédiatement envoyés dans des structures médicales pour y subir des tests avant d’être placés en confinement obligatoire, comme cela a été fait pour les équipages de deux sous-marins de la Flotte du Nord[13]. Dans son bulletin de veille épidémiologique du 4 avril 2020, le ministère de la Défense russe indiquait qu’aucun cas de coronavirus n’avait été détecté dans les forces armées[14]. 2782 respirateurs artificiels seraient disponibles. Par ailleurs, le 26 mars, le ministre de la Défense, le général Sergueï Choïgou, a indiqué que l’armée avait reçu un don d’un million de masques et de 200 000 tests de coronavirus de la part du milliardaire chinois Jack Ma[15]. Il a déclaré le 7 avril que l’armée était totalement préparée à faire face à la pandémie et qu’elle avait entamé une série d’exercices dans ce sens à la suite du discours présidentiel du 25 mars dernier[16]. Pour rappel, à son crédit, le général Choïgou a été ministre de l’EMERCOM, le ministère des situations d’urgence pendant près de deux décennies. Plus de 3 500 hommes sous la supervision de l’armée sont en train de construire 16 hôpitaux temporaires. L’ensemble de ces mesures coûteraient 9 milliards de roubles. Le Barents Observer, publication indépendante spécialisée dans la région Arctique, notait le 7 avril, que l’armée russe n’avait pas réduit ses activités, comme en témoignaient un exercice dans la péninsule de Kola, début avril, ou l’incorporation de 135 000 appelés du contingent dans le cadre de la conscription à partir du 1er avril[17]. Cependant, le ministère de la Défense a reconnu, la semaine dernière, que des dizaines de cadets et d’instructeurs de l’académie navale Nakhimov, avaient été testés positifs au coronavirus à Moscou[18]. Par ailleurs, ce même ministère a indiqué que quelque 15 000 soldats ayant participé aux répétitions du défilé du Jour de la Victoire, le 1er avril, allaient être confinés sur leurs bases, pendant deux semaines. Cette déclaration fait suite à la diffusion d’une vidéo clandestine montrant les répétitions du défilé à Moscou au mépris des mesures de distanciation sociale imposées au même moment dans la capitale[19].

Au plan de l’aide internationale, à partir du 22 mars, la Russie a acheminé vers le Nord de l’Italie, par voie aérienne militaire puis par camions, une aide médicale à savoir, 180 médecins, des infirmières ainsi que des respirateurs et des masques. Étiquetés «From Russia with Love», les avions et les camions ont célébré l’amitié entre les deux pays, mettant ainsi en scène une opération de communication en faveur de la Russie. Domenico Arcuri, le commissaire du gouvernement italien en charge de la gestion de la crise du Covid-19, a exprimé la gratitude du gouvernement italien vis-à-vis du gouvernement russe[20]. Des voix discordantes se sont élevées dans un reportage du journaliste Jacopo Iacoboni publié dans le journal La Stampa citant de hauts responsables italiens qualifiant l’aide russe d’«inutile». Par ailleurs, le même quotidien a révélé que les 122 officiers de l’unité de défense contre les armes radiologiques, chimiques et biologiques, présents sur le territoire italien étaient placés sous le commandement du général Sergueï Kikot, un personnage controversé en Occident depuis qu’il a affirmé qu’aucune arme chimique n’avait été utilisée par le régime de Bachar el-Assad[21]. Ces développements laissent supposer que les forces russes, particulièrement entraînées au combat NRBC, trouvent un intérêt à observer in situ les conséquences d’une épidémie virale dans un pays étranger.

Le 25 mars, au lendemain de la visite du ministre de la Défense russe à Damas, un cargo de la Marine russe Dvinitsa-50, a été observé dans le détroit de Bosphore. Le navire a acheminé des ambulances ainsi que des équipements médicaux destinés à combattre le coronavirus en Syrie. L’Iran a également bénéficié d’une aide médicale fournie par la Russie[22].

Le 2 avril, un avion de transport militaire russe An-124 transportant de l’aide médicale à destination des Etats-Unis, sous forme de masques et de respirateurs, a atterri à New York, métropole durement touchée par la pandémie. Le président Trump a exprimé sa gratitude vis-à-vis de la Russie, tandis que certains observateurs dénonçaient une opération de propagande[23]. 

Enfin, après un accord entre Vladimir Poutine et le président de la Serbie, Aleksandar Vučić, il a été convenu début avril que la Russie fournirait des équipes médicales composées de 87 médecins militaires et de spécialistes en virologie et en épidémiologie, équipés de matériels de diagnostic et de désinfection. 11 vols étaient prévus.

*****

En dépit du caractère tardif des mesures prises par le pouvoir russe pour endiguer la propagation du virus et du désastre sanitaire qui s’annonce sur l’ensemble du territoire de la Fédération, la Russie a su indubitablement instrumentaliser la crise afin d’accroître son influence à l’échelle globale. Il n’est pas certain cependant que le régime russe résiste à la crise économique grave qui couve sous les cendres de la pandémie, et ce malgré la volonté de Vladimir Poutine d’amortir le choc d’un effondrement par une série de mesures annoncées à la mi-avril en faveur des entreprises du pays. Le 26 mars dernier, il a lancé un appel au G7 en faveur d’une levée des sanctions internationales.

[1] “Coronavirus in Russia: The Latest News – April 19”, The Moscow Times, 19 avril 2020. [https://www.themoscowtimes.com/2020/04/19/coronavirus-in-russia-the-latest-news-april-19-a69117].

[2] Cf. Carte des cas de coronavirus sur le territoire russe sur le lien: https://www.themoscowtimes.com/2020/04/18/coronavirus-in-russia-the-latest-news-april-17-a69117

[3] Même s’il n’y a pas dans ce cas d’adversaire défini, la notion de surprise stratégique fait référence, selon le politologue Corentin Brustlein, à une « situation de choc ou de sidération, aux plans psychologique et organisationnel, résultant d’une action offensive adverse, révélant une impréparation relative de la victime et lui imposant d’ajuster les moyens, voire les objectifs, de sa posture stratégique » in Corentin Brustlein : « La surprise stratégique, de la notion aux implications », Institut français des relations internationales (IFRI), Paris, 2008.

[4] Jake Cordell and Stanislav Zakharkin: “Analysts Fear the Economic Impact of Russia’s April Coronavirus Shutdown Will Be Catastrophic”, The Moscow Times, 3 avril 2020. [https://www.themoscowtimes.com/2020/04/02/russia-economy-coronavirus-analysts-fear-economic-impact-russias-april-coronavirus-shutdown-catastrophic-a69851]

[5]JC Robles: “Moscow’s Digital Tracking ‘Cyber Gulag’ Helps Enforcing Lockdown by Tracking People”, Tech Times, 14 avril 2020. [https://www.techtimes.com/articles/248814/20200414/moscows-digital-tracking-cyber-gulag-helps-enforcing-lockdown-by-tracking-people.htm]

[6] ”Coronavirus: la Russie annonce deux premiers cas confirmés sur son territoire ”, Le Figaro, 31 janvier 2020. [https://www.lefigaro.fr/flash-eco/coronavirus-la-russie-annonce-deux-premiers-cas-confirmes-sur-son-territoire-20200131]

[7] Kirill Zykov : “Prime Minister Mishustin closed Russia’s border with China to prevent the spread of the deadly coronavirus”, The Moscow Times, 30 janvier 2020. [https://www.themoscowtimes.com/2020/01/30/russia-closes-far-east-border-over-coronavirus-a69100]

[8]Jake Rudnitsky; Evgenia Pismennaya: “Russia Closes Border With China to People, Not Goods”, Bloomberg, 30 janvier 2020. [https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-01-30/russia-closing-border-with-china-to-affect-people-not-goods]

[9] Artyom Shraibman :”Coronavirus Inflames Russia-Belarus Quarrel”, Carnegie Moscow Center, 25 mars 2020. [https://carnegie.ru/commentary/81361]

[10] “Домодедово закрыл галерею международных рейсов”, Agence TASS, 3 avril 2020. [https://tass.ru/ekonomika/8156133]

[11] Mary Ilyushina : “Moscow rolls out digital tracking to enforce lockdown. Critics dub it a ‘cyber Gulag’”, CNN Online, 14 avril 2020. [https://edition.cnn.com/2020/04/14/world/moscow-cyber-tracking-qr-code-intl/index.html]

[12]“Ситуация стабильная и контролируемая”, Krasnja Zvesda, 15 avril 2020. [http://redstar.ru/situatsiya-stabilnaya-i-kontroliruemaya/]

[13] Igor Delanoë : “La marine russe touchée par le COVID-19 », L’Observatoire CCI France-Russie, 28 mars 2020. [https://www.obsfr.ru/fr/blogs-et-videos/evenement/article/covid-19-dobralsja-do-rossiiskogo-flota.html]

[14] Бюллетень по санитарно-эпидемиологической обстановке в ВС РФ на 4 апреля 2020, 4 avril 2020. [http://мультимедиа.минобороны.рф/multimedia/infographics/sanitaryconditions/gallery.htm?id=75202@cmsPhotoGallery]

[15] “Китайский предприниматель передал России более 1 млн масок и 200 тыс. тестов для выявления COVID-19”, Site Internet du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, 26 mars 2020. [https://function.mil.ru/news_page/country/more.htm?id=12283950@egNews]

[16] Ian Bratskij: “Шойгу: ВС РФ продемонстрировали готовность к борьбе с коронавирусом в ходе внезапной проверки”, TV Zvesda, 7 avril 2020. [https://tvzvezda.ru/news/forces/content/2020471345-Tq9D8.html]

[17] Atle Staalesen :“Defense Minister Shoigu says Armed Forces are fully prepared for coronavirus”, Barents Monitor, 7 avril 2020. [https://thebarentsobserver.com/en/security/2020/04/defense-minister-shoigu-says-armed-forces-are-fully-prepared-coronavirus]

[18] “31 coronavirus confirmed in 31 pupils of Nakhimov naval school”, Corona24 News, 17 avril 2020. [https://www.corona24.news/c/2020/04/17/31-coronavirus-confirmed-in-31-pupils-of-nakhimov-naval-school-society.html]

[19] Andrew Roth: “Russia quarantines thousands of soldiers after parade rehearsals”, The Guardian, 20 avril 2020. [https://www.theguardian.com/world/2020/apr/20/russia-quarantines-thousand-of-soldiers-after-parade-rehearsals-coronavirus]

[20] Robin Emmott, Andrew Osborn :”Russian aid to Italy leaves EU exposed”, Reuters, 26 mars 2020. [https://uk.reuters.com/article/uk-health-coronavirus-russia-eu/russian-aid-to-italy-leaves-eu-exposed-idUKKBN21D28N]

[21] Natalia Antelava and Jacopo Iacoboni: The influence operation behind Russia’s coronavirus aid to Italy”, CodaStory, 2 avril 2020. [https://www.codastory.com/]

[22] Maxim A. Suchkov: “Intel: Why Moscow is dispatching its military to fight coronavirus in Syria, Italy”, Al-Monitor, 24 mars 2020. [https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/03/intel-moscow-military-fight-coronavirus-syria-italy.html]

[23] Anton Troianovski: “Turning the Tables, Russia Sends Virus Aid to U.S.”, The New York Times, 2 avril 2020. [https://www.nytimes.com/2020/04/02/world/europe/coronavirus-us-russia-aid.html]

 

 

 

L’écosystème devra s’adapter demain… La dynamique de l’économie de défense en Région ouvre la voie – par le GCA (2s) Patrick Lefebvre

Tous droits réservés.

Par le général de corps aérien (2s) Patrick Lefebvre, directeur du centre méditerranéen d’études stratégiques de l’institut FMES

Personne n’avait prédit une crise mondiale d’origine exclusivement sanitaire ! Les ravages que la maladie avait propagé en Europe au début du 20ème siècle ne sont en effet plus dans la mémoire collective. Un événement d’une telle ampleur n’était donc plus envisagé malgré le signal donné par l’épisode du H1N1 entre 2009 et 2010.  Sans doute avions-nous sous-estimé les effets démultiplicateurs de la mondialisation. Paradoxe de cette mondialisation, où bien que l’information circule en temps réel, les effets produits à distance ne semblent pas pouvoir nous affecter avec la même ampleur et avec un temps de réponse au moins égal. Pourtant, une forme de fulgurance est bien présente. C’est sans doute ce qui explique la posture différenciée des États face à cette crise ; du temps perdu pour prendre collectivement conscience des enjeux. Personne n’avait prédit une telle situation à l’exception peut-être de certaines personnalités consacrant un peu de leur temps à la réflexion. Ainsi, Bill Gates en 2015 avait abordé ce thème au cours d’une mini-conférence[1] en annonçant que les sociétés n’étaient pas prêtes à faire face à ces risques pandémiques. Une nouvelle surprise stratégique donc que ce COVID 19 dont il ne faudra pas sous-estimer les conséquences sur le moyen et long terme. Mais il faut aussi prendre garde à ne pas exclusivement centrer les risques sur le cas sanitaire qui ne sera que ponctuel à l’échelle du temps. D’autres ruptures peuvent naître de ce désordre mondial dont les signaux sont aujourd’hui multiples. Des signaux économiques, sociétaux, environnementaux, des signaux culturels et plus globalement de civilisation aussi car ses différentes formes semblent s’opposer davantage désormais. Ces oppositions ou ces déséquilibres sont apparents entre le Nord et le Sud, entre l’Ouest et l’Est pour ne pas dire qu’ils se sont généralisés. Pourtant, l’impression est donnée de ne pas vouloir les voir. L’économie, centre d’intérêts des puissances, est tout aussi vulnérable. Et nous ne méprenons pas, une crise économique quelle que soit sa forme induirait des effets redoutables sur d’innombrables secteurs. Les enjeux de cette pandémie sont donc très importants et il importera de se relever très vite pour ne pas emballer ces déséquilibres, notamment au plan économique.  La réflexion d’ordre stratégique doit donc bien être pluridisciplinaire et les laboratoires d’idées doivent s’inscrire dans cette discipline.

En première analyse, deux éléments saillants pourraient être retenus au titre des futures « Lessons Learned ». Le premier est celui de la résilience. Cette capacité doit être comprise comme celle permettant d’endurer une crise et d’en supporter les épreuves tout en se projetant pour mieux rebondir. Une voie possible pour consolider cette capacité peut être celle de la diversification des sources d’approvisionnement nécessaires à la production du tissu industriel. Ce peut être la redondance aussi. Cette résilience doit également s’appuyer sur un réseau logistique suffisamment robuste pour garantir une continuité de service. Elle ne s’improvise pas et nécessite en amont d’y être préparée. Le second est celui de l’autonomie. Dans un monde globalisé, les interdépendances souvent bénéfiques dans le cours normal des choses, peuvent avoir des effets dévastateurs lorsqu’elles disparaissent de façon circonstancielle. L’autonomie est donc le garant absolu du maintien de sa capacité à produire. Elle est inévitablement associée à des coûts dont la maîtrise, bien que nécessaire, ne doit pas compromettre la production. Il s’agit notamment de prioriser les sources vitales d’approvisionnement. Elles concernent évidemment les composants indispensables à certains équipements de défense ou de sécurité mais aussi ceux garantissant toute forme de sécurité sanitaire ou alimentaire. Il est indispensable aussi de conserver les savoir-faire et de connaître précisément le temps nécessaire au rétablissement de certaines chaînes de production lorsque ce rétablissement est possible.  Là aussi, la capacité d’autonomie ne s’improvise pas et toute comparaison avec l’autonomie stratégique abordée dans les domaines de la défense ou de la sécurité ne serait pas fortuite. Là aussi, l’élaboration de plans de sauvegarde, de protection active et passive ainsi que des plans de continuité de l’action des entreprises est une voie à explorer pour mieux réagir face à un large éventail d’événements. Les conséquences de cette crise sanitaire soulèveront donc des questions fondamentales obligeant à repenser les processus dont la forme était essentiellement liée aux économies qu’ils généraient. Il faudra résolument élaborer des plans stratégiques dont la vocation sera in fine de garantir la sécurité dans sa dimension globale.

Donc oui, un changement profond va s’installer dans un monde globalisé où il faudra redéfinir de nouveaux contours. Oui, il faut se préparer dès maintenant à d’autres ruptures parce qu’à l’instar d’un cyclone qui s’alimente dans les eaux chaudes océaniques où nous contribuons, par le réchauffement climatique, à les maintenir à une température suffisante, nous agissons aussi artificiellement sur les paramètres qui accélèrent et alimentent les risques pouvant peser sur nos sociétés. Attention donc à ne pas jouer aux apprentis sorciers ! Alors, d’une manière presque simpliste, il faut réfléchir avant d’agir. Se redonner du temps car d’innombrables questions sont devant nous. Celles de l’environnement, celles du vivre ensemble dans un monde devenu multipolaire et où les sociétés s’archipélisent, celles de l’éthique prise sous son acception la plus large et concernant tous les grands sujets humains, celles d’une économie responsable et mieux équilibrée à l’échelle du monde, celles des sciences et techniques permettant aux hommes d’en garder le contrôle et de mieux vivre. C’est le sens de l’action des laboratoires d’idées dont les points d’application sont désormais multiples.

Au vu de ces quelques remarques préliminaires, une approche novatrice de l’appui à l’économie de défense en Région répond pour partie à ces questions de résilience et d’autonomie d’un écosystème industriel indispensable à l’autonomie globale de la Nation. Il s’agit par ailleurs non seulement d’un appui mais d’un élan donné au développement de cette économie en garantissant un environnement sûre confortant ainsi l’attractivité de nos territoires.

Le premier élément clé structurant l’ensemble des actions en appui à l’économie de défense est celui de la cartographie complète de notre écosystème. Bien exploitée, elle ne contrevient pas aux objectifs propres de chaque entreprise ou des organismes publics ou privés qui les accompagnent. En dehors du fait qu’elle fournit un aperçu réaliste et à jour de l’activité des entreprises, elle peut surtout servir judicieusement à apprécier les capacités critiques qu’il faut préserver et celles s’inscrivant dans la perspective de développement de l’écosystème régional voire national. Sur ce point, concédons que cela peut utilement contribuer à notre autonomie de production et donc d’indépendance qui semble cruellement faire défaut en matière d’approvisionnement aujourd’hui. De fait, elle constitue un outil extraordinairement précieux permettant d’accompagner au mieux les structures relevant de la base industrielle de technologie et de défense. C’est un outil au service des pôles de compétitivité et des structures régionales directement impliquées dans l’appui à l’économie compte tenu de la mise en œuvre de la loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République plus connue sous le nom de loi NOTRe. Cette loi confirme bien la place centrale de la Région dans les mesures prises pour élaborer un schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation. L’institut FMES, compte tenu de son originalité en qualité de centre ressources de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui l’exclut de toute forme de conflit d’intérêt, est un levier efficace dans la mise en œuvre de cette cartographie qui intègre par ailleurs les entreprises produisant des technologies duales. Cette cartographie étendue à moyen terme à la zone euro-méditerranéenne contribuera à mieux identifier les pistes de coopération industrielle européenne ainsi que celles ouvrant des perspectives de marché à l’exportation.

S’agissant des technologies duales, il apparaît ici qu’elles sont souvent à la croisée des chemins pour ce qui concerne leur champ d’applications. Ainsi, pour la protection de l’environnement il serait absurde d’établir des frontières entre le monde civil et le monde de la défense. De fait, l’innovation et les technologies duales seront mises à profit pour proposer des pistes visant à mieux protéger l’environnement par l’emploi de multiples moyens. Cela impose d’innover en matière de mobilité notamment sur des emprises de défense où les mouvements terrestres sont considérables. Cette étude n’a évidemment de sens que si elle conduite en coordination avec les organismes du territoire impliqués dans l’émergence de nouveaux moyens de transport. En la matière, c’est la cohérence globale de l’action régionale qui prévaut. L’institut FMES en sera l’un des défenseurs au bénéfice du plus grand nombre.

A partir de la cartographie étendue à la zone euro-méditerranéenne dans un premier temps puis élargie pour couvrir une zone géographique de plus en plus large, il était naturel d’accompagner cette démarche par de multiples rendez-vous visant à soutenir l’activité des PME de la BITD à l’export. Ces rendez-vous se multiplieront et l’institut FMES au regard de son expertise dans les domaines de la défense et de la sécurité favorisera toutes les rencontres où le potentiel de l’écosystème de défense sera mis en avant.

Plus généralement, cette vision précise de l’écosystème régional conduit à mieux structurer les offres de service vers le tissu économique, qu’il soit industriel ou non. Au-delà de la présence des grands groupes, cet écosystème compte entre 200 et 300 PME et ETI identifiées dans la BITD et plus de 2000 PME de sous-traitance, plaçant ainsi la région Provence-Alpes-Côte d’Azur au deuxième rang après la région Ile de France en termes d’activités liées à la défense. C’est aussi une région très bien placée en termes de capacités d’innovation technologique. Cela conduit à disposer de très nombreux centres d’essai où sont réalisées des expérimentations de technologies nouvelles dont certaines sont duales avec de nombreuses applications civiles. Cette richesse est à mettre en perspective de la nécessaire cohérence des actions à mettre en œuvre pour venir en appui de cet écosystème.  A cet égard, les synergies et la structuration de cet appui sera déterminante au lendemain d’une crise aux conséquences économiques sans doute encore sous-évaluées.

La cartographie y participe, les acteurs économiques en charge de l’accompagnement des entreprises se trouvant mieux armés pour proposer des prestations adaptées aux besoins des entreprises et pouvant accroître de fait leur aptitude à mieux encourager le développement d’acteurs industriels mieux positionnés sur le marché. Il s’agit bien ici, en s’appuyant sur cet outil cartographique, d’établir un « parcours défense » qui permettra d’accroître les moyens d’entreprises dont le potentiel ouvre d’indéniables perspectives. C’est aussi un parcours dans lequel, les sources de financement d’origine européenne seront recherchées. Cette dynamique régionale est donc un facteur consolidant la robustesse des entreprises régionales offrant pour certaines d’entre elles une dimension européenne. Ici aussi, l’autonomie industrielle devra s’appuyer sur une cohérence des actions menées à l’échelle européenne ; c’est une manière efficace et pragmatique de relancer une dynamique industrielle où l’Europe pourrait, si elle s’en donne les moyens, réindustrialiser des filières et renforcer des branches d’activité délaissées parce que la production faite à l’extérieur était jugée plus rentable. Ce sujet d’interdépendance est terriblement d’actualité dans le contexte de la crise sanitaire que nous traversons. Les absences d’approvisionnement de certains groupes industriels vont inévitablement induire une hystérésis dans la reprise des cycles de production. Le jour d’après verra donc une reprise économique avec une inévitable inertie induisant des coûts supplémentaires se surajoutant aux coûts de cette crise sanitaire. Le parcours défense devrait favoriser cette reprise en optimisant le soutien aux entreprises

A l’évidence, l’écosystème régional est devenu plus vulnérable face au pillage ou à l’agression des systèmes d’information. La digitalisation des processus et leur numérisation expose davantage le monde économique, en particulier les TPE et les PME technologiques. Il semblerait d’ailleurs que les cyberattaques capitalisent sur le coronavirus. L’organisation mondiale de la santé prévient d’ailleurs sur ses risques constatant une hausse des pratiques frauduleuses.  C’est donc bien le premier risque pour l’écosystème de défense et dual dont l’intégrité est rendue plus fragile. Les attaques se multiplient et, sans jouer les Cassandre, des attaques massives pourraient paralyser certaines activités vitales. Les conséquences seraient à l’évidence stratégiques. Si le réseau d’acteurs existants est particulièrement mobilisé pour lutter contre ces menaces, il est sans doute insuffisamment organisé et probablement trop dispersé. A l’échelle nationale, l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information a considérablement développé ses capacités. Elle ne peut cependant répondre à toutes les sollicitations. Elle a besoin de relai sur le territoire et doit pouvoir s’appuyer sur des organismes publics ou privés pour créer un réseau de confiance qui saura animer efficacement les opérateurs en charge de sécuriser et de rétablir, le cas échéant, des systèmes d’information neutralisés ou affectés par des attaques cyber. La création prochaine du centre ressource régional cyber (C2RC) porté par l’institut FMES s’inscrit dans cette logique. Ce centre, qui s’appuiera sur l’outil cartographique, deviendra le véritable poumon de l’intelligence économique régional. Il importera de protéger au mieux l’ensemble des acteurs économiques de la BITD et duales et bien sûr tous les autres acteurs économiques le moment venu. Il est entendu que certains acteurs ne relevant pas du périmètre de la BITD présentent une sensibilité de nature équivalente et que d’inévitables dispositions doivent être prises pour les protéger. Il va là aussi de l’enjeu de notre autonomie. Cette autonomie passe inévitablement par la formation de spécialistes et la sensibilisation de tous ceux qui sont exposés quotidiennement à cette nouvelle menace. Les conséquences « sanitaires » d’une attaque cyber de grande ampleur pourraient être considérables pour un écosystème dépassant très largement celui de la BITD. Il était donc légitime d’adosser à ce centre régional un centre de formation associant les meilleures écoles de notre territoire, notamment l’ISEN-Yncréa dont la vocation digitale en fait la renommée.  Là encore, la protection des entreprises sensibles de la Région Sud les aidera à mieux rebondir après la crise.

Lorsque l’on évoque la vulnérabilité du tissu industriel face à ces menaces, elle est intimement liée à l’emploi massif des outils numériques et à la capacité de gérer un volume considérable de données. Ces données, à elles seules, représentent un enjeu considérable. Elles sont assurément un facteur de souveraineté. Elles doivent donc être protégées à la hauteur de leur valeur stratégique. Une réflexion profonde devra être conduite sur l’identité de ces données au sens de la propriété intellectuelle mais aussi au sens de l’éthique. Beaucoup reste à faire dans ces domaines. Tout un champ du droit reste à bâtir. La « manipulation » de ces données et l’utilisation croissante d’outil telle que l’intelligence artificielle vont considérablement modifier le paysage numérique avec la nécessité de lui associer des frontières évitant de perdre des savoir stratégiques indispensables au fonctionnement d’une économie souveraine. Plus modestement à l’échelle du territoire, il est apparu important d’encourager les universités et leurs écoles d’ingénieurs de développer leurs capacités propres en analyse de données massives. Un premier laboratoire verra bientôt le jour pour se consacrer à la gestion des données maritimes. C’est une première étape qui, ici sur les bords de la Méditerranée, s’imposait pour répondre au besoin d’un écosystème dont les actions maritimes sont nombreuses. Cette étape en appellera d’autres qui seront coordonnées avec tous les organismes impliqués dans l’intelligence artificielle et l’Internet of Things en Région.

Enfin, cette cartographie, véritable socle de l’appui à l’économie de défense en Région, est aussi un outil permettant de cerner plus précisément les besoins des entreprises en ressources humaines. Elle permet en effet de visualiser précisément les métiers indispensables au développement. Elle permet de renforcer certaines filières de formation pour répondre à des besoins aujourd’hui insatisfaits. Elle permet aussi de renforcer les synergies entre les acteurs responsables de formation pour répondre à temps et non pas de façon dispersée à ces besoins. Dans ce domaine humain, où l’excellence est de mise, la formation revêt là aussi une dimension stratégique car elle conditionne l’indépendance de notre tissu industriel. La cible de cet exercice d’optimisation des formations à l’échelle régionale s’inscrit dans des logiques faisant prévaloir la complémentarité, l’économie des moyens, la mutualisation des efforts. Cet exercice vise à rendre nos outils de formation plus réactifs et davantage tournés vers l’avenir avec de vraies visions prospectives.  Le terreau régional est fertile et riche. Mais assurément, la formation est un domaine stratégique qui permet d’accéder à l’autonomie et d’être le moment venu résilient. Elle est aussi le facteur clé pour l’essor d’un écosystème industriel à même de relever les défis à venir. Enfin, elle concentre cette dimension humaine qui réaffirme que « la vraie grandeur d’un métier, ce sont les relations humaines [2]».

[1] https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=6Af6b_wyiwI&feature=emb_title

[2] Antoine de Saint-Exupéry

Vers une sortie de crise en Tunisie ? – par Sarah Sriri

Elyes Fakhfakh, chef du gouvernement tunisien.

Tous droits réservés.

Par Sarah SRIRI, chef de projet analyse et stratégie à l’institut FMES.

Comme de nombreux pays, la Tunisie est elle aussi confrontée à la pandémie liée au virus Covid-19. Après des mois d’impasse politique, le pays, plongé dans une crise protéiforme, s’est enfin doté d’un gouvernement, mais à peine installé, celui-ci doit gérer en priorité cette crise sanitaire sans précédent. Dans ce contexte, l’espoir que placent les Tunisiens dans ce gouvernement est à la hauteur des défis structurels et conjoncturels auxquels celui-ci fait face.

UN PARLEMENT FRAGMENTE

A la mort du président Béji Caïd Essebsi le 25 juillet 2019, les Tunisiens ont été appelés à se rendre aux urnes pour des élections législatives qui se sont tenues en septembre 2019, puis présidentielles le mois suivant. Au terme de la campagne, Kaïs Saïed a été élu président avec près de 73% des voix au second tour le 23 octobre 2019. Expert en droit constitutionnel, cet homme de 62 ans qui n’est issu d’aucun parti politique, est devenu une figure médiatique après l’exil de l’ancien président Ben Ali en prenant position pour un processus de justice transitionnelle. Si sa position paraît peu claire sur le plandéologique, elle semble s’inscrire dans une logique populiste puisque le nouveau président tunisien a forgé sa campagne autour du slogan « le peuple veut », érigeant ce dernier au rang d’acteur politique de référence. Les deux autres éléments moteurs de sa campagne demeurent la lutte contre la corruption des élites et la promotion d’une indépendance économique de la Tunisie.

S’agissant des élections législatives et contrairement à celles de 2014, aucune coalition ne s’est dégagée, faisant du Parlement tunisien un organe émietté sans consensus évident. Les deux formations arrivées en tête, Ennahdha (parti d’obédience islamiste) et Qalb Tounes (parti du magnat Nabil Karoui, principal concurrent de Kaïs Saïed) n’ont obtenu respectivement que 54 et 38 sièges sur un total de 217 (soit respectivement 24 % et 17,5 %)[1]. Dans ce contexte, aucune de ces deux formations n’était en mesure a priori de former une coalition majoritaire stable, rappelant les affres de la IVe République en France. A contrario, cet émiettement a fait émerger une nouvelle classe politique dite « souverainiste » à l’agenda flou. En effet, l’affaiblissement de l’Etat depuis 2011, sa perte progressive de souveraineté, notamment en termes économiques (la Tunisie étant tenue de respecter ses engagements internationaux) mais aussi la querelle entre islamistes et anti-islamistes – les premiers s’étant rapprochés des pays du Golfe contre l’avis des seconds – ont nourri les revendications populaires et ont permis l’émergence d’une nouvelle frange de politiques moins idéologisés, mais davantage populistes. Pour l’ONG International Crisis Group, l’émergence de ces discours souverainistes a favorisé « l’installation d’un climat de surenchère populiste »[2] qui a accru les tensions politiques et fracturé la population.

Cette fracture tunisienne s’est ressentie jusqu’à l’Assemblée nationale. Comme le dispose l’article 89 de la Constitution tunisienne de 2014[3], il incombe au parti ayant remporté le plus grand nombre de sièges de former le gouvernement du pays. Toutefois, Ennahdha n’a pas pu, malgré sa position de force parlementaire dominante, garantir l’intronisation d’Habib Jemli, son candidat issu du parti d’inspiration islamiste. Dans ce contexte particulièrement crispé, il aura fallu plus de quatre mois à la Tunisie pour se doter d’un gouvernement et mettre fin à l’impasse politique. C’est Elyes Fakhfakh qui va être nommé nouveau chef du gouvernement tunisien. Ancien ministre du tourisme et des finances, il est issu du parti social-démocrate Ettakatol qui appartenait à la coalition formée par les partis Ennahdha (islamiste) et Congrès pour la république aux lendemains de la révolution tunisienne. Elyes Fakhfakh a fini par obtenir, après 18 heures de débat, la confiance de l’Assemblée tunisienne, le 26 février 2020 (par une majorité de 129 voix sur 217). Ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2019 – il n’avait recueilli que 0,34% des suffrages – le nouveau chef du gouvernement a finalement trouvé un consensus avec Ennahdha pour obtenir la confiance du Parlement autour d’une équipe largement composée de technocrates.

Ce dénouement, vécu comme un soulagement par les Tunisiens, invite toutefois à questionner la capacité réelle du pays à sortir de l’impasse, compte tenu d’une situation intérieure inquiétante aggravée par la crise du Covid-19. Selon Michaël Ayari, senior analyst chez International Crisis Group, « les causes de la crise sont toujours là » et « la nature du régime a changé mais pas l’Etat »[4].

UNE SITUATION INTERIEURE INQUIETANTE

La nomination d’un nouveau gouvernement, en sus de satisfaire le peuple, était espérée avec impatience d’un point de vue économique. Si d’importants progrès ont été réalisés en termes de transition démocratique, faisant de la Tunisie l’exception positive des pays ayant vécu la vague des printemps arabes, l’économie reste en berne et l’activité économique tourne au ralenti. Le Fonds monétaire international attendait la nomination d’un nouveau gouvernement pour négocier les modalités d’un nouvel accord de prêt. En 2016, 3 milliards de dollars avaient déjà été accordés à la Tunisie en échange de réformes importantes. Ces dernières ont engendré une augmentation sensible du prix des produits de première nécessité, réduisant drastiquement le pouvoir d’achat des Tunisiens. De plus, le déficit budgétaire ne cesse de se creuser : 2,4 milliards de dinars tunisiens pour le premier trimestre de 2019 (763 millions d’euros) contre 1,8 l’année précédente[5]. Toutefois, cette somme ne représente pour l’heure que 2% du PIB national.

Plus grave, le PIB ne cesse de chuter depuis 2014 pour tomber à moins de 40 milliards de dollars (contre 47 en 2014) en 2018[6]. Au premier semestre de l’année 2019, la croissance tunisienne a connu un léger rebond mais n’a atteint qu’un taux de 1,1%, tandis qu’elle avoisinait les 2,5% en 2018. Le nouveau gouvernement, qui tablait sur une remontée du taux de croissance aux alentours de 1,5% pour l’année 2020, a toutefois été obligé de revoir ses ambitions à la baisse car l’impact du coronavirus a frappé durement la Bourse de Tunis, déjà fragilisée, qui a perdu 7 points au mois de mars 2020.

L’effondrement des cours du pétrole[7], secteur prisé par l’économie tunisienne même s’il reste très loin du niveau de production de l’Algérie et de la Libye, tombe au plus mauvais moment alors que la Tunisie a considérablement accru ses investissements dans l’industrie pétrolière, ceux-ci étant passés de 72 millions de dollars en 2018 à 254 en 2019[8] ; or, elle doit désormais les rentabiliser.

Le phosphate, l’une des pierres angulaires de l’économie tunisienne, est exploité par la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) et se trouve principalement au sud du pays. En 2009, la CPG figurait au 5ème rang mondial des producteurs de phosphates. Pour autant, la production est passée de 8 millions de tonnes en 2010 à moins de 4 millions en 2019. Le secteur se heurte à des mouvements importants de grèves réclament la régulation de leur situation professionnelle.

Quant au tourisme, vital pour l’économie du pays, celui-ci peinait à se rétablir depuis les attentats du Bardo de mars 2015, mais il va souffrir durement des conséquences de la pandémie.

A ces difficultés économiques s’ajoutent également des inégalités sociales et territoriales.. Les élites citadines sont considérées comme liées aux puissances extérieures occidentales, tandis que les ruraux et les montagnards y sont historiquement opposés (lutte contre la domination ottomane, puis française). Le chômage, estimé à 15%, concerne en particulier les jeunes diplômés (28,2%), les femmes (22,6%)[9] et les populations rurales. Il illustre les difficultés du pays et expose la Tunisie à un risque d’exode des populations.

De fait, cette situation économique dégradée nourrit les revendications populaires et donne du crédit aux nationalistes, aux ultra-religieux et aux thèses conspirationnistes visant les puissances étrangères. Omniprésentes dans le débat public, ces frustrations incarnent un véritable enjeu de pouvoir pour le gouvernement. Si le chef de l’exécutif a fait campagne sur ces thèmes, ceux-ci handicapent gravement la gestion quotidienne du pays.

Enfin, malgré les réformes institutionnelles permettant une démocratisation du pays, des sujets de frustrations subsistent : lois privatives de libertés, inégalités hommes-femmes en termes d’héritage ,clientélisme, corruption…

LE CORONAVIRUS, PREMIER DEFI DU GOUVERNEMENT

A l’instar des pays touchés par le covid-19, dont le voisin algérien, la Tunisie a dû prendre des mesures autoritaires pour limiter la propagation du coronavirus, telles que le confinement des personnes (sauf celles concourant aux activités économiques essentielles du pays), la fermeture des souks et de tout lieu de regroupement. Ces mesures, apparemment prises à temps, semblent avoir permis de ralentir la propagation du covid-19. Mais la suspension des liaisons internationales qu’elles impliquent handicapent gravement l’économie tunisienne. Game changer géopolitique, le covid-19 refaçonne les relations de la Tunisie avec le reste du monde. Cette crise sanitaire, inédite dans nos sociétés contemporaines, apparaît comme un test de vérité pour la jeune démocratie tunisienne, car elle met à l’épreuve l’ensemble de l’appareil étatique. Pour le journaliste Thierry Brésillon, « une mauvaise gestion favoriserait le retour d’une solution autoritaire[10] ». Elle aurait aussi pour conséquence d’accroître les contestations populaires, contraintes de subir un confinement, le gouvernement se heurtant à une frange de la population rechignant à respecter ces règles. Comme le soulignent certains experts, ces mesures indispensables et nécessairement restrictives de liberté pourraient faire le jeu, au bout du compte, de tous ceux qui appellent à la réémergence de pouvoirs autoritaires dans le monde arabo-musulman, à l’instar de ce que semble appeler de ses vœux l’émir Mohamed Ben Zayed des Emirats arabes unis[11].

LA CRISE LIBYENNE

L’évolution de la situation interne en Tunisie reste intrinsèquement liée à la situation de la Libye voisine. Deux hommes s’y disputent le pouvoir dans un pays en proie au chaos depuis 2011. D’un côté, Fayez al-Sarraj, président du gouvernement d’union nationale (GNA) qui siège à Tripoli, reconnu par l’ONU et soutenu par des pays tels que la Turquie, le Qatar et, dans une moindre mesure l’Italie. De l’autre, l’autoproclamé maréchal Khalifa Haftar, à la tête de l’armée nationale libyenne (ANL), qui contrôle l’essentiel de la Libye et qui est soutenu par l’Egypte, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Russie. Tunis surveille d’autant plus son voisin que la frontière entre les deux pays reste fermée, qu’un raid de djihadistes tuniso-libyens contre la bourgade tunisienne de Ben Gardane (février 2016) avait choqué la population tunisienne, et que la Tunisie accueille de très nombreux réfugiés libyens. En 2011 déjà, elle en avait accueilli près d’un million, mais nombre d’entre eux étaient ensuite retournés dans leur pays. S’il n’y a pour l’heure pas d’afflux massif de réfugiés, la situation pourrait devenir explosive en cas d’aggravation de la crise libyenne. Tunis craint toujours une montée du terrorisme en provenance de Libye sur son territoire, crainte renforcée par l’envoi en renfort du GNA de milices islamistes syriennes par le président turc.

L’intervention récente de la Turquie en Libye en appui au camp de Sarraj contre celui de Haftar est de fait suivie de près par les médias tunisiens. En effet, la Tunisie pourrait être l’un des premiers pays à subir les conséquences d’une escalade de la confrontation. Dans ce conflit, Tunis opte officiellement pour un principe de neutralité, n’octroyant son soutien à aucun des deux hommes, même s’il s’évertue à faciliter les négociations entre eux. En soignant dans ses hôpitaux des combattants issus des deux camps, le pays affiche sa neutralité. Pour la communauté internationale comme pour le gouvernement tunisien, la solution au conflit libyen doit être politique, permettant ainsi à la Tunisie de continuer à jouer un rôle de médiateur.

Toutefois, la visite du président turc Recep Tayyip Erdogan en Tunisie (décembre 2019) et sa connivence affichée avec son homologue tunisien réputé proche des milieux islamistes, ont semé le doute et ont fait l’objet de polémiques au sein de la classe politique tunisienne. Celle-ci a réclamé une position d’affirmation de la souveraineté tunisienne plus claire, demandant au président Saïed de se distancier de son homologue turc.

UNE DIPLOMATIE SINGULIERE A L’ECHELLE REGIONALE

L’élection de Kaïs Saïed visait aussi à défendre l’identité tunisienne en mettant au premier plan la dimension arabo-musulmane d’un pays qui serait, selon lui, menacé par de possibles interventions étrangères occidentales. C’est ce qui explique les déclarations à la tonalité très anticolonialiste et très pro-palestinienne du président tunisien, peu après son élection. Toutefois, la dépendance de la Tunisie aux aides internationales et la proximité traditionnelle de ce pays avec les pays occidentaux l’ont amené à mettre de l’eau dans son thé.

A l’échelle régionale, la Tunisie est éclipsée par son voisin algérien en termes de politique internationale. Pour autant, si l’Algérie espère incarner le leadership en Afrique du nord, ses relations avec la Tunisie restent cordiales. Les deux pays partagent des préoccupations communes, notamment sécuritaires au regard du voisin libyen, mais aussi la nécessité de sécuriser leurs frontières[12]. Toutefois, si les deux pays se targuent de partager d’excellents rapports, il n’en reste pas moins que les échanges économiques entre Tunis et Alger restent faibles au niveau inter-étatiques, même s’ils sont importants au niveau des populations, de nombreux Algériens venant faire leurs courses et passer leurs vacances en Tunisie. Les autorités tunisiennes craignent également un effondrement du pouvoir algérien qui provoquerait des vagues de migrations massives en direction de la Tunisie.

Comme leurs voisins, les Tunisiens constatent que le bassin méditerranéen est devenu un théâtre de rivalités entre puissances globales et qu’il leur faut interagir avec chacune d’entre elles. De fait, les relations avec la Chine se sont approfondies après la révolution avec la signature en juillet 2011 d’un mémorandum d’entente avec Pékin dans le cadre des nouvelles routes de la soie en Méditerranée. Cet accord permet à la Tunisie de bénéficier d’une coopération économique, commerciale et touristique plus approfondie, en échange de positions privilégiées concédées aux compagnies chinoises[13]. Il est intéressant de noter également la présence renforcée de touristes chinois, mais surtout d’étudiants et de cadres de l’industrie qui viennent apprendre sur place à la fois le français et l’arabe, afin de pouvoir être ensuite insérés pus facilement dans le tissu économique nord-africain[14].

L’Union européenne reste l’un des partenaires internationaux les plus importants de la Tunisie, même si elle est souvent pointée du doigt par les Tunisiens eu égard à la détérioration de leur niveau de vie qu’ils imputent aux fluctuations touristiques et économiques européennes. Dans le cadre de sa politique européenne de voisinage (PEV), l’UE fournit pourtant un important soutien financier à la Tunisie. La nomination d’un nouvel exécutif européen préoccupé par la gestion du Coronavirus questionne sur l’éventuelle redéfinition de cette aide, de même que sur les modalités de l’assistance technique et du dialogue politique. Cette aide pourrait se concentrer à l’avenir sur des projets plus modestes, davantage en adéquation avec les priorités de Bruxelles[15].

S’agissant de Washington, la Tunisie revendique une relation de plus de 200 ans avec les Etats-Unis. Toutefois, l’attaque terroriste du 6 mars 2020, qui s’est déroulée devant l’ambassade américaine à Tunis, a fait resurgir le spectre de celle qui avait déjà frappé cette ambassade en 2012. Bien qu’isolée, cette attaque est intervenue alors que le gouvernement d’Elyes Fakhfakh débutait son mandat, alimentant les tensions persistantes entre Tunis et Washington, même si celles-ci restent officiellement cordiales. En 2015, le président américain Barack Obama avait d’ailleurs qualifié la Tunisie d’allié majeur non-membre de l’OTAN des Etats-Unis[16]. Les militaires tunisiens, de leur côté, rappellent discrètement l’étroitesse de leur coopération avec les forces armées américaines qu’ils perçoivent comme l’ultime garantie de sécurité de leur pays en cas de déstabilisation extérieure de celui-ci[17].

La Russie accroît elle aussi son périmètre d’action en Méditerranée, même si elle semble se tenir pour l’instant à l’écart de la Tunisie avec laquelle elle entretient des relations cordiales depuis les années 1990.

C’est en fait avec les pays du Golfe que les relations de la Tunisie sont le plus ambiguës. Si elle a accueilli le 30ème sommet de la Ligue arabe en mars 2019, ce qui lui a permis de retrouver un rôle de premier plan au sein du monde arabe, les relations avec les monarchies du Golfe ont connu de fortes fluctuations. Pour le ministère des Affaires étrangères tunisien, les relations avec le Qatar, soutien des réseaux des frères musulmans, sont « un exemple de relations bilatérales réussies et développées au niveau arabe »[18]. Doha s’impose en effet comme le second investisseur en Tunisie. Depuis 2011, les deux pays se sont étroitement rapprochés, notamment lors de la période dominée par la coalition menée par Ennahdha, proche idéologiquement du régime qatari. A contrario, la révolution tunisienne a éloigné le pays des Emirats arabes unis, pourtant deuxième partenaire arabe de la Tunisie au début des années 2000. Après l’affaiblissement d’Ennahdha, les relations se sont quelque peu apaisées, mais la proximité de la Tunisie avec le rival qatari freine le rapprochement avec Abou Dhabi. Les relations paraissent en revanche meilleures avec l’Arabie saoudite. La Tunisie s’est en effet engagée, du moins sur le papier, dans la coalition saoudienne au Yémen, avant d’inscrire le Hezbollah dans sa liste d’organisations terroristes. Elle a en outre accueilli le prince héritier Mohammed ben Salman après l’assassinat de Jamal Khashoggi au consulat saoudien d’Istanbul, en octobre 2018. En retour, Tunis a bénéficié d’une enveloppe financière importante.

QUELQUES PISTES POUR SORTIR DE LA CRISE

Pour l’heure, le bilan post-révolutionnaire de la Tunisie reste modeste. Des réformes ont été accomplies, mais bien d’autres restent en chantier. Il appartient au nouveau gouvernement de les mener à bien en renonçant à toute approche idéologique, dans un pays où les syndicats restent forts (poids de l’UGTT – l’Union générale des travailleurs tunisiens) et le conservatisme religieux très présent. Ce gouvernement doit calmer les revendications populaires et faire face aux défis du covid-19, tandis que médias et partis politiques doivent faire preuve de réalisme. A défaut, la Tunisie pourrait basculer dans une nouvelle instabilité délétère. Au bout du compte, le défi principal consiste à redéfinir un modèle de développement adapté et acceptable par la population. Le pays doit définir une véritable stratégie nationale en vue de renégocier sa place au sein d’une économie mondialisée, mais aussi se doter d’une Cour constitutionnelle (dont la création était annoncée pour 2014) qui permettrait de légitimer les réformes engagées. Au niveau politique, il s’agirait de mettre en place des mécanismes de dialogue afin de favoriser le consensus de long terme, permettant ainsi de limiter les blocages entre factions politiques rivales.

Sur le plan international, l’Union européenne et le FMI pourraient soutenir les orientations prises par la Tunisie afin de participer à la consolidation de sa stabilité, alors même que ces deux acteurs sont pointés du doigts par les Tunisiens qui leur reprochent des mesures d’austérité lourdes à supporter et n’ayant pas permis la relance de l’économie. Quant aux Etats européens très attachés à la réussite de l’expérience démocratique tunisienne, France, Italie et Allemagne en tête, leur plus grande utilité consisterait non pas à chercher à influencer le modèle sociétal tunisien qui suit le processus d’éloignement du modèle occidental qui touche le monde arabo-musulman, mais bien au contraire à coordonner davantage leurs efforts pour dresser une « cage de Faraday » virtuelle autour de la Tunisie destinée à neutraliser les ondes négatives véhiculées par tous ceux qui rêvent de faire échouer cette expérience démocratique. Dans un bassin méditerranéen de plus en plus divisé, la Tunisie gagnerait enfin à retrouver sa place historique de médiateur du monde arabo-musulman en adoptant une posture plus nuancée sur les grands dossiers du moment, tout en réaffirmant sa volonté de discuter avec tous les acteurs de la scène régionale.

[1]https://www.crisisgroup.org/fr/middle-east-north-africa/north-africa/tunisia/b73-tunisie-eviter-les-surencheres-populistes

[2]https://www.crisisgroup.org/fr/middle-east-north-africa/north-africa/tunisia/b73-tunisie-eviter-les-surencheres-populistes

[3]http://www.legislation.tn/sites/default/files/news/constitution-b-a-t.pdf

[4]https://www.lepoint.fr/afrique/tunisie-les-causes-de-la-crise-sont-toujours-la-04-03-2020-2365799_3826.php

[5]https://www.banquemondiale.org/fr/country/tunisia/overview

[6]https://www.banquemondiale.org/fr/country/tunisia/overview

[7] Au 26 mars 2020, le prix du baril de pétrole Brent s’élevait à 23 dollars, contre 67 dollars au 7 janvier 2020 ; https://prixdubaril.com/

[8]https://www.jeuneafrique.com/mag/811776/economie/hydrocarbures-un-nouveau-souffle-pour-le-petrole-tunisien/

[9]https://www.banquemondiale.org/fr/country/tunisia/overview

[10]https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/la-gestion-de-la-pandemie-due-au-coronavirus-un-crash-test-pour-la-democratie-tunisienne

[11]« Mohammed bin Zayed’s Dark Vision of the Middle East’s Future », The New York Times Magazine, 9 janvier 2020.

[12]https://www.elwatan.com/edition/actualite/entre-lalgerie-et-la-tunisie-des-preoccupations-communes-02-02-2020

[13]https://www.jeuneafrique.com/594707/politique/la-tunisie-rejoint-a-son-tour-linitiative-chinoise-one-belt-one-road/

[14]Témoignage de Pierre Razoux lors d’une conversation privée le 31 mars 2020.

[15]https://www.crisisgroup.org/middle-east-north-africa/north-africa/tunisia/tunisia-looks-reset-west

[16]https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/2015/07/10/presidential-memorandum-designation-republic-tunisia-major-non-nato-ally

[17]Comme le rappelle Pierre Razoux, directeur de recherche associé à la FMES, qui interagit fréquemment avec l’Institut de défense tunisien (conversation privée le 31 mars 2020).

[18]https://www.diplomatie.gov.tn/mission/pays-daccreditation/relation-bilaterale/etranger/ambassade-de-tunisie-a-doha-qatar/

 

Après la crise – par le VAE (2s) Pascal Ausseur

Cas de Covid-19 confirmés cumulés – source: Johns Hopkins 

 

Par l’amiral (2s) Pascal Ausseur

Directeur général de l’Institut FMES.

Nous vivons une période très particulière. Sans être une peste noire ou une guerre mondiale, la pandémie du Covid-19 qui place plus du tiers de l’humanité en restriction de mouvement est une crise qui marquera une rupture supplémentaire dans un monde déjà en plein bouleversement. Cette crise peut être, si nous savons en tirer les enseignements, l’occasion de nous sortir de notre torpeur intellectuelle et d’identifier les pistes qui nous permettront d’affronter avec succès les défis de la France et de l’Europe.

 

  • Une crise de rupture

Le Covid-19 marquera une rupture, non pas seulement par ses conséquences sanitaires directes, mais parce qu’elle cristallise les limites et les fragilités, déjà perceptibles, d’un système qui s’est emballé depuis cinq décennies.

Le rapport à la technologie d’abord. Elle a été libératrice pour l’humanité depuis le fond des âges, en domestiquant la nature (agriculture, élevage, mobilité, …) et en nous protégeant de ses dangers (habitat, santé, …). Bien entendu, en renforçant l’homme, la technologie lui avait également permis de développer ses capacités destructrices, le désignant désormais comme la principale menace pour sa propre espèce. Mais au moins la nature, soumise par la technique, n’était-elle plus un danger existentiel. Le fait que nous devions nous référer à la grippe espagnole de 1918 pour comparer l’épidémie actuelle, montre que le terrible 20ème siècle ne l’a pas été à cause de la nature.
Nous observons aujourd’hui que la technologie livrée à elle-même, au lieu de nous protéger des dangers naturels peut au contraire les amplifier. Le réchauffement climatique en est une illustration, les manipulations du vivant une autre. La mobilité effrénée des humains dans un monde globalisé vient, en diffusant un virus à une vitesse inconnue jusqu’alors, confirmer l’idée que la technique, lorsqu’elle est hors de contrôle, constitue un facteur de risque et d’aliénation.

Le paradigme de la mondialisation fondée sur le marché ensuite. Le siècle passé et surtout les trente dernières années ont vu l’explosion des échanges économiques, portés par la technologie, qui ont permis de sortir de la pauvreté des centaines de millions d’êtres humains et qui ont pu laisser penser à la convergence de l’humanité dans une communauté de destin orientée vers la prospérité individuelle. Cette vision mondialisée du « doux commerce » chère à Montesquieu rendait improbables les conflits, inutiles les Etats, caduques les nations et considérait que l’efficience et la bonne gestion économique étaient la clé de la prospérité et donc du bonheur des individus.
La montée des inégalités, le retour des tensions interétatiques, la généralisation des aspirations religieuses, identitaires ou nationales étaient autant de signaux indiquant les limites de cette analyse post-historique. La crise du Covid-19 nous confirme que l’économie n’est pas l’alpha et l’oméga de l’action politique : en amont, les choix purement économiques favorisant les déplacements et réduisant les capacités d’urgence ont favorisé la pandémie. En aval, la mobilisation de milliards d’euros ou de dollars est impuissante à réellement contrôler son expansion.

Enfin cette crise révèle la fragilité de nos sociétés à la fois en paix, interdépendantes et morcelées. Elles perdent l’autonomie nécessaire à la gestion de leur destin et la cohésion essentielle à la solidarité en temps de tension. Dépossédées d’un sentiment d’appartenance et des outils qui leur permettent de maîtriser leur avenir, les populations européennes sont déstabilisées et inquiètes.
Là encore, les populismes, l’archipélisation de la société, la crise de la représentativité, la perception d’impuissance vis-à-vis des délocalisations ou de l’immigration étaient autant de signaux faibles qui entrent en résonance avec la crise actuelle qui démontre à la fois l’importance de l’Etat, de la cohésion nationale et de la réappropriation d’une forme d’autonomie.

 

  • L’Histoire continue

Cette crise nous place dans une posture de fragilité à un moment où le monde se transforme dangereusement. Alors qu’elle cristallise nos impasses, elle est également un accélérateur de la déstabilisation sécuritaire autour de la France et de l’Europe.

Ainsi, la désoccidentalisation du monde, en cours depuis une quinzaine d’année, pourrait s’accélérer. Le retrait américain de la gestion du monde, déjà patent sous Obama, se renforce sous Trump et devient évident dans la crise du Covid-19. De son côté, la Chine a montré son poids au sein de l’OMS et sa volonté d’exploiter la crise pour affermir son positionnement, notamment en Europe par une diplomatie humanitaire vigoureuse. De son côté, l’Union européenne a confirmé sa difficulté à peser, en Europe et dans le monde. La dégradation probable de son économie risque de fragiliser son seul point fort. Après la pandémie, le monde sera encore moins occidental et européen qu’avant.

Les tensions Nord/Sud risquent de leur coté de s’amplifier. Les inégalités perceptibles par tous, la remise en cause du modèle occidental et la diffusion d’un ressentiment, exacerbé par un islamisme radical, plaçaient déjà l’Europe et en particulier la France et ses voisins sud-européens dans une posture délicate. L’impact sociétal et politique d’une crise sanitaire mal gérée, s’ajoutant aux tensions et aux guerres de notre voisinage proche, pourrait déstabiliser encore plus l’est et le sud de la Méditerranée avec des conséquences dramatiques, pour la rive sud mais également pour la rive nord.

Enfin les puissances (ré-)émergentes pourraient profiter du désordre actuel pour accélérer leur politique d’expansion nationaliste et mettre ainsi la communauté internationale devant des faits accomplis : la Russie a ainsi contraint dans l’indifférence le gouvernement ukrainien à reconnaitre les entités séparatistes du Dombass. La pression sur les pays Baltes ou en Syrie pourrait s’accroitre. La Chine pourrait renforcer sa mainmise sur la mer de Chine du sud qu’elle s’approprie progressivement. La Turquie pourrait faire de même au large de Chypre pour y acquérir les ressources gazières… pendant que les occidentaux se concentrent sur leur crise sanitaire.

 

  • Une opportunité ?

Ce constat plutôt sombre pourrait occulter les aspects positifs de cette crise. En apportant une clarté nouvelle sur des enjeux que l’on refusait de voir et en nous obligeant à nous adapter brutalement pour survivre, elle est l’occasion d’imaginer des organisations et des modes de fonctionnement nouveaux qui seront davantage aptes à répondre aux défis futurs, au moins aussi perturbants, notamment ceux liés au réchauffement climatique.

Cette crise nous donne l’occasion d’adapter la mondialisation : la marche de l’Histoire ne se limite pas à l’économie et l’être humain n’est pas qu’un acteur productif ou consommateur. Les enjeux sociaux, sociétaux, écologiques et identitaires ont leur légitimité. La crise actuelle (milliers de morts, hôpitaux saturés, etc..) nous conduit à revoir la hiérarchie des enjeux et priorités qui orientaient les choix d’organisation de notre société. Nous devons réapprendre à sacrifier une efficience immédiate pour prendre en compte des risques que nous considérons comme humainement ou socialement inacceptables.

Cette crise sanitaire nous rappelle l’importance de la réflexion, de l’anticipation, de la science et de la raison dans un monde de plus en plus marqué par l’instantanéité, l’émotion, la crédulité et l’irrationalité. Le phénomène de rejet des vaccins qui s’est développé au sein des sociétés occidentales et en Afrique notamment en a été l’illustration récente. La remise en cause du modèle occidental, les courants de pensée relativistes de la déconstruction et le bouleversement lié aux technologies de l’information ont fragilisé ce qui a fait le succès de notre modèle : une aptitude à analyser les problèmes, à identifier les erreurs, à imaginer les solutions et à les mettre en œuvre. Cette pandémie doit être l’occasion de rappeler l’importance de la démarche scientifique et les premiers vaccins contre le Covid-19 en seront les marqueurs.

La science n’est pas le scientisme et cette réhabilitation doit s’accompagner d’une éthique de la modération vis-à-vis du progrès technologique. Face à une nouvelle capacité technique, nous devons apprendre à réfréner notre désir de profiter des gains en termes économique ou de bien-être et à nous préoccuper de l’impact social, sociétal ou humain de long terme. Jusqu’à présent les comités éthiques ont été impuissants, face aux pressions économiques ou sociétales, à remettre de la « conscience rabelaisienne » en regard de la science. Tout ce qui est techniquement faisable n’est pas souhaitable.

Cette crise, par un réflexe anthropologique face à l’adversité, nous impose également de repenser notre collectif. Dans un monde qui promeut l’individu au sein d’une humanité virtuelle et désincarnée, les communautés familiales, de proximités, nationales et européenne paraissent plus que jamais nécessaires et doivent être articulées pour répondre aux besoins d’attachement, d’enracinement et de solidarité. La crise du Coronavirus, par la solidarité qu’elle a suscitée, a montré l’importance de l’Etat-nation en tant que collectivité de destin partagé et dernier rempart protecteur et, en creux, le rôle essentiel que devrait jouer l’Union européenne.

Sur le plan économique, cette crise laissera des traces profondes en raison de l’arrêt presque total de l’activité du pays pendant de longues semaines. Les aides à la relance en cours d’élaboration ne permettront probablement pas un retour au statu quo ante. En revanche nous pouvons tirer les leçons en termes de protection, de résilience et d’autonomie de nos entreprises pour les rendre moins vulnérables à l’agression ou au pillage des données et aux ruptures d’approvisionnement.

Enfin d’une manière générale, une place nouvelle s’ouvre pour un retour du politique qui dépasse et transcende la simple gestion rigoureuse de « l’entreprise France » ou l’application de règles supposées apporter une réponse technique aux problèmes d’une communauté. Les tempêtes qui s’annoncent imposent à l’Etat de délaisser son rôle de gestionnaire économico-social pour s’impliquer plus dans son rôle régalien en charge de la sécurité des citoyens, qu’elle soit alimentaire, sanitaire, intérieure ou extérieure.

 

  • Une place pour la réflexion stratégique

Après la crise, il faudra rebondir. Il faudra reconstruire sur des bases différentes qui nous permettront d’affronter le monde tel qu’il est. D’autres pandémies, d’autres tensions, d’autres guerres se profilent que nous pourrons surmonter voire éviter si nous savons profiter de cette opportunité pour nous refonder. Pour cela, il faut rompre avec le divertissement au sens pascalien qui nous rive à l’instantané, à l’émotion et au superficiel … et accepter de prendre le temps de réfléchir et de débattre. Des think tanks comme l’institut FMES peuvent y contribuer.

Sur les enjeux des mondes méditerranéens d’abord, qui représentent un concentré des défis mondiaux actuels, à nos portes. Sur les enjeux maritimes ensuite, qui sont une des pistes de survie écologique et économique de l’humanité. Sur l’économie de défense et duale, en particulier en Région Sud, Provence-Alpes-Côte d’Azur enfin, tant elle est stratégique pour notre pays.

Le brassage des intelligences universitaires, militaires, économiques et administratives (avec l’observatoire stratégique des mondes méditerranéens ou les sessions méditerranéennes d’études stratégiques par exemple) et le croisement des perspectives régionales (Afrique sahélienne, mer Rouge, Proche et Moyen-Orient, océan Indien, Balkans …) sont au cœur de l’ADN de l’institut FMES qui cherche à mieux comprendre le monde et à identifier des options qui nous permettrons, collectivement, de rebondir. Après la crise.

Covid19 – Mobilisation de l’institut FMES

Tous droits réservés.

L’institut FMES se mobilise pendant la crise COVID19 en vous relayant au travers de l’adresse covid19@fmes-france.org des informations professionnelles importantes que les acteurs publics lui confient. Si vous souhaitez recevoir ces informations, envoyez-nous le nom de votre entreprise ainsi que votre adresse courriel.

**

Informations relayées:

  • Appel à projets Covid19 du Ministère des Armées: https://www.defense.gouv.fr/aid/appels-a-projets/appel-a-projets-lutte-covid-19
  • Activation de la cellule nationale du Ministère des Armées pour les PME de défense : https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/minarm-pme-covid19
  • Informations relatives à la mise en place de mesures d’activité partielle dans les entreprises : https://travail-emploi.gouv.fr/emploi/accompagnement-des-mutations-economiques/activite-partielle