Aérospatial

Séminaire toulousain de la 30ème Session méditerranéenne des hautes études stratégiques (SMHES)

Une rentrée dans les étoiles en ce début d’année 2020 ! Dans un monde désormais connecté étendu à l’espace exo atmosphérique ou tout ou presque est géoréférencé, il n’était pas inutile de se rendre dans une région plus continentale pour y découvrir des savoir-faire d’exception dans le milieu aérospatial. Evoquer le géoréférencement apparaît ici pour souligner que nous devons la précision de nos systèmes de guidage à partir des multiples applications existantes issues de la constellation de satellites décidée par l’Union européenne et l’Agence spatiale européenne sous le nom de Galileo. Parmi les autres usages des satellites en orbites polaires ou géostationnaires, il faut naturellement souligner les équipements de télécommunication civils et militaires, les outils d’observation de la terre ou les capteurs exploratoires projetés dans notre système solaire au service de la recherche scientifique. L’espace reste donc un champ d’investigations extraordinaires et de compétitions entre les puissances. En cela, la 30ème session méditerranéenne des hautes études stratégiques avait matière à connecter cette visite d’études avec le thème relatif aux risques et opportunités des nouvelles routes de la soie. Car, à n’en pas douter, la Chine investit dans l’espace.

Cap sur Toulouse donc où prend forme l’aerospace space valley française. Il s’agit d’un véritable accélérateur d’innovations pour soutenir les entreprises développant une activité aérospatiale avec une forte composante technologique duale. Cet accélérateur se trouve donc au cœur d’un écosystème tourné vers l’aéronautique et l’espace. Toulouse, terre d’envol, s’était d’ailleurs largement illustré en d’autre temps avec l’essor d’une aviation postale et commerciale. Toulouse Montaudran n’est-il pas le fossile vivant de l’Aéropostale et de Latécoère ? Elle fut la plateforme aéronautique d’où Mermoz et Saint-Exupéry s’envolaient pour transporter le courrier en Afrique et en Amérique du Sud. Elle fut aussi le site où Latécoère construisait ses premiers avions. C’est à Toulouse que l’armée de l’air décide d’implanter sa première base aérienne militaire. Cette rentrée est donc un rendez-vous avec l’histoire mais aussi un rendez-vous avec l’avenir.

Présentation du CNES pour les auditeurs de la 30ème SMHES

La première visite qui s’est imposée à l’occasion de ce déplacement fut celle consacrée au centre national d’études spatiales le jeudi 16 janvier. Le CNES a été créé à l’initiative du Président Charles de Gaulle le 19 décembre 1961 afin de fournir une structure chargée de coordonner et d’animer les activités spatiales françaises centrées à l’époque sur le développement du lanceur-fusée Diamant. Ce lanceur fut le premier construit en dehors des Etats-Unis et de l’ex URSS. Le CNES est toujours aujourd’hui l’agence spatiale nationale la plus importante des pays de l’Union européenne. Cette initiative, pour le moins stratégique, souligne l’importance qu’il fallait et qu’il faut concéder au domaine spatial pour conserver sa souveraineté, celle de la France et celle de l’Europe. Le directeur d’établissement a ainsi pu présenter le site dans sa globalité d’une part et dessiner les perspectives d’un milieu très convoité d’autre part. Trois ateliers ont permis aux auditeurs de mesurer la performance des activités réalisées. L’un portait sur l’instrument principal de la mission martienne américaine InSight. Il s’agit d’un sismomètre permettant la mesure des vibrations sur une certaine épaisseur de la planète et tous les paramètres de pression ou de température. En entrant dans cette salle avec une vue de la planète rouge et le bruit du vent, inutile d’exprimer ici les sensations ressenties à l’occasion de cette séquence nous projetant à quelques 300 millions de kilomètres de la Terre. L’autre atelier, tout aussi fascinant, présentait l’international space station (ISS). Les présentations ont été réalisées avec une simplicité déconcertante par des spécialistes de renommée internationale. Ces spécialistes aux qualités inestimables ont consenti un énorme investissement, en recherche et développement, pour atteindre de tels résultats. Il ne faut surtout pas l’oublier. La présentation du microsatellite Taranis dédié à l’observation et à la caractérisation des phénomènes lumineux, radiatifs et électromagnétiques se produisant entre 20 et 100 kilomètres d’altitude a souligné les mêmes exigences et le même niveau de performance des équipes du CNES. Enfin, une présentation des enjeux du segment spatial consacré à la défense démontre que dans ce domaine beaucoup d’évolutions sont envisagées à moyen-terme et qu’elles caractérisent bien les engagements pris par les puissances disposant des capacités d’accès à l’espace.

Découverte de l’ISS

Au terme de cette visite, les auditeurs ont pu se rendre sur le site d’Airbus Defence & Space pour consolider leur appréciation sur la forte implication française et européenne dans les programmes spatiaux et les perspectives de ce secteur. La présentation complète des activités du groupe a souligné les principaux défis à relever et les tensions qui pèsent sur ce marché. Ces activités imposent ici aussi d’être très compétitif et de multiplier les offres répondant aux besoins rappelés précédemment dans les capacités de télécommunication civil ou militaire, d’observation de la terre et de recherche scientifique. Elles conduisent aussi à mieux gérer l’occupation de l’espace et le retrait du service des satellites en fin de vie en respectant au mieux la protection de notre environnement. Les équipes d’Airbus Defence & Space ont elles aussi démontré un niveau d’excellence hors du commun. Elles ont témoigné de l’attractivité de ce secteur où le renouvellement des ingénieurs ne semblent pas poser de difficulté particulière. Au terme de cette présentation, la visite des salles blanches a permis de mesurer l’ensemble des actions préalables au lancement d’équipements qui rejoindront prochainement des orbites polaires ou géostationnaires. Parmi ces actions, celles relatives à la mise en situation des satellites en condition de température dans des conteneurs spécifiques pouvant accueillir des plateformes de la gamme de 5 tonnes, celles aussi permettant des mesures spécifiques électromagnétiques dans des chambres anéchoïques ont été présentées aux auditeurs. Cette séquence industrielle, très complémentaire de celle réalisée au CNES, confirme la performance d’un groupe autour duquel constelle des petites et moyennes entreprises de cet aerospace valley toulousain.

Le lendemain, le vendredi 17 janvier, l’approfondissement de la connaissance du milieu spatial en se rendant à un autre rendez-vous industriel s’est confirmé. L’entreprise Thalès Alenia Space nous a donc ouvert ses portes, c’est un industriel qui s’affirme comme un référent européen et un compétiteur à l’échelle mondiale.

Evidemment, une certaine comparaison pourrait être faite avec la visite précédente car certaines actions se ressemblent. Certaines d’entre elles sont d’ailleurs conduites en coopération. Mais d’autres sont en revanche complémentaires. Le directeur de l’établissement de Toulouse a tenu à nous recevoir lui-même, accompagné de ses proches collaborateurs pour présenter le site. Il a également fait le lien avec le site « spatial » implanté sur les rives de la Méditerranée de Cannes. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur tient toute sa place dans les technologies de pointe lui conférant une place de choix dans l’écosystème des entreprises innovantes. La visite dynamique de l’établissement a replongé les auditeurs en salles blanches et leur a permis aussi d’apprécier l’évolution des techniques dans la fabrique des composants équipant les différents satellites. Cette séquence a aussi permis de présenter l’innovation cluster. Ce fut l’occasion d’appréhender des mécanismes spécifiques favorisant l’innovation au sein des équipes. Nous y avons découvert la sérendipité. Terme dont la compréhension saute aux yeux ! Car vous l’aurez compris, la sérendipité se rapporte à une découverte par chance et sagacité de résultats pertinents que l’on ne cherchait pas. Cela se rapporte au fait assez courant d’observer une donnée inattendue et stratégique qui donne l’occasion de développer une nouvelle théorie ou d’étendre une théorie existante. En somme, l’innovation ne se décrète pas et ne peut être imposée, elle se vit… Une visite exceptionnelle donc qui clôt le volet spatial proprement dit. Les auditeurs de la 30ème SMHES dispose désormais d’une vision assez complète des actions conduites dans un domaine stratégique. Ils pourront remettre tout cela en perspective dans la conduite de leurs travaux.

A la découverte de la salle blanche de Thalès Alenia Space.

Toulouse, terre d’envol ! Il nous fallait inévitablement revenir au berceau de l’aéronautique française et européenne. Un retour donc sur le site emblématique où est né l’avionneur Airbus. Que de chemin parcouru depuis l’Airbus A300 qui a marqué la naissance d’un pôle aéronautique dont personne n’imaginait qu’il allait devenir le numéro 1 mondial. Les auditeurs de la 30ème SMHES y ont été admirablement bien reçus. La présentation très complète nous a renvoyé au lendemain de la création de la Caravelle et du Concorde pour un élan aéronautique relevant, les uns derrière les autres, de très nombreux défis dans une compétition internationale très sévère. L’avenir apparaît serein au vu des carnets de commandes. Les perspectives ne se ferment pas et les innovations sont toujours au cœur des enjeux. Car il faut aujourd’hui répondre à de nouvelles exigences, celles des clients dont l’avion commercial constitue un outil à bord duquel il doit pouvoir maintenir toutes les connexions nécessaires, celles de la sécurité dont le niveau est aujourd’hui extraordinairement élevé et dont les conséquences industrielles peuvent être terribles à l’instar de celles vécues par le principal concurrent d’Airbus, celle enfin de l’environnement où la réduction des émissions de gaz à effet de serre est systématiquement recherchée . Alors, en se rendant sur le site de production où les bâtiments anciens aux couleurs de la ville rose côtoient des structures récemment sorties de terre, l’Airbus A350 sur sa chaîne de montage ressemble étrangement aux avions qui l’ont précédé. Mais ne nous y trompons pas ! Presque tout y est différent. Une structure en carbone conjuguant légèreté et résistance, un profil aérodynamique offrant un niveau de performance accru, des équipements satisfaisant la plupart des exigences des exploitants de toutes les compagnies aériennes et une motorisation réduisant drastiquement les coûts d’exploitation et s’inscrivant dans cette dynamique très volontariste de protection de l’environnement. Toulouse terre d’innovation ! C’est un peu le bilan que les auditeurs retiendront de ce séjour très dense consacré au fait aérospatial.

Sur le site d’Airbus

En passant devant le bâtiment B612, nom donné à ce lieu tourné vers le spatial dans ce bassin toulousain souvenir de l’astéroïde dont le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry est originaire, ils se rappellent cette phrase du même auteur qui rappelle que « l’homme se découvre en se mesurant avec l’obstacle ». C’est le prix à payer pour innover, c’est le prix des efforts de la 30ème session pour relever le défi de leur thème d’étude sur les risques et opportunités des nouvelles routes de la soie en Méditerranée. Une belle année 2020 en perspective…

28ème SMHES – Toulouse, la tête dans les étoiles

Le huitième séminaire de la 28ème session méditerranéenne des hautes études stratégiques (SMHES) a conduit les auditeurs à Toulouse les 17 et 18 mai 2018. La première journée a débuté par une visite du Centre spatial de Toulouse, une des entités du Centre national d’études spatiales (CNES). Cet établissement public national, scientifique et technique, institué par la loi n° 61-1382 du 19 décembre 1961, a pour mission de « développer et d’orienter les recherches scientifiques et techniques poursuivies en matière spatiale ».

Après les mots d’accueil prononcés par Philippe Marchal, directeur adjoint à la direction des systèmes orbitaux, le général de corps aérien (2S) Henry de Roquefeuil, conseiller militaire du Président du CNES et membre du conseil d’administration de l’Institut FMES, a dressé un inventaire complet des activités du CNES et de son implication essentielle dans le domaine de la défense. Les auditeurs ont ensuite pu bénéficier d’une visite du Centre de contrôle de mission français (FMCC) de COSPAS-SARSAT, opéré par le CNES. Le programme COSPAS-SARSAT est un système de détection, de localisation et de transmission par satellites d’alertes de détresse pour la recherche et le sauvetage.

A l’issue, le CNES a ouvert les portes du CADMOS (Centre d’Aide au Développement des Activités en Micropesanteur et des Opérations Spatiales). La présentation des différentes expériences proposées et mises en œuvre lors de la mission « Proxima » à bord de la station spatiale internationale a permis de découvrir une vidéo de l’astronaute français Thomas Pesquet, le « héros local ». Les auditeurs ont ensuite quitté l’orbite terrestre pour se propulser vers Mars, au cours d’une rapide visite du Centre d’opérations des missions scientifiques et plus précisément du FIMOC (French Instrument Mars Operation Centre) d’où les ingénieurs du CNES participent aux expériences menées sur Mars au travers des instruments français embarqués sur le rover Curiosity durant sa mission d’exploration du cratère Gale. Ces derniers attendent également avec impatience l’arrivée sur Mars le 26 novembre 2018 de la mission INSIGHT (INterior exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport) et la mise en œuvre du sismomètre français SEIS.

Après un buffet offert par le CNES, les auditeurs ont franchi le périphérique toulousain pour une découverte d’Airbus Defence and Space (ADS). A l’issue d’une présentation générale des activités spatiales d’ADS, les auditeurs ont revêtu blouses, charlottes et surchaussures pour une visite de la chaîne d’assemblage des dix premiers satellites de télécommunication de la constellation OneWeb. Inaugurée le 27 juin 2017, cette usine d’une superficie de 4 600 m2 permet de valider les méthodes de production nécessaires à la fabrication de satellites haute performance « à une échelle encore jamais atteinte ». Elle jette les bases de l’usine plus vaste de OneWeb Satellites située près du centre spatial Kennedy de Floride, qui abritera plusieurs chaînes d’assemblage. Ces dix premiers satellites, après avoir subi une vaste série de tests, seront les premiers composants d’une vaste constellation de 900 satellites en orbite terrestre basse (LEO), prévus d’être lancés par grappes de 32 satellites toutes les trois semaines. Projet évoqué rapidement par Hani Eskandar à Genève, OneWeb concrétisera le rêve de Greg Wyler d’offrir un accès à l’Internet aux populations les plus défavorisées de la planète.

Cette journée s’est achevée par un nouveau franchissement du périphérique et une présentation de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (ISAE – SUPAERO), établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel placé sous la tutelle du ministère des armées. L’ingénieur en chef de l’armement François Decourt, directeur adjoint de l’ISAE – SUPAERO, a brossé un rapide portrait de l’école, héritière de l’Ecole supérieure d’aéronautique et de construction mécanique créée en 1909 par Jean-Baptiste Roche, officier du génie et polytechnicien. Sans surprise, il a été rappelé aux rares auditeurs qui l’ignoraient encore à la fin de cette première journée que Thomas Pesquet avait obtenu son diplôme d’ingénieur dans ces locaux en 2001.

Afin d’illustrer l’excellence de la formation dispensée, l’ICA François Decourt a conduit les auditeurs vers les départements de recherche, à la rencontre de Roman Luciani et Antoine Tournet, deux jeunes futurs ingénieurs co-fondateurs de Diodon Drone Technology, « la startup commercialisant le premier drone gonflable pour les besoins de la défense et de la sécurité civile ».

Après une nuit réservée à la découverte de la « ville rose », les auditeurs se sont retrouvés le 18 mai 2018 devant le site de Thales Alenia Space. Organisée par Albert Cerro, directeur du site de Toulouse, la matinée a donné l’occasion aux différents intervenants de décrire les activités de l’autre géant du spatial toulousain. Outre la présentation des « solutions innovantes pour les télécommunications, la navigation, l’observation de la Terre et la gestion de l’environnement, l’exploration, les sciences et les infrastructures orbitales », les auditeurs ont bénéficié d’une description du programme européen Galileo. Thales Alenia Space est en effet depuis l’origine un partenaire important du programme dont la mise en service initiale a été prononcée le 15 décembre 2016. (FOC). Ce système européen de navigation par satellite, qui permet à l’Union européenne d’acquérir son indépendance vis-à-vis des systèmes américain GPS et russe GLONASS, renforce également l’efficacité du programme COSPAS-SARSAT.

Les capacités d’innovation de Thales Alenia Space, un « éléphant au pays des lévriers », ont également été mises en avant au cours d’un exposé centré sur le Cluster Innovation. Celui-ci a pour objectif de « faire émerger au sein de Thales Alenia Space des concepts disruptifs, qu’ils soient industriels, techniques, commerciaux et d’encourager la prise d’initiatives et la créativité au sein de la société ». A l’issue, les auditeurs ont à nouveau revêtu leur tenue de cérémonie pour pénétrer dans les salles blanches où ils ont pu découvrir de nombreux satellites de plusieurs tonnes en phase d’intégration.

Le séminaire consacré au domaine aérien et aérospatial ne pouvait se conclure sans un passage par les usines d’Airbus. Les auditeurs y ont été accueillis par Serge Boissière, ancien auditeur des SMHES. Outre une présentation générique de l’offre commerciale de la famille Airbus, riche de plus de 10 000 avions vendus sur les cinq continents, Daniel Cuchet, responsable de l’offre militaire A330 au sein d’Airbus, s’est attardé sur les différents appareils en service, dont l’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport), avion de ravitaillement en vol et de transport stratégique qui viendra remplacer les ravitailleurs KC-135RG et C-135FR du « Bretagne » ainsi que les Airbus A310-300 et A340-200 de l’escadron de transport « Estérel ».

La journée s’est achevée par une visite de la ligne d’assemblage final de l’A350 XWB, où se trouvaient rassemblés dix biréacteurs à différents stades. De la pose des onze mille rivets qui permettent de joindre les trois tronçons de fuselage jusqu’au montage des ailes, les auditeurs ont bénéficié d’une visite guidée riche en informations. Dans un silence religieux, ils ont constaté l’excellence du travail des « compagnons » qui assemblent le dernier de la lignée Airbus, un bel avion de 280 tonnes construit en fibre de carbone et capable d’emmener 325 passagers jusqu’à 15 000 km.

L’Institut FMES tient à remercier chaleureusement Thierry Floriant, auditeur de la 28ème session et … du CNES, sans l’investissement duquel ce séjour toulousain n’aurait pas été une telle réussite.