181ème réunion des chefs d’état-major de l’OTAN

Comité militaire réunissant les chefs d’état-major des pays membres de l’OTAN. Tous droits réservés.

Mercredi 22 mai 2019, un mois après le 70ème anniversaire de l’Organisation de l’Atlantique nord (OTAN), les chefs d’état-major des 29 pays membres se sont réunis à Bruxelles pour la 181ème réunion du comité militaire. La Macédoine du Nord, qui deviendra officiellement le 30ème membre de l’Alliance, a également participé à la rencontre en tant qu’invitée.

La réunion de la plus haute instance militaire de l’OTAN s’inscrit dans un contexte de multiplication des menaces, terroristes ou hybrides. Parmi eux, la guerre en Afghanistan, où l’OTAN a mis fin à son engagement en 2014, et le Sahel qui voit opérer conjointement les forces françaises de Barkhane et le contingent onusien de la Minusma.

Le général d’armée aérienne Sir Stuart Peach, président du Comité militaire, a mené les discussions. Il a déclaré que l’OTAN « fait face à des menaces durables venant de toutes les directions ». L’organisation doit donc s’adapter aux nouvelles menaces auxquelles répond la « nouvelle stratégie militaire » approuvée le 22 mai par le Comité militaire. Pour le général britannique, « cette stratégie permettra de guider les décisions militaires de l’OTAN et de ses alliés et fournira une référence politique cohérente afin de remplir le cœur de mission de l’OTAN : défendre près d’un milliard de personnes ». En janvier dernier, à l’issue de la première réunion annuelle du Comité militaire, le général Peach déclarait déjà que « la stratégie militaire devait mettre l’accent sur la nécessité de maintenir une posture de dissuasion et de défense de l’Alliance crédible, cohérente et résiliente ».

La rencontre des membres de l’Alliance a également été l’occasion de renforcer les liens avec les pays partenaires de l’OTAN, l’Ukraine et les Etats membres du Dialogue méditerranéen. S’agissant de l’Ukraine, le Commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), le général américain Tod Wolters, a salué le succès des exercices multilatéraux menés par l’OTAN en mer Noire, tel que « Black Shield 2019 ». Il a également rappelé la souveraineté territoriale de l’Etat ukrainien, en référence à l’annexion illégale de la Crimée. Le général Peach affirme quant à lui que le « rôle de l’OTAN concernant l’Ukraine est de soutenir et coordonner les réformes en cours des forces armées ukrainiennes » afin de sécuriser ses frontières. En effet, le rôle premier de l’OTAN est avant tout dissuasif. Pour les relations avec la Russie, le SACEUR affirme que « l’OTAN garde une position défensive, mais encourage tout de même le dialogue ».

Enfin, les discussions autour de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient avec les homologues du Dialogue méditerranéen ont permis d’aborder les différentes initiatives afin de renforcer les capacités de défense de la région.