Escale parisienne pour les auditeurs de la 3e session nationale «Enjeux et stratégies maritimes»

Après les ports de Brest, Lorient et Toulon, la 3e session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » a fait escale à Paris les 12 et 13 janvier derniers. Bien que loin de la mer, la capitale française est en effet le haut lieu de la gouvernance de la politique et des stratégies maritimes françaises.

Les auditeurs ont ainsi bénéficié d’interventions du secrétaire général de la Mer adjoint, le contre-amiral Patrick Augier et de grands responsables de l’action de l’Etat en mer (AEM), Thierry Coquil, directeur des Affaires Maritimes, Lionel Fend, chef du bureau des moyens d’intervention de la direction générale des douanes et droits indirects, le commissaire en chef de la marine Thierry de La Burgade, chef du bureau AEM de l’état-major de la marine, et le Colonel Florian Manet, commandant la section de recherche de la gendarmerie maritime.  Les débats furent riches et animés.

Mais le passage à Paris a également été mis à profit pour aborder des problématiques maritimes d’importance stratégiques avec en premier lieu le droit de la mer et ses enjeux de développement durable. Serge Ségura, ambassadeur en charge des océans et Elie Jarmache du secrétariat général de la mer, tous deux au cœur des négociations à l’ONU, ainsi que Francis Vallat, président d’honneur du cluster maritime français et de l’European Network of Maritime Clusters, mais aussi président de SOS Méditerranée, ont apporté aux auditeurs des éclairages de première main parfaitement complémentaires sur les évolutions en cours du droit de la mer, souvent méconnues, et dont les enjeux sont majeurs pour les Etats comme pour les entreprises.

Les auditeurs ont ensuite pu approfondir le grands enjeux de l’outre-mer, étroitement liés à ceux des mers et des océans, avec la participation de Charles Giusti, sous-directeur des outre-mer, du vice-amiral d’escadre Hervé de Bonnaventure, sous-directeur de la DGRIS[1] et du vice-amiral (2s) Anne Cullère, spécialiste des océans Indien et Pacifique.

Enfin, les grands enjeux de la recherche parapétrolière ont également été abordés, grâce à la présence de Jean-Georges Malcor, président de CGG. Puis sont intervenus sur les perspectives de développement offshore des énergies fossiles et des énergies marines renouvelables (EMR) François Kalaydjian, directeur Economics & Technology Intelligence de l’IFPEN, Olivier Appert, ancien président de l’IFP, Bruno Ferreol, vice-président « stratégie » de Subsea7 et Jérôme Ferrier, ancien directeur de Total et président d’honneur de l’Association Internationale du Gaz et de l’association française du gaz. Le discours franc d’intervenants disposant d’une expertise de très haut niveau a été très apprécié par les auditeurs et donné lieu à des débat animés et passionnés autour du mix énergétique.

Le samedi après-midi, traditionnellement consacré aux travaux de comités a permis aux auditeurs de présenter l’avancée de leurs réflexions à l’encadrement de l’IHEDN.

[1] Direction générale des relations internationales et de la stratégie du ministère des Armées.