Conseil de l’UE et G5 Sahel : la situation au Sahel

Des soldats maliens participant à la première opération militaire du G5 Sahel en coordination avec les soldats français de l’opération Barkhane.
Tous droits réservés.

Le 13 mai 2019, le Conseil de l’Union européenne, réuni au niveau des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, a adopté des conclusions sur la situation géopolitique dans la bande sahélo-saharienne. Les ministres ont reçu le 14 mai à Bruxelles leurs homologues du G5 Sahel (Burkina Faso, Niger, Tchad, Mali et Mauritanie), dans un contexte marqué par la libération des deux otages français et le décès des deux officiers-mariniers du commando Hubert.

Le Conseil a évoqué à nouveau les défis de diverses natures auxquels sont confrontés les cinq pays du G5 Sahel et réaffirmé le soutien européen à ces derniers. Mais, selon les conclusions, l« l’instabilité dans les pays limitrophes [a aggravé) la situation sécuritaire dans la région ».

La bande sahélo-saharienne recouvre un territoire vaste comme l’Europe où la menace terroriste présente un caractère transfrontalier. Les priorités pour les forces internationales, notamment européennes, sont axées autour des partenariats avec les pays du G5, afin de favoriser l’autonomie des forces sahélo-sahariennes à lutter contre les groupes armés terroristes.

Roland Marchal, chercheur sur l’économie et les conflits dans l’Afrique sub-saharienne au centre de recherches internationales (CERI) déclare que « ces groupes [djihadistes] ne se développent pas pour des raisons idéologiques. Ils proposent des réponses à des situations locales de domination et de dépossession ». L’instabilité et la corruption qui règnent au sein même des Etats du G5 Sahel renforcent l’implantation de mouvements terroristes. En effet, les populations locales accordent à ces groupes armés une capacité de protéger leurs biens – protection que l’Etat ne peut pas garantir, notamment dans les zones rurales – illustrée par le conflit entre Peuls et Dogons, les groupes armés peuls étant qualifiés de terroristes par l’Etat malien, les groupes armés dogons n’ayant qu’un rang de « milice » malgré les massacres dont ils sont accusés. M. Marchal ajoute que « les Européens doivent accepter que le centre de la crise n’est pas le djihadisme mais le fonctionnement des Etats sahéliens ».

Le Conseil de l’UE revient sur ces points dans ses conclusions rendues le 13 mai. Les ministres énumèrent les difficultés qui restent encore à surmonter, notamment « de graves lacunes en matière de gouvernance, d’Etat de droit et de protection des droits de l’Homme ; l’expansion de la menace terroriste, de la violence extrémiste et de la criminalité organisée, y compris de la traite des êtres humains, le changement climatique ayant un effet négatif sur les ressources naturelles et alimentant les conflits locaux ; une pauvreté endémique, une forte dynamique démographique et une faible cohésion socio-économique ; ces éléments contribuent à l’aggravation de l’insécurité alimentaire, à l’augmentation de la pression migratoire et à la dégradation de la situation humaine ». La réunion du 14 mai avec les pays membres du G5 témoigne de la « priorité stratégique [qu’est le Sahel] pour l’UE et ses Etats membres ». Cet événement fait écho à la récente participation de la chancelière allemande, Angela Merkel, le 1er mai dernier, à un sommet du G5 Sahel sur les questions du terrorisme et de l’opérationnalisation de la force conjointe.

La réunion ministérielle annuelle entre le G5 Sahel et la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Frederica Mogherini prévue à Ouagadougou en juillet 2019 permettra de faire un nouveau bilan de la situation dans la bande sahélo-saharienne et d’ajuster la mise en œuvre des actions en cours. Est également attendue l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies, en juin prochain, du renouvellement du mandat de la MINUSMA qui se veut être à la hauteur des enjeux du théâtre de la guerre contre le djihadisme en Afrique.