cessez-le-feu

Géorgie : Salomé ZOURABICHVILI élue présidente

Salomé ZOURABICHVILI le soir de sa victoire.
Tous droits réservés.

 

Mercredi 28 novembre 2018, Salomé ZOURABICHVILI a remporté les élections présidentielles géorgiennes avec 59,52% des voix. Ancienne diplomate du quai d’Orsay, elle a renoncé à sa double nationalité afin d’être candidate à la présidentielle. Elle est aujourd’hui la première femme élue à la tête de la Géorgie.

La France, à travers son ministère de l’Europe et des affaires étrangères, « lui adresse ses plus sincères félicitations » et se dit prête à travailler avec la nouvelle présidente pour « renforcer encore l’excellente et ancienne relation qui prévaut » entre les deux pays.

Arrivée en Géorgie comme ambassadrice de France en 2003, elle a occupé le poste de ministre des Affaires étrangères géorgien au début de la présidence du pro-occidental Mikhail SAAKACHVILI. Limogée au bout d’une année, elle rejoint alors l’opposition.

Dans une atmosphère tendue, les élections de 2018 ont servi de test pour le Rêve géorgien, parti au pouvoir depuis 2012. Si elles ont suscité un intérêt international, elles relèvent néanmoins plutôt de la symbolique, le poste de président étant voué à être protocolaire. En effet, ses prérogatives ont été notablement réduites par les changements constitutionnels de 2017. Pour le Conseil de l’Europe, « le caractère négatif de la campagne des deux côtés sapait le processus » dans un second tour marqué par « de virulents discours et des violences isolées ».

Derrière ces élections présidentielles se cache la lutte entre deux hommes forts : le milliardaire Bidniza IVANISHVILI, ancien Premier ministre, et Mikhail SAAKACHVILI, aujourd’hui en exil. Tandis que le premier, fondateur du parti Rêve Géorgien, a soutenu la candidate élue, son rival s’est rangé aux côtés de Grigol VASHADZE, ancien ministre des Affaires étrangères.

Les deux candidats se rejoignent sur plusieurs points et prônent notamment un rapprochement avec l’Union européenne et l’OTAN, qu’ils souhaitent rejoindre à terme. Toutefois, VASHADZE s’est distingué par des positions antirusses plus marquées que son adversaire qui promet une diplomatie prudente à l’égard de Moscou.

Les relations entre la Géorgie et la Russie sont conflictuelles. L’ancienne république soviétique a obtenu son indépendance en 1992 mais deux régions à majorité russe ont fait sécession à l’issue de tensions impliquant la Russie : l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. Le démembrement de l’URSS avait suscité des troubles entre l’Abkhazie et la Géorgie qui ont aboutis à un cessez-le-feu signé supervisé dès août 1993 par la Mission d’observation des Nations unies en Géorgie (MONUG). Son mandat s’est achevée en juin 2009, le Conseil de sécurité n’étant pas parvenu à se mettre d’accord sur sa prorogation, sur fond de reprise des hostilités.

Dans la nuit du 7 au 8 août 2008, à la suite de nombreuses escarmouches sur la ligne de cessez-le-feu probablement provoquées par Moscou, les forces géorgiennes avaient pénétré en Ossétie du Sud. En réaction, la Russie envoyait des renforts dans les deux régions séparatistes qui ont repoussé les forces géorgiennes. Sous l’impulsion du président Nicolas SARKOZY, alors à la tête de la présidence de l’Union européenne, l’UE avait négocié un accord de cessez-le-feu entre les deux parties. De fait, cinq jours après le lancement de l’offensive visant à recouvrer sa souveraineté en Ossétie du Sud, Mikhail SAAKACHVILI acceptait, mardi 12 août, l’accord politique présenté par le chef de l’Etat français lui imposant de facto ce conflit gelé.

Les deux régions séparatistes ne sont reconnues en tant qu’Etats que par quelques pays dont la Russie. Les Nations Unies les considèrent quant à elles comme partie intégrantes de la Géorgie.

L’élection de Salomé ZOURABICHVILI ne devrait pas fondamentalement faire évoluer la situation, caractéristique de la posture sans concession qu’adopte la Russie dans les zones qu’elle considère comme stratégiques.

Un cessez-le-feu au Yémen ?

Des combattants houthis à Sanaa.
Tous droits réservés.

Dans une déclaration sur Twitter le 18 novembre, un haut responsable yéménite des Houthis, Mohamed Ali al-HOUTHI, a déclaré que le groupe rebelle cessera les frappes de drones et de missiles en direction de l’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis. Les Houthis se montrent enclins à instaurer un cessez-le-feu : « Nous sommes prêts à geler et à arrêter les opérations militaires sur tous les fronts afin d’atteindre une paix juste et honorable si l’Arabie Saoudite veut vraiment la paix pour le peuple yéménite ».

C’est la première fois depuis le début de l’internationalisation du conflit qu’un leader politique houthi affirme vouloir discuter d’une cessation complète des hostilités. Cette déclaration intervient alors que l’Organisation des Nations Unies ne cesse d’alerter sur le caractère dramatique de cette crise, qu’elle considère comme la pire catastrophe humanitaire.

Vendredi 16 novembre, trois responsables onusiens ont invité le Conseil de sécurité à user de son influence afin de mettre un terme à ce conflit. « Nous sommes à un moment crucial pour le Yémen », déclare Martin GRIFFITHS, envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le Yémen. Alors qu’il s’exprimait devant le Conseil de sécurité, l’émissaire de l’ONU dit croire en la « bonne foi » des deux camps devant la situation inquiétante du pays où la famine sévit. « Je suis convaincu que rien ne devrait entraver les chances de dialogue et de négociation ». Selon David BEASLEY, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, « la communauté internationale doit utiliser tout son pouvoir pour mettre fin à la guerre et sauver l’économie du Yémen ». Enfin, Mark LOWCOCK, Secrétaire général adjoint des Nations Unies, exhorte quant à lui les pays membres de l’ONU : « Nous avons besoin de toute urgence que vous preniez à nouveau des mesures maintenant ».

Martin GRIFFITHS souligne la récente réduction des violences. En effet, la semaine dernière, la coalition menée par l’Arabie saoudite a temporairement gelé l’offensive contre les rebelles Houthis qui tiennent toujours le port d’Hodeida. Ce port stratégique donnant sur la mer Rouge et servant à l’approvisionnement des Houthis, est menacé par les forces de la coalition.

Martin GRIFFITHS souligne que le Yémen n’est désormais plus « un conflit oublié », l’opinion publique et les leaders politiques ayant pris conscience du caractère urgent de la crise. Il dit avoir eu l’assurance que les deux parties participeront « aux négociations de paix qui doivent se tenir bientôt en Suède ». Grâce à l’action et aux pressions internationales, les parties au conflit se sont engagées à rechercher une solution politique.

Si ces récents événements permettent d’espérer une paix prochaine, les actions menées par les deux camps donnent à voir une autre réalité. Le journal émirati The National rapporte que les Houthis, après leur déclaration appelant à cesser les hostilités, ont lancé quatre missile balistiques, interceptés par les avions de la coalition. L’avenir de ce pays de 28 millions d’habitants au bord de la catastrophe est un véritable enjeu. Face à la pression internationale, il reste à savoir si l’Arabie saoudite d’un côté et les rebelles de l’autre, accepteront d’entamer véritablement des négociations de paix.