coopération régionale

La coopération au cœur du dialogue 5+5

Les représentants du Dialogue 5+5 réunis à La Valette, le 18 janvier 2019.
Tous droits réservés.

Les 17 et 18 janvier 2019 s’est tenue à La Valette la 15ème réunion des ministres des Affaires étrangères du dialogue 5+5 sous le thème « travailler ensemble : un avenir durable pour la Méditerranée occidentale ».

Le Dialogue 5+5, ou Forum de la Méditerranée occidentale a été lancé en 1990. Dialogue politique informel, il rassemble dix Etats de la région, cinq riverains du nord de la Méditerranée –Espagne, France, Italie, Malte et Portugal – et cinq du Sud – Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie. Cette 15ème réunion a été co-présidée par Carmelo ABELO, ministre maltais des Affaires étrangères et de la Promotion du commerce et Abdelkader MESSAHEL, ministre algérien des Affaires étrangères.

A l’issue de la rencontre, les ministres présents, Nasser KAMEL, Secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée (UpM) et Federica MOGHERINI, cheffe de la diplomatie de l’UE, tous deux ayant participé à cette rencontre, s’engagent à « adopter une vision commune pour un avenir durable ». Ils ont affirmé leur volonté de renforcer la coopération dans plusieurs domaines, en l’occurrence le développement durable, les migrations et la lutte contre le terrorisme. L’accent a été mis sur la jeunesse, considérée comme le potentiel le plus important pour « un avenir meilleur » pour la région. En effet, les jeunes de moins de 30 ans représentent 60% de la population euro-méditerranéenne, essentiellement au sein de la rive sud. Au cours des deux jours d’échanges, les ministres ont également débattu les questions de politique régionale, dont la situation en Libye, en Syrie, dans le Sahel mais également le processus de paix au Moyen-Orient. L’interconnexion des problèmes régionaux nécessite une compréhension commune de leur nature et origine.

La déclaration officielle stipule que « le dialogue politique est le moyen idéal de trouver des solutions efficaces aux crises en cours qui affectent négativement la région ». A cet égard, « la poursuite et l’approfondissement du dialogue et de la consultation sur toutes les questions d’intérêt commun en vue d’une plus grande cohésion des positions dans les instances régionales et internationales » est nécessaire. A cette occasion, Abdelkader MESSAHEL a déclaré le vendredi 18 janvier : « la présente situation en mer Méditerranée conforte malheureusement toujours l’idée d’une mer ligne de fracture en raison des tensions et crises qui y persistent ». Toutefois, il précise que « la sécurité en région méditerranéenne, en tant qu’espace commun entre les pays des deux rives, est indivisible et interdépendante ».

Le Dialogue 5+5 s’est érigé au fil des années en véritable instance de dialogue recouvrant de multiples domaines. A Marseille se tiendra le 24 juin 2019 le « Sommet des deux rives ». Annoncée par le président français Emmanuel MACRON, cette rencontre a été présentée par le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le DRIAN qui a appelé ses homologues à « s’engager dans cet exercice de manière à faire du sommet de Marseille un succès et à renouer le fil d’une politique méditerranéenne plus inclusive ». Les ministres se sont félicités de cette réunion qui verra se rencontrer les chefs d’Etat et de gouvernement de la Méditerranée occidentale et des représentants de la société civile.

Un nouveau souffle pour l’Union pour la Méditerranée ? Rencontre le DRIAN-KAMEL

Nasser KAMEL et Jean-Yves le DRIAN à Tunis, le 22 octobre 2018.
Tous droits réservés.

Jean-Yves le DRIAN, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est rendu les 21 et 22 octobre 2018 à Tunis, dans le cadre des relations d’amitié et de confiance qui unissent la France et la Tunisie. Durant cette visite officielle, le ministre français a rencontré, lundi 22 octobre, Nasser KAMEL, secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée et ancien ambassadeur de l’Egypte pour la France et le Royaume-Uni.

L’Union pour la Méditerranée (UpM) a fêté ses dix ans d’existence en 2018. Institution intergouvernementale, elle réunit 43 pays dans le dessein de promouvoir le dialogue et la coopération dans la région euro-méditerranéenne. L’UpM mène des projets dans des domaines divers tels que l’égalité femmes-hommes, l’environnement, l’emploi ou encore la jeunesse. Confrontée à une situation en dégradation dans le bassin méditerranéen, l’UpM, malgré ses réussites, affiche un bilan mitigé. Nasser KAMEL, secrétaire général depuis le mois de juin 2018, entend « redynamiser l’engagement régional pour renforcer l’impact de l’organisation vers une coopération plus efficace ». Paris, en tant que premier contributeur bilatéral au budget général de l’institution, œuvre activement pour son renouvellement et soutient la volonté d’une collaboration plus accrue. La rencontre le DRIAN-KAMEL envoie comme message politique la volonté partagée d’un approfondissement de la coopération et fait écho à la troisième édition du Forum régional de l’UpM, s’étant tenue à Barcelone au début du mois d’octobre.

La présidence de l’UpM étant assurée par l’Union européenne et la Jordanie, Federica MOGHERINI, la Haute représentante de l’UE et Ayman SAFADI, ministre des Affaires étrangères et des Expatriés de Jordanie ont présidé ce forum qui a réuni les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’institution. Ces derniers ont dressé un bilan du travail effectué et ont réaffirmé leur engagement en faveur d’un renforcement de l’intégration et de la coopération à l’échelle régionale. A l’occasion de cette rencontre, une tribune de Federica MOGHERINI, Ayman SAFADI et Nasser KAMEL est parue dans plusieurs journaux nationaux le lundi 8 octobre, appelant à « une nouvelle ère dans la coopération euro-méditerranéenne ». En réponse à « la phase de transition longue et difficile » que connait la région méditerranéenne, les trois responsables estiment qu’« une dynamique plus coopérative représente l’unique moyen de mettre fin aux conflits en cours, de créer des emplois et d’assurer une croissance durable pour nos populations ».

La nécessité est donc à la redynamisation de l’UpM pour les deux rives de la Méditerranée. Le Président Emmanuel MACRON a en effet annoncé en août 2018, dans son discours à la conférence des Ambassadeurs, vouloir « retrouver le fil d’une politique méditerranéenne ».  Dans cette optique, la France prépare activement le Sommet des deux rives qui se tiendra à Marseille en juin 2019.