Corée du Sud

Séminaire sur les révolutions technologiques dans les domaines de la sécurité et de la défense

 

Le vice-amiral d’escadre (2s) et directeur de l’Institut FMES Pascal Ausseur durant sa présentation.

Le jeudi 4 avril, l’institut FMES a participé à Séoul à un séminaire franco-coréen sur les révolutions technologiques dans les domaines de la sécurité et de la défense.

Les révolutions technologiques ont été le vecteur de bouleversements de nos modes de vie. A l’instar du téléphone mobile, d’internet ou du GPS, ces changements importants sont souvent issus des domaines de la défense et de la sécurité. Actuellement, en France et en Corée, les pouvoirs publics continuent de soutenir le domaine technologique et encouragent la recherche de nouvelles technologies dites de « rupture ». A ce titre, dans le cadre de sa « Réforme de la Défense 2.0 », le gouvernement coréen s’apprête à innover dans le domaine de la défense.

A l’heure de la 4ème révolution industrielle, synonyme de connexion et de convergence, nos forces armées hautement connectées sont de plus en plus dépendantes des systèmes numériques. Ces systèmes accroissent leurs capacités d’information et d’action, mais posent également des problèmes nouveaux comme, à titre d’exemple, leur vulnérabilité aux cyber-attaques ou les conséquences éthiques et juridiques de la robotisation ou de l’intelligence artificielle.

Ce séminaire, qui a réuni des responsables et experts issus de France et de Corée autour d’enjeux centraux pour l’avenir et la sécurité des deux pays, s’inscrit dans un contexte où Paris et Séoul entendent renforcer leur coopération.

La journée a débuté par l’allocution de l’ambassadeur de France en Corée, Fabien Penone. Plusieurs présentations se sont succédées. Le vice-amiral d’escadre (2s) Pascal Ausseur, directeur à l’institut FMES, a abordé l’impact des révolutions technologiques dans le domaine du maintien de la liberté d’action maritime, en particulier dans les « mers resserrées » que sont la Méditerranée et la mer de Chine du sud, deux zones stratégiques.