Erdogan met en garde contre « les spoliations » en Méditerranée orientale

Recep Tayyip ERDOGAN à Istanbul, le 4 novembre 2018.
Tous droits réservés.

 

« Nous ne permettrons jamais la spoliation des ressources de la Méditerranée orientale », a déclaré le président turc Recep Tayyip ERDOGAN, le 4 novembre 2018, lors de la cérémonie de mise en service de la corvette TCG Burgazada. Il s’agit du troisième navire de combat du projet MILGEM (classe Ada) de fabrication turque.

Le président a également déclaré : « Nous n’autoriserons jamais des initiatives visant à rendre pratiquement impossible l’accès à la mer pour la Turquie » et poursuit : « Nous ne permettrons non plus jamais les initiatives ignorant notre pays et la République turque de Chypre du Nord et visant à usurper les ressources naturelles de la Méditerranée orientale ».

Alors que des gisements ont été récemment découverts en Méditerranée orientale et suscitent les convoitises, la Turquie tente de s’imposer dans la région et s’érige en interlocuteur incontournable. Le pays exerce un contrôle sur la partie Nord de l’île chypriote à travers la République turque de Chypre du Nord, une entité uniquement reconnue par Ankara. La Turquie, qui souhaite tirer profit de la découverte des gisements, multiplie les déclarations à l’encontre de ses voisins et ne cesse de contester les activités de forage organisées par le gouvernement chypriote, les jugeant unilatérales. La découverte des hydrocarbures a permis à la République de Chypre, membre de l’Union européenne mais souveraine sur deux tiers de son territoire, de signer des contrats d’exploitation avec des entreprises multinationales. Parmi elles, se trouvent des géants tels que Total pour la France, ENI pour l’Italie ou encore ExxonMobil pour les Etats-Unis. Au début du mois d’octobre, les autorités chypriotes ont proposé aux grands groupes énergétiques de répondre à un appel d’offres afin d’exploiter un nouveau bloc gazier dans sa ZEE, également revendiquée par la Turquie au profit de la minorité turque de l’île.

Ankara modernise sa flotte dans le dessein de maîtriser son espace maritime proche et de protéger ses activités nationales de forage. Le premier navire spécialisé turc, Fatih, a procédé à son premier forage en profondeur le mardi 30 octobre, au large des côtes. Le ministre turc de l’Energie et des Ressources naturelles, Fatih DONMEZ a affirmé que l’objectif est « d’ouvrir deux puits de forage en moyenne par an ».

Recep Tayyip ERDOGAN s’appuie sur les récents événements survenus dans la région notamment les tensions gréco-turques, pour affirmer que la flotte turque augmente la puissance, la dissuasion et la mobilité d’Ankara en mer, ainsi que sa détermination à préserver ses intérêts nationaux. A l’instar des « terroristes en Syrie » punis par la Turquie, le chef de l’Etat turc menace « les bandits en mer ». Dans cette atmosphère de tensions, la Turquie développe son industrie de défense et réduit sa dépendance extérieure, cette dernière étant passée de 80% à 35% selon le président turc.

La découverte des hydrocarbures génère de grands espoirs mais fait l’objet de crispations dans une région déjà en proie à de multiples tensions. Ce sujet illustre la territorialisation croissante des mers, source de tension globale qui touche particulièrement la Méditerranée.