Escale en Région Sud pour la 29ème Session Méditerranéenne des Hautes Etudes Stratégiques

Du 14 au 16 mars 2019, les auditrices et auditeurs de la 29ème Session Méditerranéenne des Hautes Etudes Stratégiques (SMHES) se sont réunis pour le sixième séminaire à Marseille, la Seyne-sur-Mer et Toulon autour du thème « les domaines terrestre et aéroterrestre ».

Le jeudi 14 mars, la journée a été consacrée à la Gendarmerie nationale. Dans une salle prestigieuse de la caserne Donadieu, les auditeurs ont visualisé un clip retraçant l’action de la Gendarmerie nationale. Héritier de la Maréchaussée créée en 1336, ce corps militaire, vieux de huit siècles d’histoire prend l’appellation de Gendarmerie nationale en 1791.

La Gendarmerie nationale est très importante aux échelles nationale et régionale. Pour l’année 2017, elle comptait 100 000 personnes civiles et militaires auxquelles s’ajoutaient environ 30 000 réservistes. Le budget alloué était de 7,27 milliards d’euros. S’agissant de la zone de défense Provence-Alpes-Côte d’Azur, 16 000 gendarmes assurent la sécurité des 11 millions d’habitants. Le maillage territorial étant très important, la Gendarmerie nationale est compétente sur 95% du territoire. L’officier et ancien auditeur de l’institut FMES, André-Marc Hébert a donné une conférence sur la gestion de crises en zone Sud et les capacités de la Gendarmerie nationale. Il a évoqué le crash de l’Airbus A330 de la Germanwings du 24 mars 2015 qui a notamment mobilisé la Gendarmerie nationale à Marseille et qui a nécessité une gestion humaine et médiatique de la part des gendarmes. L’officier a également expliqué les enjeux auxquels est confrontée la Gendarmerie en région Sud durant les affluences saisonnières mais également en terme de gestion de la migration.

La matinée s’est poursuivie avec la présentation du colonel Eric Painset concernant la mission prévôtale de la Gendarmerie dans ses opérations extérieures. La gendarmerie, sur décision du ministère de la Défense, met en place au sein des forces armées françaises stationnées à l’étranger ou engagées en opérations extérieures des détachements prévôtaux en charge de missions de police générale et de police judiciaire militaire. L’année 2013 marque l’instruction ministérielle fixant le cadre d’emploi de cette prévôté. Actuellement, le colonel Eric Grosset est à la tête de la gendarmerie prévôtale.

S’adressant aux auditeurs, le colonel Eric Painset a fait un RETEX de l’opération Chammal détachée en Jordanie. La France s’est engagée en Jordanie en 2014 à la demande de l’Etat irakien avec les forces de la coalition pour lutter contre Daech. Si en septembre 2015 les premières frappes en Syrie ont débuté pour détruire les cellules terroristes, le contexte a évolué avec la chute imminente du dernier bastion de Daesh et les techniques de guérilla développées alors par l’organisation terroriste.

Après un cocktail déjeunatoire au cercle mixte de la caserne Donadieu, le séminaire s’est poursuivi à la caserne Hetzel pour une démonstration dynamique des actions de la gendarmerie. Après des explications vidéos sur les actions du Groupe d’Observation et de Surveillance (GOS), les auditeurs ont pu bénéficier d’un exercice de simulation d’un groupe d’intervention cynophile et d’une démonstration avec un maître-chien. Divers ateliers ont permis aux auditeurs d’en apprendre davantage sur les moyens techniques et humains dont dispose les gendarmes dans le cadre de leurs interventions.

La journée s’est achevée à l’Hôtel de Région à Marseille. Après une intervention du président de l’institut FMES, Benoit le Masne de Chermont, Philippe Vitel, vice-président du conseil régional de Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur et membre du Conseil d’administration de l’institut FMES a fait une présentation de la région. Comptant environ 5 millions d’habitants, il s’agit de la première région militaire de France et la deuxième région touristique. Sa situation géographique la place aux confluences des flux européens et méditerranéens et fait d’elle un hub international naturel. Le PIB de la Région s’élève à 157 milliards d’euros, représentant 8% du PIB national avec des filières économiques privilégiées.

La Région Sud s’est donnée pour mission d’être le premier partenaire de l’entreprise. Pour ce faire, elle a mis en place des dispositifs de soutien, de création, d’accompagnement et de reprise au profit des entreprises. Parmi eux, le Fonds d’intégration économique régional (FIER) et la Banque régionale de l’emploi et de l’apprentissage (BREA), créée par Yannick Chenevard, vice-président du conseil régional et également membre du conseil d’administration de l’Institut FMES.

Le domaine maritime bénéficie d’une place importante dans la région. Philippe Vitel dirige l’Opération d’intérêt régional (OIR) concernant l’industrie navale et maritime chargée de piloter l’économie de la mer. En effet, ce secteur est primordial pour cette région qui représente la troisième région en France dans ce domaine avec 872 kilomètres de côtes, 250 000 immatriculations de navires, le plus grand port de guerre de la Méditerranée (Toulon) et le plus grand port commercial (Marseille). Le but de l’OIR est de consolider et améliorer la performance des filières navales et maritimes de la région.

Quelques projets mis en place par la Région Sud :

  • DroneSeastem : application maritime des drones (Eca group)
  • Solution digital du « smart port » (Marseille Gyptis International)
  • Navire « souteur » en Gaz naturel liquéfié (GNL) qui est pour Philippe Vitel l’avenir du maritime
  • Plateforme SeaLab / System Factory (en collaboration avec l’OIR Industrie du futur)

L’intervention du vice-président régional a laissé place à la présentation de Gilles-Olivier Bertrand, directeur du développement et du financement des entreprises qui a présenté les projets FIER à destination des TPE et des PME régionales. Le directeur du développement a également précisé que les OIR sont des catalyseurs de projets structurants pour nos territoires. Enfin, Geneviève Kalfon, directrice de l’attractivité, du rayonnement international et de l’innovation a donné les trois grands objectifs de la Région Sud :

  • Renforcer l’attractivité de la région à l’égard des investissements
  • Accompagner l’internationalisation des entreprises
  • Renforcer les partenariats internationaux

Pour ce faire, la Région Sud-Provence-Alpes-Côtes d’Azur met en place des dispositifs opérationnels au service des entreprises et les accompagne vers des destinations dites prioritaires. Parmi elles, les pays du « grand large » (Etats-Unis, Chine, Japon, Corée du Sud, etc.) ; des pays du sud de la Méditerranée (Maghreb, Israël, Espagne, Italie, etc.) ; du nord de l’Europe (Allemagne, Danemark, Norvège etc.) ou des pays plus spécifiques tels que le Costa Rica ou certains pays d’Afrique. Le budget consacré à l’export et à l’international est de 2 millions d’euros.

Le vendredi 15 mars, les auditeurs ont découvert le groupe CNIM (Constructions industrielles de la Méditerranée). Fondé en 1856 sous l’appellation de Forges et chantiers de la Méditerranée (FCM) et rebaptisé en 1966, CNIM est un équipementier et ensemblier industriel français de dimension internationale qui intervient dans les domaines de l’environnement, de l’énergie, de la défense et des hautes technologies. L’entreprise est au service des grandes entreprises privées et publiques, des collectivités locales et des États.

Pierre Marage, responsable des ventes sur le domaine de la défense et auditeur de la 21ème Session a présenté le groupe et ses filiales, dont Bertin, SunCNIM, CNIM Martin. A travers la devise « CNIM intervient là où l’homme a besoin », les auditeurs ont découvert le large spectre d’activités de l’entreprise qui compte en son sein des équipes pluridisciplinaires, des machines uniques en France et d’une capacité industrielle exceptionnelle. La matinée s’est poursuivie avec la visite des installations, l’occasion pour les auditeurs d’apprendre que le groupe CNIM fabrique entre autres des coiffes pour Ariane VII.

Après un déjeuner dans les locaux du groupe CNIM, les auditeurs ont rejoint la base navale de Toulon pour écouter la présentation des sous-marins SNA de type Rubis de la Marine nationale française. Redoutables chasseurs de sous-marins, les SNA sont longs de 73,6 mètres et vont à une vitesse supérieure à 20 nœuds. Ils sont indispensables à la sûreté et au soutien de la force maritime comme à la protection d’une force aéronavale à la mer et concourent également à une « dissuasion conventionnelle ». À la fois navires de combat et instruments de puissance, ils bénéficient d’une capacité de frappe contre la terre dans la profondeur et des moyens accrus de mise en œuvre de forces spéciales. Les SNA sont conçus pour naviguer 220 jours par an et deux équipages de 70 hommes sont nécessaires pour les armer.

La présentation s’est concrétisée par la visite du sous-marin d’attaque Emeraude, le quatrième exemplaire des six sous-marins de type Rubis, lancé le 12 avril 1986 à Cherbourg. Répartis en trois groupes, les auditeurs ont pu visiter tous les compartiments de ce bâtiment semblable à celui utilisé pour le film français Le Chant du Loup : chambres, carré des officiers, cuisine, tour de contrôle, etc.

A l’issue de la visite, les auditeurs ont rejoint l’amphithéâtre de la Maison du numérique et de l’innovation pour écouter la conférence prononcée par Pascal Frion sur le thème « Intelligence : de l’infodictat d’hier à l’infodetox de demain ». Le conférencier, devant les auditeurs et les adhérents de l’institut FMES a donné des pistes afin de bénéficier d’un meilleur rapport à l’information.

Enfin, les travaux de comité ont occupé la matinée du samedi 16 mars. Les auditeurs, répartis en trois comités travaillent depuis le mois d’octobre sur un rapport final portant sur les conséquences géopolitiques de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale. Tour à tour, ils ont fait part de leurs avancements. Le Professeur Jean-Jacques Roche, Directeur de la formation, des études et de la recherche de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) leur a fait l’honneur de sa présence. Après avoir écouté les axes et scenarii de chacun, le Professeur Roche leur a donné des conseils pour les avancements futurs.

Après ces présentations, interventions et visites intéressantes, les auditeurs se retrouveront le 17 avril à Genève pour un séminaire dédié aux instances internationales.