L’actualité dans les medias du Maghreb – octobre 2016

morocco

Si ce mois-ci l’accord qualifié « d’historique » intervenu au sein de l’OPEP pour réduire la production afin d’enrayer la baisse des cours des hydrocarbures retient l’attention des media dans les trois pays du Maghreb central, les préoccupations de chacun d’eux, vues au travers des media examinés, sont différentes.

Domestiques en Tunisie, elles y sont centrées principalement sur la situation critique de l’économie, telle qu’elle apparait au travers du rapport annuel de la Banque Mondiale et des prévisions du FMI. A ce sujet de fortes attentes se manifestent à l’égard du gouvernement d’union nationale. Un autre sujet d’inquiétude faisant l’objet de développements dans la presse tunisienne est celui du probable retour au pays d’un nombre important de djihadistes parmi les 3000 à 6000 partis en Syrie, compte tenu du rétrécissement du territoire controlé par Daech. La perspective d’un tel retour rend indispensable la mise sur pieds d’un dispositif carcéral adapté pour éviter le prosélytisme en prison. L’expérience française dans ce domaine est observée avec intérêt. Enfin, autre préoccupation apparaissant dans un intéressant article, la crise de l’eau qui menace le pays : « nous ne connaissons la valeur de l’eau que lorsque le puits est à sec ».

Au Maroc, c’est la lutte antiterroriste qui fait l’objet de longs développements. Ainsi, dans l’Economiste, Jawad Kerdoudi analyse les aspects traitant de ce sujet dans le discours du roi Mohamed VI du 20 aoùt, discours dans lequel le roi condamne fermement le fanatisme religieux et qualifie l’assassinat du père Hamel dans son église de « folie meurtrière » De son côté,Abdelhalk Khiame, Directeur du Bureau Central d’Investigation Judiciaire, décrit dans une interview à l’Opinion.ma les mesures prises pour lutter contre le terrorisme : « la stratégie marocaine de lutte antiterroriste est le fruit d’un long processus entamé après les attentats de Casablanca de 2003 ».

En Algérie, pays relativement épargné par le terrorisme djihadiste et d’ou seulement 200 jeunes seraient partis pour le djihad, les media se focalisent plus sur les aspects internationaux et suivent la situation au Mali ou les propositions d’aide russe sont présentées comme autant d’échecs pour la France, en Syrie présentée dans le Matin comme « enjeu régional pour les grandes puissances », et en Libye ou là encore l’échec de la tentative française de réunion internationale à Paris est souligné.