Le système GPS brouillé en Méditerranée Orientale ? Un enjeu de sécurité maritime et d’autonomie stratégique


Tous droits réservés.

Depuis le début de l’année, dans l’Est de la Méditerranée, de nombreux navires ont été confrontés à des défaillances soudaines de leur GPS[1], impactant leur activité mais surtout leur sécurité. Localisées autour du Canal de Suez et dans une zone allant de l’Est de Chypre à la côte libanaise, ces pannes, prises très au sérieux, ont fait l’objet d’avis urgents aux navigateurs émis par l’Administration Maritime Américaine (MARAD[2]) et par le Commandement Maritime Allié de l’OTAN (MARCOM[3]).

Une enquête est toujours en cours pour connaitre les raisons de ces dysfonctionnements. La piste le plus souvent évoquée est celle d’un brouillage GPS[4] réalisé par un Etat ou un acteur privé[5]. Dans cette région du monde minée par une instabilité géopolitique majeure et des opérations militaires d’envergure[6], ces actions sembleraient imputables aux Etats en guerre.

Une forte dépendance du monde maritime à la technologie GPS

Dans des espaces maritimes très fréquentés, particulièrement en Méditerranée où le trafic est dense, le transport maritime doit pouvoir compter sur une navigation sûre. Or, celle-ci est fortement dépendante du système de positionnement GPS[7]. De nombreux outils d’aide à la navigation tel que l’ECDIS[8], intègrent cette donnée pour calculer la position du navire, voire donner directement des ordres au pilote automatique. Même si, en règle générale, l’intervention humaine permet de contourner ces dysfonctionnements, une position GPS erronée fragilise la sécurité de la navigation.

La précision de navigation, capacité clé des opérations aéronavales

Même si les militaires[9] utilisent une fréquence GPS cryptée réputée plus sûre, la dépendance au système est encore plus stratégique pour les forces aéronavales, que ce soit pour leur positionnement relatif ou la mise en œuvre de leur système d’armes[10].

Leurrer l’ennemi ou l’adversaire ou le priver de cette fonction devient donc un mode d’action militaire. En 2015, une frégate britannique, croyant être en haute mer selon les données de son GPS leurré, naviguait en réalité dans les eaux territoriales de la Chine et fut rappelée à l’ordre par l’aviation de chasse chinoise. Pirater le signal GPS peut donc permettre de déclencher un incident diplomatique.

L’autonomie de navigation au cœur de l’indépendance stratégique

Une réelle indépendance stratégique nécessite donc la totale maîtrise de son système de navigation. C’est la raison pour laquelle les grandes puissances comme les Etats-Unis, la Russie et la Chine possèdent déjà leur propre système autonome et que l’Union européenne disposera en 2020 du système Galileo[11]. Plus précis[12] et plus résistant au brouillage, ce système sera complémentaire du système GPS.

Preuve, si l’en était besoin, que ces enjeux liés à l’intégrité des systèmes de positionnement sont essentiels pour l’autonomie stratégique d’un pays et la liberté de manœuvre de ses forces armées, en particulier en mer. Les Etats-Unis travaillent également sur un GPS nouvelle génération avec un meilleur système de chiffrement et une fonctionnalité « antibrouillage ».

Dans l’avenir, cette autonomie de navigation revêtira un caractère encore plus crucial avec l’émergence des navires autonomes. La supervision à distance saura–t-elle diagnostiquer à temps un leurre ou une erreur de positionnement ? Ces futurs projets confèrent une dimension stratégique accrue à la maîtrise de la numérisation des systèmes, en particulier la sécurisation des données de positionnement face au brouillage.

 

[1] 16 rapports d’interruptions de GPS, dont certaines de plusieurs jours, ont été signalées auprès de l’US Navigation Center (NAVCEN) entre le 18 mars et le 4 novembre 2018.

[2] Maritime Administration.

[3] Allied Maritime Command.

[4] Brouillage GPS pour rendre le signal inutilisable ou Usurpation GPS (Spoofing) qui consiste à tromper un récepteur GPS en émettant des signaux GPS incorrects mais ressemblant à des signaux GPS normaux.

[5] Son coût ayant considérablement baissé, un brouilleur GPS devient abordable pour un privé.

[6] Les nombreuses opérations militaires menées par l’armée égyptienne mais aussi par les navires russes au large des côtes syriennes. D’autres Etats tels que la Syrie, la Turquie, Israël et même le Hezbollah seraient également susceptibles d’utiliser des brouilleurs.

[7] La navigation inertielle peut aussi être utilisée et elle s’abstrait de tout capteur externe

[8] L’ECDIS (Electronic Charts Display Information System) est un système d’informations présentant en temps réel sur des cartes électroniques la position du navire à partir de diverses informations (GPS, sondeur, centrale inertielle pour certains navires, radar anticollision).

[9] Suite à un accord avec les Etats unis, la France et l’OTAN accèdent aux signaux militaires du GPS, plus précis.

[10] D’après le général Jean-Pascal Breton, commandant interarmées de l’espace, les deux tiers des armements tirés en 2016 par les forces françaises ont utilisé le GPS.

[11] Lancée en 1999, la constellation sera composée à terme de 30 satellites. Le signal militaire sécurisé de Galileo étant réservé aux membres de l’UE, les instances européennes ont proposé un accord au Royaume-Uni pour y avoir accès après le Brexit. Une proposition semblable a été faite aux États-Unis.

[12] « On a l’habitude de dire qu’avec le GPS, on sait dans quelle rue on est, avec Galileo, on sait sur quel trottoir ! », déclare le général Jean-Pascal Breton.