Diaporama

Un module « Sécurité et Défense » pour les étudiants de l’école SeaTech de La Garde

Le 29 mai a eu lieu à La Garde, près de Toulon, en présence du président de l’Institut FMES, le vice-amiral (2s) Benoit le Masne de Chermont, la signature d’un partenariat entre l’école d’ingénieurs SeaTech, spécialisée dans l’ingénierie maritime, et l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN). Ce partenariat cherche à rapprocher les milieux universitaire et militaire. Dès la rentrée 2018, une trentaine d’élèves pourra suivre un nouveau module de formation de 85 heures intitulé « Sécurité défense IHEDN ». Les cours seront dispensés par des enseignants de SeaTech, mais également par des intervenants de la marine nationale, de l’armée de terre et des professionnels d’entreprises spécialisées dans la défense et la sécurité. Au programme : cybersécurité, protection d’informations, systèmes d’armement, ainsi que des visites de sites militaires. Cette convention vise aussi à faciliter la recherche de stages chez des industriels de la défense comme DCNS, THALES, AIRBUS ou encore la DGA.

De gauche à droite, M. Eric Moreau, directeur de SeaTech, M. Patrick Perrier, président de l’association régionale AR 20 de l’IHEDN, et M. Eric Boutin, président de l’Université de Toulon, ont signé le 29 mai 2017 un partenariat pour assurer un nouveau module de formation « Sécurité et défense » dès la rentrée 2018.

La détérioration de la sûreté maritime autour de Bab el-Mandeb, une menace immédiate pour le Yémen par Hugues Eudeline

Hugues EUDELINE  – Ancien officier de marine, docteur en Histoire et vice-président du centre de réflexion maritime Téthys CSMA

Cliquez ici pour lire l’article dans son intégralité

La famine menace les populations du Yémen sous le double effet de la sécheresse et de la guerre ;  l’ONU estime à sept millions le nombre de personnes faisant face à un grave risque de famine.

L’exportation de ses hydrocarbures s’est progressivement tarie (elle représentait 70 % de ses ressources) du fait des attaques terroristes incessantes contre les oléoducs et gazoducs. Le pays est à présent déchiré entre quatre forces qui se combattent : un État de droit soutenu par la coalition menée par l’Arabie saoudite, une révolte chiite menée par les Houthis, le mouvement sunnite al Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) dont, en 2015, une partie a fait allégeance à l’État islamique (EI). L’insécurité est généralisée.

La violence qui se développe autour du détroit de Bab el-Mandeb menace l’accès aux principaux ports du pays. Ce passage obligé et les deux espaces maritimes qu’il relie, la mer Rouge et le golfe d’Aden, constituent un maillon indispensable de la chaîne logistique qui alimente l’économie mondiale. Unique passage entre l’océan Indien et la Méditerranée, il est le théâtre de tous les trafics, en particulier celui des armes et des êtres humains…Lire la suite

Transports maritimes en Méditerranée : le GETC un outil innovant, des projets d’avenir

Dans le cadre du programme communautaire « Interreg maritime », l’Office des Transports de la Corse organisait le 10 avril dernier à Bastia un séminaire de présentation du projet de groupement européen de coopération territoriale (GETC) pour une gestion conjointe des connexions et transports pour les îles de Corse et de Sardaigne regroupant une centaine d’experts et de participants français et italiens.

L’Institut FMES était représenté par son directeur exécutif, Jean-Claude Richard, qui est intervenu sur le thème de « la méditerranée, un espace géostratégique sensible ».

Au terme de cette journée particulièrement fructueuse en contacts et en propositions novatrices le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, a conclu en rappelant la nécessité de renforcer et d’intégrer les échanges interinsulaires aux flux principaux continentaux.

La 27ème Session Méditerranéenne des Hautes Etudes Stratégiques en voyage d’études à Athènes

Le thème d’études de cette session portant sur les phénomènes migratoires dans l’espace euro-méditerranéen, le voyage d’études annuel s’est donc déroulé du 4 au 9 avril à Athènes. Comme chacun sait la Grèce a été l’un des pays avec l’Italie qui a supporté en première ligne  le choc migratoire en 2015 et 2016. La situation s’est aujourd’hui améliorée compte tenu de l’accord avec la Turquie, mais elle reste complexe.

Ce voyage parfaitement préparé et organisé avec l’ambassade de France et, l’attaché de Défense en particulier, a permis aux auditeurs de mieux comprendre la réalité et les enjeux de cette question.

En contact direct avec les acteurs gérant ces flux migratoires jamais inégalés depuis la seconde guerre mondiale, les auditeurs ont pu avoir de nombreux échanges avec les services de l’ambassade, le Collège National de Défense, le commandement des Garde-côtes grecs, les autorités du ministère de l’immigration, et des professeurs / chercheurs experts ont apporté des éléments de réflexion importants. La réception présidée par l’ambassadeur a complété ce voyage en donnant une véritable reconnaissance à l’Institut FMES.

Il est enfin à noter que les auditeurs ont également pu apprécier les richesses culturelles de cette cité, berceau de la démocratie et de nos valeurs, dans une ambiance conviviale porteuse d’une véritable cohésion.

 

La 2ème session nationale « Enjeux et stratégies maritimes » à Brest et Lorient

Les auditeurs de la 2ème session « Enjeux et stratégies maritimes » se sont rendus à Brest et Lorient les 9 et 10 décembre. Dans le cadre d’une visite du Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM), les auditeurs ont pu débattre avec des experts du SHOM et de l’IFREMER et ainsi mieux mesurer les enjeux scientifiques, environnementaux et économiques liés à la connaissance de la mer et des océans ainsi qu’aux ressources marines.

Les auditeurs ont ensuite été reçus par le vice-amiral d’escadre Emmanuel de Oliveira, préfet maritime de l’Atlantique, qui leur a exposé les grands enjeux de son théâtre d’opérations. A l’Ile Longue, ce fut le vice-amiral d’escadre Louis-Michel Guillaume qui ne leur a rien caché des grands enjeux de la dissuasion avant la  visite, toujours très impressionnante, d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE).

Le lendemain, les auditeurs ont découvert les missions de la base de Lann-Bihoué présentée par son commandant, le capitaine de vaisseau Eric Janicot, et ont pu rencontrer les commandants et les équipages des flottilles de l’aéronautique navale qui leur ont présenté leurs aéronefs de patrouille et de surveillance maritime, l’Atlantique 2 et le Falcon 50.

Le séminaire s’est terminé sur le site de DCNS de Lorient où son directeur, Laurent Moser, a présenté le site et organisé la visite  de la frégate multimissions Auvergne qui sera prochainement livrée à la Marine. Les auditeurs ont également pu débattre sur les grands enjeux de la base industrielle et technologique de défense (BITD) navale lors d’une  table ronde à laquelle, outre la DGA, participaient Gwendal Rouillard, député du Morbihan et Pascal Piriou, PDG du chantier naval éponyme. Enfin, ils ont consacré l’après-midi du samedi à leurs travaux de comités.

Les auditeurs de la 2ème session nationale devant la FREMM Auvergne chez DCNS